Vitamine C : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

La vitamine C ou acide ascorbique est une vitamine hydrosoluble, sensible à la chaleur, aux ultraviolets et à l’oxygène. Le pool total de l’organisme est de 1500 à 2500 mg. L'absorption de la vitamine C s’effectue au niveau de l’iléon. Après ingestion, la vitamine C passe rapidement dans le sang puis diffuse de façon variable dans tous les tissus. Dans le sang total, on retrouve principalement l’acide ascorbique (80 à 95 %), l’acide déhydroascorbique ne représentant que 5 à 20 % de la vitamine C circulante. Il n’existe ni synthèse ni stockage de la vitamine C dans l’organisme. Ceci est une particularité de l’homme, et d'autres primates comme le singe et le cochon d'Inde, du fait de la mutation du gène codant pour la L-gluconolactone oxydase nécessaire à la transformation du gluconate en acide ascorbique. Un apport quotidien minimal d’origine alimentaire est donc nécessaire. Celui-ci provient essentiellement des fruits et légumes frais. Le lait, la viande et les poissons n’en contiennent qu’une très faible quantité. Les sources alimentaires les plus concentrées en vitamine C sont le cassis, les poivrons vert et rouge, les oranges et les fraises. La vitamine C intervient dans de nombreuses réactions biochimiques par un mécanisme d’hydroxylation. Son rôle dans la synthèse du collagène est important. De plus, l'acide ascorbique est un des quatre antioxydants majeurs de l’alimentation avec la vitamine E, le bêtacarotène et le sélénium. La vitamine C est impliquée aussi dans : - La libération de l'énergie des acides gras - Le métabolisme du cholestérol - Formation de l'hormone thyroïdienne - Biosynthèse de la carnitine (indispensable pour le transport de matières grasses dans les mitochondries) - La modulation de l'absorption du fer et du cuivre - Protection de l'acide folique réductase - La biosynthèse des neurotransmetteurs (noradrénaline) - Immunité (active l’interféron). Il est bien établi que les fumeurs ont un statut en vitamine C inférieur à celui des non-fumeurs et ont donc des besoins plus élevés en vitamine C. Les signes d'une carence se manifestent lorsque les réserves corporelles tombent en dessous de 300-400 mg. Les premiers symptômes sont les suivants: - Faiblesse générale et musculaire. - Fatigue et apathie. - Gonflement des gencives. - Ecchymoses (bleus). - Mauvaise cicatrisation des plaies. De plus, la vitamine C contribue au fonctionnement normal du système nerveux, aux fonctions mentales normales, au fonctionnement normal du système immunitaire, à la réduction de la fatigue et à la régénération de la vitamine E dans sa forme réduite.

Nom(s) scientifique(s)

Acide ascorbique

Famille ou groupe : 

Vitamines


Propriétés


Antioxydant

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

La vitamine C est un des quatre antioxydants de l’alimentation avec la vitamine E, le bêtacarotène et le sélénium, et participe à la dégradation des radicaux libres oxygénés, ce qui assure une protection contre les agents toxiques pour la cellule. Ainsi, elle diminue les oxydants dans le suc gastrique, la peroxydation lipidique et les dommages oxydatifs de l'ADN et des protéines.

Usages associés

DMLA, Stress oxydatif

Essentiel

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

La vitamine C intervient dans de nombreuses réactions biochimiques par un mécanisme d’hydroxylation. Son rôle dans la synthèse du collagène est important. La carence en vitamine C induit une altération de la structure du collagène. Ceci explique les manifestations cliniques du scorbut (une maladie due à une carence en vitamine C) : altération de la formation de dentine et perte de dents, atteinte de la paroi vasculaire et purpura avec syndrome hémorragique, œdèmes, altération cutanée par atteinte de la kératine, et remaniements osseux. D'autre part, la vitamine C a un rôle de cofacteur dans la synthèse des catécholamines, notamment dans la transformation de la dopamine en norépinéphrine, ce qui peut expliquer les troubles du comportement et de l’humeur observés au cours du scorbut. D’autres actions sont décrites : intervention dans le catabolisme de la phénylalanine et de la tyrosine ( des acides aminés), dans la transformation du cholestérol vers les acides biliaires, augmentation du métabolisme des toxiques et carcinogènes par le cytochrome P450 hépatique et l’absorption du fer non héminique (non incorporé dans la structure de l'hème).

Usages associés

Carence en vitamine C, Santé de la peau, Santé des os, Équilibre émotionnel

Neurologique

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

L'ascorbate est impliqué dans la synthèse des neurotransmetteurs. C'est un cofacteur nécessaire à la biosynthèse de la noradrénaline à partir de la dopamine et de l'hydroxylation de tryptophane pour produire de la sérotonine. Il agit également comme un modulateur de la transmission glutaminergique, cholinergique et GABAergique. D'autre part, il est impliqué dans la maturation neurale et agit comme un agent neuroprotecteur.


Bioénergisant

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

La vitamine C semble être facilement absorbée et stockée dans les tissus musculaires squelettiques, où elle peut assurer une protection antioxydante et peut soutenir la biosynthèse de la carnitine et du collagène. De plus une diminution des biomarqueurs du dommage musculaire a été constatée.

Usages associés

Fatigue

Effet dermatologique

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

On pense que la vitamine C joue un rôle dans la neutralisation des radicaux libres générés au niveau cutané suite à l'exposition aux rayons ultraviolets qui provoquent un photo-vieillissement de la peau. On pense que l'application topique de vitamine C avant l'exposition aux UV prévient les dommages cutanés, en raison des effets antioxydants de la vitamine C. De plus, il a été démontré que l'application topique de vitamine C augmente la production de collagène et améliore son organisation.

Usages associés

Exposition aux UV, Cicatrisation de la peau

Cardiovasculaires

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Chez les personnes souffrant d'insuffisance cardiaque chronique, la vitamine C semble améliorer le dysfonctionnement endothélial et la dilatation artérielle, en empêchant l'inactivation de la vasodilatation médiée par l'oxyde nitrique (NO). La vitamine C semble également améliorer la fonction endothéliale et la résistance vasculaire chez les patients atteints d'insuffisance rénale chronique. Certains chercheurs pensent que la vitamine C peut prévenir ou ralentir l'athérosclérose en inhibant le cholestérol des lipoprotéines de basse densité (LDL), en dégradant les radicaux libres oxygénés des cellules vasculaires, et en limitant les réponses cellulaires aux LDL oxydés, comme la production de NO dérivé de l'endothélium. Il existe des preuves que la vitamine C réduit le taux de cholestérol LDL chez les patients atteints d'hypercholestérolémie, cependant, la prise de vitamine C ne semble pas diminuer les taux de lipides sériques chez les personnes ayant des taux de lipides normaux.

Usages associés

Hypertension artérielle, Hypercholestérolémie

Anti-inflammatoire

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Certaines recherches suggèrent que la vitamine C peut réduire le taux de protéine C réactive (CRP) (une protéine produite en réponse à l'inflammation) chez les sujets exposés activement ou passivement aux fumées de tabac.

Usages associés

Arthrose

Immunostimulant

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

La vitamine C semble augmenter l'activité des lymphocytes T, la fonction des phagocytes, la mobilité des leucocytes et peut-être la production d'anticorps et d'interféron. De plus, certains chercheurs pensent que les niveaux de vitamine C dans les globules blancs diminuent au début d'un rhume et que l'augmentation de l'apport en vitamine C peut être bénéfique.

Usages associés

Rhume, Renforcement immunitaire

Effet uricosurique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

On pense que la vitamine C diminue les taux sériques d'acide urique par effet uricosurique. Certaines recherches montrent que la clairance de l'acide urique chez les sujets sains qui prennent de la vitamine C augmente de plus de 200% en 2 à 6 heures. En effet, la vitamine C peut entrer en compétition avec l'acide urique au cours de la réabsorption rénale.

Usages associés

Goutte

Reminéralisant

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Bien que la relation entre le calcium, la vitamine D et la densité minérale osseuse soit bien connue, d'autres nutriments, tels que la vitamine C, sont également essentiels au développement, à la réparation et à l'entretien des os. Des études épidémiologiques ont démontré une association positive entre la densité osseuse et l'apport en vitamine C. De faibles apports en vitamine C ont été associés à une baisse de la densité minérale, en particulier au niveau du col du fémur et de la hanche. Des données recueillies auprès de 13 080 adultes de 1988 à 1994 ont permis d'identifier une association entre l'acide ascorbique alimentaire et sérique, la densité minérale osseuse et la fracture osseuse.

Usages associés

Ostéoporose

Anticancer

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

La vitamine C est sélectivement cytotoxique pour de nombreuses lignées de cellules cancéreuses et a une activité anticancéreuse in vivo. Il est important de noter que des concentrations pharmacologiques d'acide ascorbique (0,3-20 mmol/L) sont nécessaires pour trouver des preuves de cytotoxicité in vitro et in vivo, alors que des concentrations physiologiques d'acide ascorbique (0,1 mmol/L) n'ont aucun effet sur les cellules tumorales ou normales. La méthode la plus fiable pour obtenir ces doses élevées est l'administration intraveineuse (IV) de vitamine C et non la voie orale, qui a une absorption limitée. L'effet semble proportionnel à la dose et s'exerce par le biais de plusieurs mécanismes, tels que l'immunomodulation, l'inhibition de la division et de la croissance cellulaires, la régulation des gènes et l'induction de l'apoptose. Le mécanisme de cytotoxicité démontré dans plusieurs modèles est la capacité de l'ascorbate à des concentrations pharmacologiques d'exercer une activité pro-oxydante, générant une cytotoxicité dépendante du peroxyde d'hydrogène envers une variété de cellules cancéreuses in vitro et in vivo sans affecter négativement les cellules normales. Une des explications possibles du ciblage préférentiel des cellules tumorales concerne leur surexpression des GLUTs qui transportent l'acide déshydroascorbique. Ce dernier s'accumule dans les cellules tumorales et entraîne une augmentation du niveau intracellulaire de peroxyde d'hydrogène.

Usages associés

Cancer

Anti-âge

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Les radicaux libres se génèrent dans la peau après une exposition aux rayons ultraviolets (UV) et provoquent un vieillissement photo-induit. On pense que la vitamine C dans la peau joue un rôle clé dans la neutralisation des radicaux libres et la réduction des dommages cutanés causés par les UV, et ainsi l'application topique de vitamine C prévient les dommages cutanés lorsqu'elle est appliquée avant l'exposition aux rayons UV. On pense également que les préparations topiques aident à traiter la peau photo-vieillie et ridée par augmentation de production de collagène et par amélioration de l'organisation du collagène. Les préparations topiques contenant 10% de vitamine C pourraient être les plus efficaces pour augmenter les concentrations de vitamine C dans la peau. 

Usages associés

Rides

Antiallergique

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Certaines preuves suggèrent que de faibles niveaux de vitamine C sont associés à des niveaux plasmatiques plus élevés d'histamine. Théoriquement, les personnes ayant de faibles niveaux de vitamine C peuvent présenter des symptômes plus graves de rhinite allergique. Il existe également des preuves que la vitamine C peut avoir de faibles propriétés antihistaminiques. En effet, l'acide ascorbique est impliqué dans le métabolisme de l'histamine, agissant avec Cu2+ pour inhiber sa libération et améliorer sa dégradation.

Usages associés

Rhinite allergique


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Carence en vitamine C
✪✪✪✪✪

La carence en vitamine C est fréquente dans les populations à risque (hommes seuls, personnes âgées, sans domicile fixe, troubles psychiatriques) et sous-évaluée dans la population générale. Le scorbut est une maladie qui survient après trois mois de carence totale en acide ascorbique, qui provient essentiellement des fruits et légumes frais. Les manifestations cliniques sont une asthénie, des myalgies, des arthralgies, un purpura vasculaire, un syndrome hémorragique, et plus tardivement des manifestations stomatologiques : gingivorragies et perte de dents. Les signes biologiques sont non spécifiques : anémie, hypocholestérolémie, hypoalbuminémie. Le traitement du scorbut consiste en l’administration de 1 g de vitamine C réparti en plusieurs prises quotidiennes (l’absorption intestinale et l’excrétion rénale sont saturables à partir de 100 mg d’apport), durant 15 jours par voie orale le plus souvent, par voie parentérale en cas de malabsorption. Le syndrome hémorragique disparaît en 48 heures et l’amélioration globale se fait en 15 jours.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie95 mg

duration15 - jours


Renforcement immunitaire
✪✪✪✪✪

La vitamine C semble augmenter l'activité des lymphocytes T, la fonction des phagocytes, la mobilité des leucocytes et peut-être la production d'anticorps et d'interféron. De plus, certains chercheurs pensent que les niveaux de vitamine C dans les globules blancs diminuent au début d'un rhume et que l'augmentation de l'apport en vitamine C peut être bénéfique. L'EFSA reconnait que 200 mg de vitamine C en plus de l’apport journalier recommandé (100 mg par jour) contribue au fonctionnement normal du système immunitaire pendant et après un effort physique intense.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie200 - 3000 mg


Fatigue
✪✪✪✪✪

L'EFSA reconnait la contribution de la vitamine C à la réduction de la fatigue. La vitamine C joue un rôle crucial dans diverses fonctions physiologiques telles que le métabolisme de la tyrosine, la synthèse de plusieurs neurotransmetteurs (norepinephrine, dopamine) et la régulation du métabolisme du fer. Son rôle d'antioxydant et son importance dans le maintien de l'immunité sont bien établis. Une carence en vitamine C peut conduire à la fatigue, des changements de personnalité et une baisse de la performance psychomotrice, souvent sans être diagnostiquée en raison de la non-spécificité des symptômes. La vitamine C est donc indispensable pour combattre la fatigue et soutenir de nombreuses fonctions vitales de l'organisme.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie100 mg


Santé de la peau
✪✪✪✪✪

Il a été démontré que l'application topique de vitamine C augmente la production de collagène et améliore son organisation. Les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) ont estimé que les produits contenant de la vitamine C (acide ascorbique) peuvent prétendre contribuer à la formation normale du collagène nécessaire au fonctionnement normal des vaisseaux sanguins, des os, des cartilages, de la peau, des dents et des gencives.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie95 mg


Santé des os
✪✪✪✪✪

Bien que la relation entre le calcium, la vitamine D et la densité minérale osseuse soit bien connue, d'autres nutriments, tels que la vitamine C, sont également essentiels au développement, à la réparation et à l'entretien des os. Les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) ont estimé que les produits contenant de la vitamine C (acide ascorbique) peuvent prétendre contribuer à la formation normale du collagène nécessaire au fonctionnement normal des vaisseaux sanguins, des os, des cartilages, de la peau, des dents et des gencives.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie95 mg


Équilibre émotionnel
✪✪✪✪✪

L'ascorbate est impliqué dans la synthèse des neurotransmetteurs. C'est un cofacteur nécessaire à la biosynthèse de la noradrénaline à partir de la dopamine et de l'hydroxylation de tryptophane pour produire de la sérotonine. Il agit également comme un modulateur de la transmission glutaminergique, cholinergique et GABAergique. Les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) ont estimé que les produits contenant de la vitamine C (acide ascorbique) peuvent prétendre contribuer au fonctionnement normal du système nerveux aux fonctions mentales normales.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie95 mg


Stress oxydatif
✪✪✪✪

À des concentrations physiologiques, la vitamine C est l'antioxydant aqueux le plus efficace dans le plasma, les liquides interstitiels et les phases solubles des cellules. La vitamine C agit comme un puissant capteur de radicaux libres dans le plasma, protégeant les cellules contre les dommages oxydatifs causés par les espèces réactives de l'oxygène (ROS). Il piège les radicaux libres d'oxygène et d'azote tels que les radicaux superoxyde, hydroxyle, peroxyle et nitroxyde, ainsi que les espèces réactives non radicalaires telles que l'oxygène singulet, le peroxynitrite et l'hypochlorite. Outre sa fonction antioxydante directe, il augmente aussi indirectement le piégeage des radicaux libres en régénérant la vitamine E et en maintenant le glutathion sous une forme réduite. La vitamine C diminue les oxydants dans le suc gastrique, diminue la peroxydation des lipides et réduit les dommages oxydatifs de l'ADN et des protéines.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie95 mg


Exposition aux UV
✪✪✪✪✪

Selon une étude, l'application topique de vitamines E et C, associées à la mélatonine, présentait un effet photoprotecteur modeste lorsqu'elle était utilisée avant l'exposition aux UV, mais n'avait aucun effet lorsqu'elle était utilisée pendant ou après l'exposition aux UV.

Posologie

posologiePar voie cutanée


Goutte
✪✪✪✪✪

Des études cliniques rapportent que la consommation quotidienne de 500 à 1500 mg de vitamine C est associée à une réduction du risque de goutte de 17% à 34% par rapport aux sujets qui consomment moins de 250 mg par jour. De plus, les personnes qui consomment plus de 500 mg de vitamine C par jour ont des taux d'acide urique sérique inférieurs de 0,5 à 0,6 mg / dL par rapport à ceux qui consomment moins de 90 mg par jour. Cependant, la prise quotidienne de 500 mg de vitamine C pendant 8 semaines n'abaisse pas les taux d'acide urique sérique chez les patients souffrant de goutte. Ainsi, la vitamine C peut aider à prévenir le développement de la goutte, mais ne peut pas aider à traiter la maladie.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie500 - 1500 mg


Hypercholestérolémie
✪✪✪✪✪

L'analyse des recherches cliniques suggère que la prise de 500 mg de vitamine C par jour pendant au moins 4 semaines réduit le cholestérol des lipoprotéines de basse densité (LDL) d'environ 8 mg / dL et réduit les triglycérides d'environ 20 mg / dL, chez les patients atteints d'hypercholestérolémie. Par ailleurs, la vitamine C ne semble pas réduire le taux de cholestérol chez les patients ayant un taux de cholestérol normal.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie500 mg

duration4 - semaines


Hypertension artérielle
✪✪✪✪✪

La prise de 500 mg de vitamine C par voie orale avec des médicaments antihypertenseurs classiques semble diminuer d'avantage la pression artérielle systolique, mais les effets sur la pression diastolique sont contradictoires. Cependant, la prise quotidienne de 500 mg de vitamine C sans un traitement antihypertenseur ne semble pas réduire la pression artérielle systolique ou diastolique.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie500 mg


Rhume
✪✪✪✪✪

Il existe une grande controverse sur l'efficacité de la vitamine C pour le traitement du rhume. La majorité des preuves montrent que la prise de fortes doses de vitamine C par voie orale peut réduire la durée des symptômes du rhume de 1 à 1,5 jour chez certains patients. D'autres études n'ont trouvé aucun effet avec des doses allant jusqu'à 3 grammes par jour. Certaines données cliniques suggèrent que la supplémentation en vitamine C diminue le nombre d'incidences de rhume chez les individus exposés à un stress physique mais pas dans la population générale. Une dose de 1 à 3 grammes par jour a été utilisée en cas de rhume, bien que les doses de 2 g et plus semblent plus efficaces que des doses plus faibles.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie2 - 3 g


DMLA
✪✪✪✪✪

La supplémentation en antioxydants dont les vitamines A (15 mg), C (500 mg), E (400 UI) associés au Zinc (80 mg) réduit de 27% les risques de perte de vision et ralentit la progression de la maladie, chez les patients à haut risque de développer une dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).

Posologie

posologiePar voie orale

posologie500 mg

duration10 - années

Synergies

Vitamine A, Zinc

Rides
✪✪✪✪✪

Des préparations topiques contenant 5% à 10% de vitamine C semblent améliorer les rides. Dans un essai clinique, une préparation topique contenant 10% de vitamine C sous forme d'acide L-ascorbique avec de l'acétyl tyrosine, du sulfate de zinc, du hyaluronate de sodium et des bioflavonoïdes appliquée sur le visage pendant 3 mois a amélioré les rides et le teint par rapport au placebo. Il existe également des preuves que la vitamine C à 3% appliquée pendant 12 semaines peut réduire les rides du visage. Dans une autre étude clinique, la vitamine C a également été appliquée par voie topique sous forme de patch contenant de la vitamine C à 5,6%, tous les 4 jours pendant 12 semaines, sur la patte d'oie d'un côté du visage. Le patch a réduit les rides par rapport au traitement témoin appliqué sur le côté controlatéral du visage. Enfin une étude récente menée sur des femmes âgées de 30 à 65 ans montre que l'application d'un liquide contenant 20 % de vitamine C, 0,0005 % d'extrait de culture cellulaire de feuilles de framboisier rouge et 1 % de vitamine E sur le visage tous les soirs pendant 8 semaines améliore la couleur, l'élasticité, l'éclat, la douceur et l'apparence des rides de la peau, par rapport aux produits habituels utilisés seuls pour le visage.

Posologie

posologiePar voie cutanée, orale

duration3 - mois

formulationcrème à base de vitamine C


Cicatrisation de la peau
✪✪✪✪✪

La vitamine C est importante pour une cicatrisation efficace des plaies, car une carence contribue à la fragilité du tissu de granulation et entrave donc le processus de cicatrisation. Des études in vitro avec des échantillons de greffe de peau ont démontré que la vitamine C prolonge la viabilité cellulaire, favorise la formation d'une barrière épidermique et favorise la greffe. Ainsi, la vitamine C est utilisée pour améliorer la cicatrisation des plaies avant le début de l'intervention chirurgicale.

Posologie

posologiePar voie orale


Arthrose
✪✪✪✪✪

La consommation de vitamine C d'origine alimentaire par les sujets souffrant d'arthrose, semble ralentir la progression de la maladie. La recherche clinique suggère également que la prise de vitamine C sous forme d'ascorbate de calcium à raison de 1 gramme par jour pendant 2 semaines réduit considérablement la douleur et la gravité de l'arthrose par rapport au placebo, bien que les effets soient inférieurs à ceux observés avec les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Posologie

posologiePar voie orale

posologie1 g

duration2 - semaines

formulationascorbate de calcium

Synergies

Vitamine A, Vitamine E

Rhinite allergique
✪✪✪✪✪

L'étude épidémiologique montre que des taux plasmatiques élevés de vitamine C ne sont pas associés à une diminution du risque de rhinite allergique. Cependant, la recherche clinique montre que la forme nasale de vitamine C administrée trois fois par jour pendant 2 semaines réduit les sécrétions nasales, l'obstruction l'œdème nasale, chez 74% des patients atteints de rhinite allergique.

Posologie

posologiePar voie nasale

duration2 - semaines

formulationSpray


Ostéoporose
✪✪✪✪✪

Certaines données suggèrent que l'apport en vitamine C pourrait être lié à la densité minérale osseuse chez les femmes préménopausés. Chez les femmes postménopausées qui consomment des oestrogènes et fument, des taux plus élevés de vitamine C pourraient réduire le risque de fracture. Cependant, chez les femmes ménopausées sans antécédents de tabagisme ou de consommation d'œstrogènes, des taux sériques de vitamine C plus élevés ont été associés à une densité minérale osseuse plus faible. À l'heure actuelle, il n'existe pas suffisamment d'informations pour formuler des recommandations sur la vitamine C et la densité osseuse.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie1 g


Cancer
✪✪✪✪✪

La relation entre la vitamine C et la prévention ainsi que le traitement du cancer a fait l'objet de nombreuses recherches, soulignant son intérêt potentiel. Historiquement, la consommation accrue de fruits et légumes, riches en vitamine C, a été liée à une diminution du risque de plusieurs cancers non hormono-dépendants. Des études épidémiologiques ont montré un effet protecteur significatif de la vitamine C, notamment contre les cancers du système digestif, du poumon, et dans certains cas, du sein et de la prostate. Les recherches de Linus Pauling sur l'administration de hautes doses de vitamine C par voie intraveineuse ont marqué un tournant, proposant un potentiel thérapeutique dans le traitement de cancers avancés. Ces travaux suggèrent que la vitamine C pourrait améliorer la qualité de vie et certains marqueurs objectifs chez des patients atteints de cancer terminal. Cependant, l'absence de principes d'essais randomisés dans leurs études a suscité des critiques quant à la validité de leurs résultats. Des études plus récentes ont apporté des preuves contradictoires sur l'efficacité de la vitamine C dans la réduction des exacerbations de cancer, avec des résultats variant en fonction de la voie d'administration (orale vs intraveineuse) et du niveau de vitamine C initial des patients. Bien que des concentrations élevées de vitamine C obtenues par administration intraveineuse aient montré une cytotoxicité sélective envers les lignées cellulaires cancéreuses, les essais cliniques n'ont pas toujours confirmé ces observations. Le débat sur l'utilisation de la vitamine C en oncologie se poursuit, certains travaux suggérant des bénéfices en tant que complément aux traitements standards, tandis que d'autres mettent en garde contre les interactions potentielles avec certains traitements, comme l'inactivation de bortézomib (médicament utilisé dans le traitement de certains types de cancer). Une consommation d'au moins 80–110 mg de vitamine C par jour sur le long terme est associée à des réductions significatives du risque de certains cancers. Supplémentation pour les patients atteints de cancer en phase terminale : 10 g/jour de vitamine C orale (même si elle n'a pas montré de différence significative dans l'issue des patients). Administration par voie intraveineuse de 150–710 mg/kg/jour de vitamine C pendant jusqu'à 8 semaines.

Posologie

posologiePar voie orale, intraveineuse

posologie80 - 110 mg


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 95 mg

L'EFSA a défini le niveau d’apport susceptible de répondre aux besoins quotidiens de presque toutes les personnes d'une population en bonne santé apparente. L'apport journalier chronique maximal n'est pas fixé par l'EFSA.

Enfant de 1 jusqu’à 3 an(s) : 20 mg

Femme enceinte à partir de 18 an(s) : 105 mg

Nourrisson de 7 jusqu’à 11 mois : 20 mg

Enfant de 11 jusqu’à 14 an(s) : 70 mg

Enfant de 15 jusqu’à 17 an(s) : 90 mg

Femme allaitante à partir de 18 an(s) : 155 mg

Enfant de 4 jusqu’à 6 an(s) : 30 mg

Enfant de 7 jusqu’à 10 an(s) : 45 mg


Interactions

Médicaments

Anticancéreux : interaction modérée

L'utilisation des antioxydants telle que la vitamine C est controversée. En effet, ils peuvent réduire l'effet de la chimiothérapie en produisant des radicaux libres. Par contre, certains chercheurs voient que les antioxydants peuvent rendre la chimiothérapie plus efficace en induisant le stress oxydatif qui peut interférer avec les cellules mortes ou cancéreuses.

Oestrogènes : interaction modérée

L'association de vitamine C à des contraceptifs oraux peut augmenter le taux des œstrogènes de 55%. On pense que la vitamine C empêche l'oxydation des œstrogènes dans les tissus, régénère les œstrogènes oxydés et réduit la conjugaison des œstrogènes au sulfate dans la paroi intestinale. Ces effets ne sont pas observés lorsque les niveaux tissulaires de vitamine C sont élevés.

Fluphenazine : interaction modérée

Un cas de diminution significative des niveaux de fluphenazine a été noté lors d'une supplémentation en vitamine C (500 mg deux fois par jour). Le mécanisme n'est pas encore connu.

Indinavir : interaction modérée

La prise de doses orales de vitamine C en association avec l'indinavir peut probablement réduire les taux de ce dernier. Le mécanisme de cette interaction n'est pas encore connu.

Warfarine : interaction modérée

Des doses élevées de vitamine C peuvent réduire la réponse à la warfarine, et ceci en provoquant des diarrhées ou en diminuant l'absorption de la warfarine.

Plantes ou autres actifs

Vitamine C : interaction modérée

La vitamine C peut augmenter la portion absorbée de l'aluminium. On pense que la vitamine C est un chélate d'aluminium qui le maintient dans la solution, ce qui favorise son absorption. Chez les personnes dont la fonction rénale est normale, l'excrétion urinaire d'aluminium est probablement augmentée, ce qui diminue l'intoxication par l'aluminium. Par ailleurs, les personnes qui présentent une insuffisance rénale et qui prennent des composés contenant l'aluminium d'une façon chronique, doivent éviter une supplémentation élevée en vitamine C.

Vitamine C : interaction modérée

La vitamine C augmente l'absorption du fer.


Précautions

Alzheimer : utiliser avec prudence

Des recherches cliniques ont montré que l'association de 500 mg de vitamine C, 800 mg de vitamine E, 900 mg d'acide lipoïque peut aggraver le déclin cognitif par rapport au placebo chez des patients atteints de maladie d'Alzheimer légère à modérée.

Cancer : utiliser avec prudence

Les cellules cancéreuses accumulent de fortes concentrations de vitamine C. En effet, elles absorbent la forme oxydée (acide déhydroascorbique), puis la reconvertissent en vitamine C. L'effet de ce phénomène sur les cellules cancéreuses est encore inconnu. Toutefois, les patients cancéreux ne doivent pas utiliser de fortes doses de vitamine C avant de consulter leurs oncologues.

Diabète type 2 : utiliser avec prudence

La vitamine C peut affecter la glycogénolyse en augmentant la glycémie. Toutefois, cet effet reste controversé. Chez les femmes ménopausées atteintes de diabète, une supplémentation de 300 mg/j de vitamine C est associée à un risque accru de mortalité cardiovasculaire.

Greffe : utiliser avec prudence

L'utilisation chronique de vitamine C à fortes doses avant une transplantation rénale peut augmenter le risque de perte de greffe ou de retarder son fonctionnement.

Calcul rénal : éviter

La vitamine C peut provoquer la précipitation de calculs d'urate, de cystine ou d'oxalate.

Hémochromatose : éviter

Une supplémentation en vitamine C peut exacerber la toxicité du fer en mobilisant les réserves de fer.

Déficit en G6PD : éviter

De grandes quantités de vitamine C peuvent provoquer une hémolyse chez les personnes présentant un déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD).