Un antihistaminique naturel pour soulager les allergies ? En voici 10

L'arrivée du printemps s’accompagne généralement d’un pic de rhumes de foin ! Environ un tiers des Français.es souffriraient d’allergies. Elles présentent des symptômes plus ou moins intenses. Comment se produisent-elles ? Comment les soulager grâce à son alimentation ? Toutes nos réponses et le top 10 des antihistaminiques naturels dans ce dossier !
antihistaminique naturel

Comment se produit une réaction allergique ?

Le printemps est synonyme de retour des beaux jours, de journées qui se rallongent, de floraison. Pas de quoi ravir cependant les personnes allergiques au pollen pour lesquelles printemps rime plutôt avec nez qui coule, yeux qui picotent et éternuements à répétition !

Les allergènes, substances qui provoquent les réactions allergiques, sont très présents dans notre environnement. Acariens, moisissures, plantes vertes peuvent rendre nos intérieurs allergisants. 

Les allergies sont causées par une réaction inappropriée du système immunitaire face à des allergènes. Notre organisme va sur réagir face à des substances la plupart du temps inoffensives, comme les poils de nos animaux domestiques, la poussière, certains aliments.

On distingue trois grandes catégories d’allergies.

Les allergies respiratoires

antihistaminique
Les rhinites allergiques fleurissent au printemmps

Les allergies respiratoires peuvent être provoquées par le pollen, des acariens, des poils d’animaux, de la poussière. Les personnes qui ne produisent pas assez de mucus sont davantage sujettes à ce type d’allergie. Car le mucus présent dans notre nez et nos sinus constitue une véritable barrière qui capte les impuretés de l’air.

Les allergies alimentaires

Les allergènes à l’origine des allergies alimentaires par exemple le gluten, le lait, les arachides ou les crustacés doivent faire l’objet d’une signalisation obligatoire sur les étiquettes des produits concernés.

Ils sont parfois présents dans des aliments inattendus. Certaines charcuteries peuvent contenir du lactose par exemple. De simples traces d’allergène alimentaire même sur nos couverts peuvent littéralement nous gâcher notre repas !

Les allergies de contact

quercetine
Certains cosmétiques synthétiques peuvent provoquer des allergies

Enfin on distingue les allergies de contact, qui se manifestent suite à l’utilisation de certains cosmétiques, au port de bijoux en nickel, à l’usage de latex, à des piqûres d’insectes. Les allergies au venin de guêpe peuvent être particulièrement spectaculaires car contrairement aux abeilles elles conservent leur dard après une piqûre et peuvent donc sévir à volonté !

Des symptômes allant de simples rougeurs au choc anaphylactique

En fonction de la réaction allergique, les symptômes seront plus ou moins intenses et toucheront différentes parties du corps. Ainsi la rhinite allergique, l’eczéma, l’urticaire sont des réactions courantes. 

Une réaction allergique particulièrement impressionnante est l’oedème de Quincke. La peau et les muqueuses au niveau de la tête et du cou vont soudainement gonfler !

Un choc anaphylactique, peut se produire dans les cas les plus extrêmes avec diverses réactions allergiques rapides entraînant des difficultés de respiration. Il nécessite des soins d’urgence.

Que se passe-t-il dans notre corps lors d’une allergie ?

Notre organisme peut être exposé à des substances allergènes de diverses façons. Par le biais de la peau, des yeux, du nez, de la gorge par exemple. 

Lors d’un premier contact avec un allergène, lorsqu’on inspire un grain de pollen par exemple, notre système immunitaire va être stimulé et produire des anticorps. Ces derniers sont des molécules défensives produites en réaction à une substance étrangère.

Notre système immunitaire considère l’allergène comme un dangereux envahisseur à l’instar des virus ou des bactéries. Notre corps va donc se préparer à un potentiel assaut et mettre en place de véritables bombes à retardement.

Une piqûre d’abeille peut entraîner quelques rougeurs ou des difficultés respiratoires selon le cas

Lorsqu’une personne est sensibilisée à un allergène suite à une première exposition, une nouvelle exposition même très faible pourra conduire à des réactions allergiques de grande ampleur.

Telle une explosion, l’organisme va libérer de l’histamine, une molécule qui va se répandre dans nos tissus et entraîner l’apparition des symptômes allergiques, atchoums à répétitions, écoulement nasal, etc.

Ainsi une simple piqûre d’abeille entraînera quelques rougeurs cutanées lors d’une première exposition mais causera de l’eczéma et des difficultés respiratoires lors d’une nouvelle exposition.

Un antihistaminique, qu’est ce que c’est ?

Les antihistaminiques désignent communément une classe de médicaments utilisée pour bloquer l’action de l’histamine et ainsi réduire les symptômes d’allergie courants

Ils peuvent être utilisés dans le cadre des allergies respiratoires, alimentaires et de contact. On les trouve en vente libre ou délivrés sur ordonnance.

Ils existent sous différentes formes. En cas d’écoulement nasal ou d’éternuements on utilisera des sprays par exemple, pour les yeux irrités, des gouttes. Les comprimés, les pommades et les gels aident à diminuer les symptômes d’allergies alimentaires ou de réactions cutanées comme l’eczéma.

En plus de ces médicaments, il existe des aliments présentant des propriétés antihistaminiques. On vous présente les principaux dans la suite de cet article !

N.B : En cas de suspicion d’allergie, consultez votre médecin traitant qui vous orientera si nécessaire vers un allergologue. Certaines réactions allergiques comme le choc anaphylactique peuvent être graves et nécessiter des soins d’urgence.

10 antihistaminiques naturels pour soulager les allergies

La spiruline

protéines végétales spiruline
La phycocyanine de la spiruline est un antihistaminique naturel

La spiruline présente un pigment naturel nommé phycocyanine, qui lui confère des propriétés anti-inflammatoires et antihistaminiques. Elle permet de réduire les rhinites allergiques et les écoulements nasaux. Cette étude de l’Université de médecine d’Eskisehir en Turquie a démontré les effets bénéfiques de la spiruline sur les rhinites allergiques.

Idées recettes : sous forme de poudre, on peut la mélanger dans une boisson, avec du jus de citron, de kiwi et un soupçon de sirop d’agave par exemple. On peut l’incorporer dans un jus d’agrumes pressées : l’assimilation du fer de la spiruline est favorisée par la vitamine C. Elle apporte un coup de boost à nos recettes de smoothies et aux préparations sucrées comme salées. En paillettes, on peut l’associer avec du fromage frais, des sardines, du jus de citron et d’ail pour réaliser de délicieuses tartines. On peut aussi saupoudrer une salade pour apprécier sa saveur iodée et son croquant.

Lire aussi l Toutes nos recettes à la spiruline 

L’ortie

Idée recette : une quiche aux orties

Elle pique mais elle se mange aussi ! L’ortie est un concentré de nutriments. La grande ortie (urtica dioïca) contient notamment de la quercétine, un pigment coloré (flavonoïde) qui réduirait la libération d’histamine. De plus, l’ortie est riche en vitamine C qui favorise l’absorption de la quercétine.

Idées recettes : en infusion, on peut la consommer cuite comme les épinards. Il est recommandé de la rincer abondamment avant de la préparer. On peut l’utiliser dans des quiches, des cakes salés,  en soupe ou en potage avec par exemple de l’oignon, de la pomme de terre et un soupçon de crème.

L’astragale

anti allergique
Astragale sur un marché

C’est l’une des plantes reines de la pharmacopée chinoise. L’astragale présente une forte teneur en vitamine C, vitamine A et vitamine E ce qui contribue à soutenir et à renforcer l’organisme. Cette étude suggère que la prise de 160 mg d’astragale deux fois par jour réduirait les éternuements et le phénomène d’écoulement du nez des individus souffrant d’allergies saisonnières.

Idées recettes : en poudre elle s’utilise en décoction, mélangée dans un jus de fruits par exemple ou dans une recette de smoothie. En cuisine, on peut l’utiliser comme le curcuma ou le gingembre et l’ajouter dans une soupe ou un bouillon.

L’ananas

anti allergique naturel
A dévorer frais ou poêlé, l’ananas est un antihistaminique naturel

Ce fruit exotique cultivé sous les tropiques est riche en broméline, une enzyme qui aiderait à lutter contre le rhume des foins et les réactions allergiques telles que la sinusite. 

Idées recettes : on peut le déguster frais ou après cuisson ! Poêlé avec de la vanille de Madagascar et / ou du miel. On peut réaliser un carpacio d’ananas revigorant avec une pointe de gingembre frais. En version sucrée salée l’ananas accompagne très bien un curry de poulet ou un wok de champignons, poivrons et courgettes.

Le ginkgo biloba

urticaire traitement naturel
Les feuilles de ginkgo sont riches en quercétine, un antihistaminique naturel

Ce sont les feuilles de cet arbre, originaire de Chine, qui contiennent les principes actifs à l’origine de ses bienfaits. Le ginkgo biloba contient notamment de la quercétine, un flavonoïde (pigment de la peau) aux propriétés antihistaminiques.  

Idées recettes : en décoction avec 2 à 3 tasses par jour à raison de 2 cuillères à café de feuilles séchées dans un litre d’eau.

L’estragon

remede allergie pollen
Un savoureux condiment

Cette plante aromatique fait partie des astéracées, vaste famille qui comprend les artichauts, les laitues et les marguerites par exemple. Il contient de la coumarine, une substance aromatique qui permettrait de diminuer la libération de l’histamine. De plus cette plante est riche en flavonoïdes qui permettaient de lutter contre les symptômes de l’allergie.

Idées recettes : savoureux condiment, c’est un ingrédient indispensable à la fameuse sauce béarnaise avec les jaunes d’oeuf, le vinaigre, le vin blanc, l’échalote et un peu de beurre. On peut aussi l’utiliser pour assaisonner une salade, aromatiser un volaille, un plat de légumes sautés ou une omelette.

Le moringa

allergie pollen traitement
Poudre et feuilles de moringa

Cet arbre tropical aussi appelé “arbre de vie” est originaire des contreforts sud de l’Himalaya. Les feuilles de moringa sont concentrées en quercétine, antihistaminique naturel. 

Idées recettes : sa poudre apporte un goût végétal légèrement piquant. Il peut être incorporé dans des pâtisseries (comme du matcha). Ou saupoudré sur des salades, des plats de légumes. On peut le mélanger à des jus, des smoothies, yaourt au lait végétal. Sa saveur est similaire à celle de la roquette et du radis. 

Les câpres

homeopathie allergie pollen
Les câpres sont la plus grande source de quercétine

Condiment produit à partir des boutons floraux du câprier, elles sont la plus grande source de quercétine. Elles en contiennent jusqu’à 180 mg pour 100 g ! Grâce à cette teneur, elles présentent des effets antihistaminiques.

Idées recettes : on peut farcir des oeufs avec des câpres et des anchois, réaliser une sauce en mixant des câpres avec de l’huile d’olive et de la moutarde. Elles s’incorporent très bien dans les cakes salés ou dans les plats à base de poisson, un plat de raie par exemple.

L’oignon 

quercetine
On privilégie l’oignon rouge, plus riche en quercétine

L’oignon est un bulbe est riche en quercétine, un flavonoïde (pigment de la peau) aux propriétés antihistaminiques. Plus il sera coloré plus la proportion de ce principe actif sera importante. On pourra ainsi privilégier l’oignon rouge.

Idées recettes : on peut réaliser des confits d’oignons, des quiches, et même la fameuse soupe à l’oignon ! Pour cela on pourra ajouter aux oignons poêlés, du bouillon, du vin blanc, des aromates et quelques croûtons.

Les pommes 

antihistaminique naturel

On choisira des variétés biologiques afin de pouvoir consommer sa peau riche en éléments actifs. Elle contient des polyphénols et des flavonoïdes dont la quercétine. Cet antioxydant présente des propriétés anti-inflammatoires en soulageant les symptômes de l’allergie et en retardant l’apparition de l’histamine.

Idées recettes : on peut les croquer crues, leurs qualités nutritionnelles seront ainsi préservées. Au four on peut les saupoudrer de cannelle et d’un peu de sucre de canne. En compote, elles s’incorporent dans nos recettes de tartes, de cakes ou de crêpes. En version sucrée salée on peut en parsemer quelques quartiers dans une salade avec de la betterave, de la fêta et des noix. Poêlée, elles peuvent accompagner un morceau de boudin noir. 

Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur twitter
Un dossier réalisé par