Pissenlit, la fleur diurétique

Plante commune des jardins, le pissenlit cache de nombreux bienfaits. En plus d’être un excellent diurétique naturel, il soulage notamment les troubles digestifs.
pissenlit

BIENFAITS DU PISSENLIT
✓ Stimule l’appétit
✓ Diurétique
✓ Soulage les troubles digestifs
✓ Améliore le diabète
✓ Potentiellement anti-cancer

Qu’est-ce que le pissenlit ?

Comme l’ortie et la prêle, le pissenlit est une plante commune de nos jardins. Il appartient à la famille des Astéracées et au genre botanique Taraxacum.

Ce dernier comprend différentes espèces dont la plus connue est le Taraxacum officinale ou « pissenlit commun ».

Très répandu en Europe, il pousse dans les jardins, les prairies, les bords de chemins… Il est facilement reconnaissable à ses fleurs jaunes qui apparaissent d’avril à septembre. Ses feuilles dentelées lui ont valu le surnom de « dent-de-lion ».

Le pissenlit est une plante importante de la phytothérapie. Connu depuis l’Antiquité, il est utilisé dans de nombreuses médecines traditionnelles.

Ses racines et ses feuilles contiennent divers principes actifs (protéines, vitamines, minéraux, antioxydants…) qui lui confèrent des propriétés médicinales.

Ainsi, il fait partie des meilleurs diurétiques naturels qui favorisent le drainage et l’élimination des toxines. Sa consommation permet aussi de stimuler l’appétit, d’améliorer le diabète et de soulager les troubles digestifs. Enfin, il montre un potentiel anti-cancer.

Composition nutritionnelle

  • Acides aminés
  • Vitamines : provitamine A (bêta-carotène), B1, B2, B6, B9, C, E
  • Minéraux et oligo-éléments : magnésium, potassium, fer, manganèse, calcium, phosphore, sodium, cuivre, silice
  • Protéines
  • Glucides
  • Fibres
  • Acides gras
  • Actifs antioxydants : stérols, flavonoïdes, polyphénols, caroténoïdes, taraxastérol
  • Acides organiques : acides chicorique, chlorogénique, malique, malonique, tartarique, citrique, quinique, succinique, acétique, formique
fleur de pissenlit
Illustration d’un pissenlit

Les bienfaits du pissenlit


 🍽 Stimule l’appétit

Sa consommation est indiquée pour traiter le manque et la perte d’appétit. Il est notamment utilisé chez les patients en chimiothérapie qui entraîne souvent une anorexie. Ainsi, il empêche la perte de poids tout en favorisant la prise alimentaire.

Grâce à ses composants amers (lactones sesquiterpéniques), il exerce une action apéritive. Il est aussi cholérétique et cholagogue. Ainsi, il stimule la sécrétion de bile et les fonctions biliaires qui jouent un rôle direct sur l’appétit.

Cette étude de l’université Kyung Hee de Séoul (Corée), réalisée chez des patients cancéreux, montre comment le pissenlit stimule l’appétit.


💦 Diurétique

Les feuilles de la plante sont particulièrement riches en potassium (environ 400 mg pour 100 g). Ce sel minéral participe à la diurèse c’est-à-dire à la formation et à l’élimination des urines par les reins et la vessie.

Ainsi, le pissenlit provoque une augmentation de la fréquence et du volume urinaire, utile pour traiter certaines maladies comme les calculs rénaux. Son action diurétique le rend aussi efficace en cas de rétention d’eau et d’œdèmes.

Cette étude de l’institut Tai Sophia de Laurel (États-Unis), réalisée chez l’homme, montre les effets diurétiques du pissenlit.


♻️ Soulage les troubles digestifs

En phytothérapie, il est conseillé pour soulager la dyspepsie et divers troubles digestifs : digestion lente et difficile, constipation, flatulences et ballonnements intestinaux…

D’une part, ses principes amers lui confèrent des vertus stomatiques qui améliorent la digestion et soutiennent les fonctions de l’estomac.

D’autre part, il contient des fibres (environ 3 g pour 100 g) qui participent au bon fonctionnement de l’intestin. Enfin, il stimule la croissance de bactéries probiotiques (bifidobactéries) au sein du microbiote intestinal.

Cette étude de l’université tchèque d’agriculture de Prague (République Tchèque), menée sur des souches bactériennes, montre l’action du pissenlit sur le microbiote.


🍭 Améliore le diabète

Sa consommation permet un meilleur contrôle du diabète de type 2 (diabète sucré). Un bienfait qu’il doit aux acides chicorique et chlorogénique, au taraxastérol et aux lactones sesquiterpéniques de ses racines.

D’une part, il réduit le taux de sucre dans le sang et aide à réguler la glycémie. D’autre part, il stimule le pancréas à produire de l’insuline.

Cette revue de l’hôpital universitaire d’Aarhus (Danemark) montre l’activité antidiabétique du pissenlit.


🔬 Potentiellement anti-cancer

La plante contient de nombreux actifs antioxydants au potentiel anti-cancer. Ainsi, elle est riche en vitamine A (bêta-carotène), en polyphénols et en flavonoïdes.

Ces composés inhibent la prolifération des cellules malades. De plus, ils stimulent le facteur de nécrose tumorale (TNF-alpha), impliqué dans la lutte contre les cellules cancéreuses. Enfin, ils induisent l’apoptose (mort cellulaire programmée).

Cette étude de l’hôpital universitaire pour enfants d’Essen (Allemagne), réalisée sur des cellules, montre le potentiel anti-cancer du pissenlit.

racine de pissenlit
Les racines de pissenlit permettent de soulager les troubles digestifs

Comment consommer le pissenlit ?

Le pissenlit en gélules

Les gélules contiennent de la poudre de feuilles ou de racines de pissenlit. Les racines sont plus indiquées pour soulager les troubles digestifs, le diabète et stimuler l’appétit. Les feuilles, quant à elles, agissent davantage sur l’appareil urinaire.

C’est un format pratique, facile à prendre et qui n’a pas l’amertume de la poudre. Si possible, privilégiez les gélules d’origine végétale.

Le pissenlit en poudre

Les parties de la plante sont récoltées, séchées puis finement broyées pour obtenir une poudre. Là encore, il peut s’agir de poudre de feuilles ou de racines de pissenlit. Choisissez la mieux adaptée en fonction de vos besoins.

La poudre se mélange facilement dans un verre d’eau. Pour atténuer sa saveur amère, vous pouvez aussi la consommer dans un jus de fruits, de légumes ou dans du lait végétal.

Le pissenlit séché

Il est possible de trouver des feuilles ou des racines séchées. Ce format est idéal pour préparer des décoctions et des tisanes diurétiques.

Comptez une cuillère à soupe de racines ou de feuilles séchées pour 200 ml d’eau. Laissez infuser 10 minutes et dégustez. Du sucre, du miel ou de la poudre de lucuma adoucira son goût amer.

Le pissenlit en teinture-mère

Dans ce cas, c’est la plante entière fleurie qui est utilisée. La teinture-mère est obtenue par extraction hydro-alcoolique. Ce format est riche en principes actifs mais contient de l’alcool. C’est pourquoi il est déconseillé aux femmes enceintes, aux enfants ou aux personnes souffrant de certaines pathologies.

tisane pissenlit
Tisane diurétique au pissenlit

Consommer durable : privilégier le pissenlit bio, local et équitable

✓ Vous pouvez en cueillir facilement à l’état sauvage. Récoltez les feuilles jeunes, au printemps, et les racines au printemps ou en automne. Privilégiez les lieux préservés de toute pollution et traitements chimiques (pesticides, herbicides…).

✓ De nombreux producteurs français cultivent aussi du pissenlit. Dans ce cas, privilégiez l’agriculture biologique.

Posologie

La posologie recommandée est de 30 g de feuilles et 15 g de racines par jour.

Contre-indications et effets secondaires

La consommation de pissenlit présente certaines contre-indications :

  • Par mesure de précaution, elle est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes et aux jeunes enfants ;
  • Les personnes souffrant de calculs biliaires, d’insuffisance rénale ou de pathologies cardiaques doivent consulter leur médecin avant d’en consommer ;
  • Sa consommation peut interagir avec les médicaments diurétiques. Demandez conseil à votre médecin si vous suivez un traitement ;
  • Les personnes allergiques aux plantes de la famille des Astéracées peuvent y être sensibles.

La consommation de pissenlit présente certains effets secondaires :

  • Maux d’estomac
  • Éruptions cutanées
  • Diarrhée

Si vous ressentez des effets secondaires, stoppez votre consommation et consultez un médecin.

Tout est bon dans le pissenlit !

Sources et études scientifiques

Katrin Schütz, Reinhold Carle, Andreas Schieber, 2006. Taraxacum–a review on its phytochemical and pharmacological profile.

Sang-Mi Woo, Kang Min Lee, Gyu Ri Lee, Ji Youn Park, Hee Jae Lee, Hyo-Jung Bahn, Hyun Seok Yoon, Jem Yung Kim, Young Cheol Shin, Sung-Gook Cho, Seong-Gyu Ko, 2018. Novel herbal medicine LA16001 ameliorates cisplatin-induced anorexia.

Bevin A Clare, Richard S Conroy, Kevin Spelman, 2009. The diuretic effect in human subjects of an extract of Taraxacum officinale folium over a single day.

I Trojanová, V Rada, L Kokoska, E Vlková 2004. The bifidogenic effect of Taraxacum officinale root.

K Menke, M Schwermer, J Felenda, C Beckmann, F Stintzing, A Schramm, T J Zuzak, 2018. Taraxacum officinale extract shows antitumor effects on pediatric cancer cells and enhance mistletoe therapy.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur twitter
Twitter
POUR APPROFONDIR

Fatigué.e ?

Recevez gratuitement notre ebook 10 aliments exceptionnels pour booster son énergie.
1 mardi sur 2, conseils, recettes et réductions pour changer votre vie grâce à votre alimentation.