Klamath, la micro-algue nutritive de l’Oregon

Les lacs du monde entier regorgent de trésors naturels : spiruline, chlorella mais aussi klamath, une micro-algue vivant dans les eaux douces du lac Klamath dans l’Oregon aux États-Unis. La klamath est d’une composition exceptionnelle et l’un des super aliments les plus nutritifs. On vous dit tout sur cette micro-algue particulièrement nourrissante !
Klamath

Qu’est-ce que la klamath ?

Comme la spiruline (Arthrospira platensis) ou la chlorella (Chlorella vulgaris), la klamath n’est pas une algue à proprement parler mais une cyanobactérie (aussi appelée « micro-algue » ou « algue bleu-vert »). Cet embranchement de bactéries se différencie par son aptitude à réaliser la photosynthèse et par sa teneur en chlorophylle.

La klamath, ayant pour nom scientifique Aphanizomenon flos-aquae, est une micro-algue originaire du lac Klamath supérieur situé dans l’Oregon, au nord-ouest des États Unis. Elle s’y développe en abondance car elle trouve dans ces eaux douces, pures et préservées, toutes les conditions nécessaires à son développement.

La klamath est une cyanobactérie filamenteuse qui se développe à la surface de l’eau et ressemblant à un brin d’herbe. Sa couleur bleu-vert est due à la présence de chlorophylle et de pigments comme les phycocyanines.

Sans noyau, la klamath est toutefois dotée de cellules très performantes, appelées hétérocytes, qui lui permettent de réaliser la photosynthèse en fixant l’azote atmosphérique. Elle possède également des akinètes, des cellules de résistance qui prennent le relais lorsque les conditions sont défavorables : froid, faible luminosité, absence d’éléments nutritifs…

algue bleue
Vue de l’upper Klamath Lake en Oregon

Bien qu’on ne connaisse pas avec précision son usage traditionnel, elle aurait été longtemps consommée par la tribu des klamaths, un peuple d’amérindiens de l’Oregon. C’est finalement à partir des années 90 que sa consommation se développe. La production annuelle en provenance du lac Klamath atteint alors plus d’une tonne. Les nombreuses recherches scientifiques ont ensuite contribué à sa popularisation dans le monde entier.

Elle compte pas moins de 20 acides aminés et 14 vitamines sans oublier les minéraux, oligo-éléments et substances naturelles qu’elle renferme.

Aujourd’hui, la klamath est essentiellement consommée comme complément alimentaire, en gélules, en comprimés, en paillettes ou en poudre. Sa composition exceptionnelle fait d’elle un super aliment très intéressant pour régénérer l’organisme, stimuler l’immunosurveillance (processus permettant au système immunitaire de contrôler les cellules pathogènes), prévenir les carences et soulager la dépression.

Composition nutritionnelle

  • 20 acides aminés dont 10 essentiels : arginine, histidine, isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, thréonine, tryptophane, valine
  • 14 vitamines : A, C, E, B1, B2, B3, B6, B8, B12, K…
  • Minéraux et oligo-éléments : calcium, cuivre, potassium, zinc, magnésium, fer, germanium, sélénium…
  • Phényléthylamine
  • Protéines
  • Pigments antioxydants : phycocyanine, bêtacarotène et caroténoïdes
  • Acides gras insaturés : oméga 3, oméga 6
  • Chlorophylle
  • Polyphénols
  • Polysaccharides 
  • Peptides
  • Lipides
algues bleues
Vue du Lower Klamath Lake

Les bienfaits de la klamath


🛡 Active l’immunosurveillance

La klamath ne stimule pas directement les lymphocytes (globules blancs) mais active l’immunosurveillance. La surveillance immunitaire est une fonction physiologique naturelle de l’organisme qui permet le contrôle continu et la reconnaissance des agents pathogènes. C’est donc grâce à cette immunosurveillance réalisée en amont que les défenses immunitaires se mettent en action.

Cette propriété est due à la phycocyanine, un pigment immuno-modulateur contenu dans cette micro-algue et également présent dans la spiruline. Parallèlement, d’autres composés de la micro-algue contribuent au bon fonctionnement du système immunitaire : fer, sélénium, zinc, vitamine C

Cette étude de l’Université McGill à Montréal, menée sur des personnes volontaires, montre les effets positifs de la consommation de klamath sur le système immunitaire.


🧘🏽‍♀️ Soulage la dépression et contribue au bien-être mental

La klamath n’agit pas seulement sur le physique : c’est aussi un super aliment intéressant pour améliorer son bien-être mental. Sa consommation est recommandée en cas de dépression ou de déprime passagère, de fatigue mentale, de difficultés de concentration…

La micro-algue contient de précieux composés connus pour leur action sur le système nerveux. Elle présente notamment une quantité importante de vitamine B12 (4-6 mcg/g dont au moins 1 mcg/g assimilable) et de tryptophane (15 mg/g).

La vitamine B12 permet, entre autres, de limiter les troubles de l’humeur. Une carence en B12 est d’ailleurs susceptible de provoquer un état dépressif. Le tryptophane, quant à lui, participe directement à la formation de la sérotonine, aussi appelée « hormone du bonheur ».

Enfin, la klamath contient de la phényléthylamine (PEA), une substance naturellement produite par l’organisme. Aussi appelée la « molécule de l’amour », elle produit une sensation intense de bien-être. La phényléthylamine s’est également montrée efficace dans le traitement des troubles du comportement.

Cette étude de différentes universités italiennes, menée sur des patients souffrant de trouble de déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH), montre le potentiel de la phényléthylamine contenue dans la klamath pour améliorer les symptômes de la maladie (inattention, impulsivité…).


🥝 Lutte contre les radicaux libres

La klamath est un aliment à l’action antioxydante. Sa teneur en bêta-carotène, en phycocyanine, en polyphénols et en vitamine C lui permet de lutter efficacement contre les radicaux libres. Ainsi, sa consommation prévient les dommages oxydatifs sur les cellules.

La micro-algue agit efficacement contre le stress oxydatif occasionné par l’excès de radicaux libres dans l’organisme. Il est notamment impliqué dans l’apparition de maladies liées à l’âge et au vieillissement comme la maladie d’Alzheimer.

Cette étude du Centre national de recherche scientifique de La Havane à Cuba, menée sur des souris, démontre l’action de piégeage et les propriétés antioxydantes de la phycocyanine des algues bleu-vert sur les radicaux libres.

Cette autre étude de l’Université de Palerme en Italie, menée directement sur des molécules bioactives, s’est intéressée au potentiel de la klamath dans la prévention du stress oxydatif.


🍽 Prévient les carences

La klamath est considérée comme l’un des super aliments les plus nutritifs au monde. En effet, il est rare que l’on trouve autant de nutriments assimilables dans un seul et même aliment. À eux seuls, les acides aminés représentent plus de 50 % du poids de la klamath.

La consommation de klamath est particulièrement recommandée aux personnes végétariennes ou vegan afin de prévenir les carences en fer, en vitamine B12 (mais en quantité trop faible pour se passer complètement d’une supplémentation) et en oméga 3 et 6. Elle permet également de faire le plein de protéines végétales.

Cette étude de l’Institut de biomédecine et d’immunologie moléculaire de Palerme en Italie, menée directement sur des cellules, permet d’en apprendre plus sur la composition de la klamath.


♾ Favorise la production de cellules souches

La klamath a la particularité de stimuler la production de nos propres cellules souches. Ces cellules sont en fait les « cellules mères » de tous les organes et tissus du corps humain. Elles sont à l’origine de leur formation mais aussi de la fabrication des « sous-cellules » dans chaque organe et dans chaque tissu. Les cellules souches sont aussi capables de réparer les organes ou les tissus abîmés.

À l’intérieur de l’organisme, les cellules souches se multiplient indéfiniment. Mais l’âge, les radicaux libres, les maladies… réduisent leur capacité de prolifération et de restauration. En favorisant la production de cellules souches, la klamath soutient la régénération des organes et des tissus.

Cette étude de l’université de Floride du sud aux États-Unis, menée sur des cellules humaines, a étudié l’action de la klamath sur la prolifération de cellules souches.

algue klamath témoignage
Grâce à différents composés, la klamath favoriserait le bien-être mental

Comment consommer la klamath ?

La klamath en comprimés

Les comprimés ou gélules de klamath constituent la forme la plus simple à prendre et la plus facile à trouver dans le commerce. Ce type de complément alimentaire a également l’avantage de ne pas avoir de goût. En effet, la klamath possède une forte odeur et une saveur d’algue très prononcée qui peut ne pas plaire à toutes et à tous…

Choisissez de préférence des gélules contenant de la klamath 100% naturelle et/ou certifiée bio, sans OGM, sans additifs et sans conservateurs.

Gélules de klamath : bien vérifier la composition

La klamath en paillettes

On peut trouver de la klamath en paillettes c’est-à-dire de l’algue déshydratée. C’est une forme assez naturelle et peu modifiée qui reconstitue bien sa richesse nutritive. Comme pour les gélules, on vérifie bien la composition et on privilégie de la klamath issue d’une culture biologique.

Si vous appréciez son goût d’algue, vous pouvez saupoudrer des paillettes directement sur les aliments (salades, soupes, compotes…) ou dans un liquide comme un smoothie vert, par exemple.

La klamath en poudre

La poudre de klamath est une forme assez facile à trouver en magasins bio et spécialisés ou sur Internet. Après la récolte, on sèche la micro-algue puis on la réduit en poudre. Choisir ce format est une bonne façon de profiter des ses vertus nutritives.

La klamath en poudre s’utilise de la même façon que les paillettes : saupoudrée sur des préparations salées ou sucrées, mélangée à de l’eau, un jus de fruits ou un smoothie…

phycocyanine
Un smoothie vert kiwi, épinards, klamath

La klamath fraîche

Seuls les États-Unis commercialisent la klamath fraîche. Il s’agit de klamath qui, à peine récoltée, est directement congelée. Cette congélation a l’avantage de préserver la qualité nutritive de la micro-algue.

Klamath et spiruline

Il n’est pas rare de trouver des compléments alimentaires associant la klamath et la spiruline. En effet, ces deux micro-algues agissent en synergie pour renforcer les défenses naturelles, apporter énergie et tonus à l’organisme. L’association klamath/spiruline est idéale pour les sportifs, les personnes fatiguées, les étudiants ou encore les personnes âgées.

Pour stimuler l’organisme, elle peut également être consommée avec certaines plantes médicinales comme la maca (Lepidium Meyenii), le tribulus (Tribulus terrestris) ou le guarana (Paullinia cupana).

Les critères à prendre en compte

Au moment de choisir votre klamath, il est important de prendre en compte 3 critères principaux :

  • les certifications,
  • la méthode de séchage,
  • le pays d’origine.

Concernant les certifications, on choisit un complément alimentaire labellisé « AB/Eurofeuille » et certifié « Organic Thilth Certified Oregon » (OTCO). Ce label, délivré par la Oregon Tilth, garantit une klamath cultivée en agriculture biologique.

On vérifie également que l’algue ait été séchée à l’air froid, une méthode qui préserve les nutriments contrairement au séchage à l’air tiède.

Enfin, la klamath doit obligatoirement provenir des États-Unis et être récoltée à l’état sauvage sur le lac Klamath.

Posologie de la klamath

⚖️ S’il n’existe pas vraiment de posologie recommandée pour la klamath, il est conseillé de ne pas en consommer plus de 3 grammes par jour.

⏳ Les prises doivent se faire de préférence en 2 fois, le matin et le midi, avant les repas. En raison de son action tonifiante, évitez d’en consommer en fin de journée.

⏳ La klamath peut se prendre quotidiennement ou sous forme de cure de 3 à 6 mois en faisant une pause toutes les 3 semaines.

💊 En comprimés : jusqu’à 6 par jour pour des gélules de 300 mg.

🥗 En paillettes : 1 cuillère à café rase par jour.

🥄 En poudre : 1 cuillère à café rase par jour.

Contre-indications et effets secondaires

La consommation de klamath présente certaines contre-indications et est déconseillée aux personnes suivantes :

  • Par mesure de précaution, les jeunes enfants, les femmes enceintes ou allaitantes doivent éviter de prendre de la klamath.
  • En raison de sa teneur en vitamine K (impliquée dans la fonction de coagulation du sang), on la déconseille aux personnes sous traitement anticoagulant.
  • La klamath, riche en iode, doit être consommée avec précaution chez les personnes ayant des antécédents cardiaques, souffrant d’insuffisance rénale ou de troubles thyroïdiens.

La prise de klamath peut provoquer les effets secondaires suivants :

  • Migraines.
  • Troubles digestifs (maux d’estomac, diarrhée).
  • Nausées.

Si les symptômes persistent, stoppez votre consommation et consultez un médecin.

Histoire, culture et marché de la klamath

Un environnement préservé

La klamath croît dans un environnement d’exception. En effet, le lac Klamath constitue une vaste étendue d’eau douce de 250 km². C’est un lac d’altitude particulièrement riche en substances nutritives et protégé des pollutions industrielles. Si son eau est si pure, c’est parce que le lac Klamath est alimenté par 17 sources et reçoit l’eau issue de la fonte des glaces des montagnes volcaniques environnantes.

Mais fragile

Malheureusement, le réchauffement climatique et la multiplication des sécheresses fragilisent cet équilibre. La demande grandissante en micro-algue klamath pèse également sur la préservation du lac. Heureusement, sa récolte est encore artisanale et très limitée. La micro-algue a aussi la capacité de se reproduire très rapidement durant l’été.

Entre juin et octobre, la klamath est récoltée depuis des barges équipées d’un système sélectif pour ne pas ramasser les autres micro-algues du lac. D’autres récolteurs, en revanche, utilisent la technique de pompage leur permettant de récolter jusqu’à 1,6 kg de la micro-algue par seconde ! Un mode de récolte bien moins respectueux…

À l’heure actuelle, certains scientifiques tentent de cultiver la klamath en laboratoire dans le but de la rendre plus accessible et de répondre au défi de nourrir 10 milliards d’humains d’ici à 2050.

Reportage de Biovie sur la récolte de Klamath au lac du même nom

Dossier réalisé par Julia Perez et Charlotte Jean


Sources et études scientifiques

Wayne Carmichael, Christian J Drapeau, Donald M Anderson, 2000. Harvesting of Aphanizomenon flos-aquae Ralfs ex Born. & Flah. Var. flos-aquae (Cyanobacteria) from Klamath Lake for human dietary use.

Gitte Jensen, Donald I. Ginsberg, Patricia Huerta, Monica Citton, Christian J Drapeau, 2000. Consumption of Aphanizomenon flos-aquae Has Rapid Effects on the Circulation and Function of Immune Cells in Humans A novel approach to nutritional mobilization of the immune system.

Cremonte M, Sisti D, Maraucci I, Giribone S, Colombo E, Rocchi MBL, Scoglio S, 2017. The Effect of Experimental Supplementation with the Klamath Algae Extract Klamin on Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder.

Romay C, Armesto J, Remirez D, González R, Ledon N, García I, 1998. Antioxidant and anti-inflammatory properties of C-phycocyanin from blue-green algae.

Nuzzo D, Contardi M, Kossyvaki D, Picone P, Cristaldi L, Galizzi G, Bosco G, Scoglio S, Athanassiou A, Di Carlo M, 2019. Heat-Resistant Aphanizomenon flos-aquae (AFA) Extract (Klamin®) as a Functional Ingredient in Food Strategy for Prevention of Oxidative Stress.

D. Nuzzo, G. Presti, P. Picone, G. Galizzi, E. Gulotta, S. Giuliano, C. Mannino, V. Gambino, S. Scoglio, et M. Di Carlo, 2018. Effects of the Aphanizomenon flos-aquae Extract (Klamin®) on a Neurodegeneration Cellular Model.

Roland Shytle, Jun Tan, Jared Ehrhart, Adam J Smith, Cyndy D Sanberg, Paul Sanberg, Jerry Anderson, Paula C Bickford, 2010. Effects of blue-green algae extracts on the proliferation of human adult stem cells in vitro: A preliminary study.

Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur twitter
Un dossier réalisé par
POUR APPROFONDIR