Baobab, l’arbre du pharmacien

Le baobab est un arbre géant d’Afrique qui, depuis des millénaires, fait l’objet de contes et de légendes. Mais c’est aussi un arbre important de la médecine traditionnelle africaine. Il possède, entre autres, des propriétés tonifiantes, antalgiques et anti-inflammatoires. Découvrez pourquoi le baobab mérite amplement son surnom d’arbre du pharmacien !
baobab

BIENFAITS DU BAOBAB
✓ Tonifie l’organisme
✓ Soulage la douleur
✓ Soutient les articulations
✓ Lutte contre les radicaux libres
✓ Améliore le transit intestinal

Qu’est-ce que le baobab ?

Le genre botanique Adansonia regroupe une dizaine d’espèces de baobab originaires d’Afrique, de Madagascar ou d’Australie. Mais, en phytothérapie, le terme « baobab » désigne plus spécifiquement la variété la plus connue : le baobab africain ou Adansonia digitata. Ce dernier appartient à la famille des Bombacacées qui regroupe de nombreuses espèces d’arbres remarquables.

Le baobab inspire le respect. Pouvant atteindre 25 m de hauteur et plus de 20 m de circonférence, sa durée de vie est exceptionnelle : de 1000 à 2000 ans. À ce titre, certains baobabs sont classés parmi les arbres les plus vieux du monde.

Du mois de juin jusqu’à fin août, le baobab se pare de grandes fleurs blanches et pendantes qui éclosent au crépuscule et ne durent qu’une nuit. Leur parfum et leur nectar attirent des animaux qui vont se charger de féconder les fleurs. C’est notamment le cas de la chauve-souris Roussette d’Égypte et Roussette paillée africaine.

fruit du baobab
Un baobab à l’entrée d’un village au Burkina Faso

Le baobab produit de gros fruits ovales, appelés « pain de singe », à l’enveloppe coriace et pelucheuse. Chacun d’entre eux renferme de nombreuses graines comestibles mais contient surtout près de 30% de pulpe. La pulpe du fruit du baobab est consommée par de nombreux animaux (éléphants, singes, rongeurs…) qui y trouvent une excellente source de nutriments.

Les humains ont eux aussi compris l’intérêt de la pulpe pour la santé. Les fruits du baobab font partie intégrante de la culture et de la médecine traditionnelle africaine.

Au Sénégal, la pulpe sert notamment à la fabrication du jus de bouye, une boisson rafraîchissante qui améliore le transit intestinal et soulage la diarrhée. Elle est particulièrement antioxydante.

La pulpe peut aussi être ajoutée dans la pâte à pain, une fois séparée des graines et réduite en poudre. D’autres parties du baobab sont consommées par les populations locales à l’image de l’écorce ou des feuilles, riches en vitamines C et A, en fer et en mucilage.

En Occident, les recherches sur le fruit du baobab ont permis d’en savoir un peu plus sur sa remarquable composition nutritionnelle. Comme le montre cette étude de l’Université de Gand (Belgique) et de la Czech University of Life Sciences à Prague (République Tchèque), la pulpe renferme une quantité importante de vitamine C, de fibres, de protéines, de lipides, de minéraux et d’oligo-éléments (calcium, phosphore, potassium…).

Composition nutritionnelle

  • 18 acides aminés dont 8 essentiels : proline, histidine, thréonine, tryptophane, phénylalanine, valine, méthionine, leucine, lysine, tyrosine…
  • Vitamines : A, B1, B2, B3, C
  • Minéraux et oligo-éléments : calcium, cuivre, fer, potassium, magnésium, manganèse, sodium, phosphore, zinc
  • Acides gras : acide oléique, acide linoléique, acide palmitique, acide stéarique…
  • Caroténoïde : lutéine
  • Acides naturels : acide citrique, acide tartrique, acide malique, acide succinique
  • Actifs antioxydants : procyanidines, flavonoïdes
  • Protéines
  • Glucides
  • Fibres
  • Lipides
  • Sucres : fructose, saccharose, glucose
  • Pectines
fruit de baobab
Un fruit de baobab

Les bienfaits du baobab


⚡️ Tonifie l’organisme

La pulpe du fruit du baobab présente une forte teneur en vitamine C (ou acide ascorbique) avec 373 mg pour 100 g. Ainsi, elle contient 7 fois plus de vitamine C que le citron (50 mg pour 100g) et 6 fois plus que l’orange (57 mg pour 100g). L’acide ascorbique est la vitamine de l’énergie et de la vitalité par excellence. Elle renforce notamment le système immunitaire, améliore l’absorption du fer et lutte contre les radicaux libres. 

D’autres composants de la pulpe ont aussi une action tonifiante. C’est le cas des glucides et des lipides, qui constituent les principales sources d’énergie de notre organisme, et de la vitamine B2 (riboflavine) qui participe au métabolisme énergétique.

Grâce à ces différents composants, la pulpe de fruit du baobab est idéale pour les personnes fatiguées, convalescentes ou pour prévenir les affections hivernales (rhume, grippe…) en renforçant les défenses immunitaires.

Cette étude de l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin), menée en laboratoire, montre la haute teneur en vitamine C de la pulpe de fruit du baobab.


💆‍♂️ Soulage la douleur

Le baobab est aussi reconnu pour son action analgésique c’est-à-dire sa capacité à réduire la douleur. Cette propriété se retrouve dans la pulpe mais aussi dans l’écorce de l’arbre consommée en infusion ou en décoction.

Le baobab est particulièrement intéressant pour soulager les douleurs musculaires et articulaires, d’autant plus qu’il contribue aussi à réduire l’inflammation. En ce sens, ses propriétés sont similaires à celles d’un autre arbre, le boswellia.

Les vitamines du groupe B, la vitamine C, la phénylalanine et l’histidine sont responsables de cette action anti-douleur. La phénylalanine, par exemple, est un acide aminé essentiel impliqué dans la diminution des douleurs, y compris chroniques. Pour cela, elle inhibe l’activité de l’enképhalinase, une enzyme cérébrale qui amplifie les signaux de la douleur.

Cette étude de l’Université d’Ilorin (Nigeria), menée sur des rats, démontre l’effet analgésique de l’extrait d’écorce de baobab africain.


🤸🏼‍♀️ Soutient les articulations

De nombreuses études ont mis en évidence les bienfaits du baobab sur les articulations. Les feuilles comme la pulpe sont de précieuses alliées en cas de maladies inflammatoires telles que l’arthrose ou la polyarthrite rhumatoïde. En effet, en plus de soulager les douleurs articulaires, la baobab réduit l’inflammation, au même titre que le curcuma.

Cette action est en grande partie due à la présence de méthionine, de proline, de polyphénols et de vitamines qui aident à réduire les cytokines, des substances encourageant l’inflammation. La vitamine A (ou rétinol) agit notamment au niveau du médiateur inflammatoire MCP-1 (monocyte chemoattractant protein 1), impliqué dans plusieurs maladies comme l’arthrite rhumatoïde.

Lire aussi l Ces aliments anti-inflammatoires naturels et savoureux

Les vitamines du groupe B jouent aussi un rôle important sur la diminution de l’inflammation au niveau des articulations. Quant à la méthionine et à la proline, il s’agit d’acides aminés qui contribuent à la formation du cartilage.

Cette étude de l’Université d’Addis-Abeba en Éthiopie et de l’Université de Soonchunhyang en Corée du sud, menée sur des cellules, montre comment l’extrait de feuilles de baobab africain exerce ses effets anti-inflammatoires.


🥝 Lutte contre les radicaux libres

La pulpe de baobab est particulièrement riche en actifs antioxydants : vitamine A, vitamine C, procyanidines, flavonoïdes, caroténoïdes… Autant de composés qui luttent contre les radicaux libres et préviennent les dommages sur les cellules.

Les procyanidines contenus dans la pulpe de fruit du baobab sont des tanins présents dans certains fruits, comme le raisin ou la pomme, et dans le cacao. Ils sont réputés pour leur capacité à éliminer les radicaux libres et pour leur efficacité dans la prévention du stress oxydatif.

Dans cette étude de l’Université de Pise en Italie, réalisée sur des échantillons de pulpe de fruits séchés, les chercheurs se sont intéressés à l’activité antioxydante du baobab.

Cette autre étude de l’Université de Leeds au Royaume-Uni, elle aussi réalisée sur de la pulpe, a mis en évidence les composants bioactifs et leur activité antioxydante.


♻️ Améliore le transit intestinal

La consommation de pulpe de fruit du baobab est intéressante pour améliorer le transit intestinal et soulager les troubles gastro-intestinaux. Riche en fibres et en mucilage, elle présente une action antidiarrhéique qui réduit les symptômes de la diarrhée et de la dysenterie. Parallèlement, elle participe à la réhydratation du corps pour compenser les pertes en eau.

Les fibres solubles contenues dans la pulpe agissent également comme des prébiotiques : elles encouragent le développement de bonnes bactéries (Lactobacillus plantarum, Streptococcus lactis…) dans le microbiote intestinal.

Enfin, l’histidine est un acide aminé aux propriétés antispasmodiques qui permet d’atténuer les crampes intestinales et les coliques.

Cette étude de l’université d’agriculture d’Abeokuta au Nigeria, menée sur des bactéries, montre comment la pulpe de baobab a entraîné une augmentation de la population de bactéries lactiques.

adansonia
Grâce à son activité anti-inflammatoire, le baobab soutient les articulations

Comment consommer le baobab ?

Le baobab en comprimés

Les comprimés ou gélules de baobab contiennent de la pulpe de fruit du baobab réduite en poudre. Cette forme est plus simple à prendre que la poudre et a l’avantage de ne pas avoir de goût. Elle est intéressante pour réaliser une cure de quelques semaines.

Choisissez de préférence des gélules 100% naturelles et/ou certifiées bio, sans OGM, sans colorants ni conservateurs.

Le baobab en poudre

poudre de boabab
Pulpe de baobab et la poudre qui en est extraite

La poudre de baobab se trouve facilement en magasins bio et spécialisés ou sur Internet. Après la récolte des fruits, les coques sont ouvertes pour en extraire la pulpe. Elle est ensuite séparée des graines, séchée, réduite en poudre puis tamisée.

La poudre de baobab a un goût légèrement acidulé qui s’associe très bien aux préparations sucrées : céréales, crêpes, yaourts, pâte à gâteau… On peut aussi la saupoudrer sur les salades ou la mélanger simplement à de l’eau, un jus de fruits ou un smoothie.

Jus de baobab

Il existe dans le commerce, et on en voit de plus en plus, des jus de baobab. Et on trouve un peu tout et n’importe quoi, avec des fabricants qui surfent sur la mode de ce super fruit ! On vérifie toujours la quantité de baobab et de sucre pour ne pas se retrouver avec un jus riche en glucose et pauvre d’un point de vue nutritionnel. On les choisit autant que possible sans colorant ni conservateur, ni arôme artificiel.

Pourquoi choisir du baobab bio et équitable ?

Au moment de choisir votre complément alimentaire ou votre jus, vérifiez la provenance du baobab. Privilégiez les origines Sénégal, Mali et Bénin où les récoltes sont encore artisanales.

Le baobab peut aussi être issu d’une filière équitable et responsable (label « Fair for Life ») qui soutient économiquement les populations locales.

Baobab et spiruline

L’association baobab/spiruline est idéale pour renforcer les défenses immunitaires, garder ou retrouver la forme. Grâce à sa teneur en oligo-éléments et en acide gamma-linolénique, la spiruline (Arthrospira platensis) participe au bon fonctionnement du système immunitaire. Le baobab et la spiruline contiennent tous deux des pigments antioxydants (phycocyanines) qui luttent contre les radicaux libres.

Posologie du baobab

⚖️ On conseille de ne pas consommer plus de 15 g par jour de poudre de baobab.

⏳ Les prises doivent se faire de préférence le matin et le midi, avant les repas. En raison de son action tonifiante, on évite de consommer du baobab en fin de journée au risque de subir des insomnies.

⏳ Le baobab peut se prendre au quotidien, en entretien, ou sous forme de cure allant de 20 jours à 2 mois. Réaliser une cure peut aider à la remise en forme des personnes convalescentes ou après chaque changement de saison.

💊 En comprimés : jusqu’à 6 par jour pour des gélules de 355 mg.

🥄 En poudre : jusqu’à 15 g par jour.

Contre-indications et effets secondaires

Certains composés présents dans la pulpe de fruit du baobab font qu’elle est contre-indiquée et déconseillée aux personnes suivantes :

  • Par mesure de précaution, les jeunes enfants, les femmes enceintes ou allaitantes doivent éviter de prendre du baobab.
  • En raison de sa teneur en potassium, le baobab est déconseillé aux personnes souffrant d’insuffisance cardiaque ou rénale.
  • Les personnes concernées par des troubles intestinaux doivent consommer du baobab avec précaution. Sa forte teneur en fibres peut être source de ballonnements et de flatulences.

La prise de baobab peut provoquer les effets secondaires suivants :

  • Effet laxatif.
  • Inconfort digestif, ballonnements et flatulences.

Si les symptômes persistent, on stoppe sa consommation et on consulte un médecin.

Histoire, culture et marché du baobab

Un arbre ancré dans la culture africaine

poudre de baobab
Fruits de baobab

Originaire de la savane subsaharienne, le baobab africain pousse essentiellement dans la région du Sahel : Sénégal, Mali, Burkina-Faso, Nigeria… Mais on le retrouve dans toute l’Afrique, y compris sur les îles : Madagascar, Comores…

Le baobab, célèbre « arbre à palabres », est toujours profondément ancré dans la culture africaine. Les populations locales l’utilisent à des fins thérapeutiques, alimentaires, économiques et socioculturelles. Au Sénégal, toutes les parties de l’arbre ont une utilité : ses feuilles sont utilisées en cuisine, l’écorce sert à la fabrication de cordes et le jus extrait du fruit soulage les diarrhées.

Progressivement, le baobab est aussi devenu une importante source de revenus pour les habitants. En 2017, l’Afrique a exporté 450 tonnes de poudre de pulpe (contre 50 tonnes en 2013). Et la demande internationale ne cesse de grandir. Le marché du baobab pourrait représenter 350 millions d’euros en 2025 selon l’African Baobab Alliance.

Un arbre menacé

Malheureusement, les baobabs sont en danger. À l’heure actuelle, 6 espèces de baobab sur les 8 représentées dans le monde sont menacées et inscrites sur la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Le changement climatique, la production intensive et le développement industriel de l’Afrique sont les principales menaces qui pèsent sur les baobabs.

Malgré son exceptionnelle résistance à la sécheresse, le baobab est fragilisé par les températures de plus en plus élevées. Au Sénégal, l’industrie du ciment et l’implantation de carrières fragilisent encore un peu plus le baobab africain.

Reportage vidéo du Monde sur le fruit du baobab et l’attention qu’il faut porter à sa provenance

Dossier réalisé par Julia Perez et Charlotte Jean


Sources et études scientifiques

Emmy De Caluwé, Kateřina Halamová, Patrick Van Damme, 2010. Adansonia digitata L. – A review of traditional uses, phytochemistry and pharmacology.

Chadare FJ, Linnemann AR, Hounhouigan JD, Nout MJ, Van Boekel MA, 2009. Baobab food products: a review on their composition and nutritional value.

Bamidele Owoyele, Ahmed O Bakare, 2017. Analgesic properties of aqueous bark extract of Adansonia digitata in Wistar rats.

Yihunie Ayele, Jung-Ah Kim, Eunhee Park, Ye-Jung Kim, Negussie Retta, Gulelat Dessie, Sang-Ki Rhee, Kwangoh Koh, Kung-Woo Nam, et Hee Seon Kim, 2013. A Methanol Extract of Adansonia digitata L. Leaves Inhibits Pro-Inflammatory iNOS Possibly via the Inhibition of NF-κB Activation.

Alessandra Braca, Chiara Sinisgalli, Marinella De Leo, Beatrice Muscatello, Pier Luigi Cioni, Luigi Milella, Angela Ostuni, Sergio Giani, and Rokia Sanogo, 2018. Phytochemical Profile, Antioxidant and Antidiabetic Activities of Adansonia digitata L. (Baobab) from Mali, as a Source of Health-Promoting Compounds.

David T. Tembo, Melvin J. Holmes, Lisa J. Marshall, 2017. Effect of thermal treatment and storage on bioactive compounds, organic acids and antioxidant activity of baobab fruit (Adansonia digitata) pulp from Malawi.

Oluwatoyin Rebecca Afolabi, Tope Popoola, 2005. The effects of baobab pulp powder on the micro flora involved in tempe fermentation.

Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur twitter
Un dossier réalisé par
POUR APPROFONDIR