Bacopa, la plante alliée du cerveau

Le bacopa, plus connu en Inde sous le nom de « brahmi », est une plante importante de la médecine ayurvédique. Il est traditionnellement utilisé pour stimuler le cerveau et améliorer la mémoire, l’attention ou l’apprentissage. Mais ses propriétés dépassent le domaine des fonctions cognitives. On vous dit tout sur cette jolie plante alliée du cerveau.
bacopa

BIENFAITS DU BACOPA
✓ Améliore la mémoire et les fonctions cognitives
✓ Protège le cerveau
✓ Soulage l’inflammation
✓ Réduit le stress et l’anxiété
✓ Améliore l’humeur

Qu’est-ce que le bacopa ?

Le bacopa, dont le nom scientifique est Bacopa monnieri, appartient à la famille des Scrofulariacées qui regroupe plus de 3000 espèces de plantes. Il est aussi connu sous le nom d’hysope d’eau ou de brahmi, un nom issu de l’hindou « Brahmā » en référence au dieu créateur de l’hindouisme.

Originaire d’Inde et du sud-est de l’Asie, le bacopa est une plante grasse et aquatique qui affectionne les zones tropicales et humides. On le retrouve fréquemment dans les étangs, les marais, les tourbières, les mangroves et les eaux saumâtres. Il pousse également dans les rizières où il est considéré comme une mauvaise herbe.

Le bacopa est une plante vivace au port retombant ou rampant. Il mesure environ 30 cm de haut pour 50 cm de diamètre. La plante possède des feuilles vertes épaisses et arrondies et se pare de petites fleurs blanches de mai à octobre.

ashwagandha
Fleurs de bacopa

En Europe, le bacopa monnieri est proposé comme plante décorative pour une culture en suspension, en pot ou en bord de bassin. Ses jolies feuilles persistantes et sa capacité à pouvoir rester submergé sous l’eau lui vaut aussi une utilisation dans les aquariums. Mais ce n’est pas le seul intérêt du bacopa…

Depuis près de 3000 ans, la plante est utilisée en médecine ayurvédique pour soulager diverses affections, aussi bien physiques que mentales : mal de dos, douleurs articulaires, épilepsie, stress et anxiété, troubles de l’humeur… Cependant, le bacopa est surtout connu comme tonique du système nerveux et activateur de la mémoire. Il calme et rééquilibre les 3 doshas : Vâta, Pitta et Kapha.

Dans l’ayurveda, il fait partie des plantes « medhya rasayanas », comme l’ashwagandha (Withania somnifera), qui améliorent les fonctions cognitives.

Les feuilles et les tiges du bacopa sont les parties les plus riches en actifs. Traditionnellement, on les pressait pour obtenir un jus de plante concentré. Elles pouvaient aussi être séchées puis réduites en poudre. Aujourd’hui, il est proposé sous forme de complément alimentaire en gélules, en poudre ou en teinture-mère.

Les différentes recherches consacrées au bacopa ont mis en évidence de nombreuses propriétés. La plante est principalement recommandée pour stimuler la mémoire et les fonctions cognitives, protéger le système nerveux, réduire le stress et l’anxiété, soulager l’inflammation et améliorer l’humeur.

Elle fait partie de ce qu’on appelle aujourd’hui les nootropiques, des actifs naturels spécialisés dans le bien-être mental et les capacités cognitives.

Composition nutritionnelle

  • Acides aminés
  • Vitamine C
  • Minéraux et oligo-éléments : calcium, phosphore, fer…
  • Saponines triterpéniques : bacosides A et B, bacosaponines
  • Flavonoïdes : lutéoline, apigénine, quercétine
  • Composés organiques : jujubogénine, cucurbitacines, coumarines
  • Alcaloïdes
  • Phytostérols : stigmastanol
  • Fibres
  • Protéines
  • Lipides
  • Glucides
Le bacopa fait partie des remèdes pour les fonctions cognitives en médecine ayurvedique

Les bienfaits du bacopa


👩‍🏫 Améliore la mémoire et les fonctions cognitives

De nombreuses études démontrent l’efficacité du bacopa pour améliorer la mémoire et les capacités cognitives telles que l’attention, le raisonnement, l’apprentissage et la vitesse de traitement des informations.

Cette action est en grande partie due aux bacosides A et B, les principales substances actives du bacopa. Elles agissent notamment sur la mémoire à long terme et sur l’hippocampe, une zone du cerveau qui joue un rôle central dans le processus de mémorisation.

Les bacosides augmentent également les niveaux d’acétylcholine, un neurotransmetteur impliqué dans la mémoire et l’apprentissage. Cette plante est aujourd’hui étudiée comme agent potentiel pour améliorer les symptômes de la maladie d’Alzheimer.

Cette étude de la School of Biophysical Science and Electrical Engineering de l’État de Victoria en Australie, menée sur des adultes, montre que le bacopa améliore la vitesse de traitement de l’information visuelle, l’apprentissage et la mémoire. 

Cette autre étude de l’université de Wollongong en Australie, menée sur des adultes âgés de 40 à 65 ans, montre également les effets du bacopa sur la mémoire humaine.


🧠 Protège le cerveau

Les bacosides A et B du bacopa ont également des effets neuroprotecteurs grâce à leur activité de piégeage des radicaux libres. Elles sont ainsi de puissantes molécules antioxydantes qui protègent les neurones contre les dommages oxydatifs.

Le bacopa serait particulièrement efficace au niveau du cortex préfrontal, siège de différentes fonctions cognitives supérieures (mémoire de travail, raisonnement…), de l’hippocampe et du striatum. Cette région du cerveau est notamment impliquée dans le mouvement, la gestion de la douleur mais aussi dans la régénérescence des tissus cérébraux.

De part son action antioxydante, cette plante est intéressante pour lutter contre le stress oxydatif qui joue un rôle dans l’apparition de maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson. La vitamine C contenue dans le bacopa participe elle aussi à limiter le stress oxydatif.

Cette étude de la Jawaharlal Nehru University de New-Delhi en Inde, menée sur des rats, montre comment le bacopa protège la région de l’hippocampe du stress oxydatif. 

Cette autre étude de la Banaras Hindu University en Inde, menée sur des rats, montre également l’activité antioxydante du bacopa sur les différentes régions du cerveau.


🌵 Soulage l’inflammation

Le bacopa est aussi un puissant anti-inflammatoire naturel. Les flavonoïdes, les alcaloïdes, la vitamine C et les bacosides sont autant de composants qui participent à la réduction de l’inflammation en inhibant la production de cytokines pro-inflammatoires.

Ces petites protéines, dont les plus connues sont la TNF-alpha (Tumor Necrosis Factor alpha) et la IL-6 (Interleukine-6), activent la réaction inflammatoire de l’organisme. Elles sont notamment impliquées dans les maladies des articulations liées à une inflammation comme l’arthrite, l’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde. C’est pourquoi les médicaments anti-TNF-alpha et anti-IL-6 constituent souvent des traitements de base pour les rhumatismes et les maladies inflammatoires chroniques.

Le bacopa semble également inhiber l’action de certaines enzymes impliquées dans le processus de l’inflammation comme la caspase 1 et 3 qui jouent un rôle dans l’activation des cytokines et sont pro-inflammatoires.

Cette étude de 2017 de l’université du Montana aux États-Unis, menée directement sur des lignées cellulaires, montre comment le bacopa inhibe la libération de cytokines inflammatoires dans le cerveau. 

Dans cette autre étude du Medical College de Jodhpur (Inde), menée sur des rongeurs, l’activité anti-inflammatoire d’une préparation ayurvédique à base de bacopa (Brahmi Rasayan) s’est montrée comparable à celle de l’indométhacine (un anti-inflammatoire non stéroïdien).


🧘🏻‍♀️ Réduit le stress et l’anxiété

Le bacopa fait partie des plantes adaptogènes comme le ginseng (Panax ginseng), la maca (Lepidium meyenii) ou la rhodiole (Rhodiola rosea). Il est ainsi capable d’améliorer la résistance de l’organisme face à des situations de stress physique, psychologique, aigu ou chronique.

Parallèlement, il exerce une action calmante et anxiolytique qui favorise l’apaisement et la relaxation. Il est donc tout indiqué en cas de stress, d’anxiété, de dépression, de surmenage et de fatigue mentale. 

Il agit notamment en réduisant le taux de cortisol, l’hormone du stress, et en soutenant l’activité des neurotransmetteurs telles que la sérotonine, la GABA (acide γ-aminobutyrique) et l’acétylcholine.

Cette étude du Central Drug Research Institute de Lucknow en Inde, menée sur des rats, montre l’effet adaptogène du bacopa. 

Cette autre étude de la Banaras Hindu University en Inde, également menée sur des rats, confirme l’activité anxiolytique du bacopa.


🤩 Améliore l’humeur

Le bacopa est une plante très intéressante pour soulager les troubles de l’humeur : irritabilité, impulsivité, trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH)… Pour cela, il agit notamment au niveau du cortex préfrontal, une zone du cerveau associée aux comportements, à l’expression et à la gestion des émotions.

Ses composants augmentent les niveaux de sérotonine et de dopamine, des hormones qui permettent la stabilité de l’humeur. L’action anti-stress et calmante de la plante participe également au contrôle des émotions et au bien-être mental.

Cette étude, menée par des chercheurs indiens sur des enfants souffrant d’un TDAH, démontre l’efficacité du bacopa dans l’amélioration de leurs symptômes (déficit d’attention, problèmes d’apprentissage, impulsivité…).

anti-dépresseur naturel
Le bacopa est un nootropique qui améliore notre humeur tout en réduisant le stress et l’anxiété

Comment consommer le bacopa ?

Le bacopa en comprimés

Les comprimés ou gélules de bacopa contiennent généralement de la poudre de feuilles, la partie de la plante la plus riche en bacosides. Il arrive également que la tige soit intégrée dans la composition bien qu’elle soit plus pauvre en actifs.

C’est une forme qu’on trouvera facilement en magasins bio et spécialisés ou sur Internet. Choisissez de préférence des gélules 100% naturelles et/ou certifiées bio, sans OGM, sans excipients et non irradiées. Elles doivent aussi être suffisamment titrées en bacosides (50% minimum) pour pouvoir profiter pleinement de ses bienfaits sur l’organisme.

Le bacopa en poudre

La poudre de bacopa est obtenue après séchage et broyage des feuilles et/ou des tiges de la plante. C’est une forme de complément alimentaire riche en principes actifs qui se mélange facilement à de l’eau, du jus de fruits ou toute une autre boisson.

Mais le bacopa a l’inconvénient d’avoir une saveur très amère qui ne plaira pas forcément à tout le monde. Il est possible de mélanger la poudre à une compote pour masquer ce goût peu agréable.

bacopa
Poudre de bacopa et teinture-mère

Le bacopa en teinture-mère

La teinture-mère de bacopa est obtenue par extraction hydroalcoolique de la plante entière. Elle se dilue facilement dans de l’eau ou du jus de fruit.

S’il est riche en actifs, ce format a surtout l’inconvénient de contenir beaucoup d’alcool (environ 60%). Il n’est donc pas recommandé aux femmes enceintes, aux enfants ou aux personnes souffrant de certaines pathologies.

Si vous optez pour de la teinture-mère, choisissez de préférence du bacopa cultivé en Inde selon les principes de l’agriculture biologique et dont la traçabilité est garantie.

Bacopa et plantes médicinales

Pour améliorer le bien-être physique et mental, le bacopa s’associe bien avec le ginseng, qui favorise l’équilibre du système nerveux, et la rhodiole qui améliore les fonctions cognitives.

L’association bacopa/ginkgo biloba est aussi intéressante pour booster la mémoire et réduire l’anxiété. Dans la médecine ayurvédique, le bacopa est souvent associé à la Centella asiatica ou « Herbe du tigre », une plante régénératrice des cellules nerveuses qui améliore la concentration et la mémoire.

Parallèlement, il est conseillé de consommer des aliments riches en magnésium, en vitamines B et en oméga-3 pour décupler les effets de notre plante.

Le ginkgo biloba s’associe bien avec le bacopa

Posologie du bacopa

⚖️ La posologie recommandée varie entre 300 et 450 mg de bacopa par jour.

⏳Les prises doivent se faire en plusieurs fois (de 1 à 3 fois) et au moment des repas car la plante peut avoir des effets secondaires lorsqu’elle est consommée sur un ventre vide.

⏳Les premiers résultats se font ressentir sur le long terme et apparaissent généralement au bout de 3 à 4 semaines. C’est pourquoi il est conseillé de prendre du bacopa sous forme de cure de 2 à 4 mois, espacée chacune de 4 semaines.

💊 En comprimé : jusqu’à 2 par jour pour des gélules de 300 mg.

🥄 En poudre : jusqu’à 5 g par jour.

🧪 En teinture-mère : 25 gouttes, 3 fois par jour.

Contre-indications et effets secondaires

Le bacopa présente certaines contre-indications et sa consommation est déconseillée aux personnes suivantes :

  • Par mesure de précaution, les jeunes enfants, les femmes enceintes ou allaitantes doivent éviter d’en prendre.
  • Il peut interagir avec certains médicaments. Ainsi, il est déconseillé aux personnes sous traitement neuroleptique (phénothiazines), antidépresseur (amitriptyline), sédatif ou prenant des médicaments contre les troubles de la thyroïde.

Le bacopa présente peu d’effets secondaires. Toutefois, les effets indésirables suivants peuvent apparaître (surtout lorsqu’il est pris à jeun) :

  • Nausées.
  • Maux et crampes d’estomac.
  • Diarrhées.
  • Sécheresse de la bouche.
  • Fatigue.

Si vous ressentez des effets secondaires, stoppez votre consommation et consultez un médecin.

Histoire, culture et marché du bacopa

Une plante connue depuis le VIème siècle

Selon cette revue neuropharmacologique du Pitzer College en Californie, le bacopa été décrit pour la première fois vers le VIème siècle après J.-C. On retrouve des mentions de la plante dans d’anciens textes ayurvédiques tels que le « Charaka Samhita », considéré comme un des textes fondateurs de l’ayurveda, l’ « Atharva-Véda » ou encore le « Susrutu Samhita ».

En Inde, on consomme les feuilles et les tiges du bacopa en décoction ou on les utilise pour la fabrication de boissons sucrées et de sirops.

Une culture en danger

La culture du bacopa est très populaire en Inde mais s’étend également au Népal, en Chine, au Sri-Lanka, à Taïwan et au Vietnam. La multiplication de la plante s’effectue par semis ou par bouturage. 4 à 5 mois plus tard, on la récolte à la main avant de la faire sécher au soleil et la réduire en poudre.

Malheureusement, face à la demande grandissante et à la disparition des zones humides, le bacopa est aujourd’hui menacé. Selon cette étude de l’université agricole de Jawaharlal Nehru de Jabalpur en Inde, la demande annuelle en bacopa était déjà d’environ 1000 tonnes en 2000.

Pour trouver une alternative et éviter son épuisement dans son milieu naturel, des chercheurs ont montré que le bacopa pouvait aussi être cultivé in vitro.

Dossier réalisé par Julia Perez et Charlotte Jean


Sources et études scienfitiques


Stough C, Lloyd J, Clarke J, Downey LA, Hutchison CW, Rodgers T, Nathan PJ, 2001. The chronic effects of an extract of Bacopa monniera (Brahmi) on cognitive function in healthy human subjects.

Roodenrys S, Booth D, Bulzomi S, Phipps A, Micallef C, Smoker J, 2002. Chronic effects of Brahmi (Bacopa monnieri) on human memory.

Reena Kulkarni, K. J. Girish, and Abhimanyu Kumar, 2012. Nootropic herbs (Medhya Rasayana) in Ayurveda: An update.

AmarJyoti, DeepakSharma, 2004. Neuroprotective role of Bacopa monniera extract against aluminium-induced oxidative stress in the hippocampus of rat brain.

Bhattacharya SK, Bhattacharya A, Kumar A, Ghosal S, 2000. Antioxidant activity of Bacopa monniera in rat frontal cortex, striatum and hippocampus.

Nemetchek MD, Stierle AA, Stierle DB, Lurie DI, 2017. The Ayurvedic plant Bacopa monnieri inhibits inflammatory pathways in the brain.

Rai D, Bhatia G, Palit G, Pal R, Singh S, Singh HK, 2003. Adaptogenic effect of Bacopa monniera (Brahmi).

Bhattacharya SK, Ghosal S, 1998. Anxiolytic activity of a standardized extract of Bacopa monniera: an experimental study.

Dave UP, Dingankar SR, Saxena VS, Joseph JA, Bethapudi B, Agarwal A, Kudiganti V, 2014. An open-label study to elucidate the effects of standardized Bacopa monnieri extract in the management of symptoms of attention-deficit hyperactivity disorder in children.

Sebastian Aguiarcorresponding author and Thomas Borowski, 2013. Neuropharmacological Review of the Nootropic Herb Bacopa monnieri.

Niraj Tripathi, Devendra Singh Chouhan, Navinder Saini, and Sharad Tiwari, 2012. Assessment of genetic variations among highly endangered medicinal plant Bacopa monnieri (L.) from Central India using RAPD and ISSR analysis.

P. Pandiyan, T. Selvaraj, 2012. In vitro multiplication of Bacopa monnieri (L.) Pennell from shoot tip and nodal explants.

Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur twitter
Un dossier réalisé par
POUR APPROFONDIR