Ginseng rouge, le meilleur des ginsengs

Il est régulièrement surnommé “le meilleur ginseng du monde”. Quelles sont les particularités du ginseng rouge ? Quelles sont ses différences, mais aussi ses points communs avec le ginseng blanc ?
ginseng rouge corée

Le ginseng rouge, ou ginseng de Corée

Nous avions déjà détaillé le ginseng et ses bienfaits dans un précédent article. En Occident, le ginseng est surtout blanc, mais celui venu d’Asie est surtout rouge.

Avant toute autre chose, il faut le préciser : le ginseng rouge est également appelé « Ginseng de Corée », puisqu’il est originaire de ce pays (et aussi de Chine). Dans une certaine mesure, nous pourrions parler de « vrai ginseng », étant donné que les plants occidentaux viennent de cette région.

C’est une précision plus importante qu’il n’y paraît : le « vrai » ginseng de Corée se distingue de faux ginsengs, qui viennent d’autres régions du monde. Par exemple, contrairement à ce que son nom laisse entendre, le ginseng de Sibérie n’est pas du ginseng : seul le ginseng rouge coréen affiche une haute teneur en ginsénosides, qui sont les principaux actifs recherchés. Il mérite donc tout à fait son titre de « meilleur ginseng au monde ».

Ginseng blanc et ginseng rouge : quelles différences ?

Si ce ginseng rouge a d’autres vertus que le ginseng blanc bien connu en Occident, il a également des points communs.

En fait, les ginsengs blanc et rouge sont une seule et même plante. Leur différence de couleur vient du traitement que celle-ci a subi :

  • Après la récolte, le ginseng blanc est directement séché au soleil
  • Le ginseng rouge, lui, est aussi séché. Mais d’abord, il est cuit pendant plusieurs heures à la vapeur d’eau (100°C). C’est ce qui lui donne sa couleur rougeâtre

En revanche, comme pour le ginseng blanc, c’est toujours la racine du ginseng rouge que nous consommons.

Comment choisir un ginseng efficace ?

L’âge de la plante a son importance. En effet, contrairement au ginseng blanc, qui peut être consommé dès 4 ans, évitons les ginsengs rouges de moins de 6 ans d’âge : ce n’est qu’alors que les principes actifs seront véritablement présents dans la plante. D’ailleurs, il existe des ginsengs rouges qui ont 12 ans d’âge, voire davantage.

La qualité d’un ginseng se mesure à sa teneur en saponine et ginsénosides : respectivement de 80 mg à 120 mg/g et de 10 mg et 12 mg/g.

ginseng rouge bio
Racines de ginseng

Les bienfaits du ginseng rouge

C’est l’autre grande différence entre les deux ginsengs : leurs vertus. S’il fallait le résumer en quelques mots, nous dirions que le ginseng blanc est destiné aux personnes cherchant un effet apaisant, tandis que le ginseng rouge, lui, a un effet énergisant.

Pour entrer dans les détails, le ginseng rouge agit dans quatre domaines.

Un détoxifiant naturel

Le ginseng rouge fait effectivement partie des détoxifiants, au même titre que le concombre ou le citron. Autrement dit, il aide notre organisme (et notamment nos reins ou notre foie) à se débarrasser des toxines apportées par la pollution et d’autres éléments nocifs.

D’ailleurs, les ginsengs rouges bio sont particulièrement puissants en ce qui concerne cette capacité détoxifiante et anti-inflammatoire. C’est la saponine, qui est très présente dans les racines et qui fait partie des fameuses ginsénosides. D’ailleurs, nous la retrouverons aussi dans des plantes comme le quinoa ou la salsepareille.

Un allié précieux contre le stress

Répétons-le : si le ginseng blanc a des vertus apaisantes, le ginseng rouge se veut énergisant. Pourtant, ce dernier est bel et bien recommandé face au stress, qu’il soit physique, psychique ou biologique. La plante est même utilisée pour aider à sevrer les personnes dépendantes de la drogue.

En fait, le thé à base de ginseng de Corée est réputé pour ses apports au niveau de l’équilibre de vie. Il booste la concentration et calme les nerfs en même temps. Il apaise les tensions, mais a simultanément des vertus très intéressantes pour stimuler la mémoire. Autrement dit, il canalise positivement notre énergie.

D’après une étude coréenne de 2011, la plante est aussi recommandée face aux symptômes de dépression. Mieux encore : elle réduirait les risques de rechute.

Le ginseng rouge face aux maladies cardio-vasculaires

C’est le bienfait sur lequel le ginseng rouge est le plus ambigu.

En effet, parmi les bienfaits du ginseng rouge, on compte bien la lutte contre les maladies cardio-vasculaires. Il réduit le mauvais cholestérol, lutte contre l’hypertension et prévient les obstructions artérielles. Dans ces conditions, il peut être recommandé aux hommes souffrant de problèmes érectiles, ou aux personnes ayant des difficultés de récupération pulmonaire.

Mais dans le même temps, et bien qu’elles soient assez rares, des cas de surconsommation ou de contre-indications existent. Dans ce cas, le ginseng en général (rouge ou blanc) peut avoir les effets inverses : palpitations cardiaques, nervosité, voire de l’addiction. Il n’est ainsi pas recommandé aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ou de troubles du sommeil.

Le ginseng rouge contre les aléas de la ménopause

Un ultime bienfait du ginseng coréen est destiné à la gent féminine. D’après une étude de 2012 effectuée sur 72 femmes, celui-ci apporte un contrôle sur les effets déplaisants de la ménopause, et notamment les fatigues soudaines ou les bouffées de chaleur.

Pour cela, le ginseng stimule les œstrogènes, ce qui booste la libido. Parallèlement à ce que nous avons dit jusqu’à présent, le ginseng rouge permet de gérer le stress chronique et redonne de l’énergie physique, qui tend à manquer durant cette période.

racine anti stress
Paysage coréen

Posologie

Le ginseng rouge peut se trouver facilement en pharmacie. Il pourra être pris :

  • En infusion
  • En capsules
  • En teinture-mère (macération préalable de la plante dans un liquide alcoolisé)

Dans le cas d’une prise en capsules, elle se prendra le matin à jeun.

Les signalements d’effets indésirables restant rares, il reste possible de consommer du ginseng toute l’année. Cela dit, il reste recommandé, pour une première cure, de ne pas la faire durer plus de trois mois.

Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur twitter
Un dossier réalisé par