Cyprès : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

Le cyprès est un arbre élancé, conique, à feuilles persistantes, pouvant atteindre une vingtaine de mètres de hauteur, à écorce lisse gris-rougeâtre, appartenant à la famille des Cupressaceae. Il est originaire de zones tempérées chaudes, il pousse en particulier dans le pourtour méditerranéen, mais aussi en Amérique du Nord et en Asie subtropicale. Le nom scientifique du cyprès provient du grec cyparissus, personnage de la mythologie grecque et du latin sempervirens qui signifie « toujours vert ». Le cyprès est souvent planté dans les jardins et les cimetières car il symbolise la tristesse, la douleur et le deuil des proches, selon la mythologie grecque. En médecine du Moyen-Âge, le cyprès est surtout employé pour ses vertus anti-hémorroïdaires. Les cônes mâles et femelles sont présents sur le même pied. Les fleurs femelles, groupées en chatons, donnent naissance à des fruits appelés noix ou galbules de Cyprès, que l’on utilise en phytothérapie. Les galbules sont récoltés verts et charnus, alors que les écailles ne sont pas écartées. Les noix sont composés de : - Huile essentielle (0,2-1 %), essentiellement des monoterpènes : α-pinène, camphène, β-phellandrène, limonène, α-terpinène ; sesquiterpènes : cadinène ; alcools : terpinéol, bornéol, linalool, sabinol, cédrol... - Acides diterpéniques - Tanins catéchiques (<5 %) dont les proanthocyanidols - Flavonoïdes : cupressuflavone, amentoflavone, rutine, quercétine... Le cyprès est utilisé comme vasoconstricteur veineux et protecteur vasculaire, bien utile en cas de varices et hémorroïdes. Il est également indiqué en cas de toux, de rhume, de bronchite, grâce à son activité antivirale. L’huile essentielle est employée uniquement par voie externe en aromathérapie comme antiseptique, tonifiante de la circulation veineuse et décongestionnante veino-lymphatique.

Nom(s) scientifique(s)

Cupressus sempervirens

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Monoterpènes

Proanthocyanidines


Propriétés


Antiviral

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

Les proanthocyanidines de cyprès ont été testées sur différents virus (à ADN, à ARN, enveloppés ou nus). Une étude in vitro met en évidence l'efficacité de ces molécules contre certains virus comme les virus de la varicelle, du zona, de la grippe et sur le coronavirus. Le mode d’action des proanthocyanidines est double : - D’une part, elles entravent l’adhésion des virus sur leur cellule hôte, limitant ainsi la réplication virale. - D’autre part, elles induisent une lyse des virus à ARN et à ADN (influenza A et coronavirus), ce qui permet la diminution rapide de la charge virale. In vivo, chez la souris infectée par le virus de l’herpès et chez des patients atteints de lésions herpétiques, l’application locale de crème contenant 5 % de proanthocyanidines diminue le nombre de lésions herpétiques. Des études in vivo ont été menées chez des souris. L'administration quotidienne aux animaux d'une solution de proanthocyanidines de cyprès à 0,5% pendant 7 jours avant l’inoculation du virus influenza -qui s’effectue par instillations nasales- mettent en évidence que 7 jours après l’infection, 90% des souris sont en vie dans le groupe traité par les proanthocyanidines contre seulement 40% dans le groupe témoin non traité. De même, les proanthocyanidines ont un effet protecteur vis-à-vis de l’infection à coronavirus. En effet, après 7 jours de traitement, 60 % des souris sont encore en vie contre seulement 10 % dans le lot témoin infecté et n’ayant pas reçu de traitement. L'efficacité antivirale du cyprès est dépendante de sa teneur en proanthocyanidines et donc de son mode d’extraction.

Usages associés

Herpès, Bronchite, Zona, Mononucléose, Infections ORL

Veinotonique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

 Les proanthocyanidols du cyprès exercent un effet vasoconstricteur sur les petits vaisseaux tout en restaurant l’élasticité de la paroi veineuse. Par ailleurs, grâce à sa teneur en tanins, le cyprès possède un effet astringent, ce qui permet de resserer les tissus.

Usages associés

Insuffisance veineuse, Hémorroïdes

Effet vasculaire

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Le cyprès possède une activité angioprotectrice chez le rat grâce aux oligomères du procyanidol, une activité inhibitrice de l’élastase in vitro et une activité inhibitrice de l’enzyme de conversion de l’angiotensine. In vivo, chez la souris atteinte d’un emphysème induit par la β-aminopropionitrile (maladie due principalement à la destruction de l’élastine des alvéoles pulmonaires), les proanthocyanidols du cyprès limitent la déstructuration des lames d’élastine et donc la dégénérescence du tissu conjonctif. L’utilisation traditionnelle des cônes femelles de cyprès pour diminuer les symptômes de l’insuffisance veineuse ou des troubles hémorroïdaires serait liée à cette action de protection du tissu conjonctif.

Usages associés

Insuffisance veineuse, Hémorroïdes

Anticancer

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

L'extrait de cyprès est traditionnellement utilisé pour l'hyperplasie bénigne de la prostate. Des recherches in vitro et sur des animaux montrent que l'extrait de fruit de cyprès inhibe la prolifération des cellules stromales de l'hyperplasie bénigne de la prostate et provoque l'apoptose des cellules stromales. L'extrait de cyprès diminue également les cellules stromales dans les cultures de tissu humain d'hyperplasie bénigne de la prostate. On pense que la fraction riche en diterpènes de l'extrait est responsable de ces effets, des diterpènes spécifiques inhibant la signalisation cellulaire.


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Herpès
✪✪✪✪✪

Une étude clinique menée en double aveugle par rapport à des patients traités par la diosmine a montré une activité supérieure pour l’extrait de cyprès. Une autre étude menée en double aveugle après application d’une crème contenant 5 % de procyanidol polymère (5 applications par jour) a permis de réduire significativement les lésions herpétiques au bout de 5 jours.

Posologie

posologiePar voie cutanée : noix

formulationExtrait hydo-alcoolique, Teinture mère, crème, Extrait sec


Infections ORL
✪✪✪✪✪

Le cyprès est traditionnellement indiqué en cas de rhume, de grippe, et plus généralement, contre les infections hivernales. Une étude observationnelle a permis d'évaluer l’impact d’une consommation prolongée de cyprès et d’échinacée sur la prévention des affections hivernales et conclut sur l'intérêt de la consommation de ces produits. La consommation est associée à une moindre incidence des affections hivernales de types grippe, rhume et rhinopharyngite. L'inhalation de l'huile essentielle de cyprès permet également une action en interne par la voie aérienne.

Posologie

posologiePar voie orale : noix

formulationHuile essentielle, Extrait hydo-alcoolique, Teinture mère, Extrait sec

Synergies

Echinacée

Bronchite
✪✪✪✪✪

Le cyprès est traditionnellement indiqué en cas de toux, de bronchite, et plus généralement, contre les infections hivernales. Une étude observationnelle a permis d'évaluer l’impact d’une consommation prolongée de probiotiques, de cyprès et d’échinacée sur la prévention des affections hivernales et conclut sur l'intérêt de la consommation de ces produits. L'inhalation de l'huile essentielle de cyprès permet également une action en interne par la voie aérienne.

Posologie

posologiePar voie orale : noix

formulationHuile essentielle, Extrait hydo-alcoolique, Teinture mère, Extrait sec

Synergies

Echinacée

Insuffisance veineuse
✪✪✪✪

Le cyprès est traditionnellement utilisé dans les manifestations subjectives de l’insuffisance veineuse telles que les jambes lourdes aussi bien par voie orale qu’en usage local. Il est également utilisé dans les crises hémorroïdaires.

Posologie

posologiePar voie orale : noix

formulationHuile essentielle, Extrait hydo-alcoolique, Teinture mère, Extrait sec


Hémorroïdes
✪✪✪✪

Le cyprès est traditionnellement utilisé dans les manifestations subjectives de l’insuffisance veineuse telles que les jambes lourdes aussi bien par voie orale qu’en usage local. Il est également utilisé dans les crises hémorroïdaires.

Posologie

posologiePar voie orale : noix

formulationHuile essentielle, Extrait hydo-alcoolique, Teinture mère, Extrait sec


Zona
✪✪✪✪

Grâce à son activité antivirale démontrée dans les études in vitro, le cyprès est recommandé dans les maladies de l’enfance : rougeole, rubéole, varicelle, oreillons, en cas d'herpès, zona, mononucléose (EBV), cytomégalovirus...

Posologie

posologiePar voie orale : noix

formulationExtrait hydo-alcoolique, Teinture mère, Extrait sec


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 248 mg - 450 mg

- Tisane : faire une décoction de 5 g dans 250 ml, laisser infuser 10 minutes, prendre 1 tasse avant les repas. - Teinture mère : 30 à 60 gouttes avant les repas de midi et du soir. - Extrait glycériné de plantes fraîches : 1 à 3 cuillerées à café par jour. - Extrait sec : correspondant à 10-15 g par jour de galbules ou noix (150 mg en extrait sec par gélule, 1 gélule 3 fois par jour).


Interactions

Médicaments

Antiagrégants plaquettaires/Anticoagulant : interaction faible

Les données in vitro montrent que l'extrait de cône de cyprès inhibe la coagulation sanguine de manière dose-dépendante. Le mécanisme exact de cet effet n'est pas clair. Théoriquement, la prise d'extrait de cyprès en même temps que des médicaments anticoagulants/antiplaquettaires pourrait augmenter le risque d'ecchymoses et de saignements chez certains patients. Certains médicaments anticoagulants/antiplaquettaires comprennent l'aspirine, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), l'ibuprofène ; héparine ; warfarine ; et autres.


Précautions

Allergies : éviter

Les personnes sensibles au cèdre peuvent avoir des réactions allergiques au cyprès.

Femme enceinte : éviter

Pas assez de données disponibles.

Femme allaitante : éviter

Pas assez de données disponibles.

Cancer du sein : éviter

Il est contre-indiqué en cas de cancer du sein, notamment s’il est hormono-dépendant, en raison d'une légère action Oestrogène like.