Shilajit : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

Le Shilajit, également connu sous le nom de mumie, moomiyo, ou mummiyo, est un exsudat herbo-minéral, provenant de couches de roches dans de nombreuses chaînes de montagnes du monde comme les régions montagneuses de l'Inde, de la Russie et d'autres pays comme la Chine, le Pakistan, le Népal, l'Afghanistan et le Tibet. Les échantillons de shilajit se composent principalement de humus (environ 80 à 85%) tel que l'acide fulvique et de composés organiques dérivés de fossiles végétaux qui ont été comprimés sous des couches de roches pendant des centaines d'années et ont subi une forte métamorphose en raison des conditions de température et de pression élevées. L'acide fulvique, principal composant actif, est un groupe de polymères organiques acides, aromatiques, de faible poids moléculaire, formés par l'action de microbes sur des matières végétales et animales mortes. Il forme une masse lâche de polymères avec de nombreux groupes carboxyle qui peuvent libérer des ions hydrogène, ce qui le rend réactif avec des métaux tels que le fer, l'aluminium, le cuivre et les toxines de métaux lourds. Le Shilajit est l'un des remèdes, qui est utilisé dans la médecine Ayuvédique depuis plus de 3000 ans en tant que rajeunissant et adaptogène. Dans l'ancienne URSS, il a été utilisé pendant de nombreuses années pour améliorer les performances physiques et mentales des athlètes olympiques et des forces militaires spéciales, réduire les effets du stress et favoriser la récupération. D'après les études publiées, le Shilajit présente des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, immuno-modulatrices. Il présente également des propriétés adaptogènes et anabolisantes intéressantes. Il existe de nombreux rapports sur les utilisations thérapeutiques, mais très peu d'études humaines bien conçues, contrôlées par placebo ont été publiées.

Autre(s) nom(s) 

mumie, moomiyo, mummiyo

Famille ou groupe : 

Minéraux et oligo-éléments


Propriétés


Antioxydant

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

La propriété antioxydante du shilajit transformé a été comparée au shilajit non transformé et à la vitamine C (acide ascorbique). Le shilajit transformé possède une activité antioxydante significative et une capacité de régénérer (recycler) l'acide ascorbique après avoir neutralisé les radicaux libres. Les dihydroxybenzo-alpha-pyrones du shilajit ont provoqué le recyclage (régénération) de l'acide ascorbique. Le shilajit non transformé ne présente pas systématiquement l'activité antioxydante. Les effets antioxydants dépendaient de la concentration. Des concentrations plus élevées de shilajit transformé ont fourni une meilleure protection contre les radicaux libres. Dans une étude en double aveugle, contrôlée par placebo, Sharma et al. (2003) ont administré 2000 mg de shilajit transformé ou un placebo par jour pendant 45 jours. Vingt sujets ont reçu le shilajit, tandis que 10 sujets ont reçu le placebo. Une amélioration du statut antioxydant a été notée sous la forme d'une augmentation de la superoxyde dismutase, de la vitamine C et de la vitamine E.

Usages associés

Stress oxydatif

Bioénergisant

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Dans une étude pilote portant sur six volontaires humains en bonne santé, 200 mg de shilajit transformé ont été administrés une fois par jour pendant 15 jours. Le traitement avec le shilajit a augmenté de manière significative la production d'énergie et l'exercice physique (Harvard step test) (Raju, 2012). L'augmentation de la production d'énergie a été confirmée sur la base des augmentations de l'ATP, du rapport ATP/ADP, de la coenzyme Q10, des nucléotides d'adénine totaux, de la charge énergétique adénylate et des niveaux d'acide urique dans le sang total. Cette étude est limitée par l'absence d'un nombre suffisant de sujets et l'absence de groupe de contrôle.

Usages associés

Performance sportive

Antiallergique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Des recherches in vitro montrent que l'acide fulvique n'affecte pas la viabilité des cellules libérant de l'histamine chez le rat. Cependant, l'acide fulvique inhibe la libération de bêta-hexosaminidase par ces cellules après une sensibilisation aux IgE et une stimulation antigénique, au stade de la liaison antigène-anticorps et au stade de la liaison anticorps-récepteur. L'acide fulvique inhibe également la libération d'histamine par les cellules basophiles humaines stimulées et diminue les niveaux de calcium intracellulaire.  Dans une autre étude (Ghosal et al., 1989), le Shilajit et ses composants actifs ont fourni une protection significative satisfaisante à la dégranulation des mastocytes sensibilisés induite par l'antigène, ont inhibé de façon marquée le spasme induit par l'antigène de l'iléon de cobaye sensibilisé et ont empêché la perturbation des mastocytes. Ces résultats sont compatibles avec l'utilisation thérapeutique du shilajit dans le traitement des troubles allergiques.

Usages associés


Métabolisme hormonal

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

La recherche animale montre que l'acide fulvique augmente le niveau de l'hormone thyréostimulante (TSH) plasmatique et diminue le rapport thyroxine (T4):triiodothyronine (T3). Chez des hommes infertiles, la prise pendant 90 jours de 200 mg de Shilajit a augmenté de 23,5 % la testostérone et de 9,8 % la FSH, sans influence sur la LH.

Usages associés

Troubles de fertilité masculine

Anti-inflammatoire

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Le Shilajit semble avoir une activité anti-inflammatoire puissante dans les trois modèles d'inflammation aiguë, subaiguë et chronique. Dans un modèle animal le Shilajit a diminué l'œdème induit avec un effet comparable à phénylbutazone et au bétaméthasone.

Usages associés


Immuno-modulateur

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Le shilajit a été étudié chez des souris, en tant qu'agent immunomodulateur. L'activité des globules blancs a été étudiée et surveillée avant et à intervalles réguliers après avoir reçu l'extrait de shilajit et après avoir reçu un placebo. Il a été constaté que l'activité des globules blancs était augmentée par l'extrait de shilajit. L'activité observée augmentait à mesure que la dose d'extrait de shilajit et le temps d'exposition augmentaient. Le shilajit et ses composants combinés ont déclenché et activé, à des degrés différents, les macrophages péritonéaux murins et les splénocytes activés d'animaux porteurs de tumeurs aux stades précoce de la croissance tumorale. Dans une autre expérience, il a été constaté que le shilajit réduit de manière significative le niveau de 5-hydoxy tryptamine et d'acide 5-hydroxy indole acétique et augmente le niveau de dopamine, noradrenaline et leurs métabolites dans le cerveau du rat. Ces changements dans les niveaux de neurotransmetteurs sont similaires à ceux observés dans les cas d'augmentation de l'activité humorale (immunitaire).

Usages associés


Neurologique

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Des preuves in vitro indiquent que l'acide fulvique interrompt la formation du dimère et du trimère de la protéine bêta-amyloïde (Abeta), ce qui suggère une inhibition de l'agrégation de l'Abeta. In vitro, l'acide fulvique inhibe l'agrégation de la protéine tau.  Des études neurochimiques observées sur le shilajit indiquent une diminution du turnover de la 5-hydroxytryptamine dans le cerveau du rat, associée à une augmentation de l'activité dopaminergique conduisant à une augmentation de la mémoire et de l'activité anxiolytique chez les rats.

Usages associés

Performances cognitives, Alzheimer


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Troubles de fertilité masculine
✪✪✪✪✪

Une étude clinique évaluant l'activité spermatogène du shilajit a été menée chez 35 sujets masculins infertiles (oligospermiques) qui ont été recrutés dans l'étude et ont reçu 100 mg de shilajit traité sous forme de capsule deux fois par jour pendant 90 jours. Les 28 sujets qui ont terminé l'étude ont montré des augmentations significatives du nombre de spermatozoïdes normaux (18,9%) et totaux (61,4%) et de la motilité des spermatozoïdes (12,4 à 17,4%). Une diminution significative des niveaux de malondialdéhyde dans le sperme a indiqué que le shilajit présentait une activité antioxydante. De plus, le traitement au shilajit a entraîné une augmentation significative des taux sériques de testostérone (23,5 %) et de FSH (9,4 %), résultats qui ont soutenu l'augmentation du nombre de spermatozoïdes.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie200 mg


Performance sportive
✪✪✪✪✪

Des données animales et humaines soutiennent l'utilisation du Shilajit comme « revitalisant », améliorant les performances physiques et soulageant la fatigue grâce à une production accrue d’ATP. Dans une étude pilote non publiée impliquant six volontaires humains en bonne santé, 200 mg de shilajit transformé ont été administrés une fois par jour pendant 15 jours. Le traitement par shilajit a considérablement augmenté la production d'énergie et l'exercice physique (test de marche de Harvard). L'augmentation de la production d'énergie a été confirmée par augmentation de l'ATP, du rapport ATP/ADP, de la coenzyme Q10, des nucléotides d'adénine totaux, de la charge énergétique de l'adénylate et des taux d'acide urique dans le sang total.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie200 mg


Stress oxydatif
✪✪✪✪✪

Dans une étude en double aveugle, contrôlée par placebo, on a administré 2000 mg de shilajit transformé ou un placebo par jour pendant 45 jours. Vingt sujets ont reçu le shilajit, tandis que 10 sujets ont reçu le placebo. Une amélioration du statut antioxydant a été notée sous la forme d'une augmentation de la superoxyde dismutase, de la vitamine C et de la vitamine E.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie200 mg


Performances cognitives
✪✪✪✪

Des recherches précliniques indiquent une application médicale du Shilajit dans le contrôle des troubles cognitifs associés au vieillissement et à la stimulation cognitive. En effet, l’acide fulvique, le principal principe actif, bloque l’auto-agrégation tau, ouvrant une voie vers l’étude de la thérapie de la maladie d’Alzheimer.  Par ailleurs, des recherches sur in vivo sur des rats, a mis en évidence l'activité dopaminergique induite par le Shilajit, conduisant à une augmentation de la mémoire et de l'activité anxiolytique.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie200 mg


Alzheimer
✪✪✪✪

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative impliquant des plaques extracellulaires (β amyloïde) et des enchevêtrements intracellulaires de protéine tau. La formation d’enchevêtrements a été identifiée comme un événement majeur impliqué dans le processus neurodégénératif, en raison de la conversion de peptides solubles ou d’oligomères en filaments insolubles. Des stratégies thérapeutiques possibles peuvent viser les composés polyphénoliques capables d’inhiber la formation de filaments tau ou de les désagréger comme le Shilajit. En effet, une étude a montré que le processus d’agrégation de la protéine tau, formant des filaments hélicoïdaux appariés (PHF) in vitro, est inhibé par l’acide fulvique qui affecte la longueur des fibrilles et leur morphologie. Il affecte l’ensemble de la structure en diminuant la longueur des PHF et en agissant probablement au niveau hydrophobe. Ainsi, l’acide fulvique est susceptible de fournir de nouvelles informations dans le développement de traitements potentiels de la maladie d’Alzheimer en utilisant le shilajit.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie200 mg


Dosage de sécurité

Adulte : 200 mg

Les études menées sur l'homme ont utilisé 200 mg de Shilajit contenant 50 % d'acide fulvique en deux doses divisées avec des repas pendant une période de 90 jours.


Interactions

Médicaments

Médicaments à base d'hormones thyroïdiennes : interaction faible

Des données issues de la recherche animale suggèrent que l'acide fulvique augmente le niveau de l'hormone thyréostimulante (TSH) plasmatique et diminue le rapport thyroxine (T4):triiodothyronine (T3). Théoriquement, le shilajit pourrait interférer avec le traitement visant à normaliser la fonction thyroïdienne ; utiliser avec précaution chez les patients traités avec des hormones thyroïdiennes.

Immunosuppresseur : interaction faible

Des preuves issues de la recherche animale suggèrent que l'acide fulvique peut stimuler la fonction immunitaire. En théorie, la prise d'acide fulvique pourrait diminuer les effets des traitements immunosuppresseurs.


Précautions

Femme enceinte : éviter

Eviter par manque de données.

Femme allaitante : éviter

Eviter par manque de données.

Maladies auto-immunes : utiliser avec prudence

L'acide fulvique peut stimuler la fonction immunitaire. En théorie, le shilajit pourrait exacerber certaines maladies auto-immunes en stimulant l'activité de la maladie. Conseiller aux patients atteints de maladies auto-immunes telles que la sclérose en plaques, le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde ou autres d'utiliser l'acide fulvique avec prudence.