Ortie piquante : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

L'ortie est une plante herbacée vivace des régions tempérées et tropicales. On la trouve le plus souvent dans les haies, autour des habitations et dans les jardins. Deux espèces d’orties de la famille des Urticaceae sont utilisées en phytothérapie, l'Urtica dioica (grande ortie) et plus occasionnellement (homéopathie) : Urtica urens (l’ortie brûlante). Les parties utilisées de l'ortie, en thérapeutique, sont les parties aériennes et la racine. Il faut faire attention à la partie utilisée de l'ortie, car la racine a une activité pharmacologique assez différente des feuilles. La racine de l'ortie contient des polysaccharides et des acides gras. La feuille d'ortie contient plusieurs nutriments et principes actifs dont le bêta-sitostérol et des flavonoïdes comme la quercétine, la rutine, le kaempférol et autres. La feuille contient également des lectines, dont l'agglutinine. Ses poils urticants contiennent de l'histamine, de l'acétylcholine et de la sérotonine. La feuille est consommée en tant qu'aliment en raison des quantités importantes de carotène, de vitamine C, de vitamine K, de potassium, de calcium et de magnésium qu'elle contient. C'est un aliment de choix pour lutter contre la déminéralisation, par exemple des recettes de pesto d'ortie sont proposées (et c'est très bon). Les feuilles d'ortie sont utilisées depuis longtemps comme diurétique et laxatif dès l'époque des médecins grecs Dioscoride et Galien tandis que les racines sont préconisées pour les troubles de la prostate.

Autre(s) nom(s) 

Grande ortie

Nom(s) scientifique(s)

Urtica dioica, Urtica urens

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Flavonoïdes

Lectines

Polysaccharides

Potassium

Calcium

Magnésium


Propriétés


Anticancer

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Il existe un intérêt dans l'utilisation de l'ortie pour les maladies de la prostate, notamment l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) et le cancer de la prostate. Des recherches préliminaires montrent qu'un extrait aqueux de feuilles d'ortie peut diminuer l'activité de l'adénosine désaminase (ou adénosine aminohydrolase, est une hydrolase qui catalyse la réaction dans les tissus) de la prostate chez les hommes atteints d'un cancer de la prostate localisé. Des recherches sur des animaux et des cultures cellulaires montrent que l'extrait de racine d'ortie peut réduire la prolifération des cellules cancéreuses de la prostate. Des recherches in vitro montrent que les lignanes provenant de la racine d'ortie interfèrent avec la liaison de la dihydrotestostérone (DHT) à la globuline liant les hormones sexuelles (SHBG). La liaison de la DHT et de la SHBG stimule la croissance du cancer de la prostate. En interférant avec cette liaison, l'ortie piquante est censée réduire la croissance du cancer de la prostate. Des recherches préliminaires montrent que l'extrait de racine d'ortie inhibe la pompe sodium-potassium dans le tissu hyperplasique prostatique humain. L'inhibition de la pompe sodium-potassium peut réduire le métabolisme et la croissance des cellules de la prostate.

Usages associés

Hypertrophie bénigne de la prostate

Antiandrogénique

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Les protéines de transport SHBG (Sex Hormone Binding Globulin) transportent les androgènes et les œstrogènes au niveau plasmatique. Ainsi, chez l'homme, ces hormones liées à la SHBG sont généralement transportées vers des sites récepteurs sur la prostate. Avec l’âge, la production de testostérone diminue et le rapport oestrogène/testostérone est alors augmenté. Ce phénomène entraîne alors une synthèse accrue de protéines de transport SHBG qui peuvent alors inciter les cellules des tissus de la prostate à se diviser et à croître rapidement avec, pour résultat, une hypertrophie bénigne de la prostate. Ainsi, des études ont montré que les lignanes (dont les sécoisolaricirésinols), issus de l’extrait de racines d’orties, inhibent la fixation des androgènes à la SHBG et empêchent également la fixation de ces protéines transporteuses aux récepteurs membranaires de la prostate, limitant ainsi l’activité proliférante sur les tissus prostatiques. D’autres hypothèses ont été formulées indiquant une action de l’extrait de racine d’ortie sur la testostérone 5-α-reductase, sur d'autres enzymes comme l'HLE (human leukocyte elastase), marqueur de l'inflammation prostatique par des stéroïdes lipophiles de la racine d’ortie. Enfin, l’aromatase est responsable de la conversion de la testostérone en 17-β-oestradiol. Cette enzyme joue un rôle important dans la physiopathologie de l’hypertrophie de la prostate puisqu’elle induit notamment l’augmentation de la synthèse des récepteurs aux androgènes et une modification de la structure de la prostate. Or, les acides gras octadécanoïques contenus dans ces racines, sont fortement inhibiteurs de l’aromatase, d'après des expériences en laboratoire.

Usages associés

Acné, Hypertrophie bénigne de la prostate

Immuno-modulateur

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Les polysaccharides interagiraient in vitro avec les lymphocytes T (activité immunomodulante). Les lectines ont également une activité immuno-modulante par stimulation de la production d’interféron-γ par les lymphocytes, et par inhibition des désordres auto-immuns fréquemment retrouvés dans les prostatites chroniques non spécifiques.

Usages associés

Prostatite

Anti-inflammatoire

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Les parties aériennes de l'ortie ainsi que la racine possèdent des effets anti-inflammatoires. Des études en laboratoire sur l'extrait d'ortie ont montré une activité anti-inflammatoire, notamment par l'inhibition de l'activation de NF-kappaB et des réactions dérivées de la cyclo-oxygénase et de la 5-lipoxygénase. L'acide phénolique isolé de l'ortie réduit également la synthèse de leucotriène B4. Chez l'homme, une étude a révélé qu'une ingestion orale de 1,34 g d'extrait de feuilles d'ortie pendant trois semaines diminuait significativement les niveaux de TNF-alpha et d'IL-1-beta stimulés par les lipopolysaccharides. De plus, l'extrait de feuille d'ortie réduit l'induction des réponses des cellules T primaires et de TNF-alpha, suggérant un potentiel dans le traitement de maladies comme l'arthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn.

Usages associés

Arthrose, Arthrite, Douleurs articulaires, Prostatite

Hypoglycémiant

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Certaines cultures cellulaires et recherches sur les animaux montrent que la feuille d'ortie peut augmenter la sécrétion d'insuline du pancréas. D'autres recherches en culture cellulaire montrent que l'extrait de feuille d'ortie peut inhiber l'activité des récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes (PPAR)-gamma. D'autres recherches en culture cellulaire montrent que les parties aériennes de l'ortie peuvent inhiber l'activité de l'alpha-glucosidase.

Usages associés

Diabète type 2

Hypotenseur

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Les recherches sur les animaux montrent que l'extrait des parties aériennes de l'ortie piquante peut induire une action hypotensive aiguë, ainsi que des effets diurétiques et natriurétiques (favoriser l'excrétion urinaire du sodium). Le jus de feuille peut augmenter le débit urinaire et diminuer légèrement la pression sanguine systolique et le poids corporel chez les personnes souffrant d'insuffisance veineuse.


Antiallergique

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

La feuille d'ortie, riche en quercétine, pourrait aider à soulager la rhinite allergique. La quercétine est reconnue pour ses propriétés anti-inflammatoires et sa capacité à stabiliser les mastocytes, réduisant ainsi la libération d'histamine. Une étude clinique a montré que la prise quotidienne d'ortie pendant un mois diminuait les niveaux d'interféron-gamma, un indicateur d'inflammation. Toutefois, l'ortie n'a pas significativement amélioré les symptômes cliniques de la rhinite allergique ni modifié certains marqueurs biologiques associés à cette condition.


Diurétique

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

La feuille comme toute la partie aérienne est légèrement diurétique et augmente l’excrétion des chlorures et de l’urée ce qui favorable pour les rhumatismes et pour la goutte.

Usages associés

Troubles urinaires

Reminéralisant

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Les feuilles renferment des flavonoïdes, stérols (sitostérol), nombreux acides organiques, chlorophylle et caroténoïdes, vitamines (C, groupe B, K) et sels minéraux (silice, potassium, nitrates, calcium, magnésium). De ce fait, les feuilles sont considérées comme alcalinisantes.

Usages associés

Arthrite, Chute de cheveux, Douleurs articulaires


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Arthrose
✪✪✪✪✪

L'utilisation orale ou topique de l'extrait de feuilles d'ortie pourrait améliorer les symptômes de la douleur chez les patients souffrant d'arthrose. Certains cliniciens utilisent l'extrait de feuilles d'ortie en association avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) classiques ou d'autres analgésiques. Il semble que l'ajout de l'ortie pourrait permettre d'utiliser des doses d'analgésiques plus faibles chez certains patients. D'autres recherches cliniques montrent qu'une association contenant de l'ortie, de l'églantier, de la griffe du diable et de la vitamine D prise par voie orale quotidiennement pendant 12 semaines améliore les symptômes généraux de 28 % et les scores de douleur de 33 % supplémentaires par rapport au placebo chez les adultes souffrant d'arthrose du genou.

Posologie

posologiePar voie orale : feuille

posologie160 - 9000 mg

formulationInfusion, Extrait sec

Synergies

Eglantier, Harpagophytum, Vitamine D

Diabète type 2
✪✪✪✪✪

Des études suggèrent que l'ortie piquante pourrait être bénéfique pour les personnes atteintes de diabète de type 2. Une méta-analyse de petits essais cliniques a révélé qu'une prise quotidienne de 1,5 à 10 g d'ortie pendant 8 à 12 semaines réduit la glycémie à jeun, mais sans améliorer significativement l'hémoglobine glyquée (HbA1c). Un autre examen a suggéré une réduction de l'HbA1c et de la glycémie postprandiale, mais ces résultats sont basés sur un nombre limité d'études. Son association avec le chardon-Marie, boswellia (200 mg chacun) trois fois par jour pendant trois mois, permet de réduire légèrement la glycémie à jeun par rapport au placebo chez les adultes atteints de diabète de type 2 qui prennent des médicaments antidiabétiques.

Posologie

posologiePar voie orale : feuille

posologie600 - 1500 mg

formulationExtrait sec

Synergies

Boswellia, Chardon marie

Hypertrophie bénigne de la prostate
✪✪✪✪✪

De nombreuses observations cliniques montrent une diminution de la fréquence mictionnelle, du résidu post-mictionnel, du volume de la prostate, et des taux hormonaux avec des doses d'extraits de 600 à 1200 mg par jour, et sur des durées de 3 à 6 mois. D'autres études montrent l'utilisation de la racine d'ortie à une dose de 120 mg trois fois par jour, permettent d'améliorer les symptômes d'hyperplasie bénigne de la prostate chez 81% des sujets du groupe ayant reçu le traitement, contre 14 % pour le placebo. Toutefois, certaines études concluent que les niveaux de testostérone n'ont pas été affectés et aucune modification de la taille de la prostate n'a été constatée.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie360 - 1200 mg

formulationPoudre, Extrait sec

Synergies

Palmier nain

Arthrite
✪✪✪✪✪

L'ESCOP préconise les feuilles d'ortie comme adjuvant dans le traitement symptomatique de l'arthrite et des affections rhumatismales. Les Amérindiens s’en servaient pour soulager les douleurs rhumatismales. L’application de feuilles fraîches pendant 30 secondes sur la partie douloureuse peut soulager les douleurs arthritiques. La combinaison de ces effets (dépurative, reminéralisation) avec ses effets anti-inflammatoire, en font une option pour le traitement de l'arthrite.

Posologie

posologiePar voie orale : feuille

posologie1140 - 2280 mg

formulationPoudre, Infusion


Douleurs articulaires
✪✪✪✪✪

L'ortie est réputée « dépurative », contre les douleurs articulaires. La feuille d’ortie montre une capacité à structurer, à construire (recalcifier). Elle joue un rôle important dans la consolidation des os, donc dans la reminéralisation. L'EMA indique que les feuilles d'ortie est un médicament traditionnel à base de plantes pour le soulagement des douleurs articulaires mineures. Plusieurs études tendent à montrer ces effets notamment en cas d’arthrose.

Posologie

posologiePar voie orale : feuille

posologie1140 - 2280 mg

formulationPoudre, Infusion


Acné
✪✪✪✪

L'EMA reconnait les feuilles d'ortie comme médicament traditionnel à base de plantes utilisé pour les affections séborrhéiques de la peau. Cela suggère un bénéfice pour les peau acnéiques en particulier. Traditionnellement, l'ortie est réputée « dépurative », contre l’acné modéré et les éruptions cutanées.

Posologie

posologiePar voie orale : feuille

posologie275 - 1100 mg

formulationPoudre


Chute de cheveux
✪✪✪✪

La feuille d’ortie montre une capacité à structurer, à construire (recalcifier). Elle joue un rôle dans la consolidation des os, donc dans la reminéralisation. En usage externe la décoction de feuilles sèches ou fraîches s’emploie comme tonique dans la séborrhée du cuir chevelu et contre la chute des cheveux.

Posologie

posologiePar voie orale : feuille

posologie275 - 1100 mg

formulationPoudre


Troubles urinaires
✪✪✪✪

L'EMA indique les feuilles pour augmenter la quantité d'urine et comme adjuvant dans les plaintes urinaires mineures.

Posologie

posologiePar voie orale : feuille

posologie1140 - 2280 mg

formulationPoudre


Eczéma
✪✪✪✪

L'EMA reconnait les feuilles d'ortie comme médicament traditionnel à base de plantes utilisé pour les affections séborrhéiques de la peau. Cela suggère un bénéfice pour l'eczéma en particulier. Elle est réputée « dépurative », contre es éruptions cutanées. En médecine ayurvédique, on emploie l’ortie en association avec d’autres plantes pour traiter les éruptions cutanées et l’eczéma.

Posologie

posologiePar voie orale : feuille

posologie275 - 1100 mg

formulationPoudre


Prostatite
✪✪✪✪

La racine d'ortie pourrait avoir un intérêt dans le traitement de la prostatite grâce à ses composants, comme les polysaccharides et les lectines. Ces substances agissent en jouant un rôle d'immunomodulation. Cette activité pourrait être utile dans les prostatites chroniques non spécifiques, souvent associées à des désordres auto-immuns.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie360 - 1200 mg

formulationPoudre

Synergies

Curcumine, Quercétine


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 380 mg - 2280 mg (Poudre)

- Substance végétale séchée, coupée, fragmentée ou broyée : 2-4 g en dose unique jusqu'à 3 fois par jour en infusion. - Substance végétale en poudre : 380-570 mg en dose unique jusqu'à 4 fois par jour. - Jus d'herbe fraîche : 10-15 ml en une seule dose jusqu'à 3 fois par jour. - Teinture (1:5), solvant d'extraction, éthanol 45% : 2-6 ml en dose unique jusqu'à 3 fois par jour. - Extrait sec (5-10:1), solvant d'extraction : eau correspondant à 2-4 g d'herbes en une seule dose jusqu'à 3 fois quotidiennement.

Enfant de 12 jusqu’à 18 an(s) : 275 mg

- Substance végétale séchée, coupée, fragmentée ou broyée : 2-4 g en dose unique jusqu'à 3 fois par jour en infusion. - Substance végétale en poudre : 380-570 mg en dose unique jusqu'à 3 fois par jour. - Jus exprimé (1:0,5-1,1) d'herbe fraîche : 10-15 ml en une seule dose jusqu'à 3 fois par jour. - Teinture (1:5), solvant d'extraction : éthanol 45% (V/V) : 2-6 ml en dose unique jusqu'à 3 fois par jour. - Extrait sec (5-10:1), solvant d'extraction : eau correspondant à 2-4 g d'herbes en une seule dose jusqu'à 3 fois quotidiennement.

Adulte à partir de 18 an(s) : 300 mg - 600 mg (Extrait sec)

Racine : 4 à 6 g en infusion ou 300 à 600 mg d'extrait sec (7-14 pour 1, 20% méthanol).


Interactions

Médicaments

Antidiabétique : interaction faible

Des recherches sur les animaux suggèrent que cette ortie pourrait faire baisser le taux de glucose dans le sang. De plus, un rapport de cas humains suggère que l'ortie pourrait provoquer une hypoglycémie chez certains patients atteints de diabète. Des ajustements de dose peuvent être nécessaires.

Warfarine : interaction faible

L'ortie contient une quantité importante de vitamine K. On peut donc penser que l'ortie réduit les effets des médicaments anticoagulants tels que la warfarine ; à utiliser avec précaution. Un ajustement de la dose de warfarine peut s'avérer nécessaire.


Précautions

Femme allaitante : éviter

Eviter par manque de données.

Hypotension : utiliser avec prudence

Les orties peuvent avoir des effets sur la pression artérielle.

Insuffisance rénale : éviter

Les parties aériennes de l'ortie semblent avoir un effet diurétique ; à utiliser avec précaution chez les personnes souffrant de trouble rénal.

Enfant jusqu’à 12 an(s) : éviter

L'utilisation n'est pas recommandée chez les enfants de moins de 12 ans.


Contre-indications

Femme enceinte : interdit

Par voie orale l'ortie est contre-indiquée en raison d'éventuels effets abortifs et stimulants utérins.