Nutri&Co x INRAE « On va tester nos produits sur le microbiote et évaluer leur impact sur notre écosystème intestinal »

Nutri&Co, l'entreprise de nutraceutique, se lance dans la recherche en santé digestive en collaboration avec l'INRAE. Yazan El Safadi, Directeur scientifique de la marque, a répondu à nos questions.
nutri&co INRAE santé digestive

Comment est née cette collaboration avec l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) ?

Tout est parti d’une discussion que j’ai pu avoir avec le chercheur Joël Doré suite à une présentation qu’il a faite à Rennes il y a quelques années. 

Il a présenté un concept sur la santé de l’écosystème intestinal qui m’a fasciné. 

L’idée principale est très simple : ce qui se passe dans nos intestins est lié à notre santé dans son ensemble. Ça, on le sait. Et jusqu’à présent on a beaucoup parlé du microbiote, qu’on peut chouchouter avec des probiotiques ou des fibres. Or c’est beaucoup plus complexe que cela ! Et c’est là où la notion d’écosystème que ces chercheurs avaient creusée est excitante : il y a plusieurs paramètres à la santé intestinale dont le microbiote fait effectivement partie. Plus on active de paramètres, plus on a de chance d’améliorer la santé de notre écosystème. Par exemple, je modère mon inflammation locale, j’améliore ce paramètre mais j’impacte aussi positivement le microbiote, qui va, à son tour, améliorer l’inflammation. C’est un cercle vertueux. 

A contrario, si je dégrade la diversité et la richesse de mon microbiote, je vais aussi indirectement dégrader mon état inflammatoire et empirer la situation de mon microbiote. Un cercle vicieux cette fois-ci. 

Donc l’idée est simple : en agissant à quatre niveaux au lieu d’un seul, je décuple l’efficacité. Autrement dit, l’effet cumulé des actions sur quatre paramètres sera supérieur à la somme des effets individuels additionnés. C’est la définition même de l’effet synergique ! 

De notre côté chez Nutri&Co, on misait déjà sur des effets cumulés : notre mix probiotique contient un polyphénol à action prébiotique et nous avons nos fibres ! Intuitivement ça nous a semblé être une approche efficace. Quand j’ai assisté à la présentation de Joël Doré et que j’ai compris que son labo avait une expertise mondialement reconnue pour ce genre de projet, je me suis dit qu’on était obligés de travailler ensemble ! 

Lire aussi | Nutri&Co : Découvrez nos codes promo et réduction

C’est d’ailleurs le cœur d’une question très importante dans notre industrie : j’ai des données sur un ingrédient isolé, mais est-ce vraiment beaucoup mieux de le combiner à d’autres ingrédients et est-ce que je peux mesurer cet effet synergique ? On a besoin de plus de données et de recherches sur ce qu’on appelle « le produit fini », c’est-à-dire des combinaisons d’ingrédients, en allant au-delà de ce qu’on sait des ingrédients isolés. 

Pourriez-vous nous expliquer en quoi consistent ces recherches et comment collaborez-vous avec l’INRAE ? Quel est le calendrier ? 

Je ne peux pas rentrer dans les détails techniques car ça reste confidentiel, mais les objectifs sont simples : 

  1. On veut vérifier les effets de nos produits sur l’écosystème intestinal. 
  2. Et ensuite savoir comment les améliorer pour tendre vers cet effet synergique décrit plus haut. 

On va donc tester l’effet de nos produits actuels, mais aussi d’autres ingrédients et combinaison sur les différents paramètres intestinaux. 

On va étudier les produits sur des « microbiotes humains » en réacteur, et c’est là que l’expertise de l’INRAE est aussi capitale : il faut une technologie de séquençage de pointe pour mesurer la diversité (quelles espèces ?) et la richesse (combien ?) de bactéries dans la culture. 

En gros, on va donc tester nos produits et de futures versions sur le microbiote humain et évaluer comment des effets impactent l’ensemble des paramètres de notre écosystème intestinal. Et tout ça va nous permettre d’optimiser l’effet de nos produits tout en comprenant plus précisément comment ils agissent.

On sait très bien que les probiotiques, les fibres et les polyphénols fonctionnent : mais comment est-ce qu’ils fonctionnent exactement et comment est-ce que je peux les faire travailler ensemble ?

Ce premier volet du projet va durer 24 mois, sans même considérer les portes que cela va nous ouvrir car les résultats vont certainement nous inciter à aller plus loin et tenter une étude clinique !

Quels sont les résultats attendus ? 

C’est très simple : 

  1. Comprendre exactement comment fonctionnent nos produits et sur quels leviers de l’écosystème intestinal ils agissent.
  2. Vérifier s’il y a bien un effet synergique quand on les utilise ensemble.
  3. Optimiser nos formules sur une base scientifique établie. 

Souhaitez-vous étendre ces recherches à d’autres formules que celles dédiées à la santé digestive ?

C’est possible même s’il faut bien choisir son domaine. D’autres préoccupations santé des Français nous intéressent comme les performances sportives ou le bien-vieillir (notamment le déclin cognitif), mais je ne peux pas vous en dire plus pour le moment ! 

Facebook
Email
Twitter