Vitamine B9 : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

La vitamine B9, est une vitamine essentielle, soluble dans l'eau, présente sous deux formes : l'acide folique et le folate. Les folates sont apportés par l’alimentation sous forme de polyglutamates, à la différence de l’acide folique qui est une forme de synthèse plus stable ayant une meilleure biodisponibilité et proposée en thérapeutique et dans les suppléments alimentaires. Les aliments riches en folates sont principalement les légumes verts, les fruits secs, le foie, les levures alimentaires, le jaune d’œuf. Ils sont convertis en monoglutamates dans l’intestin avant leur absorption, principalement jéjunale. Les deux formes de vitamine B9 (acide folique et folates) ne sont plus distinguables après absorption intestinale. L’acide folique est converti dans l’entérocyte en tétrahydrofolate (THF), correspondant à la forme tissulaire active, puis après méthylation en N5-méthylTHF, il devient la forme circulante. Le déficit en vitamine B9 s’accompagne de troubles neurologiques variés, d'autre part, dans la moelle osseuse, une carence en vitamine B9 entraîne une anomalie de maturation et de division cellulaire ce qui donne des précurseurs anormaux de globules rouges, appelés mégaloblastes. Les mégaloblastes sont incapables de se transformer correctement en globules rouges et beaucoup d'entre eux sont phagocytés par les macrophages de la moelle osseuse, ce qui contribue au développement de l'anémie mégaloblastique. Certains patients atteints du syndrome de fatigue chronique présentent également des taux d'acide folique réduits. La maladie de Crohn et la thrombose veineuse ont également été associées à une diminution des taux de folates. L’acide folique est utilisé pendant la grossesse ou pendant la phase de pré-conception afin de prévenir les fausses couches et les anomalies du tube neural. L’acide folique est aussi pris pour de nombreux troubles, dont la dépression, l’accident vasculaire cérébral, le déclin des facultés cognitives plus marqué que la normale chez les personnes âgées.

Autre(s) nom(s) 

Acide folique, folate

Nom(s) scientifique(s)

5'-methyltetrahydrofolate

Famille ou groupe : 

Vitamines


Propriétés


Essentiel

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

La vitamine B9 joue le rôle de coenzyme dans le métabolisme intracellulaire et elle est essentielle au bon fonctionnement des cellules. En effet, dans l’organisme, les folates sont impliquées en tant que cofacteurs dans les réactions de transfert d’unités monocarbonées indispensables au métabolisme cellulaire puisque impliquées dans la synthèse des nucléotides, la synthèse de certains acides aminés et, indirectement, dans le transfert de groupes méthyls. La vitamine B9 joue également un rôle dans le maintien de la grossesse et la prévention des problèmes de développement fœtal (fente labiale, anomalies de fermeture du tube neural). Le déficit en vitamine B9 s’accompagne de troubles neurologiques variés, par défaut en ATP, GTP (des coenzymes de transfert de groupements phosphate) et en phospholipides formant les gaines de myéline. D'autre part, dans la moelle osseuse, une carence en vitamine B9 entraîne une anomalie de maturation et de division cellulaire ce qui donne des précurseurs anormaux de globules rouges, appelés mégaloblastes. Les mégaloblastes sont incapables d'achever la maturation en globules rouges et beaucoup d'entre eux sont phagocytés par des macrophages dans la moelle osseuse, ce qui donne une anémie appelée mégaloblastique.

Usages associés

Carence en vitamine B9, Grossesse, Développement fœtal, Fatigue

Cardiovasculaires

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

L'acide folique peut améliorer la dysfonction endothéliale chez les personnes porteuses d'une athérosclérose et à haut risque de développer une maladie coronarienne. Il existe également des preuves que l'acide folique peut diminuer les concentrations du facteur de von Willebrand (facteur nécessaire pour l'adhésion des plaquettes et le transport du facteur VIII dans la coagulation sanguine). L'acide folique peut également diminuer les concentrations de fibrinogène (un facteur de coagulation). D'autre part, la reméthylation de l'homocystéine en méthionine nécessite du folate et de la vitamine B12 comme cofacteurs. Donc un déficit en acide folique est associé à une augmentation de l'homocystéinémie qui est connu comme facteur de risque de maladies cardiovasculaires. Plus le niveau d'homocystéine est élevé, meilleure est la réponse au traitement à l'acide folique. Par ailleurs, l'acide folique a peu d'effet sur les niveaux d'homocystéine normaux.

Usages associés

Hypertension artérielle, Accident vasculaire cérébral, Hyperhomocystéinemie, Insuffisance rénale

Fonction cognitive

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Des preuves suggèrent qu'une concentration faible en folate peut être liée à une atrophie du cortex cérébral. De plus, chez les personnes âgées, la détérioration fonctionnelle et mentale est parfois associée à de faibles niveaux de folate. Chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer, l'acide folique peut améliorer la réponse aux inhibiteurs de la cholinestérase en réduisant les niveaux d'homocystéine.

Usages associés

Alzheimer, Performances cognitives

Antidépresseur

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

La carence en acide folique est courante chez les personnes souffrant de dépression. De faibles niveaux de folate ont été liés à une mauvaise réponse au traitement antidépresseur. Dans la population générale, les personnes ayant un faible niveau d'acide folique ou un apport alimentaire faible en folates ont un risque plus élevé de développer une dépression. De plus, de faibles niveaux de folate ont été liés à une mauvaise réponse au traitement antidépresseur. Le rôle exact de l'acide folique dans la dépression n'est pas encore connu. Mais il est nécessaire pour la reméthylation de l'homocystéine en méthionine et pour la conversion de la s-adénosylméthionine (SAMe). Il intervient également dans la méthylation de la tétrahydrobioptérine, un cofacteur essentiel des enzymes hydroxylases impliquées dans la production de neurotransmetteurs tels que la sérotonine.

Usages associés

Dépression

Anticancer

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Certains cancers tels que hémopathies malignes ou cancers colorectaux ont été statistiquement associés à des taux abaissés de folates. Des effets potentiellement délétères d’une supplémentation en acide folique sur la progression tumorale ont été évoqués mais restent discutés.

Usages associés


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Carence en vitamine B9
✪✪✪✪✪

L’inadéquation entre apports alimentaires et besoins est la première cause de carence dans le monde et plus particulièrement en cas d’augmentation des besoins (grossesse, allaitement, hémolyse chronique...) ou lorsque l’absorption digestive est altérée dans les diarrhées chroniques et les maladies inflammatoires digestives (maladie de Crohn, sprue tropicale, maladie cœliaque). L’alcoolisme chronique induit également des carences liées à un défaut d’apport, une malabsorption, un défaut de captation hépatique et une excrétion rénale accrue. L’insuffisance rénale en dialyse est également associée à une carence en folates, tout comme certains traitements « anti-métabolites » par défaut d’utilisation des folates, comme les antiépileptiques. La conséquence la plus classique des carences est hématopoïétique, reflet direct de la diminution de la synthèse d’ADN. Cela explique les troubles muqueux associés à ces carences, notamment la glossite, et surtout la classique anémie mégaloblastique. Le déficit en vitamine B9 s’accompagne également de troubles neurologiques variés, par défaut en ATP, GTP (des coenzymes de transfert de groupements phosphate) et en phospholipides formant les gaines de myéline. En cas d'anémie, des doses d’environ 5 à 15 mg par jour sont habituellement prescrites.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie0.33 - 15 mg


Développement fœtal
✪✪✪✪✪

Posologie

posologiePar voie orale

posologie0.33 - 15 mg


Grossesse
✪✪✪✪

Des études épidémiologiques ont mis en évidence une association entre le statut en acide folique des mères et la fréquence des avortements, le taux de prématurité et les anomalies de fermeture du tube neural. Le besoin des femmes en folates augmente de 50 % pendant la grossesse, durant laquelle, au premier trimestre, une alimentation enrichie d’au moins 600 microgrammes/j (600 mcg/j) de folates est conseillée. Avant la conception, la supplémentation de 400 mcg de folates est conseillée durant 1 à 3 mois. Les femmes ayant des antécédents d'anomalies congénitales du tube neural prennent généralement une dose plus élevée d'acide folique qui correspond à 4 mg par jour à partir d'un mois avant et jusqu'à 3 mois après la conception.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie0.4 - 4 mg


Dépression
✪✪✪✪

Des études suggèrent que la dépression est liée à un faible taux de folate, en particulier chez les femmes. La prise d'acide folique par voie orale en association avec les antidépresseurs conventionnels semble améliorer la réponse au traitement chez les patients souffrant d'un trouble dépressif majeur. Cependant, la prise de l'acide folique seule ne semble pas efficace. L'acide folique a été utilisé à une dose de 200 mcg à 15 mg par jour pendant 6 mois, en association avec les antidépresseurs.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie0.2 - 15 mg

duration6 - mois


Hyperhomocystéinemie
✪✪✪✪

La prise d'acide folique par voie orale abaisse les niveaux d'homocystéine à jeun de 20% à 30% chez les personnes présentant des niveaux d'homocystéine normaux à modérément élevés. Plus le niveau d'homocystéine est élevé et le niveau de folate est faible avant le traitement, plus l'effet de la supplémentation d'acide folique est important. D'autres preuves suggèrent que plus les niveaux d'homocystéine initiaux sont élevés, plus la dose d'acide folique nécessaire pour atteindre la réduction maximale des niveaux d'homocystéine est faible. Les effets de la supplémentation en acide folique sur les concentrations d'homocystéine semblent plus importants chez les femmes que chez les hommes. D'autre part, l'association de 50 à 250 mg de pyridoxine et d'acide folique semble diminuer encore plus l'hyperhomocystéinémie post-prandiale. Cette association est généralement recommandée. De plus, l'ajout quotidien de 500 mcg de vitamine B12 à l'acide folique entraîne une diminution supplémentaire des niveaux d'homocystéine d'environ 7% en moyenne, mais cet effet est probablement présent uniquement chez les personnes présentant une carence en vitamine B12. Une dose de 200 mcg à 15 mg par jour d'acide folique pendant 4 semaines à 3,5 ans a été utilisée, avec ou sans vitamine B12 et / ou pyridoxine.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie0.2 - 15 mg


Insuffisance rénale
✪✪✪✪

Plus de 85% des personnes atteintes d'insuffisance rénale terminale (IRT) présentent une hyperhomocystéinémie, par réduction de l'absorption rénale et du métabolisme de l'homocystéine en cas d'insuffisance rénale sévère, de plus l'hémodialyse peut contribuer aux carences en vitamines. La prise d'acide folique par voie orale réduit les niveaux d'homocystéine chez les patients atteints d'IRT. Des doses quotidiennes de 800 mcg à 15 mg sont généralement utilisées. Dans de nombreuses études, l'acide folique a été associé au vitamine B12 et au pyridoxine.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie0.8 - 15 mg


Hypertension artérielle
✪✪✪✪✪

La recherche clinique montre que la prise quotidienne de 5 à 10 mg d'acide folique pendant au moins 6 semaines réduit la pression artérielle systolique de 2,03 mmHg et améliore la dilatation vasculaire chez les personnes hypertendues. Par ailleurs, certaines recherches ont montré que la prise d'acide folique en association avec l'énalapril (un médicament antihypertenseur) n'améliore pas la tension artérielle par rapport à l'énalapril seul.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie5 - 10 mg

duration6 - semaines


Accident vasculaire cérébral
✪✪✪✪✪

Des études épidémiologiques ont montré que les personnes ayant un apport plus élevé en acide folique d'origine alimentaire ont un risque réduit d'accident vasculaire cérébral (AVC) hémorragique mais non ischémique. Plusieurs études faites dans des régions dépourvues des politiques d'enrichissement de l'alimentation en acide folique, ont constaté que la supplémentation en acide folique, avec ou sans autres vitamines B, réduit le risque d'AVC de 10% à 25%. L'effet semble être plus important lorsque l'acide folique est pris à faibles doses (généralement 0,8 mg par jour ou moins), chez les patients présentant un taux de cholestérol initial élevé, chez les patients ayant un taux d'homocystéine diminué d'au moins 20% et chez les patients ayant le taux de folate initial le plus faible.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie0.8 mg


DMLA
✪✪✪✪✪

Une étude clinique menée à grande échelle, montre que la prise de 50 mg de pyridoxine par jour en association avec 1 mg de cyanocobalamine et 2,5 mg d'acide folique, pendant en moyenne 7,3 ans, réduit considérablement le risque de développement de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l'âge) chez les femmes de 40 ans ayant des antécédents de maladie cardiovasculaire ou présentant des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire, par rapport au placebo.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie2.5 mg


Fatigue
✪✪✪✪✪

Posologie

posologiePar voie orale

posologie0.33 - 15 mg


Performances cognitives
✪✪✪✪✪

Posologie

posologiePar voie orale

posologie0.33 - 15 mg


Alzheimer
✪✪✪✪✪

Des preuves cliniques suggèrent que les personnes âgées ayant un apport alimentaire en folates ou une supplémentation en acide folique supérieure à l'apport nutritionnel recommandé, ont un risque réduit de développer la maladie d'Alzheimer par rapport aux personnes ayant un apport plus faible. La recherche clinique suggère que la prise de 1 mg d'acide folique par jour pendant 6 mois semble améliorer la réponse des patients atteints de la maladie d'Alzheimer aux inhibiteurs de cholinestérase par rapport au placebo.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie1 - 1 mg

duration6 - mois


Dosage de sécurité

Nourrisson jusqu’à 12 mois : 80 µg

Enfant de 1 jusqu’à 3 an(s) : 120 µg - 200 µg

Adulte à partir de 18 an(s) : 330 µg - 1000 µg

Enfant de 4 jusqu’à 6 an(s) : 140 µg - 300 µg

Enfant de 7 jusqu’à 10 an(s) : 200 µg - 400 µg

Enfant de 11 jusqu’à 14 an(s) : 270 µg - 600 µg

Enfant de 15 jusqu’à 17 an(s) : 330 µg - 800 µg

Femme enceinte à partir de 18 an(s) : 600 µg - 1000 µg

Femme allaitante à partir de 18 an(s) : 500 µg - 1000 µg


Interactions

Médicaments

Anticonvulsifs : interaction modérée

L'acide folique peut être un cofacteur du métabolisme de la phénytoïne. A des doses de 1 mg par jour ou plus, l'acide folique peut réduire les taux sériques de phénytoïne chez certains patients. De plus, la phénytoïne réduit également les niveaux de folate sérique. L'acide folique peut avoir une activité convulsivante directe chez certaines personnes,ce qui peut altérer le contrôle des crises convulsives par le phénobarbital. La phénytoïne peut également réduire les niveaux de folate sérique. D'autre part, la carbamazépine peut réduire les taux sériques d'acide folique. Les mécanismes possibles comprennent une absorption réduite de l'acide folique et un métabolisme accru par les enzymes hépatiques.

5-fluorouracile : interaction modérée

Théoriquement, des doses élevées d'acide folique pourraient augmenter la toxicité du 5-fluorouracile. Une augmentation des effets secondaires gastro-intestinaux avec le 5-fluorouracile tels que la stomatite et la diarrhée a été décrite.

Méthotrexate : interaction modérée

Le méthotrexate exerce des effets cytotoxiques en empêchant la conversion de l'acide folique à la forme active nécessaire aux cellules. Il existe des preuves que les suppléments d'acide folique réduisent l'efficacité du méthotrexate dans le traitement de la leucémie lymphoblastique aiguë et, théoriquement, ils peuvent réduire son efficacité dans le traitement d'autres cancers. De plus, le méthotrexate peut réduire les niveaux de folate sérique.

Oestrogènes : interaction modérée

Des taux réduits de folate sérique peuvent survenir chez certaines femmes prenant des œstrogènes conjugués ou des contraceptifs oraux, mais cet effet est peu probable chez les femmes ayant un apport alimentaire suffisant en folates. Les mécanismes possibles par lesquels les œstrogènes contribuent à la carence en folate comprennent une absorption réduite de folate alimentaire, une excrétion accrue, une induction des enzymes hépatiques et une liaison accrue des folates aux protéines sériques.