Lactobacillus gasseri : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

Les lactobacilles (lactobacillus) sont un genre de microorganismes lactiques présents naturellement dans notre organisme et riche d’une grande diversité au niveau du microbiote des muqueuses intestinales, buccales et vaginales. Ces microorganismes (bactéries ou levures) vivants, utiles, en symbiose avec l'Homme, sont plus connus sous le terme de "probiotiques". Lactobacillus gasseri est une espèce bactérienne qui a été isolée et identifiée par Lauer et Kandler. Etudié depuis les années 80, plusieurs souches de_ _Lactobacillus gasseri sont utilisées comme probiotiques, et s’est révélé utile pour renforcer les défenses immunitaires de l’organisme et pour la gestion du poids. Certaines souches de cette bactérie sont efficaces pour empêcher la colonisation de la muqueuse gastrique par des agents pathogènes type Helicobacter pylori.

Famille ou groupe : 

Probiotiques


Propriétés


Antibactérien

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Certaines recherches suggèrent que les lactobacilles sont capables de réduire l'adhérence des bactéries pathogènes à la muqueuse colique et de réduire la translocation bactérienne, ce qui pourrait les rendre utiles dans la prévention d'infections et dans le traitement de maladies telles que la maladie de Crohn. L’activité antimicrobienne, _in vitro,_ de _L. gasseri_ LA39 a été établie contre différents pathogènes : _Listeria monocytogenes_, _Bacillus cereus_ et _Staphylococcus aureus._ Comme toutes les bactéries lactiques, _L. gasseri_ produit également des acides organiques. De surcroît, elle métabolise le glucose en acide lactique. Cette sécrétion d’acide lactique va induire une acidification capable d’inhiber les bactéries pathogènes. Par ailleurs, il a été constaté _in vitro_, la capacité de la souche _Lactobacillus gasseri_, a inhibé l’adhésion et la colonisation des bactéries _Escherichia coli_ au niveau de la muqueuse intestinale.

Usages associés

Infection à Helicobacter pylori

Anti-inflammatoire

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

_Lactobacillus gasseri_ aide à combattre les inflammations. Plus spécifiquement, des données suggèrent que Lactobacillus gasseri permet _in vitro_ et _in vivo_ de diminuer significativement la libération plasmatique de médiateurs de l’inflammation telles que les cytokines pro-inflammatoires. Dans le même temps, ce probiotique induit une augmentation de cytokines régulatrices de l’inflammation. Par ailleurs, une étude randomisée en double aveugle contre placebo a été menée sur 32 sujets âgés en bonne santé durant trois semaines, prenant deux fois par jour un mélange de probiotique (Lactobacillus. gasseri KS-13, Bifidobacterium longum MM2, B. bifidum G9-1). Les chercheurs ont évalué l’intérêt de cette supplémentation sur différents paramètres : le taux de lymphocytes CD4+ circulants, la production de cytokine et le shift du microbiote intestinal vers une population bactérienne saine. La prise de cette formulation probiotique à haute concentration a maintenu les lymphocytes CD4+ et diminué le profil des cytokines inflammatoires. L’hypothèse avancée, par les chercheurs, est une normalisation dans les communautés microbiennes, qui ressemblaient plus étroitement à ceux rapportés dans les populations plus jeunes en bonne santé. Plus largement, de nombreuses études ont clairement établi que_ Lactobacillus gasseri_ est doté d'une résistance naturelle, pouvant survivre à l’acidité gastrique. Il protégerait dont d’autant mieux de l’inflammation rencontrée dans les cas de gastrite, d’ulcères stomacaux, y compris l’ulcère associé à une infection _Helicobacter pylori_‌‌ et le syndrome du côlon irritable.

Usages associés

Infection à Helicobacter pylori

Immuno-modulateur

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Certains chercheurs pensent que les lactobacilles et autres probiotiques pourraient avoir des effets immunomodulateurs. Les lactobacilles semblent moduler l'immunité cellulaire et humorale non spécifique, probablement en stimulant l'activité des lymphocytes et des macrophages et en modulant la production de cytokines par les cellules mononucléaires. Une étude clinique en double-aveugle contre placebo, de deux souches de lactobacilles, L. gasseri CECT5714 et L. coryniformis CECT5711 a été réalisée sur 50 adultes sains, en comparaison avec une prise de yaourt classique. Les résultats démontrent que la consommation des deux souches, tout comme le yaourt, produit une augmentation significative des cellules phagocytaires (monocytes et neutrophiles) au bout de deux semaines (et perdure à quatre semaines) avec peu de différence entre les deux groupes. En revanche, il a été observé une différence significative au niveau de l’augmentation des cellules tueuses naturelles NK à l’avantage des deux nouvelles souches; l’effet étant plus marqué au bout de deux semaines que de quatre.


Métabolique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L. gasseri a été associé à une tendance à la perte de poids chez les animaux maigres dans trois études et quatre comparaisons incluant 48 porcs et rats. Chez les animaux et les humains obèses, trois études et trois comparaisons incluant 87 humains et rats ont trouvé un effet anti-obésité. Cet effet était cohérent entre les humains et les animaux. Deux souches de L. gasseri (SBT2055 et BNR17) ont un effet anti-obésité significatif dans les études individuelles.

Usages associés

Contrôle du poids


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Contrôle du poids
✪✪✪✪✪

La consommation de Lactobacillus gasseri permet une réduction de l’adiposité abdominale. Un essai randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo d’une étude scientifique japonaise réalisée en 2010 sur 87 adultes sains mais à forte adiposité abdominale (surpoids) a permis d’évaluer les effets de la souche _L. gasseri_ SBT2055 sur l’adiposité abdominale et le poids. Les résultats montrent que le groupe traité avec une prise de _L. gasseri_ SBT2055 durant 12 semaines a perdu 4,6% de graisse abdominale et 3,3% de graisses sous-cutanées comparativement au groupe contrôle. De même leur poids corporel, tour de taille et IMC ont diminué respectivement de 1,4% (1,1 kg), 1,8% (1,7 cm) et 1,5% (0,4 kg/m2). Un autre essai randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo réalisé sur 90 volontaires âgés de 20 à 75 a permis d’observer une diminution significative de l’adiposité viscérale chez les adultes obèses. Ces études ont montré l’effet bénéfique d’une supplémentation en _L. gasseri_ pour réduire significativement l’adiposité abdominale et viscérale chez l’Homme en surpoids ou en situation d’obésité. Dans une étude clinique de 2015, publiée dans la revue Lipids Health Disease a permis d’en savoir davantage sur le mécanisme de cette souche de bactérie. Dans cette étude, des chercheurs japonais ont démontré que la souche L_._ gasseri SBT2055 supprime la libération d’acide gras, d’une émulsion de matière grasse en augmentant la taille des particules de micelles. Cette augmentation de taille est connue pour défavoriser l’action de l’enzyme impliquée dans l'absorption des lipides alimentaires, la lipase pancréatique. De plus, la même équipe de recherche a constaté sur les humains que la prise de lait fermenté avec _L. gasseri_ SBT2055 provoquait un accroissement de l’excrétion fécale des graisses. Cet effet pourrait être associé à l’arrêt de la dégradation des graisses observée _in vitro_. Selon cette étude, L. gasseri limite donc clairement l’absorption des graisses au niveau intestinal.

Posologie

posologiePar voie orale


Infection à Helicobacter pylori
✪✪✪✪✪

Des méta-analyses de recherches cliniques montrent que la prise de lactobacillus peut améliorer les taux d'éradication de H. pylori de 1,14 à 1,24 fois lorsqu'elle est associée à une trithérapie, composée d'un inhibiteur de la pompe à protons (IPP), de clarithromycine et d'amoxicilline. Les espèces spécifiques de lactobacilles qui ont montré des avantages dans le traitement des infections à H. pylori comprennent L. gasseri un milliard d'unités formatrices de colonies (UFC) deux fois par jour pendant 4 à 8 semaines, en commençant 3 semaines avant la trithérapie, une culture lyophilisée et inactivée de L. acidophilus contenant L. acidophilus L.B 5 milliards. acidophilus L.B 5 milliards de cellules tuées par la chaleur, 3 fois par jour pendant 10 jours, et un mélange de deux souches de L. reuteri (DSM 17938 et ATCC PTA 6475 ; p. ex, Gastrus, BioGaia AB) 100 millions d'UFC de chaque souche une fois par jour pendant environ 14 semaines, avant et après la trithérapie.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie2 UI


Endométriose
✪✪✪✪✪

Selon une publication de Cytotechnology 2011, la prise orale de L. gasseri OLL2809 réduit efficacement la douleur des règles et la dysménorrhée associées à l'endométriose par rapport au placebo, ce qui suggère que L. gasseri OLL2809 est utile pour améliorer la qualité de vie des patientes atteintes d'endométriose. _L. gasseri_ OLL2809 pourrait jouer sur le soulagement de la douleur par la génération accrue d'IL-12, connue pour induire la prolifération et la cytotoxicité des cellules NK. Des recherches antérieures ont suggéré que les cellules endométriotiques sont des cellules cibles naturelles des cellules NK, et que l'altération de la clairance de l'endomètre ectopique par les cellules NK dans la cavité péritonéale contribue au développement de la maladie.

Posologie

posologiePar voie orale


Dosage de sécurité

Adulte : 2 UI

La teneur en micro-organismes varie de 2 à 12 milliards CFU (Unité Formant Colonie)