Huile de poisson : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

L'huile de poisson provient de diverses espèces marines, notamment le maquereau, le hareng, le thon, le flétan, le foie de morue et le saumon. L'huile de poisson est une source alimentaire d'acides gras oméga-3, également appelés acides gras n-3. Ces noms font référence aux chaînes hydrocarbonées avec un groupe méthyle à une extrémité (appelée position oméga) et un groupe carboxyle à l'autre. L'acide eicosapentaénoïque (EPA) et l'acide docosahexaénoïque (DHA) sont deux acides gras oméga-3 présents dans l'huile de poisson qui interviennent dans la régulation de divers processus biologiques tels que la réponse inflammatoire, diverses voies de signalisation métaboliques et la fonction cérébrale. Ils peuvent être synthétisés dans le corps à partir de l'acide alpha-linolénique (ALA), un acide gras oméga-3 d'origine végétale (huile de lin ou de noix par exemple), mais en petites quantités pour la plupart des gens, avec seulement 5 à 10 % d'ALA convertis en EPA et 2 à 5 % d'ALA convertis en DHA. Le corps ne peut pas produire d’acides gras oméga-3, ni convertir d’acides gras oméga-6, abondants dans le régime alimentaire occidental, en acides gras oméga-3. L'EPA et le DHA semblent avoir des effets physiologiques différents de leur précurseur, l'acide alpha-linolénique (ALA), qui, même en cas de consommation à long terme, n'a pas le même effet que l'huile de poisson sur les concentrations de triglycérides, sur les concentrations de DHA dans les tissus ou sur la sensibilité in vitro à l'oxydation du cholestérol lié aux lipoprotéines de basse densité (LDL) . Les acides gras oméga-3 ont démontré un intérêt dans la santé cardiovasculaire, dans la santé neuronale, l'équilibre émotionnel et pour lutter contre l'inflammation.

Autre(s) nom(s) 

Oméga 3

Nom(s) scientifique(s)

Oméga-3

Famille ou groupe : 

Acides Gras

Principes actifs :

Acide docosahexaénoïque (DHA)

Acide eicosapentaénoïque (EPA)


Propriétés


Neurologique

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

Les acides gras sont des composants majeurs du cerveau et se trouvent en forte concentration dans la membrane neuronale et la gaine de myéline. Les niveaux de DHA dans le cerveau sont 250 à 300 fois plus élevés que ceux de l'EPA. On pense que le DHA est important pour la fonction neuronale normale et peut jouer un rôle clé dans le développement structurel des membranes neuronales et synaptiques. Il existe des preuves que de faibles niveaux d'acides gras oméga-3, en particulier de DHA, peuvent affecter les fonctions rétiniennes, visuelles, d'apprentissage et de mémoire. Une alimentation pauvre en acides gras oméga-3 peut affecter la composition en acides gras des cellules du système nerveux central et altérer la fonction neurale, y compris le développement intellectuel ou cognitif. Des niveaux réduits d’acides gras oméga-3 ont été rapportés chez les personnes atteintes de schizophrénie, et il est suggéré que le trouble est en rapport avec un dysfonctionnement du métabolisme des acides gras. En effet, les acides gras oméga-3 peuvent altérer la fluidité de la membrane et la réponse des récepteurs lorsqu'ils sont incorporés dans les membranes cellulaires et peuvent interagir avec les systèmes dopaminergiques et sérotonergiques.

Usages associés

Troubles du déficit de l'attention, Développement fœtal, Développement des enfants, Alzheimer, Déclin cognitif

Hypolipémiant

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

L'huile de poisson peut diminuer l'absorption du cholestérol par l'intestin et la synthèse du cholestérol. Il est prouvé que l'huile de poisson augmente les lipoprotéines de haute densité (HDL) et réduit le rapport cholestérol total sur HDL. Il peut également augmenter les concentrations de lipoprotéines de basse densité (LDL) en augmentant la taille des particules de LDL. On pense que l'huile de poisson peut entraîner la formation d'une LDL plus flottante, qui peut être moins athérogène. D'autre part, on pense que l'huile de poisson réduit les triglycérides en diminuant la sécrétion de lipoprotéines de très basse densité (VLDL), en augmentant la sécrétion d'apolipoprotéine B des VLDL, éventuellement en augmentant la clairance des VLDL et en réduisant le transport des triglycérides. . L'huile de poisson peut diminuer les concentrations de chylomicron. La lipoprotéine lipase devient disponible en raison de la diminution des taux de VLDL, ce qui entraîne une hydrolyse accrue des chylomicrons. L'huile de poisson augmente également l'oxydation des acides gras, réduit la synthèse des acides gras, détourne les acides gras vers la synthèse des phospholipides, augmente l'absorption hépatique des triglycérides et diminue les enzymes estérifiantes des acides gras.

Usages associés

Hypertriglycéridémie, Dyslipidémie

Antidépresseur

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Bien que les résultats sont contradictoires, plusieurs études suggèrent qu'une consommation modérée de poisson ou une augmentation de l'apport en oméga-3 est associée à un risque moindre de troubles neuropsychiatriques, y compris la dépression. On a également observé que la consommation d’acides gras oméga-3 est inversement proportionnel à la gravité de la dépression. De plus, il a été démontré que les faibles taux de DHA et les ratios élevés d'oméga-6 : oméga-3 étaient associés aux prévisions de suicide et de symptomatologie dépressive. En effet, dans la dépression, les oméga-3 peuvent améliorer la microstructure altérée de la membrane neuronale et la neurotransmission défectueuse.

Usages associés

Dépression, Équilibre émotionnel, Bipolarité

Anti-inflammatoire

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Les acides gras oméga-3 issus de l'huile de poisson entrent en concurrence avec l'acide arachidonique dans les voies de la cyclooxygénase et de la lipoxygénase et inhibent la synthèse des leucotriènes, ce qui suggère une utilité pour les maladies inflammatoires. De plus, L'huile de poisson et les acides gras oméga-3 semblent supprimer les médiateurs de la réponse immunitaire en réduisant la production des cytokines et en inhibant la synthèse d'interleukine-1 (alpha et bêta) et le facteur de nécrose tumorale. D'autre part, certaines recherches cliniques suggèrent que les acides gras oméga-3 réduisent l'activation endothéliale en réduisant les taux de molécules d'adhésion intercellulaire 1 (ICAM-1) et de thrombomoduline, ce qui indique une réduction de l'inflammation.

Usages associés

Maladie de Crohn, Lupus érythémateux systémique, Polyarthrite rhumatoïde, Dysménorrhée, Alzheimer

Cardiovasculaires

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L'huile de poisson diminue la viscosité du sang, augmente la déformabilité des globules rouges et offre éventuellement une protection contre l'hémolyse des globules rouges. Les effets vasodilatateurs des acides gras oméga-3 dans l'huile de poisson peuvent également empêcher l'augmentation de la pression artérielle et maintenir la fonction rénale. Par exemple, l’huile de poisson peut augmenter la production de prostacycline, une prostaglandine qui provoque une vasodilatation. L'huile de poisson peut avoir un effet anti-arythmique. En effet, l'augmentation de l'apport alimentaire en acides gras oméga-3 augmente la quantité d'EPA et de DHA dans les membranes cellulaires, ce qui peut modifier les fonctions des enzymes et des récepteurs, et entraîner des modifications des flux de calcium à travers les membranes cellulaires. Il existe également des preuves que l'huile de poisson peut affecter les canaux sodiques et potassiques et inhiber les arythmies induites par l'ischémie. L'huile de poisson peut également protéger le cœur en réduisant l'inflammation et la thrombose et en inhibant l'athérosclérose.

Usages associés

Hypertension artérielle, Insuffisance cardiaque congestive, Maladies cardiovasculaires

Immuno-modulateur

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L'huile de poisson réduit la production de cytokines telles que l'interleukine-1 (IL-1), l'interleukine-2 (IL-2) et le facteur de nécrose tumorale (TNF). L'huile de poisson supprime également la prolifération des lymphocytes T et B et diminue la réponse cutanée d'hypersensibilité retardée (DTH). Chez les patients atteints de néphropathie à IgA, les acides gras oméga-3 semblent réduire l'inflammation rénale en inhibant les cytokines pro-inflammatoires. Cependant, d'autres études humaines ont constaté que les acides gras oméga-3 n'ont aucun effet sur les cytokines inflammatoires.

Usages associés

Polyarthrite rhumatoïde, Maladie de Crohn

Antiagrégants plaquettaires/Anticoagulant

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Les acides gras oméga-3 de l'huile de poisson ont des effets anti- antithrombotiques. Ils entrent en compétition avec l'acide arachidonique dans les voies de la cyclooxygénase et de la lipoxygénase. Par conséquent, l'huile de poisson et les acides gras oméga-3 diminuent la synthèse du thromboxane A2 (et de son précurseur thromboxane B2) à partir de l'acide arachidonique et augmentent la formation de thromboxane A3. Le thromboxane A2 provoque l’agrégation plaquettaire et la vasoconstriction, contrairement au thromboxane A3. En diminuant la synthèse de thromboxane A2, les acides gras oméga-3 réduisent l’agrégation plaquettaire et la vasoconstriction. L’huile de poisson peut également entraîner une augmentation de la production de prostacycline et de prostaglandine I 3 (des prostaglandines qui provoquent une vasodilatation et réduisent l’agrégation plaquettaire). L’huile de poisson ou les acides gras oméga-3 peuvent également augmenter les taux de fibrinolyse (un processus physiologique complexe de dissolution des caillots sanguins qui empêche la formation de thromboses).

Usages associés


Effets musculo-squelettiques

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

L'huile de poisson a été testée pour améliorer la croissance musculaire chez les personnes âgées et pour améliorer les performances musculaires des athlètes pendant l'exercice. En effet, on pense que les effets anti-inflammatoires des huiles de poisson inhibent les lésions musculaires après l'exercice, ce qui permet une meilleure croissance musculaire. Les résultats d'un petit essai clinique montrent que la consommation d'huile de poisson contenant 600 mg d'acide eicosapentaénoïque et 260 mg d'acide docosahexaénoïque par jour pendant 8 semaines semble améliorer la contraction volontaire maximale, les douleurs musculaires et l'amplitude de mouvement par rapport au placebo chez les hommes en bonne santé.

Usages associés


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Développement des enfants
✪✪✪✪✪

Les oméga 3 contribuent au maintien des fonctions normales du cerveau et d’une vision normale. Allégation reconnue et autorisée par l'EFSA. La prise de suppléments d'huile de poisson chez les nourrissons semble améliorer le développement de la vision mais pas celui de la cognition ou du neurodéveloppement. Des recherches cliniques montrent que les nourrissons supplémentés avec des préparations contenant de l'huile de poisson à partir de 3 à 10 jours après la naissance ont une meilleure acuité visuelle à 2 mois qui refléteraient la fonction rétinienne, à 1 an par rapport aux nourrissons supplémentés avec des préparations contenant de l'acide linolénique. Cependant, la supplémentation des nourrissons en acides gras oméga-3 tels que l'huile de poisson n'affecte pas la cognition et le développement neurologique. De façon intéressante une combinaison d'huile de poisson (80%) et d'huile d'onagre (20%) semble améliorer la lecture, l'orthographe et le comportement lorsqu'elle est administrée aux enfants de 5 à 12 ans souffrant de trouble de la coordination du développement. L'effet de l'huile de poisson sur les capacités motrices de ces enfants n'est pas clair, surtout qu'une autre étude montre que la prise d'huile de poisson avec de l'huile d'onagre n'améliore pas les capacités motrices des enfants atteints de troubles de coordination. Cependant, une autre étude de très petite envergure montre que la prise d'huile de poisson en combinaison avec de l'huile d'onagre, de l'huile de thym et de la vitamine E, améliore les aptitudes motrices, y compris la dextérité manuelle, les aptitudes au jeu de balle et l'équilibre chez les enfants atteints de dyslexie et de troubles de coordination.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie250 mg

formulationHuile


Développement fœtal
✪✪✪✪✪

Il y a un intérêt à utiliser des suppléments d'huile de poisson pour augmenter l'apport maternel d'acides gras oméga-3 au fœtus. La prise de 4 grammes d'huile de poisson par jour à partir de la 20e semaine de gestation jusqu'à l'accouchement augmente considérablement les niveaux d'EPA et de DHA chez la mère à la 30e et à la 37e semaine de gestation et pendant les 6 semaines suivant l'accouchement. Les niveaux d'EPA et de DHA étaient également significativement plus élevés dans les érythrocytes des nouveau-nés.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie2.4 - 4 g

populationAdultes, Femmes enceintes

formulationHuile


Hypertriglycéridémie
✪✪✪✪

L'huile de poisson peut réduire les taux de triglycérides de 20% à 50%. L'effet dépend de la dose et il est maximal chez les personnes présentant une hypertriglycéridémie sévère (taux de triglycérides de 500 mg / dL et plus). Cependant, l'huile de poisson peut être moins efficace que les fibrates (médicaments hypolipémiants). En 2019, l'American Heart Association (AHA) a déclaré que les produits à base d'huile de poisson sur ordonnance, pris à raison de 4 grammes par jour ( fournissant 3,4 à 3,6 grammes d'acides gras oméga-3 par jour), sont cliniquement utiles pour réduire les taux de triglycérides chez les patients présentant une hypertriglycéridémie sévère. Les suppléments d'huile de poisson ont également montré des avantages en recherche clinique lorsqu'ils sont utilisés à des doses allant de 1 à 15 grammes par jour. Certains experts estiment toutefois que ces formes d’huile de poisson sont inadéquates parce que la teneur en acides gras oméga-3 des suppléments d'huile de poisson est généralement inférieure et souvent variable par rapport à l'huile de poisson sur ordonnance. Il est souvent nécessaire de prendre jusqu'à 12 capsules de suppléments d'huile de poisson par jour pour obtenir le même effet que l'huile de poisson sur ordonnance. D'autres experts affirment qu'il n'est pas encore possible de déterminer si les produits à base d'huile de poisson sur ordonnance fonctionnent mieux que les suppléments diététiques à base d'huile de poisson car il n'existe aucune étude comparant directement ces agents.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie1 - 15 g

populationAdultes

formulationHuile

An omega-3 polyunsaturated fatty acid concentrate administered for one year decreased triglycerides in simvastatin treated patients with coronary heart disease and persisting hypertriglyceridaemia.
Effect of n-3 fatty acids on the composition and binding properties of lipoproteins in hypertriglyceridemic patients.
Long-term effects of fish oil on lipoprotein subfractions and low density lipoprotein size in non-insulin-dependent diabetic patients with hypertriglyceridemia.
Effect of a fish-oil concentrate on serum lipids in postmenopausal women receiving and not receiving hormone replacement therapy in a placebo-controlled, double-blind trial.
Postprandial chylomicrons and VLDLs in severe hypertriacylglycerolemia are lowered more effectively than are chylomicron remnants after treatment with n-3 fatty acids.
Omega-3 Fatty Acids for the Management of Hypertriglyceridemia: A Science Advisory From the American Heart Association.
The effect of fish oil on hypertension, plasma lipids and hemostasis in hypertensive, obese, dyslipidemic patients with and without diabetes mellitus.
Moderate fish-oil supplementation reverses low-platelet, long-chain n-3 polyunsaturated fatty acid status and reduces plasma triacylglycerol concentrations in British Indo-Asians.
The clinical relevance of omega-3 fatty acids in the management of hypertriglyceridemia.
Effects of modest doses of omega-3 fatty acids on lipids and lipoproteins in hypertriglyceridemic subjects. A randomized controlled trial.
Effects of a low saturated fat, low cholesterol fish oil supplement in hypertriglyceridemic patients. A placebo-controlled trial.
Effect of long-chain n-3 polyunsaturated fatty acids on fasting and postprandial triacylglycerol metabolism.
Normal subjects consuming physiological levels of 18:3(n-3) and 20:5(n-3) from flaxseed or fish oils have characteristic differences in plasma lipid and lipoprotein fatty acid levels.

Hypertension artérielle
✪✪✪✪

La prise orale d'huile de poisson semble réduire, de façon modérée mais significative, la pression artérielle systolique et diastolique chez les patients hypertendus avec ou sans diabète de type 2. Certaines preuves cliniques suggèrent que les effets hypotenseurs de l'huile de poisson peuvent être observés uniquement chez les patients atteints d'hypertension modérée à sévère et peuvent ne pas se produire chez les patients présentant une hypertension légère. Cependant, d'autres preuves cliniques suggèrent que la prise d'esters éthyliques d'huile de poisson réduit la pression artérielle systolique et diastolique par rapport aux valeurs initiales chez les sujets légèrement hypertendus. Cette différence concernant l'effet hypotenseur de l'huile de poisson chez les personnes souffrant d'hypertension légère peut être en rapport avec le type d'huile de poisson utilisé pour le traitement . Les analyses des recherches cliniques suggèrent qu'en général, l'huile de poisson réduit la pression artérielle systolique de 2,5 à 5,5 mmHg et la pression artérielle diastolique de 1,5 à 3,5 mmHg chez les personnes souffrant d'hypertension. La prise d'huile de poisson ne semble pas améliorer significativement la tension artérielle chez les personnes souffrant d'hypertension mal contrôlée malgré l'utilisation d'antihypertenseurs. Une dose de 4 à 15 g d’huile de poisson par jour, en une ou plusieurs prises, a été utilisée jusqu’à 36 semaines. On a utilisé également une huile fournissant de l’acide éicosapentaénoïque (EPA) à raison de 2,04 g et de l’acide docosahexaénoïque (DHA) à raison de 1,4 g par jour.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie4 - 15 g

duration36 - semaines

populationAdultes

formulationHuile


Troubles du déficit de l'attention
✪✪✪✪✪

Des recherches cliniques montrent que la prise orale d'huile de poisson améliore l'attention, la fonction cognitive et le comportement des enfants âgés de 8 à 13 ans atteints de TDAH. Des recherches cliniques supplémentaires montrent que la prise d'un supplément spécifique contenant 400 mg d'huile de poisson et 100 mg d'huile d'onagre, à raison de six capsules par jour, améliore la fonction cognitive, l'hyperactivité, l'inattention et le comportement chez les enfants âgés de 7 à 12 ans atteints de TDAH. Dans d'autres recherches, des doses de 500 à 750 mg d'EPA et de 120 à 650 mg de DHA durant une période allant jusqu'à 16 semaines, ont été utilisées.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie120 - 750 mg

duration16 - semaines

formulationHuile

Synergies

Onagre

Maladie de Crohn
✪✪✪✪✪

Les résultats sont contradictoires concernant l'efficacité de l'huile de poisson chez les patients atteints de maladie de Crohn . Certaines recherches ont montré que la prise d'huile de poisson fournissant 2,7g d'acides gras oméga3 par jour pendant 12 mois peut réduire le taux de rechute chez les patients atteints de maladie de Crohn en rémission. Cependant, d'autres essais cliniques montrent que la prise quotidienne d'huile de poisson 4 à 5 grammes ne réduit pas de manière significative la rechute chez les patients atteints de la maladie de Crohn par rapport au placebo. Une dose de 1,2 à 3,3 g d'EPA et de 0,6 à 1,8 g de DHA par jour pendant un an a été également utilisée.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie2.7 g

duration12 - mois

populationAdultes

formulationHuile


Dépression
✪✪✪✪✪

Un apport alimentaire élevé en poisson a été associé à un risque de dépression moindre. Cependant, il n'est pas clair si la prise de suppléments d'huile de poisson peut aider à réduire les symptômes de la dépression, car les résultats de la recherche clinique sont contradictoires. Cette contradiction peut être liée à la dose d'huile de poisson, au rapport d'acide eicosapentaénoïque (EPA) et d'acide docosahexaénoïque (DHA) dans le supplément d'huile de poisson, ainsi qu'au type et à la gravité de la dépression avant le traitement. Lors d’un essai clinique, la prise de suppléments d’huile de poisson à raison de 6,6 grammes par jour avait considérablement amélioré la réponse lorsqu’elle était prise avec des antidépresseurs classiques. D’autres recherches cliniques suggèrent que la prise quotidienne d’huile de poisson pendant 3 mois améliore certaines mesures de la dépression chez les patients atteints de la maladie de Parkinson et de la dépression majeure. En outre, un traitement avec de l'huile de poisson contenant 1,05 g d'acide éthyl-eicosapentaénoïque (E-EPA) et 0,15 g d'acide éthyl-docosahexaénoïque (E-DHA), pris à raison de 1,5 g par jour, semble atténuer les symptômes dépressifs chez les femmes ménopausées présentant une dépression grave. En outre, la prise d'huile de poisson à raison de 1 g par jour pendant 16 semaines semble améliorer les symptômes dépressifs chez les enfants âgés de 6 à 12 ans atteints d'un trouble dépressif majeur par rapport au placebo. Une méta-analyse montre que la prise d'huile de poisson à raison de 1,5 gramme ou plus réduit les symptômes dépressifs, tandis que les doses inférieures à 1,5 gramme ne montrent aucun effet. En outre, le type de dépression peut influencer sur l'efficacité de la supplémentation en huile de poisson. En effet, l'analyse des recherches cliniques suggère que la supplémentation en huile de poisson peut être efficace chez les personnes souffrant de dépression majeure, mais pas de manière significative chez les personnes souffrant de dépression légère à modérée.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie1.5 - 6.6 g

duration3 - mois

populationAdultes

formulationHuile

EPA but not DHA appears to be responsible for the efficacy of omega-3 long chain polyunsaturated fatty acid supplementation in depression: evidence from a meta-analysis of randomized controlled trials.
Meta-analysis of the effects of eicosapentaenoic acid (EPA) in clinical trials in depression.
Polyunsaturated fatty acids (PUFAs) levels in patients with cardiovascular diseases (CVDs) with and without depression
Fish consumption, depression, and suicidality in a general population.
thyl-eicosapentaenoic acid for the treatment of psychological distress and depressive symptoms in middle-aged women: a double-blind, placebo-controlled, randomized clinical trial.
Omega-3 fatty acids and the treatment of depression: a review of scientific evidence
Dietary n-3 PUFA, Fish Consumption and Depression: A Systematic Review and Meta-Analysis of Observational Studies
Polyunsaturated Fatty Acids and Recurrent Mood Disorders: Phenomenology, Mechanisms, and Clinical Application
EPA but not DHA appears to be responsible for the efficacy of omega-3 long chain polyunsaturated fatty acid supplementation in depression: evidence from a meta-analysis of randomized controlled trials.
Omega-3 and omega-6 Fatty Acid Levels in Depressive and Anxiety Disorders
Polyunsaturated Fatty Acids Moderate the Effect of Poor Sleep on Depression Risk
Omega-3 polyunsaturated fatty acids and reduction of depressive symptoms in older adults: A systematic review and meta-analysis.
Role of Omega-3 Fatty Acids in the Etiology, Treatment, and Prevention of Depression: Current Status and Future Directions
Omega-3 Polyunsaturated Fatty Acids and Psychological Intervention for Workers With Mild to Moderate Depression: A Double-Blind Randomized Controlled Trial
Omega-3 for bipolar disorder: meta-analyses of use in mania and bipolar depression
Omega-3 fatty acids in major depressive disorder. A preliminary double-blind, placebo-controlled trial.
Lowered omega3 polyunsaturated fatty acids in serum phospholipids and cholesteryl esters of depressed patients.
The role of n-3 polyunsatured fatty acids (n-3PUFAs) in affective disorders
Depression in Parkinson's disease: a double-blind, randomized, placebo-controlled pilot study of omega-3 fatty-acid supplementation.
Plasma fatty acid composition and depression are associated in the elderly: the Rotterdam Study.

Dyslipidémie
✪✪✪✪✪

Il existe des résultats contradictoires concernant les effets de l'huile de poisson sur les taux de lipides. Il a été démontré que la consommation diététique de poissons, environ 250 grammes deux fois par semaine, peut abaisser les taux de cholestérol total, de triglycérides et de cholestérol des lipoprotéines de basse densité (LDL), et augmenter les taux de cholestérol des lipoprotéines de haute densité (HDL) chez les patients présentant une hyperlipidémie. Cependant, la plupart des recherches montrent que la prise de suppléments à base d'huile de poisson n'améliore pas le taux de cholestérol et peut même augmenter le taux de cholestérol LDL chez les patients présentant une hypercholestérolémie ou une dyslipidémie. Souvent, les niveaux de cholestérol LDL augmentent lorsque les suppléments d'huile de poisson sont pris à des doses plus élevées, telles que 5 à 20 grammes par jour. Une dose de 4 grammes d’huile de poisson par jour pendant 8 semaines au maximum a été utilisée. On a utilisé également de l'huile de poisson contenant 1800 à 2160 mg d'EPA et 1200 à 1440 mg d'ADH, associé à la poudre d'ail à raison de 900-1200 mg par jour pendant 4 à 12 semaines.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie4 g

duration8 - semaines

populationAdultes

formulationHuile


Insuffisance cardiaque congestive
✪✪✪✪✪

L'huile de poisson diététique peut être bénéfique pour la prévention primaire de l'insuffisance cardiaque. Des recherches ont montré qu'une consommation accrue d'huile de poisson d'origine alimentaire était associée à une réduction de 15% du risque d'insuffisance cardiaque. Sur la base de ces données et d’autres études, l’American Heart Association (AHA) recommande aux patients de consommer une à deux fois par semaine de poisson non frit afin de réduire le risque d’insuffisance cardiaque congestive. Par ailleurs, il n'y a pas assez d'informations disponibles pour savoir si les suppléments d'huile de poisson sont bénéfiques pour la prévention primaire de l'insuffisance cardiaque. Cependant, la prise de suppléments d'huile de poisson semble être bénéfique pour la prévention secondaire d'insuffisance cardiaque. Une analyse de recherche clinique montre que la prise quotidienne de 600 à 4300 mg d’acides gras oméga-3 par voie orale jusqu’à 12 mois peut améliorer la fraction d’éjection ventriculaire gauche et la fonction cardiaque chez les patients insuffisants cardiaques chroniques non ischémiques.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie600 - 4300 mg

duration12 - mois

populationAdultes

formulationHuile


Lupus érythémateux systémique
✪✪✪✪✪

Des recherches cliniques suggèrent que l'huile de poisson peut réduire les symptômes du LES jusqu'à 50%. Cependant, d'autres recherches n'ont montré aucun effet sur l'activité de la maladie ni sur la fonction rénale. Un supplément spécifique d'huile de poisson a été utilisé à une dose de 3 à 20 grammes par jour, seul ou associé à 3 mg de cuivre par jour, pendant 24 à 34 semaines.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie3 - 20 g

duration34 - semaines

populationAdultes

formulationHuile


Polyarthrite rhumatoïde
✪✪✪✪✪

La prise d'huile de poisson par voie orale, seule ou en combinaison avec le naproxène , semble réduire de manière significative la durée des raideurs matinales et le nombre d'articulations sensibles chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. L'utilisation d'huile de poisson pourrait également réduire les besoins en médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens lorsqu'elle est utilisée en concomitance. La prise d'acides gras oméga-3 à raison de 5,5 grammes par jour pendant 12 mois au début du traitement par méthotrexate ou hydroxychloroquine et sulfasalazine pourrait également ralentir l'échec du traitement conventionnel et réduire le temps de la première rémission chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde en stade précoce.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie5.5 - 10 g

populationAdultes

formulationHuile


Dysménorrhée
✪✪✪✪✪

Des recherches cliniques montrent que la prise d'huile de poisson, seule ou en combinaison avec de la vitamine B12 ou de la vitamine E, semble diminuer la douleur, la consommation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) chez les adolescentes et les femmes ayant une dysménorrhée.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie2.5 g

populationFemmes

formulationHuile

Synergies

Vitamine E -, Vitamine B12 -

Maladies cardiovasculaires
✪✪✪✪✪

Plusieurs études cliniques et méta-analyses publiées récemment, et qui recensent les meilleures données disponibles à ce jour, montrent que les compléments d'huile de poisson, généralement pris à raison d'un gramme par jour, ne sont pas bénéfiques pour la prévention primaire ou secondaire des maladies cardiovasculaires. Des essais en cours évaluent si la prise de compléments d'huile de poisson à des doses plus élevées, de 3 à 4 grammes par jour, est bénéfique. L'huile de poisson alimentaire pourrait être bénéfique pour la prévention primaire ou secondaire, mais les bénéfices sont probablement modestes dans le meilleur des cas. Néanmoins, les gens devraient continuer à manger du poisson et d'autres aliments qui fournissent des acides gras oméga-3, car ces aliments font partie d'une alimentation saine et équilibrée.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie1 - 4 g

populationAdultes

formulationHuile


Alzheimer
✪✪✪✪✪

Des études de population ont établi un lien entre une consommation accrue de poisson et d'huile de poisson et une diminution du risque de développer la maladie d'Alzheimer. Cependant, chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer légère à modérée, la prise de supplément d'huile de poisson spécifique apportant les acides gras oméga-3 DHA 1,7 grammes et EPA 0,6 grammes par jour pendant 6 mois ne retarde pas de manière significative le déclin cognitif, bien que ce supplément d'huile de poisson puisse ralentir le déclin cognitif dans un sous-groupe de patients atteints d'un dysfonctionnement cognitif très léger. Considérant que les acides gras oméga-3 possèdent des propriétés anti-inflammatoires et que des marqueurs inflammatoires ont été localisés dans le cerveau de patients atteints de la maladie d'Alzheimer, il semble raisonnable de suggérer que les acides gras oméga-3 pourraient retarder l'apparition de la maladie d'Alzheimer en réduisant l'état inflammatoire du cerveau.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie4 g

populationAdultes

formulationHuile


Déclin cognitif
✪✪✪✪✪

Les résultats de nombreuses études animales, démontrant la neuroprotection et le ralentissement de la neurodégénérescence par les acides gras oméga 3 polyinsaturées à longue chaîne, semblent prometteurs. Un faible niveau de DHA dans le sérum est considéré comme un facteur de risque important pour le développement de la démence d'Alzheimer. Aussi, le DHA et le total acides gras oméga 3 polyinsaturées à longue chaîne sont nettement inférieurs dans les cas de troubles cognitifs. Certaines recherches cliniques suggèrent que la prise quotidienne par voie orale de 3g d'huile de poisson pendant 12 mois peut améliorer la mémoire chez les patients souffrant de troubles cognitifs légers. Chaque capsule de 1 gramme apportait 430 mg de DHA et 150 mg d'EPA. Une étude Cochrane est arrivée à une conclusion similaire, indiquant qu'il existe un ensemble croissant de preuves provenant d'études biologiques, observationnelles et épidémiologiques pour suggérer un effet protecteur des oméga 3 contre la démence.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie1.8 - 3 g

populationAdultes

formulationHuile


Équilibre émotionnel
✪✪✪✪✪

La prise quotidienne pendant 12 semaines d'un supplément d'huile de poisson de 1,2 gramme contenant 700 mg d'EPA, 480 mg de DHA, 7,6 mg de tocophérols mixtes et 220 mg d'autres acides gras oméga-3 réduit l'incidence de troubles psychotiques d'environ 23 % par rapport au placebo.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie1.2 - 6.6 g

duration3 - mois

populationAdultes

formulationHuile

EPA but not DHA appears to be responsible for the efficacy of omega-3 long chain polyunsaturated fatty acid supplementation in depression: evidence from a meta-analysis of randomized controlled trials.
Meta-analysis of the effects of eicosapentaenoic acid (EPA) in clinical trials in depression.
Fish consumption, depression, and suicidality in a general population.
thyl-eicosapentaenoic acid for the treatment of psychological distress and depressive symptoms in middle-aged women: a double-blind, placebo-controlled, randomized clinical trial.
Omega-3 fatty acids and the treatment of depression: a review of scientific evidence
Dietary n-3 PUFA, Fish Consumption and Depression: A Systematic Review and Meta-Analysis of Observational Studies
Polyunsaturated Fatty Acids and Recurrent Mood Disorders: Phenomenology, Mechanisms, and Clinical Application
EPA but not DHA appears to be responsible for the efficacy of omega-3 long chain polyunsaturated fatty acid supplementation in depression: evidence from a meta-analysis of randomized controlled trials.
Omega-3 and omega-6 Fatty Acid Levels in Depressive and Anxiety Disorders
Polyunsaturated Fatty Acids Moderate the Effect of Poor Sleep on Depression Risk
Omega-3 polyunsaturated fatty acids and reduction of depressive symptoms in older adults: A systematic review and meta-analysis.
Role of Omega-3 Fatty Acids in the Etiology, Treatment, and Prevention of Depression: Current Status and Future Directions
Long-chain omega-3 fatty acids for indicated prevention of psychotic disorders: a randomized, placebo-controlled trial
Omega-3 Polyunsaturated Fatty Acids and Psychological Intervention for Workers With Mild to Moderate Depression: A Double-Blind Randomized Controlled Trial
Omega-3 fatty acid deficiencies in neurodevelopment, aggression and autonomic dysregulation: Opportunities for intervention
Omega-3 fatty acids in major depressive disorder. A preliminary double-blind, placebo-controlled trial.
Lowered omega3 polyunsaturated fatty acids in serum phospholipids and cholesteryl esters of depressed patients.
The role of n-3 polyunsatured fatty acids (n-3PUFAs) in affective disorders
Depression in Parkinson's disease: a double-blind, randomized, placebo-controlled pilot study of omega-3 fatty-acid supplementation.
Plasma fatty acid composition and depression are associated in the elderly: the Rotterdam Study.

Bipolarité
✪✪✪✪✪

La prise d'huile de poisson par voie orale, associée aux thérapies conventionnelles, semble améliorer les symptômes de la dépression et augmenter la durée de la rémission chez les patients atteints de troubles bipolaires.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie2.4 - 3.4 g

formulationHuile


Ostéoporose
✪✪✪✪✪

Des recherches épidémiologiques ont montré qu'une augmentation de la consommation d'aliments, y compris de poissons, riches en acides gras oméga-3 et une diminution de la consommation d'acides gras oméga-6 sont associées à une densité minérale osseuse plus élevée au niveau des hanches, tant chez les femmes que chez les hommes. La recherche clinique montre que la prise d'huile de poisson par voie orale, en combinaison avec de l'huile d'onagre et du calcium, semble diminuer le renouvellement des os et augmenter la densité minérale osseuse de la colonne vertébrale et du fémur chez les personnes âgées atteintes d'ostéoporose.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie500 mg

populationAdultes

formulationHuile

Synergies

Onagre, Calcium

Cancer de l'endomètre
✪✪✪✪✪

Il est prouvé que les femmes qui consomment régulièrement environ deux portions de poisson gras par semaine ont un risque réduit de cancer de l'endomètre.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie2 g

formulationHuile


Dosage de sécurité

Adulte : 1 g - 3 g (Huile)

Pour la santé générale, 250 mg d'EPA et de DHA combinés constituent la dose minimale et peuvent être obtenus par l'ingestion de poisson. L'American Heart Association recommande 1 g par jour. Plusieurs recherches ont montré que des doses de 3 g ou moins par jour peuvent être utilisées en toute sécurité par la plupart des gens.

Femme enceinte : 1.4 g (Huile)

L'apport en acides gras oméga-3 pour les femmes enceintes est de 1,4 grammes par jour, selon "the Institute of Medicine and the Food and Nutrition Board". Les femmes enceintes doivent éviter les requins, l'espadon, le maquereau royal et le silure, car ils peuvent contenir de fortes concentrations de méthylmercure. Ils doivent également limiter la consommation d'autres poissons à 12 onces / semaine (environ 3 à 4 portions / semaine).

Femme allaitante : 1.3 g (Huile)

L'apport en acides gras oméga-3 est de 1,3 grammes par jour pour les femmes allaitantes, selon "the Institute of Medicine and the Food and Nutrition Board". Les mères allaitantes doivent éviter les requins, l'espadon, le maquereau royal et le silure, car ils peuvent contenir de fortes concentrations de méthylmercure. Ils doivent également limiter la consommation d'autres poissons à 12 onces / semaine (environ 3 à 4 portions / semaine).