Acide hyaluronique : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

L’acide hyaluronique (AH) vient du grec hyalos (vitreux) car il a été isolé la première fois en 1934 par Karl Meyer dans l’humeur vitrée des yeux de bovins, et uronique à cause d’un taux élevé d’acide uronique. L’AH appartient à la famille des glycoaminoglycannes dont il représente une des formes les plus simples. Cette famille comprend un grand nombre de molécules qui font partie de la famille des polyosides et plus particulièrement des mucopolysaccharides acides. Il est répandu dans tout l’organisme (cordon ombilical, peau, cartilage, parois des vaisseaux…) et la plupart des liquides biologiques (sang, liquide synovial, pleural…). L’acide hyaluronique joue un rôle structurel essentiel au sein des matrices extracellulaires de tous les tissus (dans sa forme complète). Il régule l’hydratation des tissus et leur plasticité. Il protège les cellules des agressions enzymatiques, de la propagation virale ou bactérienne. Il joue un rôle antiradicalaire et antioxydant et protège les cellules des effets délétères des UV. Après hydrolyse, ses différents fragments (oligomères) interviennent comme des agents régulateurs au cours des processus inflammatoires et au cours de la réparation tissulaire.

Autre(s) nom(s) 

Hyaluronate de sodium

Nom(s) scientifique(s)

Glycosaminoglycane

Famille ou groupe : 

Glucides


Propriétés


Cicatrisant

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

En dehors de toute plaie et de tout processus de cicatrisation, les longues chaînes d’AH ont des propriétés anti-inflammatoires (aux concentrations physiologiques) et potentiellement anti-angiogéniques. Tout va changer au moment des premières phases de la cicatrisation. L’AH est libéré de ses connexions au sein des glycoprotéoglycannes et se retrouve sous forme soluble dans la matrice extracellulaire. La production de fragments d’AH grâce aux hyaluronidases sert de signal à la mise en route des différentes phases de la cicatrisation. Les fragments d’AH stimulent l’inflammation en modifiant la perméabilité vasculaire et le recrutement leucocytaire et l’angiogenèse en activant les cellules endothéliales. L’AH, au sein de la matrice extracellulaire, joue un rôle fondamental dans l’organisation du réseau vasculaire tout au long du processus cicatriciel : mise en place des cellules endothéliales, stabilisation des vaisseaux sanguins, prolifération, migration et survie cellulaires.

Usages associés

Ulcère de jambe

Effet dermatologique

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

Le derme est constitué de tissu conjonctif caractérisé par une abondante matrice extracellulaire (MEC) qui comporte des fibres élastiques et du collagène et une substance fondamentale amorphe. Cette substance fondamentale contient essentiellement de l’acide hyaluronique (AH). L'AH est la molécule clé de l’hydratation cutanée. Il est capable d’attirer et de fixer jusqu’à 1000 fois son poids en eau et participe ainsi aux propriétés visco-élastiques de la peau, comme au niveau des articulations, en jouant un rôle d’amortisseur et de régulateur de la tension de la peau.

Usages associés

Sécheresse oculaire, Rides

Anti-inflammatoire

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L'acide hyaluronique a un le rôle bivalent sur les éléments de la réaction inflammatoire, selon son état moléculaire. En effet, les oligomères de faible poids moléculaire (PM) d’AH sont antigéniques, immunostimulants et pro-inflammatoires. Par contre, les polymères de haut PM ont des propriétés opposées sur l’inflammation par rapport aux oligomères de faible PM. Elles sont anti-angiogéniques, anti-inflammatoires et immunosuppressives.

Usages associés

Arthrose

Immuno-modulateur

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Le rôle potentiel de l'AH dans certaines maladies auto-immunes a été souligné dans la littérature. En effet, des taux élevés d’AH ont été rapportés au cours de la polyarthrite rhumatoïde, de la sclérodermie et de la spondylarthrite ankylosante (avec corrélation entre taux plasmatiques d’AH et sévérité). Une élévation de l’expression de CD44 (récepteur par lequel l'AH va agir) a été mise en évidence au sein d’infiltrats inflammatoires d’arthrites murines et humaines.

Usages associés


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Sécheresse oculaire
✪✪✪✪

Une méta-analyse de plusieurs études cliniques chez des patients atteints de sécheresse oculaire montre que l'utilisation de gouttes ophtalmiques contenant de l'acide hyaluronique 0,1 % à 0,4 % pendant au moins 14 jours améliore légèrement la production de larmes par rapport aux larmes artificielles ou au contrôle salin.

Posologie

posologiePar voie oculaire

formulationCollyre


Ulcère de jambe
✪✪✪✪✪

Des études cliniques chez des patients ayant au moins un ulcère de jambe d'origine veineuse ou mixte artério-veineuse montrent que l'application une fois par jour d'une gaze spécifique imprégnée d'acide hyaluronique pendant 45 jours réduit la taille de la plaie de 73 % et entraîne une cicatrisation complète de la plaie après 20 semaines de traitement ou moindre, chez 40 % des patients, contre une amélioration de 46% et 19% respectivement chez les patients du groupe contrôle.

Posologie

posologiePar voie cutanée


Rides
✪✪✪✪✪

L'acide hyaluronique oral n'a été évalué qu'en association avec d'autres ingrédients ; son effet lorsqu'il est utilisé seul n'est pas clair. Une petite étude montre que la prise d'un produit combiné spécifique contenant de l'acide hyaluronique, de l'huile de krill, de l'huile de baies d'argousier et de l'extrait de fèves de cacao par voie orale trois fois par jour pendant 90 jours, ainsi que l'application de la crème de tazarotène à 0,1 %, (fait partie de la classe des rétinoïdes acétyléniques) diminuent modérément les rides et améliorent l'hydratation et l'élasticité de la peau par rapport à la crème de tazarotène seule. Une petite étude clinique chez les femmes ayant une peau vieillissante montre que la prise d'un produit combiné spécifique contenant de l'acide hyaluronique 100 mg, du sulfate de chondroïtine 200 mg et des peptides de collagène 600 mg par jour pendant 12 semaines réduit les rides et les ridules d'environ 13 % par rapport à la valeur de référence. Une autre étude randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo, menée chez 61 sujets à peau sèche qui ont reçu de l'acide hyaluronique par voie orale (120 mg/jour), pendant 6 semaines a montré une amélioration de la teneur en eau de la peau 2 semaines après la fin de l'ingestion par rapport au groupe placebo.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie100 - 200 mg

duration3 - mois

Synergies

Collagène, Chondroïtine

Plaie
✪✪✪✪✪

Une méta-analyse de petits essais cliniques suggère que l'acide hyaluronique topique et les dérivés d'acide hyaluronique pourraient améliorer la cicatrisation des brûlures, des plaies et des ulcères cutanés par rapport au groupe contrôle.

Posologie

posologiePar voie cutanée

formulationgel, crème


Arthrose
✪✪✪✪✪

Une petite étude chez des patients souffrant d'arthrose du genou montre que la prise d'un supplément standardisé contenant 70% d'acide hyaluronique et des glycosaminoglycanes une fois par jour pendant 3 mois réduit légèrement la douleur par rapport au placebo. L'acide hyaluronique a également été étudié en association avec la chondroïtine et les peptides de collagène. L'étude a montré une diminution significative de la douleur par rapport au groupe placebo.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie100 - 200 mg

duration3 - mois


Dosage de sécurité

Adulte : 60 mg - 200 mg

Les études cliniques portant sur l’acide hyaluronique ont utilisé des doses comprises entre 60 et 200 mg par jour. Le plus souvent, la posologie recommandée est la suivante : 200 mg par jour à prendre en deux prises.


Précautions

Femme enceinte : éviter

Eviter l'utilisation par manque d'informations fiables et suffisantes.

Femme allaitante : éviter

Eviter l'utilisation par manque d'informations fiables et suffisantes.

Radiothérapie : éviter

Une étude clinique a révélé un taux accru de dermatite de grade 2 ou plus chez les patientes atteintes d'un cancer du sein qui appliquaient un gel contenant de l'acide hyaluronique sur le sein pendant une radiothérapie. Il est conseillé d'éviter l'application d'acide hyaluronique sur les tissus irradiés.