Yam : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

L'igname ou le Yam est une plante grimpante ligneuse pérenne qui pousse dans les climats tropicaux et tempérés du monde entier. Il existe plus de 600 espèces d'ignames sauvages, dont 12 considérées comme comestibles. Certaines espèces sont cultivées spécifiquement comme source de diosgénine, qui est utilisée pour produire des composés stéroïdiens tels que des contraceptifs oraux, des androgènes, des oestrogènes, des progestatifs et d'autres hormones sexuelles. La racine et le rhizome de l'igname sauvage sont utilisés à des fins thérapeutiques. La racine de l'igname sauvage contient de la diosgénine, la dioscine, la dioscorine et des vitamines et des minéraux tels que la vitamine C, le bêta-carotène, les vitamines B1, B2 et B3, fer, magnésium, potassium, sélénium et le zinc, ainsi que des polyphénols. Bien que la diosgénine peut être convertie en dihydroépiandostérone (DHEA) et d'autres composés stéroïdiens en laboratoire, cette conversion ne se produit pas dans le corps humain. En outre, l'igname sauvage ne contient pas de progestérone ni d'autres hormones stéroïdes actives. La diosgénine ou le Yam sont souvent utilisés pour soulager les symptômes de la ménopause, le syndrome prémenstruel, les dysménorrhées, les douleurs ovariennes, l’endométriose, les fibromes, l’ostéoporose. Ils sont également utilisés pour l’augmentation de la libido chez les hommes et les femmes, et l’augmentation mammaire. Traditionnellement, l'igname sauvage est également utilisé pour ses effets antispasmodiques, anti-inflammatoires et de relaxation du système nerveux autonome.

Autre(s) nom(s) 

Igname sauvage, Igname de Chine, Igname chinois

Nom(s) scientifique(s)

Dioscorea oppositifolia, Dioscorea villosa

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Diosgénine

Dioscorine


Propriétés


Action œstrogénique

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

La transformation chimique de la diosgénine, constituant de l'igname sauvage, en œstrogène, progestérone ou autres composés stéroïdiens ne se produirait pas dans le corps humain. Cependant, l'igname sauvage semble avoir certaines propriétés œstrogéniques, bien que ces propriétés varient selon les espèces. Un extrait d'igname sauvage améliore la liaison de l'œstradiol aux récepteurs d'œstrogènes et induit une activité de transcription dans les cellules sensibles aux œstrogènes. Lors de recherches en laboratoire, l'évaluation de quatre espèces de Dioscorea, dont D. oppositifolia (igname chinois), D. alata, D. collettii var. hypoglaucau et D. zingiberensis, a permis de constater que seule Dioscorea oppositifolia présente des effets œstrogènes sur les cellules ovariennes. Dans la recherche animale, l'extrait de Dioscorea oppositifolia augmente les niveaux d'oestradiol et d'hormone folliculo-stimulante (FSH), régule l'expression des récepteurs d'oestrogènes dans l'utérus. L'adénosine et l'arbutine seraient les constituants responsables de ces effets œstrogéniques. Les femmes ménopausées qui remplacent 390 grammes par jour d'igname sauvage (Dioscorea alata) par un autre aliment de base tel que le riz pendant 30 jours présentent des augmentations significatives de l'oestrone sérique, de la globuline liant les hormones sexuelles (SHBG, pour Sex Hormone-Binding Globulin) et éventuellement des niveaux d'oestradiol sérique.

Usages associés

Ménopause, Ostéoporose

Métabolisme hormonal

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Une des sapogénines stéroïdes, la diosgénine, a été isolée de l'igname sauvage. La diosgénine a été utilisée commercialement pour produire des hormones stéroïdiennes telles que la cortisone, l'œstrogène et la progestérone par modification chimique in vitro. Bien que l'on ait supposé que l'extrait d'igname sauvage soit converti en DHEA (De Hydro Epi Androstérone) chez l'humain, cette hypothèse n'a pas été démontrée chez l'humain. Une petite étude clinique a montré qu'aucune stéroïdogénèse n'entraîne une augmentation de la DHEA ou du cholestérol par la diosgénine. La transformation chimique de la diosgénine, constituant de l'igname sauvage, en œstrogène, progestérone ou autres composés stéroïdiens ne se produirait pas dans le corps humain. Cependant, l'igname sauvage semble avoir certaines propriétés œstrogéniques, bien que ces propriétés varient selon les espèces. Un extrait d'igname sauvage améliore la liaison de l'œstradiol aux récepteurs d'œstrogènes et induit une activité de transcription dans les cellules sensibles aux œstrogènes. Dans la recherche animale, l'extrait de Dioscorea oppositifolia augmente les niveaux d'oestradiol et d'hormone folliculo-stimulante (FSH), régule l'expression des récepteurs d'oestrogènes dans l'utérus. L'adénosine et l'arbutine seraient les constituants responsables de ces effets œstrogéniques.

Usages associés

Ménopause, Ostéoporose, Bien-vieillir

Anticancer

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Les composants de l'igname chinois ont montré une activité tumoricide sur certaines lignées cellulaires cancéreuses, notamment les cellules MCF7 du cancer du sein, les cellules HepG2 de l'hépatome, les cellules CNE2 du carcinome nasopharyngien et les lignées cellulaires cancéreuses du mélanome B16 et du cancer. Dans une étude comparative in vitro, la racine d'igname sauvage (Dioscorea villosa) s'est avérée être l'extrait végétal avec l'activité tumoricide la plus puissante, devant 374 autres extraits de plantes.


Neurologique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Dans des études chez l'animal, la diosgénine, un constituant du yam, améliore les déficits de mémoire et la mémoire de reconnaissance des objets. Dans les premières recherches cliniques, l'extrait d'igname sauvage standardisé à la diosgénine a légèrement amélioré la fonction cognitive chez des adultes en bonne santé. De nombreuses études ont démontré que la diosgénine et ses dérivés ont des effets préventifs et thérapeutiques contre divers troubles neurologiques. Des expériences sur les animaux ont montré que la diosgénine est active dans le traitement des maladies du système nerveux telles que la maladie de Parkinson et la maladie d'Alzheimer.

Usages associés

Performances cognitives

Gastroprotecteur

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

L'extrait d'éthanol de l'igname chinois, à 40%, a montré une capacité à inhiber la sécrétion d'acide gastrique et à améliorer les fonctions intestinales, observées par le transit gastro-intestinal et la présence de bactéries fermentant le lactose dans les selles. L'igname chinois semble influencer positivement la composition de la flore intestinale. Des études sur des rats ont révélé que la consommation de poudre d'igname fermentée par Lactobacillus acidophilus réduisait les lésions gastriques. De plus, l'igname fermenté avec Lactobacillus bulgaricus a montré une protection accrue contre les lésions gastriques, suggérant son utilité dans la fabrication de yaourt.


Cholagogue

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Des études suggèrent que l'igname sauvage, en particulier son composant la diosgénine, pourrait avoir un effet bénéfique sur la bile. La diosgénine augmente la sécrétion de cholestérol dans la bile et empêche la réduction du flux biliaire causée par les œstrogènes chez les rats. Elle contribue également à l'élimination de l'indométhacine et réduit l'inflammation intestinale qu'elle peut provoquer.


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Ménopause
✪✪✪✪✪

La diosgénine, la saponine extraite du yam, ne se lie pas au récepteur d'oestrogène ou de progestérone humain in vitro et ne peut pas être convertie en progestérone dans le corps humain. Le yam pourrait théoriquement être administré aux femmes qui ont été traitées pour un cancer du sein, mais des données de sécurité sont nécessaires. Lorsqu'il est administré sous forme de crème, l'effet sur les symptômes de la ménopause n'est pas statistiquement significatif par rapport au placebo. Une étude dans laquelle 22 femmes ont reçu 390 g d'igname chinois par jour pendant 30 jours a révélé que les concentrations urinaires du métabolite génotoxique de l’œstrogène, la 16-alpha-hydroxyestrone, ont diminué de manière significative de 37 %, ce qui suggère la possibilité de réduire le risque de cancer du sein, mais là encore, des données d'essais cliniques sont nécessaires. Une autre étude sur des femmes taïwanaises ménopausées, a conclu que la variété Diascorea alata a réduit de manière significative les symptômes psychologiques, en particulier l'anxiété, après une consommation de 12 mois.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

posologie50 - 390 mg

duration12 - mois

formulationExtrait standardisé, Extrait sec


Performances cognitives
✪✪✪✪✪

Des recherches cliniques préliminaires montrent que la prise d'un extrait spécifique d'igname sauvage à raison de 50 mg par jour pendant 12 semaines améliore légèrement les mesures globales de la fonction cognitive et de la fluidité sémantique par rapport au placebo chez les adultes en bonne santé.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

posologie50 - 250 mg

duration12 - semaines

formulationExtrait standardisé, Extrait sec


Bien-vieillir
✪✪✪✪✪

Les saponines stéroïdiennes contenues dans le yam peuvent exercer des effets œstrogéniques et lutter contre les symptômes liés à la baisse des taux d'œstrogènes due à l'âge. Plusieurs études ont décrit les effets pharmacologiques de la diosgénine et de ses dérivés contre diverses maladies telles que le cancer, le diabète, l'ostéoporose, la maladie d’Alzheimer et les accidents vasculaires cérébraux. Des preuves expérimentales de plus en plus nombreuses ont montré que la diosgénine et ses dérivés présentent un potentiel thérapeutique prometteur dans plusieurs troubles neuro-dégénératifs et neurologiques.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

posologie50 - 250 mg

formulationExtrait standardisé, Extrait sec


Ostéoporose
✪✪✪✪

Grâce à son activité œstrogénique, le yam peut bénéficier en cas d'ostéoporose. On a constaté que le yam augmentait la densité minérale osseuse chez les rats ayant subi une ovariectomie, mais les études sur les humains font défaut.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

posologie50 - 250 mg

formulationExtrait standardisé


Diarrhée
✪✪✪✪

Le Huai Shan Yao (igname chinois), un aliment de base commun en Chine, est utilisé depuis plus de 2000 ans dans la MTC pour traiter différentes maladies systémiques. Il est utilisé aussi pour renforcer les fonctions de l'estomac, soulager l'anorexie et guérir la diarrhée.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

posologie50 - 250 mg

formulationPoudre


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 50 mg - 390 mg (Extrait standardisé)

- Décoction de racine séchée : 2-4 g trois fois par jour. - Teinture (1 : 5) : 2-10 ml trois fois par jour.


Interactions

Médicaments

Oestrogènes : interaction modérée

L'igname ayant des propriétés œstrogéniques, son usage concomitant à celui des œstrogènes pourrait générer des effets additionnels.


Précautions

Maladie hormono-sensible : éviter

Les preuves in vitro suggèrent que l'igname sauvage a des effets œstrogènes et anti-œstrogènes ; cependant, elle ne semble pas affecter les niveaux d'hormones lorsqu'elle est utilisée de façon topique. Les femmes souffrant d'affections sensibles aux hormones doivent éviter l'igname sauvage. Parmi les affections sensibles aux hormones, on trouve le cancer du sein, le cancer de l'utérus, le cancer des ovaires, l'endométriose et les fibromes utérins

Carence en protéine S : éviter

Les patients présentant une carence en protéine S ont un risque accru de thrombose. L'igname sauvage pourrait augmenter le risque de thrombose chez ces patients en raison de l'activité œstrogénique potentielle de l'igname sauvage.

Femme enceinte : éviter

Pas assez de données.

Femme allaitante : éviter

Pas assez de données.