Sureau : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

Le Sureau noir, est est un arbuste à croissance rapide. Il est particulièrement répandu en Suisse et dans toutes les zones d'Europe au climat tempéré ainsi qu'en Asie et en Afrique du Nord. Les fleurs délicates du sureau, d'une teinte blanc jaunâtre, se regroupent en grappes plates et arrondies, se transformant ensuite en baies d'un violet noir brillant. La période de floraison s'étend de juin à juillet, selon le lieu. Le nom latin du sureau, "Sambucus", provient du grec "sambuke", désignant une flûte. Cela reflète l'usage historique de son bois tendre pour fabriquer des instruments de musique, notamment des flûtes par les bergers grecs. Les anciens Égyptiens utilisaient les fleurs de sureau pour soigner les brûlures et améliorer leur teint. Les Amérindiens l'utilisaient pour soigner la toux, les rhumes et les affections cutanées. Les fleurs de sureau sont utilisées pour préparer des tisanes, des sirops et certains vins. Les baies et les fleurs, sont prioritairement utilisées depuis l'Antiquité en phytothérapie pour traiter différents symptômes grippaux et infections respiratoires. Les fruits (baies noires et rondes) comestibles regorgent de vitamines (A, C et du groupe B), de minéraux et d'antioxydants et sont également utilisées pour leurs vertus thérapeutiques. Plus précisément, le fruit contient des polyphénols dont des hétérosides flavonoïdiques et des hétérosides anthocyaniques. Les fleurs contiennent des flavonoïdes, principalement la quercertine, l'isoquercétine, la rutine et l'astragaline. La fleur séchée doit contenir un minimum de 0,80 % de flavonoïdes exprimés en isoquercétine pour garantir son action. Le sureau est recommandé depuis l'Antiquité contre les catarrhes et les excès de mucus. En Europe, il est employé pour ses vertus diurétiques, laxatives, anti-inflammatoires et antivirales.

Nom(s) scientifique(s)

Sambucus nigra

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Anthocyanes

Vitamine A

Vitamine C

Quercétine

Rutine

Vitamine B1


Propriétés


Antiviral

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Les fleurs de sureau, en usage interne, interviennent de façon positive pour prévenir différentes infections virales (HIV, hépatite, influenza etc.). In vitro, un extrait de baie de sureau inhibe de manière dose dépendante le virus H1N1. On pense que les flavonoïdes de sureau se lient aux virions H1N1 et empêchent le virus de pénétrer dans les cellules hôtes. De même, un extrait de baies de sureau mis en contact avec différentes souches de virus de l’herpès (HSV-) a permis d’inhiber totalement la réplication virale.

Usages associés

Infections respiratoires, Grippe

Diurétique

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Gorgé d'eau (79%), la baie de sureau est un excellent diurétique, capable de stimuler la fréquence des mictions. L'extrait de fleur de sureau augmente également l'excrétion de sodium. Cependant, il est important de noter que le sureau ne modifie pas le pH de l'urine, ce qui signifie qu'il n'influence pas la dissolution des ions qui pourraient contribuer à la formation de calculs rénaux. Le bourgeon de sureau pourrait faciliter le drainage pour l'élimination rénale d'eau et de toxines d'où son action détoxifiante.

Usages associés

Constipation

Anti-inflammatoire

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Des études ont validé les effets anti-inflammatoires des extraits éthanoliques de baies de sureau, centrés sur les composés phénoliques comme la quercétine. Ces études démontrent la capacité de la quercétine à inhiber efficacement les espèces réactives de l'oxygène et à réduire la production de monoxyde d'azote dans les cellules microgliales murines activées par le LPS, mécanismes clés dans la réponse inflammatoire cérébrale. Une recherche spécifique sur le modèle animal a également mis en évidence que les extraits polyphénoliques de sureau peuvent moduler la réponse inflammatoire en inhibant la production de cytokines pro-inflammatoires, telles que le TNF-α et l'IFN γ, dans un modèle expérimental de diabète. Cela suggère un potentiel thérapeutique intéressant dans la modulation des processus inflammatoires, notamment dans des contextes pathologiques comme le diabète.

Usages associés

Dermatoses, Infections respiratoires, Grippe

Immunostimulant

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

D’une manière globale, il a été constaté que le sureau exerce une action immunostimulante. Il augmente les défenses du système immunitaire lorsqu’il est attaqué par un virus grippal. De fait, les fleurs de sureau, en usage interne, interviennent de façon positive pour prévenir différentes infections virales (HIV, hépatite, influenza etc.). Les baies de sureau semblent stimuler le système immunitaire par augmentation de la production de cytokines par les monocytes (IL-1β, TNF-α, IL-6, IL-8, IL-10).

Usages associés

Grippe, Infections respiratoires

Antioxydant

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Chez le rat ayant un diabète induit, la prise d’un extrait de baies de sureau réduit le risque athérogène en diminuant la peroxydation lipidique, en neutralisant les radicaux libres et en inhibant l’oxydation du LDL cholestérol grâce, notamment, au maintien du pool d’enzymes antioxydantes comme la glutathion peroxydase et la superoxyde dismutase. L’extrait de sureau protège également l’hémoglobine contre la glycation.

Usages associés

Infections respiratoires

Immuno-modulateur

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Chez le rat ayant un diabète induit, la prise d’un extrait de baies de sureau, en association avec l'aronia, diminue l'expression de cytokines pro-inflammatoires (TNF-α et IFN-γ).


Antibactérien

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

In vitro, il a été montré que des extraits de baies ou fleurs de sureau présentent des effets inhibiteurs (bactériostatiques) sur au moins 13 souches bactériennes pathogènes responsables de maladies nosocomiales (i.e. Staphylococcus sp., Bacillus cereus, Salmonella poona, Staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa).

Usages associés

Infections respiratoires, Dermatoses

Dépuratif

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

En médecine traditionnelle, es fleurs stimulent l’élimination et fluidifient les sécrétions, favorisant le travail des reins, l'élimination des toxines par sudation et préviennent les calculs rénaux.

Usages associés

Constipation


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Infections respiratoires
✪✪✪✪

Les fleurs, en usage interne (infusion) sont traditionnellement utilisées comme sudorifiques. Astringentes, expectorantes et décongestionnantes, elles dégagent les voies respiratoires (gorge, nez, oreilles) avec une action favorable sur la bronchite et la sinusite. Elles apaisent les petites inflammations et irritations des yeux. Elles sont notamment connues pour stimuler les défenses immunitaires, prévenir les infections virales, combattre la fièvre ainsi que traiter les symptômes du rhume, soulager la toux et l’asthme. Une tisane de fleurs de sureau utilisée en gargarisme peut également apaiser des maux de gorge. Elles peuvent également soigner le catarrhe (inflammation aiguë ou chronique des muqueuses avec hypersécrétion). Les baies, sous forme de sirop, riche en vitamines, sont utiles dans le traitement de l’inflammation des bronches et des affections pulmonaires. Selon l'EMA, la fleur de sureau est un médicament traditionnel à base de plantes utilisé pour le soulagement des premiers symptômes du rhume.

Posologie

posologiePar voie orale : fruit, fleur

posologie60 ml

duration5 - jours

populationAdultes

formulationSirop, Sambucol, Extrait sec


Grippe
✪✪✪✪✪

La recherche clinique montre que certains extraits de sureau pourraient réduire les symptômes de la grippe. Un soulagement significatif des symptômes semble se produire dans les 2 à 4 jours suivant le traitement pour la plupart des patients. En moyenne, cet extrait de sureau semble réduire la durée des symptômes d'environ 56 %. L’infusion des fleurs ou l’extrait des baies permettrait donc de réduire la gravité et la durée de l’infection lorsqu’ils sont consommés dès les premiers symptômes. Le sureau a également été évalué en combinaison avec l'échinacée pour traiter les symptômes de la grippe. Une étude clinique préliminaire montre que la prise d'un produit combiné spécifique (Echinaforce Hot Drink, A. Vogel) contenant du jus concentré de sureau et des extraits d'échinacée pendant 10 jours améliore le taux de guérison et réduit le taux de complications respiratoires liées à la grippe, comme l'oseltamivir 75 mg deux fois par jour pendant 5 jours chez les adultes et les enfants. A noter l'absence de groupe placebo. D'autres essais en double aveugle contre placebo, réalisés au cours d’une épidémie de grippe A et B, ont démontré que la prise d’extrait de sureau permet de soulager rapidement les symptômes de la grippe. En effet, une amélioration significative des symptômes a été obtenue en 2 jours chez 93,3% des sujets traités avec l’extrait de sureau tandis qu’il a fallu attendre 6 jours pour que 91,7% des personnes du groupe placebo montrent une amélioration similaire. L’évolution des symptômes tels que la douleur, la fièvre, la toux, l’excrétion de mucus et la congestion nasale était évaluée par les patients sur une échelle de 0 à 10 (10 étant l’amélioration la plus prononcée). Les participants du groupe ayant reçu l’extrait de sureau ont accordé en moyenne une note de 9 comparativement à 1 pour les individus du groupe placebo.

Posologie

posologiePar voie orale : fruit, fleur

posologie175 mg

populationAdultes

formulationSirop, Sambucol, Extrait sec, Jus

Synergies

Echinacée

Dermatoses
✪✪✪✪✪

En médecine traditionnelle, en usage externe sur la peau, les fleurs de sureau ont un effet adoucissant. Elles sont anti-inflammatoires et traitent les affections dermatologiques (engelures, irritations, eczéma, urticaire).

Posologie

posologiePar voie cutanée : fleur

populationAdultes

formulationcataplasme, Teinture mère


Constipation
✪✪✪✪✪

Un traitement sous forme de macérat concentré de bourgeon de sureau est conseillé en cas de constipation offrant ainsi une action laxative douce. Le sureau a été utilisé traditionnellement en médecine comme une plante dépurative qui va favoriser le transit intestinal et stimuler la vidange gastrique. En effet, le sureau permettrait un apport significatif en fibres contribuant ainsi à un fonctionnement intestinal optimal. La propriété laxative du sureau est attribuée à une substance appelée anthraquinone, un dérivé de l'anthracène (famille des hydrocarbures aromatiques polycycliques). Il est généralement admis que les effets du sureau sont légers et sans danger pour le traitement de la constipation occasionnelle sans complications. L'efficacité d'une combinaison contenant des fleurs de sureau, de l'anis, du fenouil et du séné a été évaluée chez 20 sujets souffrant de constipation chronique. Cette étude randomisée, contrôlée par placebo a révélé que le traitement actif à base de plantes produisait un effet laxatif et constituait une option thérapeutique sûre pour le traitement de la constipation. La tisane contenait : 2,0 g de fruit de Pimpinella anisum (anis vert), 2,0 g de fruit de Foeniculum vulgare (fenouil), 5,0 g de fleur de Sambucus nigra (sureau) et 6,0 g de fleur de Cassia augustifolia (séné) pour 15 g de mélange. 

Posologie

posologiePar voie orale : bourgeons, fleur

posologie5 g

populationAdultes

formulationMacérat glycériné

Synergies

Séné, Fenouil, Anis vert


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 12 an(s) : 2 g - 5 g (Tisane)

- Tisane : 2 à 5 g de fleur broyée dans 150 ml faire bouillir de l'eau sous forme d'infusion à trois reprises quotidiennement. Tisane : 3-6 g de l'herbe broyée substance dans 200 ml d'eau en décoction divisé en 2 doses uniques par jour. - Extrait liquide (DER 1:1), extraction éthanol 25 % : 2-5 ml trois fois par jour - Teinture (1:5) : éthanol 25 % : 10-25 ml trois fois par jour

Adulte à partir de 18 an(s) : 500 mg - 1500 mg (Poudre)

Les baies sont prises sous forme de sirop (15 ml, 3 à 4 fois par jour) ou sous forme de poudre jusqu'à 1,5 g.

Enfant à partir de 12 an(s) : 5 ml - 20 ml (Jus)

Les baies sous forme de sirop peuvent être administrées aux enfants.


Interactions

Médicaments

Immunosuppresseur : interaction modérée

Théoriquement, le sureau pourrait interférer avec la thérapie immunosuppressive en raison de son activité immunostimulante. Le sureau stimule la production de cytokines, dont l'interleukine et le facteur de nécrose tumorale. Les médicaments immunosuppresseurs comprennent l'azathioprine, le basiliximab, le daclizumab, le muromonab-CD3, mycophénolate, tacrolimus, sirolimus, prednisone, et autres corticostéroïdes.


Précautions

Femme enceinte : éviter

Eviter par manque d'informations.

Femme allaitante : éviter

Eviter par manque d'informations.

Maladies auto-immunes : éviter

Le sureau pourrait avoir des effets immunostimulants. Le sureau semble stimuler la production de cytokines, dont l'interleukine et le facteur de nécrose tumorale. Théoriquement, le sureau pourrait exacerber les maladies auto-immunes en stimulant l'activité de la maladie. Les maladies auto-immunes incluent la sclérose en plaques, le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde.


Contre-indications

Enfant jusqu’à 12 an(s) : interdit

Les fleurs et baies de sureau cuites sont comestibles (jus, gelée, confiture), mais toutes les autres parties de la plante contiennent de l'oxalate de calcium et sont donc toxiques. Le fruit non mature contient également un alcaloïde toxique (la sambucine). On doit interdire aux enfants de manger les baies crues. La cuisson au-delà de 65°C détruit la toxine.