Scutellaria baicalensis : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

La scutellaire du Baïkal, aussi appelée "Huang Qin" dans la médecine traditionnelle chinoise (MTC) est une plante vivace, originaire du sud de la Chine et de la Corée. On la trouve également dans certaines parties de la Russie. Sa racine est l'une des 50 herbes fondamentales utilisées en MTC. Traditionnellement, la scutellaire du Baïkal est utilisée pour éliminer la "chaleur et l'humidité sèche". Les maladies liées à la chaleur sont associées à des symptômes tels que la fièvre, l'irritabilité, la soif, la toux. Cela suggère que la scutellaire peut être utile dans les infections et les inflammations des systèmes respiratoire, digestif et urinaire. Les recherches démontrent que les constituants de la scutellaire ont des actions antibactériennes, antivirales, anti-inflammatoires, hépato-protectrices, anxiolytiques, hypocholestérolémiantes, neuroprotectrices et anti-métastatiques. Les parties utilisées de la scutellaire sont la racine et, dans une moindre mesure, les parties aériennes. Plus de 40 flavonoïdes ont été séparés et identifiés à partir de la Scutellaria baicalensis. Les composants les plus étudiés comprennent la baicaleine, la baicaline, la wogonine, le wogonoside, la scutellaréine et l'oroxyline A. La scutellaire contient également de la mélatonine. La teneur en flavones dans le rhizome (racine) est nettement supérieure à celle trouvée dans les parties aériennes. La racine de la Scutellaire est reconnue dans le traitement de la jaunisse, de l'hépatite, de la diarrhée et des infections des voies respiratoires et gastro-intestinales en Chine depuis plus de 2000 ans. Elle est également utilisée dans les arthrites et les arthroses,

Nom(s) scientifique(s)

Scutellaria baicalensis Georgi

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Baïcaline

Wogonine

Oroxyline


Propriétés


Anti-inflammatoire

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

La scutellaire montre une activité anti-inflammatoire significative, étayée par des recherches in vitro et in vivo. Ses composants clés, la baicaline et la wogonine, influencent divers facteurs inflammatoires, dont les cytokines, l'oxyde nitrique et les eicosanoïdes. Des études sur des souris ont confirmé son efficacité dans la réduction de plusieurs marqueurs inflammatoires, y compris ceux impliqués dans les processus allergiques. La baicaline pourrait agir en inhibant les chimiokines, tandis que la wogonine pourrait réduire la mobilité des cellules microgliales, en partie via l'inhibition de NF-κB.

Usages associés

Arthrose

Neurologique

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

De nombreux essais in vitro et in vivo ont démontré les effets neuroprotecteurs des flavonoïdes dérivés de la scutellaire. Ils suggèrent que les flavones de la scutellaire préviennent les lésions neurales par un fort effet antioxydant (diminution des marqueurs de peroxydation lipidique), en modérant l'inflammation et en augmentant la signalisation GABAergique (effet anxiolytique et anticonvulsivant) et que la wogonine (un composant de la scutellaire) exerce une action neurogénérative, sur la base de preuves in vitro et in vivo. Une étude in vivo sur des rats ayant subi une ischémie globale permanente a montré que des doses orales quotidiennes de flavonoïdes de scutellaire (35 mg/kg) pendant 19 à 20 jours augmentaient de manière significative les capacités d'apprentissage et de mémoire et atténuaient les lésions neuronales. Une étude de suivi in vivo a démontré que la fraction flavonoïde réduisait également les dommages neuronaux et les déficits de mémoire après une ischémie cérébrale permanente. Le Huang lian jie du tang est un important remède chinois à base de plantes multiples, contenant du Scutellaria baicalensis, qui est utilisé cliniquement pour traiter l'ischémie cérébrale. Il semble également que la scutellaire puisse jouer un rôle dans les troubles neurodégénératifs tels que la maladie de Parkinson.

Usages associés

Accident vasculaire cérébral

Anticancer

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

La Scutellaire est traditionnellement utilisée en médecine alternative pour le traitement du cancer, notamment celui de la prostate. Les études scientifiques, tant sur les animaux qu'in vitro, ont exploré ses propriétés anticancéreuses. Ces recherches suggèrent que la Scutellaire induit l'apoptose (mort cellulaire programmée) en inhibant certaines voies cellulaires et en réduisant les cytokines et eicosanoïdes inflammatoires. De plus, des études in vitro indiquent que la Scutellaire pourrait empêcher la formation de nouveaux vaisseaux sanguins alimentant les tumeurs, un processus connu sous le nom d'antiangiogenèse, possiblement via l'influence sur des voies de signalisation spécifiques.

Usages associés

Cancer

Antiallergique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Divers flavonoïdes de la Scutellaire baicale, y compris la wogonine et la baicaleine, ont démontré une capacité à inhiber la libération d'histamine par les mastocytes de rat. Ces flavonoïdes atténuent également les réactions allergiques, à la fois immédiates et retardées, en agissant sur les anticorps IgE chez les souris et en diminuant la libération d'histamine dans les mastocytes humains. De plus, des composés comme la lutéoline et la baicaline réduisent l'histamine et d'autres médiateurs inflammatoires. La scutellaire s'avère aussi efficace, voire plus, que certains médicaments antiallergiques conventionnels dans la suppression des réactions allergiques.

Usages associés

Asthme, Rhinite allergique

Antiviral

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

La Scutellaria a démontré des effets antiviraux significatifs. En particulier, l'extrait de Scutellaria inhibe la réplication de l'hépatite C et des virus de la grippe A, y compris les souches H1N1 et H3N2. Cette inhibition se fait via la baicaline, un flavonoïde qui cible la neuraminidase, une enzyme cruciale pour la réplication du virus. La baicaline inhibe d'autres virus : l'infection par le VIH-1 au niveau de l'entrée virale et l'activation précoce de l'antigène du virus d'Epstein-Barr. En outre, la Scutellaria inhibe la réplication du virus en partie par l'inhibition de la fusion des enveloppes virales avec la membrane de l'endosome/lysosome, qui se produit au début du cycle d'infection du virus.


Hépato-protecteur

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

La baïcine, la baïcaline et la wogonine, des flavonoïdes de la Scutellaire baicale, ont montré des effets hépatoprotecteurs. Ces composés réduisent la toxicité liée à différents produits chimiques, comme l'indiquent les baisses des enzymes hépatiques (aspartate transaminase [AST] et alanine aminotransférase [ALT]) et les analyses histopathologiques. La baicéine, en particulier, augmente significativement les taux de TNF-α et d'IL-6 (marqueurs inflammatoires), suggérant un potentiel dans la régénération hépatique après des lésions induites.

Usages associés

Hépatites, Fibroses

Anxiolytique

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Des recherches ont montré que la wogonine, la baicaleine, la scutellaréine et la baicaline, tous des flavonoïdes, se lient au site benzodiazépine du récepteur GABA-A, avec des niveaux d'efficacité décroissants, ce qui joue un rôle dans la régulation de l'excitabilité neuronale et de l'anxiété. La wogonine, prise oralement, interagit avec ces récepteurs et produit un effet anxiolytique similaire au diazépam (un médicament contre l'anxiété), mais sans sédation ni myorelaxation. D'autres flavones comme l'oroxyline A et la K36 agissent également sur ce site et ont montré une activité anxiolytique. Par ailleurs, la wogonine a des effets anticonvulsifs médiés par le GABA.


Antibactérien

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

L'ajout de baicéine à l'antibiothérapie standard contre le Staphylococcus aureus multirésistant augmente l'efficacité de l'antibiotique ciprofloxacine. Cela se produit probablement car la baicéine empêche l'antibiotique d'être éjecté hors de la bactérie, un mécanisme commun de résistance bactérienne. Cette découverte offre un espoir dans le traitement des souches bactériennes résistantes. Par ailleurs, la baicaline et la Scutellaria baicalensis se sont montrées efficaces contre Helicobacter pylori, avec la baicaline étant plus efficace que l'extrait complet de la plante.


Hypolipémiant

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Des études sur les animaux indiquent que la scutellaire peut réduire les niveaux de cholestérol total, de triglycérides, de LDL-C (mauvais cholestérol), tout en augmentant les niveaux de HDL-C (bon cholestérol). Par ailleurs, la wogonine, un composant de la scutellaire, inhibe la production de MCP-1 par les cellules endothéliales, ce qui suggère un potentiel bénéfique dans le traitement des troubles inflammatoires et vasculaires, y compris l'athérosclérose.


Antiandrogénique

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

 La scutellaire est traditionnellement utilisée pour le cancer de la prostate et comme agent anti-inflammatoire. Dans un modèle animal d'hyperplasie bénigne de la prostate, la scutellaire de Baïkal a inhibé l'inflammation et la prolifération des cellules, probablement en inhibant la 5-alpha réductase


Hypoglycémiant

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

La Scutellaire pourrait être bénéfique dans la gestion du diabète. Des études sur l'homme ont montré qu'elle a un effet modéré sur les niveaux de glucose après les repas, mais pas sur les niveaux de glucose à jeun. Chez les animaux, la baicaline, un de ses composants, inhibe l'alpha-glucosidase, une enzyme liée à la digestion des glucides. De plus, la baicaline semble réduire les niveaux élevés d'insuline suite à un régime riche en graisses et inhiber la sucrase intestinale d'après des recherches in vitro.

Usages associés

Diabète type 2


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Hépatites
✪✪✪✪✪

Dans une étude clinique multicentrique en double aveugle portant sur 222 patients atteints d'hépatite chronique active, il a été constaté que le mélange de plantes Sho-saiko-to (Xiao-Chai-Hu-Tang) diminuait significativement les valeurs AST et ALT par rapport au placebo. La différence de valeur moyenne entre le groupe traité et le groupe placebo était significative après 12 semaines. Chez les patients atteints d'hépatite chronique active de type B (HB), une tendance à la diminution de l'antigène HBe et à l'augmentation des anticorps anti-HBe a également été observée. Le médicament chinois à base de plantes Sho-saiko-to, ou Xiao-Chai-Hu-Tang, est un médicament officiellement approuvé sur ordonnance au Japon et est actuellement un médicament couramment administré aux patients souffrant de maladies chroniques du foie, en particulier ceux atteints d'hépatite chronique et de cirrhose du foie. La dose quotidienne habituelle de Sho-saiko-to est de 7,5 g, administrée par voie orale en trois doses égales. Un échantillon de 7,5 g de Sho-saiko-to est préparé à partir d'extraits aqueux bouillis de sept plantes : - 7,0 g de racine de Bupleurum (buplèvre chinois), - 5,0 g de tubercule de Pinellia, - 3,0 g de racine de Scutellaria, - 3,0 g de fruit de jujube, - 3,0 g de racine de ginseng, - 2,0 g de racine de réglisse - 1,0 g de rhizome de gingembre. L'effet seul de la Scutellaria Baicalensis ne peut pas être confirmé dans cette étude.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie3 g

formulationPoudre


Fibroses
✪✪✪✪✪

Il a été démontré que la combinaison contenant la scutellaria baicalensis (Sho-saiko-to) joue un rôle chimio-préventif dans le développement du carcinome hépatocellulaire chez les patients cirrhotiques dans une étude prospective, et plusieurs études ont démontré les effets préventifs et thérapeutiques de Sho-saiko-to sur la fibrose hépatique expérimentale. Il a été démontré que Sho-saiko-to inhibe l'activation des cellules stellaires hépatiques, les principales cellules productrices de collagène. Le sho-saiko- to a un effet antifibrotique puissant en inhibant le stress oxydatif dans les hépatocytes et les cellules stellaires hépatiques. Il est proposé que les composants actifs soient la baicaline et la baicaleine, car elles ont toutes deux des structures chimiques très similaires à la silybinine, le composé actif du chardon marie, qui présente des activités antifibrotiques. Le sho-saiko-to combiné à la silymarine chez 90 patients souffrant de fibrose hépatique due au virus de l'hépatite B chronique a amélioré les indices de la fonction hépatique et de la fibrose hépatique sérique dans le groupe traité, tandis que la clairance du virus de l'hépatite B était comparable à celle du groupe témoin.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie3 g

formulationPoudre


Arthrose
✪✪✪✪✪

Une étude clinique a évalué l'efficacité d'un supplément contenant des extraits de Scutellaria baicalensis et d'Acacia catechu (flavocoxid) sur les symptômes de l'arthrose du genou. Les participants ont reçu soit 500 mg de ce supplément par jour, soit 440 mg de naproxène (un traitement standard pour l'arthrose) par jour pendant une semaine. Les résultats ont montré que le supplément réduisait de manière significative la douleur, la raideur du genou et améliorait l'amplitude des mouvements, avec une efficacité similaire au naproxène. Ces résultats suggèrent que le flavocoxid est efficace pour réduire les symptômes physiques associés à l'arthrose du genou.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie3 g

duration12 - semaines

formulationPoudre


Diabète type 2
✪✪✪✪✪

Un essai clinique mené chez des patients souffrant de diabète non contrôlé et prenant 500 mg de metformine par jour montre que la prise de 3,52 g d'extrait de scutellaire en trois doses divisées par jour pendant 8 semaines ne diminue pas les niveaux de glucose à jeun ou d'insuline et n'améliore pas les niveaux d'hémoglobine glyquée (HbA1c) par rapport au placebo. Cependant, la prise de scutellaire réduit les niveaux de glucose sanguin lors d'un test de tolérance au glucose oral à 60 minutes, mais pas à 120 minutes, par rapport au placebo.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie3 g

formulationPoudre


Rhinite allergique
✪✪✪✪✪

La baicaline est l'un des principaux constituants qui régule l'équilibre TH1/TH2 et ajuste la libération d'histamine par les mastocytes. De nombreux chercheurs considèrent que l'allergie est due à un excès de Lymphocytes Th2 au profit des Th1. L'utilisation de la scutellaire dans les rhinites allergiques repose sur un long usage traditionnel.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie3 g

formulationPoudre


Asthme
✪✪✪✪

La racine de cette plante a été utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise (MTC) pour une variété de conditions, y compris l'asthme. La scutellaire contient des dérivés de flavone, dont la baicaline, la wogonine et la baicaleine, qui inhibent la libération d'histamine par les mastocytes (voir propriétés). La réduction de l'hypersensibilité et de l'inflammation des voies respiratoires est essentielle à la gestion de l'asthme. Son utilisation traditionnelle permet de soulager les symptômes nocturnes de l'asthme.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie3 g

formulationPoudre


Accident vasculaire cérébral
✪✪✪✪

La scutellaria exerce un effet antioxydant et neuroprotecteur qui en fait un remède utilisé dans la prévention de l'ischémie cérébrale, à la suite d'un AVC ou une lésion cérébrale. Le Huang lian jie du tang est un important remède chinois à base de plantes multiples, contenant du Scutellaria baicalensis, qui est utilisé cliniquement pour traiter l'ischémie cérébrale.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie3 g

formulationPoudre


Cancer
✪✪✪✪

Les racines de Scutellaria baicalensis contiennent des composés bioactifs, tels que la wogonine (WOG). De nombreuses études in vitro et in vivo ont révélé que WOG exerce un immense potentiel thérapeutique contre différents types de cancer (cancer de la vessie, le cancer du sein, le cancer colorectal, le cancer gastrique, le cancer, le cancer hépatique, la leucémie, le cancer du poumon). De plus, la WOG, en combinaison avec des médicaments chimiothérapeutiques établis, améliore l’efficacité du traitement et réduit la toxicité. Néanmoins, des essais humains sont nécessaires pour valider ces résultats.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie3 g

formulationPoudre


Dosage de sécurité

Adulte : 100 mg - 800 mg (Extrait standardisé)

Une étude clinique avait montré qu'une dose unique de comprimés de baicaleine par voie orale, comprise entre 100 et 800 mg, était sûre et tolérable chez des sujets sains, et qu'aucun effet indésirable sérieux ou grave n'avait été observé.


Interactions

Médicaments

Rosuvastatine : interaction modérée

La baicaline de la Scutellaire du Baïkal peut réduire les taux plasmatiques de la rosuvastatine en stimulant le transporteur OATP1B1, augmentant ainsi l'acheminement de la rosuvastatine vers le foie. Cela affecte la concentration du médicament dans le plasma et potentiellement dans le foie. La Scutellaire pourrait aussi influencer d'autres médicaments transportés par l'OATP1B1.

Cyclosporine : interaction faible

Une décoction de Scutellaria baicalensis a été signalée comme diminuant de manière significative les niveaux plasmatiques de cyclosporine chez les rats. La co-administration de ces deux substances devrait être évitée jusqu'à ce que des recherches supplémentaires soient disponibles.


Précautions

Femme enceinte : éviter

Potentielle toxicité.

Femme allaitante : éviter

Potentielle toxicité.