Romarin : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

Le romarin est une plante mellifère de la famille des Lamiacées, qui peut atteindre 2 m de hauteur. Il est caractérisé par de petites feuilles vertes foncées sur le dessus et vertes blanchâtres sur la face inférieure, en forme d’aiguilles et à bords repliés. Les fleurs sont de couleur bleu clair ou lilas pâle. C’est une plante commune du bassin méditerranéen que l’on retrouve désormais dans toutes les régions du monde. Les sommités fleuries sont les parties utilisées en phytothérapie. Le principe actif des feuilles de romarin est l'huile essentielle. Les feuilles séchées contiennent de 0,6 à 2,5 % de l'huile essentielle. L'huile se compose principalement de 1,8-cinéol, de bornéol, de camphre, de carvacrol et d'alpha-pinène. Les autres constituants sont les diterpènes phénoliques, les flavones, le dérivé de l'acide caféique, l'acide rosmarinique, le triterpène, l'acide ursolique, d'autres terpènes tels que le verbenone et l'acide carnosique. Le romarin est utilisé pour ses propriétés cholérétique, diurétique, hépatoprotectrice. Les indications les plus courantes sont la dyspepsie à composante biliaire et gastrique, les flatulences et l'asthénie. En huile essentielle, il est utilisé contre les infections ORL et les bronchites.

Autre(s) nom(s) 

Rosemary, Herbe aux couronnes

Nom(s) scientifique(s)

Rosmarinus officinalis L., Salvia rosmarinus

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Acide rosmarinique

Acide ursolique

Polyphénols


Propriétés


Hépato-protecteur

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

L'effet hépato-protecteur du romarin est lié à la fois à la présence d’acide carnosique, de carnosol et d’acide rosmarinique. L’action hépato-protectrice de l’acide carnosique et du carnosol passerait en partie par leur capacité à maintenir et à augmenter l’activité enzymatique de la glutathion peroxidase et de la superoxyde dismutase, dont l’activité est diminuée en présence d’éléments toxiques. In vivo, le romarin a montré un effet protecteur vis-à-vis de la stéatose hépatique en diminuant le niveau de triglycéride hépatique chez des rats nourris avec un régime riche en lipides.

Usages associés

Troubles hépatiques

Antioxydant

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

L'activité antioxydante du romarin est due à une variété de composés, plus particulièrement les diterpènes phénoliques et les acides phénoliques tels que l'acide rosmarinique. Ces effets antioxydants peuvent contribuer à la stabilisation des membranes et à la réduction de la production de radicaux libres, ce qui peut aider à la capacité de donneur d'électrons des diterpènes du romarin à protéger les membranes contre les dommages oxydatifs. Il a été démontré que l'extrait de feuille de romarin augmente l'activité de la superoxyde dismutase et a un effet plus fort que celui de la vitamine E dans le piégeage des radicaux d'oxygène. Dans les études de culture cellulaire, l'extrait de romarin aux concentrations de 1/2000 et 1/1000 a inhibé de manière significative la production d'oxyde nitrique (NO). Il est suggéré que le carnosol et l'acide carnosique représentent plus de 90 % de ses propriétés antioxydantes. Il a été démontré que l'acide carnosique a une action photoprotectrice sur les fibroblastes dermiques humains exposés aux rayons ultraviolets in vitro et l'extrait de romarin inhibe les altérations oxydatives des lipides de surface de la peau, à la fois in vitro et in vivo, et renforce l'immunité à médiation cellulaire chez les rats soumis à un stress oxydatif. L'acide rosmarinique a également été étudié pour ses activités antioxydantes et joue un rôle important dans les capacités antioxydantes des extraits contenant des concentrations de diterpènes très similaires. Dans une étude, les extraits avec une plus faible concentration d'acide rosmarinique (50 : 50) ont présenté une moins bonne capacité antioxydante et l'activité antioxydante a été encore améliorée par la présence de carnosol comme contenu majeur de diterpène. L'activité antioxydante a également été étudiée dans un modèle de dégénérescence maculaire. Des rats Sprague-Dawley ont reçu une solution test de romarin par voie intrapéritonéale 1 heure avant le début des tests d'exposition à la lumière. L'extrait de poudre de romarin (34 mg/kg) seul et lorsqu'il est associé au zinc (1,3 mg/kg) a diminué efficacement l'étendue des lésions lumineuses rétiniennes. Le traitement au romarin (17 mg/kg) et au zinc (1,3 mg/kg) a réduit l'expression des marqueurs protéiques du stress oxydatif et a amélioré la survie des cellules visuelles, comme le montre l'amélioration de la morphologie des cellules photoréceptrices et la diminution de la dégradation de l'ADN rétinien.

Usages associés

Bien-vieillir

Anti-inflammatoire

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Des recherches in vitro montrent que l'extrait de romarin peut inhiber l'activité de l'élastase des leucocytes humains, qui joue un rôle dans l'inflammation. La recherche indique que le romarin serait capable d’induire un mécanisme avantageux dans la protection cellulaire et la résolution de l’inflammation. Le romarin, et plus particulièrement le carnosol et l’acide carnosique, agissent en inhibant l’activation de la 5-lipoxygénase et diminuent ainsi les réponses pro-inflammatoires dans des leucocytes stimulés. L'acide ursolique du romarin inhiberait l'activation du facteur de transcription nucléaire kappaB. Certaines recherches sur les animaux suggèrent que l'extrait de romarin peut prévenir l'inflammation allergique des voies respiratoires en inhibant l'expression de l'interleukine (IL)-13.

Usages associés

Rhumatismes, Bien-vieillir

Cholagogue

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Un lyophilisat d'une teinture éthanolique de romarin dissoute dans un perfusat, a été injecté à des doses correspondant au médicament brut à 0,5 g, 1 g ou 2 g/kg de poids corporel dans la veine jugulaire de rats, sous perfusion constante d'une solution de taurocholate de sodium. Une augmentation significative et rapide du débit biliaire a été observée ; elle a atteint un maximum en 30 minutes puis est revenue à la ligne de base dans les 2 heures après 1 g ou 2 g/kg, et dans l'heure après 0,5 g/kg. L'administration par voie intraveineuse d'un extrait lyophilisé à 15 % d'alcool de sommités fleuries de romarin à des cobayes canalisés dans le canal biliaire, à raison de 100 mg/kg de poids corporel, a provoqué une augmentation de 138 % du flux biliaire en 30 minutes, suivie d'une période d'activité plus lente, mais qui a atteint un second pic de 218 % après 105-120 minutes. Les résultats indiquent une activité à la fois cholagogue et cholérétique de l'extrait.

Usages associés

Dyspepsie biliaire, Troubles de digestion, Flatulences

Cholérétique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Le lyophilisat de teinture éthanolique de Romarin dissout dans un liquide de perfusion, à raison de 0,5 g, 1 g et 2 g/kg de drogue, dans la veine jugulaire de rat sous sodium de taurocholate, provoque une augmentation rapide du flux biliaire, atteignant un maximum en 30 minutes, puis retournant a un flux basique.

Usages associés

Dyspepsie biliaire, Troubles de digestion, Flatulences

Antiallergique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Chez l’homme, l’acide rosmarinique améliorerait significativement les symptômes des allergies saisonnières, comparé à un placebo. Ces effets passeraient par l’inhibition de l’induction de certaines molécules d’adhésion et de la cyclo-oxygenase-2 (COX-2)1.


Anticancer

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Les recherches sur les animaux suggèrent que l'extrait de romarin peut diminuer l'incidence des tumeurs induites par les carcinogènes, la charge tumorale et le rendement des tumeurs. L'extrait de romarin et certains constituants, comme l'acide carnosique, semblent inhiber la prolifération et éventuellement induire l'apoptose des cellules leucémiques. D'autres recherches in vitro suggèrent que l'acide rosmarinique, un constituant du romarin, réduit l'expression du gène pro-inflammatoire cyclooxygénase-2 (COX-2). Ce gène serait un facteur de risque pour le développement du cancer. L'extrait de romarin et l'huile essentielle de romarin peuvent également réduire le développement du cancer en protégeant l'ADN contre les dommages oxydatifs ; ceci est attribué aux constituants phénoliques du romarin. En outre, les polyphénols du romarin peuvent réduire l'activation des procarcinogènes et augmenter les voies de détoxication. D'autres recherches en culture cellulaire suggèrent que le carnosol, constituant du romarin, inhibe la métastase des cellules cancéreuses en diminuant l'activité de la métalloprotéinase-9 (MMP-9).


Antimicrobien

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Diverses études de culture cellulaire montrent que l'huile essentielle de romarin et l'extrait de romarin ont une activité antibactérienne contre les bactéries Gram négatives et Gram positives, y compris certaines souches résistantes aux médicaments et les agents pathogènes d'origine alimentaire, ainsi qu'une activité contre certaines espèces de levures et de champignons, notamment Candida albicans. Les huiles essentielles de romarin qui contiennent la plus grande quantité de camphre, de bornéol et de verbénone semblent exercer la plus grande activité antimicrobienne. L'extrait de romarin contenant de l'acide carnosique, du carnosol et de l'acide rosmarinique semble avoir l'activité antimicrobienne la plus élevée. Cependant, d'autres recherches suggèrent que le romarin ne présente pas d'activité antifongique contre les espèces de Candida.


Neurologique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Le romarin montre un potentiel prometteur pour la protection du cerveau et la prévention des maladies neurodégénératives. Il peut inhiber certaines enzymes cérébrales, protéger les neurones qui produisent la dopamine, et posséder des propriétés antidépressives et anti-douleur. Des études sur des cultures cellulaires indiquent que le romarin pourrait favoriser la croissance nerveuse et protéger contre le stress oxydatif grâce à l'acide carnosique, qui a des effets neuroprotecteurs en activant les défenses antioxydantes du cerveau. L'efficacité de l'acide carnosique dépend de sa capacité à atteindre le cerveau. Les recherches ont montré qu'après administration orale chez la souris, l'acide carnosique traverse bien la barrière hémato-encéphalique, suggérant une potentielle application dans le traitement des maladies neurodégénératives. L'acide carnosique augmente également les niveaux d'antioxydants dans le cerveau, ce qui pourrait contribuer à sa capacité de protection neuronale. Cependant, des études plus approfondies sont nécessaires pour mieux comprendre ces mécanismes et leur applicabilité chez l'homme.

Usages associés

Mémoire, Équilibre émotionnel, Déclin cognitif

Effet dermatologique

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

On pense que les polyphénols de romarin, l'acide rosmarinique, l'acide carnosique et le carnosol induisent ces effets photoprotecteurs. De plus, il a été démontré que l'huile essentielle de romarin pourrait augmenter la circulation sanguine au niveau des follicules pileux et lutter contre la chute de cheveux.

Usages associés

Chute de cheveux

Gastroprotecteur

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Le romarin a une activité antiulcéreuse potentielle. Un extrait de romarin a démontré une activité antibactérienne in vitro contre Helicobacter pylori (Mahady et al 2005). Dias et ses collègues (2000) ont étudié l'activité antiulcérogène de l'extrait hydroalcoolique brut de romarin dans un modèle expérimental de rat. L'extrait a été fabriqué à partir des parties aériennes séchées du romarin qui ont été traitées. Dans le modèle d'ulcère induit par l'éthanol, des doses de 100 et 200 mg/kg de cet extrait n'ont démontré aucune activité antiulcérogène, alors que des doses de 500 et 1000 mg/ kg ont inhibé l'indice de lésion ulcéreuse de 70% et 74,6%, respectivement. Dans le modèle d'ulcère induit par l'indométhacine, l'extrait (1000 mg/kg) a inhibé l'indice de lésion ulcéreuse de 44 %. L'activité antiulcérogène a également été maintenue dans le modèle d'ulcère induit par l'éthanol, avec l'administration préalable d'indométhacine, inhibant l'indice de lésion ulcéreuse de 70%. Les résultats de cette étude suggèrent que l'extrait hydroalcoolique de romarin possède des substances actives qui augmentent la teneur en groupes sulfhydryles non protéiques de la muqueuse.


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Mémoire
✪✪✪✪✪

La recherche clinique montre que la prise orale de 500 mg de romarin deux fois par jour pendant un mois améliore la mémoire d'environ 14 % par rapport au placebo chez les jeunes adultes. D'autres preuves préliminaires montrent que l'aromathérapie au romarin affecte divers aspects de la fonction cérébrale en général, entraînant une amélioration de la mémoire et une vigilance accrue avec une plus grande relaxation. Une étude d'observation menée auprès de 40 adultes apporte un soutien supplémentaire : une exposition de 3 minutes à l'huile essentielle de romarin a permis de diminuer la puissance alpha et bêta frontale, ce qui suggère une plus grande vigilance. Les sujets se sentaient plus détendus et plus alertes, avaient des scores d'anxiété plus bas et étaient plus rapides, mais pas plus précis, pour effectuer des calculs mathématiques 

Posologie

posologiePar voie orale : sommités fleuries, parties aériennes, feuille

posologie1000 - 1500 mg

duration1 - mois

formulationHuile essentielle, Extrait sec


Chute de cheveux
✪✪✪✪✪

Des preuves cliniques suggèrent qu'appliquer 1 ml d'huile essentielle de romarin sur le cuir chevelu deux fois par jour pendant 6 mois est aussi efficace que le minoxidil 2 % pour augmenter le nombre de cheveux chez les patients atteints d'alopécie androgénétique. L'utilisation traditionnelle du romarin pour stimuler la croissance des cheveux est étayée par une étude randomisée en double aveugle de 7 mois menée auprès de 86 patients, qui a révélé que la friction d'huiles essentielles de thym, romarin, lavande et bois de cèdre, sur le cuir chevelu aidait à lutter contre l'alopécie pour 44% des patients contre 15% des témoins. Les résultats de la recherche in vivo indiquent que l'extrait topique de feuilles de romarin peut améliorer la repousse des cheveux, très probablement par l'inhibition de la liaison de la dihydrotestostérone aux récepteurs androgènes.

Posologie

posologiePar voie cutanée : sommités fleuries, parties aériennes, feuille

duration6 - mois

formulationHuile essentielle

Synergies

Lavandin, Thym, Cèdre, Lavande

Équilibre émotionnel
✪✪✪✪✪

Les recherches cliniques préliminaires sur les effets de l'aromathérapie au romarin sur les sentiments d'anxiété et de stress sont contradictoires. Dans un groupe d'étudiants infirmiers diplômés, le stress perçu associé à la réalisation d'un test était moindre lorsque des inhalateurs contenant de l'huile de romarin ou de lavande étaient utilisés avant et pendant le test. La fréquence du pouls, mais pas la pression artérielle, ont également été réduites.

Posologie

posologiePar voie orale : feuille, bourgeons

formulationHuile essentielle, Gemmothérapie


Rhumatismes
✪✪✪✪✪

L'EMA indique que le romarin en tant que médicament traditionnel à base de plantes comme adjuvant dans le soulagement des douleurs musculaires et articulaires mineures et dans les troubles circulatoires périphériques mineurs. L'ESCOP indique qu'ne usage externe, le romarin est utilisé dans les affections rhumatismales et les troubles circulatoires périphériques. Il favorise la cicatrisation des plaies et est un antiseptique léger. Des recherches cliniques préliminaires montrent une diminution subjective de la douleur associée à la polyarthrite rhumatoïde ou l'arthrose lors de l'utilisation de formulations orales contenant de l'extrait de feuille de romarin, de l'acide oléanolique provenant de la feuille d'olive et des acides rho iso-alpha provenant du houblon.

Posologie

posologiePar voie orale : sommités fleuries, parties aériennes, feuille

posologie900 mg

formulationExtrait sec


Déclin cognitif
✪✪✪✪✪

Des recherches cliniques préliminaires menées chez des adultes en bonne santé âgés de 65 à 90 ans montrent qu'une dose unique de 750 mg de feuilles de romarin en poudre dans du jus de tomate peut améliorer la vitesse de mémorisation. Cependant, des doses uniques plus élevées de 1500-6000 mg semblent avoir un effet délétère sur la vitesse de la mémoire. Pour d'autres mesures de l'attention et de la mémoire, il n'y a pas eu d'avantages clairs dans la gamme de doses de 750 à 6000 mg. D'autres recherches cliniques préliminaires menées chez des adultes en bonne santé âgés de 62 ans ou moins montrent que la prise d'un produit combiné contenant des parts égales de romarin, de mélisse et de sauge deux fois par jour pendant deux semaines améliore modestement le rappel des mots par rapport au placebo. Les terpénoïdes du romarin et de la sauge sont associés à des mécanismes antioxydants, anti-inflammatoires et anti-amyloïdes qui ont été considérés comme contribuant aux effets d'amélioration cognitive des extraits. Le rosmanol, a été suggéré comme un puissant agent anti-inflammatoire.

Posologie

posologiePar voie orale : sommités fleuries, parties aériennes, feuille

posologie750 mg

formulationExtrait sec

Synergies

Sauge, Mélisse

Détoxification
✪✪✪✪

L'extrait de romarin a un effet purifiant pour le corps, grâce à des composants comme l'acide carnosique et le carnosol qui stimulent les enzymes détoxifiantes du corps. Ces substances aident à activer les enzymes qui neutralisent les toxines. L'acide rosmarinique, un autre composant, active aussi bien les enzymes qui préparent les toxines à être éliminées (phase I) que celles qui les rendent solubles pour l'excrétion (phase II), comme la glutathione S-transferase et l'UDP glucuronosyltransferase, contribuant ainsi à une double action détoxifiante.

Posologie

posologiePar voie orale : sommités fleuries, parties aériennes, feuille

posologie900 mg

formulationExtrait sec


Troubles hépatiques
✪✪✪✪

L'effet hépatoprotecteur du romarin est lié à la fois à la présence d’acide carnosique, de carnosol et d’acide rosmarinique. L’action hépatoprotectrice de l’acide carnosique et du carnosol passerait en partie par leur capacité à maintenir et à augmenter l’activité enzymatique de la glutathion peroxidase et de la superoxyde dismutase, dont l’activité est diminuée en présence d’éléments toxiques. En rapport avec ces propriétés le romarin est conseillé en cas d'hépatite virale aiguë ou chronique en complément des thérapeutiques habituelles.

Posologie

posologiePar voie orale : bourgeons, sommités fleuries, parties aériennes

formulationGemmothérapie


Dyspepsie biliaire
✪✪✪✪

En rapport avec son usage traditionnel cholérétique et cholagogue, le romarin est utilisé dans les dyspepsies à composante biliaire et gastrique.

Posologie

posologiePar voie orale : bourgeons, feuille

posologie900 mg

formulationGemmothérapie, Extrait sec


Troubles sexuels
✪✪✪✪

Le romarin est un tonique et agit sur l'insuffisance surrénalienne. En gemmothérapie, il est indiqué dans les frigidités, et chez l'homme, certaines formes d'impuissance ou d'irritation congestive de la prostate.

Posologie

posologiePar voie orale : bourgeons

formulationGemmothérapie


Troubles de digestion
✪✪✪✪

L'EMA indique que le romarin est utilisé comme médicament traditionnel à base de plantes pour le soulagement symptomatique de la dyspepsie et des troubles spasmodiques légers du tractus gastro-intestinal. L'ESCOP indique qu'il est utilisé pour l'amélioration de la fonction hépatique et biliaire et des troubles dyspeptiques. En outre le romarin est traditionnellement utilisé pour lutter contre les symptômes tel que ballonnement, flatulence...

Posologie

posologiePar voie orale : feuille, bourgeons

formulationGemmothérapie, Extrait sec


Troubles circulatoires périphériques
✪✪✪✪

L'EMA reconnait le romarin en tant que médicament traditionnel à base de plantes comme adjuvant dans le soulagement des douleurs musculaires et articulaires mineures et dans les troubles circulatoires périphériques mineurs. L'ESCOP indique qu'ne usage externe, le romarin est utilisé dans les affections rhumatismales et les troubles circulatoires périphériques. Il favorise la cicatrisation des plaies et est un antiseptique léger.

Posologie

posologiePar voie orale : bourgeons, feuille

posologie900 mg

formulationGemmothérapie, Extrait sec


Bien-vieillir
✪✪✪✪

Grâce à ses propriétés antioxydante, anti-inflammatoire et anti-cancer. De plus, le romarin semble aider à lutter contre le déclin cognitif lié à l'âge. En Gemmothérapie, les jeunes pousses de romarin ont une action anti-vieillissement sur toutes les grandes fonctions biochimiques.

Posologie

posologiePar voie orale : bourgeons, feuille

posologie900 mg

formulationGemmothérapie, Extrait sec


Allergies
✪✪✪✪

L’acide rosmarinique améliorerait significativement les symptômes des allergies saisonnières, comparé à un placebo. Ces effets passeraient par l’inhibition de l’induction de certaines molécules d’adhésion et de la cyclo-oxygenase-2 (COX-2). En gemmothérapie, il est indiqué dans les tableaux d'allergie chronique de toutes sortes.

Posologie

posologiePar voie orale : bourgeons, feuille

posologie900 mg

formulationGemmothérapie, Extrait sec


Flatulences
✪✪✪✪

L'EMA indique que le romarin est utilisé comme médicament traditionnel à base de plantes pour le soulagement symptomatique de la dyspepsie et des troubles spasmodiques légers du tractus gastro-intestinal. L'ESCOP indique qu'il est utilisé pour l'amélioration de la fonction hépatique et biliaire et des troubles dyspeptiques. En outre le romarin est traditionnellement utilisé pour lutter contre les symptômes tel que ballonnement, flatulence...

Posologie

posologiePar voie orale : feuille, bourgeons

posologie900 mg

formulationGemmothérapie, Extrait sec


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 900 mg - 1350 mg

L'utilisation de romarin est recommandée chez les adultes selon les doses suivantes : - Substance végétale sous forme de préparation de tisane : dose journalière : 2-6 g. Dose unique : 1-2 g dans 150-250 ml d'eau bouillante à prendre 2 à 3 fois par jour. Infuser 10 minutes - Extrait liquide (DER 1:1, 45 % éthanol V/V) : 2-4 ml par jour - Teinture mère (1:5 70% éthanol) : 3-8,5 ml par jour - MG 1DH de jeunes pousses : 1 à 3 fois 50 gouttes par jour. - Extrait sec : 300 à 450 mg, 3 fois par jour.


Interactions

Médicaments

Aspirine : interaction faible

Le romarin contiendrait des salicylates. Théoriquement, le romarin pourrait avoir un effet additif avec d'autres médicaments contenant des salicylates comme l'aspirine.

Plantes ou autres actifs

Romarin : interaction modérée

Les extraits de romarin réduisent de 15 à 20 % l'absorption du fer non hémique des aliments. Théoriquement, le romarin pourrait réduire l'absorption des suppléments de fer, mais la signification clinique de ce phénomène n'est pas connue.

Romarin : interaction faible

Le romarin contiendrait des salicylates. Théoriquement, l'utilisation concomitante du romarin et d'autres herbes qui contiennent des salicylates pourrait entraîner des effets salicylés additifs et des effets indésirables. Parmi les herbes contenant des salicylates, on trouve le peuplier, la reine des prés et l'écorce de saule.


Précautions

Femme allaitante : utiliser avec prudence

L'huile essentielle de romarin est à utiliser avec prudence chez les femmes allaitantes.


Contre-indications

Enfant jusqu’à 6 an(s) : interdit

Ne pas utiliser chez l’enfant de moins de 6 ans.

Femme enceinte : interdit

Le romarin peut avoir des effets stimulants sur le flux utérin et menstruel, et peut augmenter le métabolisme de l'estradiol.