Prunier d'Afrique : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

Le prunier d'Afrique (pygeum) appartient à la famille des Rosaceae. C'est un arbre à feuilles persistantes, de grande taille (20 à 30 m) des forêts africaines, présent dans les zones soumises à de fortes précipitations. Il a des feuilles elliptiques épaisses, coriaces, des fleurs à 5 pétales, petites et blanches. Son écorce est rouge ou brun foncé avec une odeur d’acide cyanhydrique, qui rappelle l'odeur d'amande amère​. La partie utilisée du prunier est l'écorce, récoltée à l'état sauvage, principalement au Cameroun, à Madagascar, en Guinée et au Kenya. L'écorce contient une variété de constituants, y compris des stérols (bêta-sitostérol, beta-sitosténone), des esters d'acide férulique, des triterpines, les alcools aliphatiques et les phénols acides, y compris l'acide atrarique. L'écorce a été utilisée comme médicament depuis longtemps, par les guérisseurs traditionnels africains, pour traiter les troubles de la vessie, les maladies des reins, de la prostate, et pour ses propriétés aphrodisiaques. Au cours des 35 dernières années, le prunier d'Afrique a été utilisé en Europe pour le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate et des symptômes associés.

Autre(s) nom(s) 

Pygeum

Nom(s) scientifique(s)

Pygeum africanum, Prunus africana

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Acide ursolique

N-butylbenzène-sulfonamide

Triterpénoïdes

Amyrines

Bêta sitostérol


Propriétés


Anti-inflammatoire

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Les phytostérols (bêta-sitostérol, bêta-sitosténone), composés du prunier d'Afrique, inhibent la production de prostaglandines dans la prostate, ce qui diminue les symptômes inflammatoires associés à l'hypertrophie bénigne de la prostate et à la prostatite chronique. Les triterpènes pentacycliques (oléanolique et ursolique), inhibent également l'activité de la glucosyltransférase, une enzyme impliquée dans l'inflammation. De plus, des études sur l'extrait de prunier d'Afrique confirment qu'il diminue la production de leucotriènes et d'autres métabolites de la 5-lipoxygénase.

Usages associés

Hypertrophie bénigne de la prostate, Prostatite

Antiandrogénique

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Les composés présents dans le prunier d'Afrique, notamment l'acide atrarique et le N-butylbenzènesulfonamide (NBBS), semblent agir comme des antagonistes des récepteurs androgènes. Ils inhibent l'activation de ces récepteurs, mais pas ceux des glucocorticoïdes et des progestérones. Cela se traduit par une inhibition de l'expression de l'antigène spécifique de la prostate, suggérant un potentiel thérapeutique anti-androgénique, notamment dans le contexte des pathologies prostatiques.

Usages associés

Hypertrophie bénigne de la prostate, Cancer de prostate

Anticancer

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Les extraits du prunier d'Afrique montrent un potentiel anticancéreux, induisant l'apoptose dans les cellules cancéreuses, tant in vitro qu'in vivo. In vitro, des extraits éthanoliques du prunier d'Afrique ont inhibé la croissance des lignées cellulaires cancéreuses par induction de l'apoptose, interférence avec la cinétique cellulaire et régulation négative des protéines ER alpha (récepteur des œstrogènes alpha liant naturellement les œstrogènes) et PKC-alpha (protéine kinase C alpha). Ces protéines jouent un rôle fondamental dans plusieurs fonctions cellulaires telles que l'apoptose, la prolifération et la différenciation cellulaire, leur régulation négative est donc un moyen de prévention de la multiplication des cellules cancéreuses. Chez les animaux, le prunier d'Afrique a montré une réduction significative de l'incidence du cancer de la prostate (35%) par rapport aux souris nourries à la caséine (62,5%). Cette action antiproliférative ne se limite pas aux cellules cancéreuses mais s'étend également aux fibroblastes prostatiques et aux cellules épithéliales, suggérant une approche globale dans la lutte contre la croissance de la prostate et l'hyperplasie cellulaire. L'inhibition de facteurs de croissance spécifiques par les extraits du prunier d'Afrique pourrait également jouer un rôle crucial dans ce processus, en limitant les signaux qui encouragent normalement la prolifération et l'expansion des cellules prostatiques.

Usages associés

Cancer de prostate

Métabolisme hormonal

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Des études in vivo ont montré que l'administration d'un extrait du prunier d'Afrique a un effet significatif sur la dihydrotestostérone ( DHT), un métabolite biologiquement actif de la testostérone, formé dans la prostate, les testicules, les follicules pileux et les glandes surrénales sous l'action de l'enzyme 5-alpha réductase. La 5-alpha réductase est une enzyme clé dans la métabolisation de la testostérone en dihydrotestostérone (DHT), qui joue un rôle majeur dans l'hyperplasie de la prostate. Le prunier d'Afrique semble inhiber cette enzyme, bien que moins puissamment que le finastéride, un inhibiteur synthétique bien connu. Il a été démontré que le prunier d'Afrique inhibe la croissance prostatique induite par la DHT, suggérant un mécanisme d'action indépendant du blocage des récepteurs androgènes. De plus, le prunier d'Afrique contient des phytoestrogènes qui semblent exercer une activité œstrogénique. En effet, des recherches préliminaires sur les animaux montrent que l'extrait de prunier d'Afrique augmente le poids de l'utérus des souris qui ont subi une ablation de l'ovaire et des surrénales, ce qui suggère une activité œstrogénique.

Usages associés

Troubles de fertilité masculine, Cancer de prostate

Action œstrogénique

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Le prunier d'Afrique contient des phytoestrogènes, dont certains ont une structure similaire à celle de l'estradiol et pourrait exercer une activité œstrogénique.


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Hypertrophie bénigne de la prostate
✪✪✪✪

Plusieurs études ont montré que la prise orale de prunier d'Afrique réduit les symptômes fonctionnels de l'HBP (Hypertrophie Bénigne de la Prostate). Il contribue à réduire la nycturie (le besoin d'uriner la nuit) de 19 %, ce qui peut améliorer considérablement la qualité de sommeil des hommes atteints. De plus, il favorise une augmentation du débit urinaire, accompagnée d'une réduction notable de 24 % du volume urinaire résiduel, soulageant ainsi les symptômes inconfortables de l'HBP. Un extrait standardisé de prunier d'Afrique a été utilisé à raison de 75 à 200 mg par jour en une seule dose ou en deux doses fractionnées. La durée du traitement a varié de 15 à 120 jours. Etude clinique d'une combinaison : En 2013, un essai randomisé, en double aveugle contre placebo a été publié qui a étudié les effets d'une association : huile de graine de courge- Cucurbita pepo (160 mg), extrait d'Epilobe-Epilobium parviflorum (équivalent à 500 mg d'herbe sèche), lycopène (2,1 mg), prunier d'Afrique (équivalent à 15 g de tige sèche, standardisé en β-sitostérol) et Palmier nain- S. repens (équivalent à 660 mg de feuille sèche ) sur 57 patients avec une HBP récemment diagnostiquée médicalement. Au bout de 3 mois, le traitement actif a entraîné une réduction des symptômes de 36% par rapport au placebo 8%. La fréquence des mictions a été réduite de 15,5% le jour et 39,3% la nuit, tandis qu'aucune réduction significative n'a été constatée dans le groupe placebo en journée contre 7% la nuit.

Posologie

posologiePar voie orale : écorce

posologie50 - 200 mg

duration120 - jours

populationHommes

formulationExtrait standardisé

Synergies

Épilobe, Palmier nain, Courge, Lycopène

Prostatite
✪✪✪✪✪

Un extrait de prunier d'Afrique (100 mg/j pendant 5 à 7 semaines) a été utilisé pour traiter 47 patients atteints de prostatite. Une rémission complète a été observée chez 89% des patients. Dans une autre étude, le prunier d'Afrique (200 mg/j pendant 60 jours) a été utilisé seul ou en association avec des antibiotiques pour traiter 18 patients souffrant de troubles sexuels due à l'HBP (hypertrophie bénigne de la prostate) ou à une prostatite chronique. Une amélioration des symptômes urinaires et de la fonction sexuelle ont été observées.

Posologie

posologiePar voie orale : écorce

posologie100 mg

duration7 - semaines

populationHommes

formulationExtrait standardisé


Troubles de fertilité masculine
✪✪✪✪✪

L'extrait du prunier d'Afrique a été suggéré bénéfique dans le traitement des patients atteints d'affections sexuelles et de troubles de fertilité. En effet, une étude a montré que la prise du prunier d'Afrique (200 mg/j pendant 60 jours) seul ou en association avec des antibiotiques était bénéfique pour améliorer les troubles sexuels due à l'HBP (hypertrophie bénigne de la prostate) ou à une prostatite chronique. Une amélioration des symptômes urinaires et de la fonction sexuelle a été observée.

Posologie

posologiePar voie orale : écorce

posologie200 mg

duration60 - jours

populationHommes

formulationExtrait standardisé


Cancer de prostate
✪✪✪✪✪

L'extrait de prunier d'Afrique permettrait de prévenir le cancer de la prostate. Le prunier d'Afrique montre un potentiel prometteur dans la prévention du cancer de la prostate. Des études in vitro révèlent que ses phytostérols inhibent la croissance de cellules cancéreuses prostatiques, entraînant un effet cytotoxique et modifiant leur croissance. Un composant spécifique, le N-butylbenzène-sulfonamide (NBBS), agit comme un antagoniste des récepteurs androgéniques, bloquant ainsi l'expression et la croissance de certaines cellules cancéreuses. De plus, un autre composé, le 2,4-Dihydroxy-3,6-diméthylbenzoate de méthyle, possède une activité anti-androgénique. Ces découvertes, renforcées par l'effet bloquant la multiplication des cellules d'un extrait éthanolique de P. africanum sur d'autres lignées cellulaires cancéreuses et une réduction significative de l'incidence du cancer de la prostate dans un modèle murin, suggèrent un fort potentiel thérapeutique. Bien que ces découvertes soient prometteuses, il est important de souligner qu'à ce jour, il n'existe pas de confirmation clinique directe des effets de l'extrait du prunier d'Afrique sur le cancer de la prostate chez l'homme. Des recherches cliniques supplémentaires sont nécessaires pour valider ces résultats préliminaires.

Posologie

posologiePar voie orale : écorce

posologie100 - 200 mg

populationHommes

formulationExtrait standardisé


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 100 mg - 200 mg (Extrait standardisé)

L'extrait lipophile d'écorce de pygeum ou prunier d'Afrique est généralement administré sous une forme standardisée pour contenir 13% de stérols, dont le bêta-sitostérol, et 0,5% de triterpènes n-docosanol, à une dose journalière de 100-200 mg.


Précautions

Femme enceinte : éviter

L'usage est à éviter par manque d'informations.

Femme allaitante : éviter

L'usage est à éviter par manque d'informations.

Enfant jusqu’à 18 an(s) : éviter

L'utilisation chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans n'est pas recommandée.