Millepertuis : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

Le millepertuis est une plante herbacée vivace à fleurs originaire d'Europe, mais on la retrouve aussi en Amérique du Nord et du Sud, en Australie, en Afrique du Nord et en Asie de l'Est. Hypericum vient du grec et signifie : perforations en référence aux nombreuses glandes ou « poches à essence » présentes au niveau des feuilles et semblables à des perforations. Le millepertuis pousse principalement dans des endroits ensoleillés et bien drainés, le long des routes et en lisière des bois. La plante atteint une hauteur de 20 à 80 cm et possède des fleurs jaunes en forme d'étoile à cinq pétales asymétriques, ponctués de noir au bord. Le millepertuis est très populaire en Europe, notamment en Allemagne où il représente 25% des prescriptions d'antidépresseurs ! Les sommités fleuries, récoltées entre juin et septembre, sont les parties utilisées en thérapeutique. Les principaux constituants actifs sont les naphtodianthrones (coumarines), y compris l'hypéricine et la pseudohypéricine, les phloroglucinols (acides phénols), y compris l'hyperforine, et les flavonoïdes tels que la quercétine, le kaempférol et la lutéoline. Bien que l'on pensait autrefois que l'hypéricine était le composant du millepertuis principalement responsable de son action antidépressive, on sait maintenant que l'hyperforine et plusieurs autres composés apparentés sont les principaux constituants actifs. Les extraits utilisés en phytothérapie doivent contenir au moins 0,08% d'hypéricine totale. Le millepertuis est couramment utilisé pour traiter la dépression et les symptômes associés, comme la nervosité, la fatigue, la perte de l’appétit et le trouble du sommeil. De solides preuves scientifiques attestent de l’efficacité du millepertuis dans la dépression légère à modérée. Par voie cutanée, l'huile de Millepertuis est utilisée pour ses vertus cicatrisantes sur les blessures et les brûlures légères.

Autre(s) nom(s) 

Herbe de la Saint-Jean

Nom(s) scientifique(s)

Hypericum perforatum

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Quercétine

Mélatonine


Propriétés


Antidépresseur

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

Le millepertuis agit contre la dépression en intervenant sur plusieurs neurotransmetteurs clés. Ses composants, l'hyperforine et l'adhyperforine, modulent les effets de la sérotonine, de la dopamine et de la norépinéphrine en inhibant leur recapture. De plus, le millepertuis agit comme antagoniste des récepteurs sérotoninergiques 5-HT3 et 5-HT4, et module à la baisse certains récepteurs bêta-adrénergiques et sérotoninergiques lors d'une utilisation prolongée. Ces interactions avec les neurotransmetteurs peuvent provoquer une augmentation dose-dépendante du cortisol. Le millepertuis affecte également d'autres neurotransmetteurs liés à la dépression, comme le glutamate et le GABA. L'hypéricine, un autre constituant, inhibe certaines enzymes et récepteurs, contribuant ainsi à l'effet antidépressif. Il est important de noter que l'effet sur la sérotonine est souvent considéré comme le principal mécanisme de son action antidépressive. La relation entre ces neurotransmetteurs et la dépression est complexe, pour simplifier, la sérotonine souvent liée à la régulation de l'humeur, du sommeil et de l'appétit, est généralement diminuée chez les personnes dépressives. La dopamine, associée à la motivation et au plaisir, est également souvent affectée dans la dépression. La norépinéphrine, qui joue un rôle dans l'attention et la réponse au stress, peut également être déséquilibrée. Un déséquilibre dans ces neurotransmetteurs est souvent ciblé par les traitements antidépresseurs pour aider à restaurer leur fonction normale et améliorer les symptômes de la dépression.

Usages associés

Dépression

Anti-inflammatoire

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Le millepertuis possède des propriétés anti-inflammatoires grâce aux composés actifs tels que l'hyperforine et l'hypéricine. L'hyperforine, un des principaux constituants du millepertuis, a démontré une capacité à moduler plusieurs aspects de l'inflammation. Elle influence positivement la production de certaines substances telles que l'IL-8, impliquée dans le recrutement des cellules immunitaires sur les sites d'inflammation, et l'ICAM-1, essentielle dans la communication cellulaire au sein du système immunitaire. Ces actions, combinées à la régulation des voies de signalisation importantes comme AP-1 et ERK1/2, soulignent son rôle dans la modulation de la réponse inflammatoire. Par ailleurs, l'hyperforine a un effet sur le tryptophane, un acide aminé, en réduisant sa dégradation. De plus, elle agit sur la régulation du calcium et la réduction des espèces réactives de l'oxygène, des facteurs importants dans les processus inflammatoires. L'hypéricine, un autre composant du millepertuis, contribue également à l'action anti-inflammatoire en inhibant l'accumulation de NF-kappaB, un régulateur clé de l'inflammation, et en modifiant les niveaux de certaines protéines impliquées dans les réponses inflammatoires. Des recherches antérieures ont établi que le millepertuis agit aussi comme un puissant inhibiteur des récepteurs opioïdes, impliqués dans la perception de la douleur, et modulant l'expression de la COX-2, une enzyme clé dans les processus inflammatoires. L'efficacité du millepertuis dans la gestion de la douleur et l'inflammation est donc soutenue par une variété de mécanismes.

Usages associés

Troubles de digestion

Anticancer

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L'hyperforine pourrait avoir une activité contre les cellules cancéreuses. Elle semble inhiber la croissance de divers types de cellules cancéreuses, y compris les lignées de cellules de leucémie et de gliome, en induisant l'apoptose. l’hyperforine cible les molécules impliquées dans les voies de signalisation contrôlant la prolifération, la survie, l’apoptose, la migration et l’angiogenèse des cellules leucémiques. De plus, elle régule négativement l’expression de la glycoprotéine-P, une protéine impliquée dans la résistance des cellules de la leucémie à des agents chimiothérapeutiques. De manière intéressante, des recherches cliniques préliminaires ont montré que la prise d'hypéricine à raison de 0,05-0,50 mg/kg pendant une période allant jusqu'à 3 mois peut réduire la taille des gliomes chez les patients souffrant de gliomes malins récurrents.

Usages associés


Antioxydant

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

On a constaté que l'activité de piégeage des radicaux libres du millepertuis est en corrélation avec ses constituants flavonoïdes, notamment l'hypéroside et la quercétine.

Usages associés


Immuno-modulateur

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Un effet immunosuppresseur de l'hypéricine a été trouvé in vitro, par l'inhibition de la libération d'acide arachidonique et d'interleukine-6, du leucotriène B4 et de la production d'interleukine-1-alpha. Un effet comprenant une inhibition de la prolifération des cellules T, a été observé in vitro et in vivo en réponse au millepertuis.

Usages associés


Effet dermatologique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Les préparations topiques de millepertuis sont considérées comme bénéfiques pour les affections inflammatoires de la peau et les plaies superficielles en inhibant la réponse inflammatoire de l'épiderme. Il est probable que l'hypéricine et l'hyperforine contribuent toutes deux à cet effet. Les taux élevés de facteur alpha de nécrose tumorale (TNF-alpha) trouvés dans le plasma et la peau des personnes atteintes de psoriasis sont considérablement réduits par un traitement avec une pommade à base de 5 % de millepertuis pendant 4 semaines. Un rapport de cas montre également que le millepertuis peut améliorer la guérison des escarres en améliorant la cicatrisation.

Usages associés

Cicatrisation de la peau, Psoriasis, Dermatoses

Neurologique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

La quercétine, le kaempférol et la biapigénine ont réduit de manière significative la mort neuronale induite chimiquement dans les neurones de l'hippocampe à partir d'embryons de rats. La neuroprotection a été corrélée avec la prévention de la dérégulation retardée du calcium et avec le maintien du potentiel électrique transmembranaire des mitochondries du cerveau. Les composés ont réduit la peroxydation lipidique et la perte de potentiel électrique transmembranaire causée par le stress oxydatif. D'un autre côté, il a été démontré que l'hypéricine interfère avec les premiers stades du processus de polymérisation responsable des troubles neurodégénératifs. D'autres études ont montré que l'hyperforine et la quercétine, pourraient être impliquées dans l'action neuroprotectrice des extraits standardisés du millepertuis, ce qui pourrait bénéficier aux patients âgés déprimés souffrant de troubles dégénératifs.

Usages associés

Équilibre émotionnel, Troubles du déficit de l'attention, Sevrage tabagique, Anxiété

Antibactérien

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Le millepertuis et ses constituants, l'hypéricine en particulier, ont une activité contre les virus et les bactéries, notamment le virus de la grippe, le virus herpès simplex de types I et II, le virus Sindbis, le poliovirus, le rétrovirus, l'hépatite C et les bactéries à Gram négatif et à Gram positif. L'hyperforine peut inhiber la croissance de Staphylococcus aureus résistant à la pénicilline et d'autres organismes à Gram positif, mais pas les organismes à Gram négatif.

Usages associés

Dermatoses

Antiviral

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Les substances hypéricine et pseudohypéricine, présentes dans le millepertuis, ont été identifiées comme ayant une activité antirétrovirale dans des études in vitro et sur des modèles animaux. Cependant, il est important de souligner que deux essais cliniques n'ont pas confirmé ces effets chez l'homme, même à des doses élevées d'hypéricine. Le mécanisme exact par lequel l'hypéricine agit contre les rétrovirus reste encore mystérieux. Il est soupçonné que son action pourrait être liée à l'inactivation directe du virus, ou à la prévention de sa libération, de son bourgeonnement ou de son assemblage au niveau de la membrane cellulaire. Un élément intéressant à noter est que la présence de lumière semble être une condition nécessaire pour que l'activité antirétrovirale de l'hypéricine soit efficace, car son effet semble être photoactivé. Dans le cadre de la recherche sur l'homme, un produit topique combiné contenant du sulfate de cuivre pentahydraté et du millepertuis a démontré son efficacité pour améliorer les symptômes des lésions herpétiques tels que la douleur et l'érythème.

Usages associés

Herpès


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Dépression
✪✪✪✪✪

L'efficacité et la sécurité des extraits hydro-alcooliques standardisés de millepertuis ont été évaluées dans plus de 50 études contrôlées en double aveugle impliquant 8 327 patients et 15 études ouvertes, des études de surveillance des médicaments et de nombreux rapports de cas ont impliqué 15 359 autres patients. L'indication principale dans la plupart des études était les troubles dépressifs légers ou légers à modérés. Une amélioration significative des principaux symptômes (humeur, perte d'intérêt et d'activité) et des autres symptômes du syndrome dépressif (sommeil, concentration, plaintes somatiques) a été démontrée dans nombre de ces essais. L'activité a même été étudiée en comparaison avec divers antidépresseurs (Amitriptyline, Imipramine, Maprotiline, Fluoxetine, Sertraline, Citalopram). Neuf méta-analyses et 18 revues systématiques d'essais cliniques avec différents critères de sélection ont confirmé l'efficacité de divers extraits de millepertuis dans la dépression légère à modérée, mais pas dans la dépression sévère. La plupart des études cliniques sur l'efficacité du millepertuis ont utilisé des préparations contenant des extraits de millepertuis standardisés à 0,3% d'hypéricine ou 3 à 6% d'hyperforine. Afin de caractériser la dépression légère à modérée, l'ESCOP a proposé l'ICD-10, ou International Classification of Diseases, 10th Revision. C'est un système de classification utilisé dans le domaine médical pour coder les maladies, leurs signes et symptômes, ainsi que leurs circonstances sociales et environnementales : Épisode dépressif léger : Première manifestation légère ou récurrence légère d'au moins deux signes cibles et d'au moins deux symptômes associés. Épisode dépressif modéré : Deux ou trois signes cibles et au moins trois ou quatre symptômes associés (première manifestation ou épisode récurrent). Les signes cibles sont : une humeur dépressive ou tristesse marquée, perte d'intérêt ou de plaisir et fatigue ou manque d'énergie. Les symptômes associés à la dépression, selon la classification ICD-10, sont : - Troubles du sommeil, - Sentiments de culpabilité et d'indignité, - Diminution de l'estime de soi et de la confiance en soi, - Difficultés de concentration, - Appétit perturbé, - Baisse de la libido, - Pensées ou actes suicidaires, - Agitation ou ralentissement du mouvement ou de la parole, - Perte de poids, - Symptômes d'anxiété ou de nervosité.  Plus récemment, les lignes directrices de la World Federation of Societies of Biological Psychiatry et du Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments Taskforce indiquent que le millepertuis est recommandé en monothérapie pour les formes légères à modérées de troubles dépressifs majeurs.

Posologie

posologiePar voie orale : Sommités fleuries

posologie900 - 1800 mg

duration6 - semaines

formulationTeinture mère, Extrait standardisé

Cluster analysis of symptoms during antidepressant treatment with Hypericum extract in mildly to moderately depressed out-patients. A meta-analysis of data from three randomized, placebo-controlled trials.
St. John's wort for depression: an overview and meta-analysis of randomized clinical trials.
Comparison of equivalence between the St. John's wort extract LoHyp-57 and fluoxetine.
Equivalence of St. John's wort extract (Ze 117) and fluoxetine: a randomized, controlled study in mild-moderate depression.
A systematic review of newer pharmacotherapies for depression in adults: Evidence report summary.
St. John's wort for depression: A meta analysis of well-defined clinical trials.
Hypericum treatment of mild depressions with somatic symptoms.
LI 160, an extract of St. John's wort, versus amitriptyline in mildly to moderately depressed outpatients - a controlled 6-week clinical trial.
Acute treatment of moderate to severe depression with hypericum extract WS 5570 (St John's wort): randomised controlled double blind non-inferiority trial versus paroxetine.
Hypericum extract versus imipramine or placebo in patients with moderate depression: randomized multicentre study of treatment for eight weeks.
Open-label pilot study of St. John's wort in adolescent depression.
Controlled clinical trials of hypericum extracts in depressed patients - an overview.
E/S/C/O/P: 2nd Edition of the ESCOP Monographs
Clinician guidelines for the treatment of psychiatric disorders with nutraceuticals and phytoceuticals: The World Federation of Societies of Biological Psychiatry (WFSBP) and Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT) Taskforce
St John's wort for depression.
St. John's wort for depression.
Comparison of an extract of Hypericum (LI 160) and sertraline in the treatment of depression: A double-blind, randomized pilot study.
Efficacy and tolerability of St. John's wort extract LI 160 versus imipramine in patients with severe depressive episodes according to ICD- 10

Équilibre émotionnel
✪✪✪✪

Des recherches cliniques préliminaires montrent que l'extrait de millepertuis pourrait aider à lutter contre les troubles affectifs saisonniers. Le millepertuis semble améliorer les symptômes d'anxiété, de baisse de libido et de troubles du sommeil associés à la dépression saisonnière. Par ailleurs, l'EMA reconnait l'usage du millepertuis comme médicament traditionnel à base de plantes pour le soulagement de l'épuisement mental temporaire, pour le traitement de soutien de l'agitation nerveuse et des troubles du sommeil. Le millepertuis peut être prise sous forme d'extrait sec ou de tisane : 2 à 3 g de la substance végétale broyée dans 150 ml d'eau bouillante en infusion, 2 fois par jour.

Posologie

posologiePar voie orale : Sommités fleuries

posologie180 - 1000 mg

duration2 - semaines

formulationTeinture mère, Extrait standardisé


Ménopause
✪✪✪✪✪

Plusieurs études avec des extraits de millepertuis, réduit de manière significative la fréquence, la gravité et la durée des bouffées de chaleur par rapport à un placebo chez les femmes préménopausées, périménopausées et postménopausées. Les femmes du groupe extrait ont rapporté une qualité de vie significativement meilleure avec moins de problèmes de sommeil par rapport au placebo. L'efficacité sur les symptômes de la ménopause semble plus significative à partir de la semaine 4. Le millepertuis s'est avéré significativement supérieur au placebo dans une méta-analyse comparant l'efficacité et les effets indésirables des extraits de millepertuis, des produits combinés et du placebo chez les femmes ménopausées. Les extraits contenaient 0,2 mg/ml d'hypericine, pris à raison de 20 gouttes trois fois par jour ou 405 à 900 mg de millepertuis en trois prises, par jour.

Posologie

posologiePar voie orale : Sommités fleuries

posologie400 - 900 mg

duration5 - semaines

formulationTeinture mère, Extrait standardisé


Cicatrisation de la peau
✪✪✪✪✪

Dans un essai clinique randomisé en double aveugle (n=144), des pommades contenant soit un extrait huileux de millepertuis (20%), soit un placebo ont été appliquées par voie topique sur des plaies chirurgicales 3 fois par jour pendant 16 jours, à partir de 24 heures après la césarienne. Un groupe de contrôle supplémentaire est resté sans aucune intervention post-opératoire. Par rapport aux groupes placebo et témoin, des améliorations significatives ont été observées dans le groupe de l'extrait millepertuis pour la cicatrisation des plaies le 10e jour et la formation de cicatrices le 40e jour post-partum. Par ailleurs l'EMA reconnait le millepertuis comme médicament traditionnel pour le traitement symptomatique d'inflammations mineures de la peau (comme les coups de soleil) et comme aide à la cicatrisation de blessures mineures.

Posologie

posologiePar voie cutanée : Sommités fleuries

duration1 - semaines

formulationpommade, crème, Huile


Dermatoses
✪✪✪✪✪

Dans une étude randomisée, contrôlée par placebo et en double aveugle, 21 patients souffrant de dermatite atopique légère à modérée ont été traités pendant 4 semaines avec une crème à base de millepertuis (1,5 % d'hyperforine) ou un placebo. Cette crème était appliquée deux fois par jour. Les résultats ont montré une amélioration significative de l'eczéma et une réduction de la présence de Staphylococcus aureus sur la peau. De plus, l'EMA reconnaît le millepertuis comme traitement traditionnel pour les inflammations légères de la peau (comme les coups de soleil) et pour aider à guérir les petites blessures.

Posologie

posologiePar voie cutanée : Sommités fleuries

duration1 - semaines

formulationpommade, crème, Huile


Syndrome prémenstruel
✪✪✪✪✪

Certaines preuves cliniques préliminaires montrent qu'un extrait standardisé de millepertuis 900 mg, pris en deux ou trois doses divisées par jour pendant deux cycles menstruels, réduit les symptômes du SPM, y compris l'insomnie, la coordination, la confusion, les pleurs, les maux de tête et la fatigue, ainsi que les symptômes physiques tels que les fringales et les gonflements de 40 à 51% par rapport au prétraitement. D'autres preuves montrent que l'extrait de millepertuis contenant de l'hypéricine à raison de 1,36 mg par jour pendant deux cycles menstruels peut réduire les symptômes du SPM, notamment l'anxiété, la dépression, les oublis, les maux de tête et la fatigue, par rapport au placebo. Cependant, certaines recherches cliniques montrent que la prise de 600 mg de millepertuis (standardisé pour contenir 1,8 mg d'hypericine) ne réduit pas l'anxiété ou d'autres symptômes du SPM par rapport au placebo. Les extraits de millepertuis utilisés étaient standardisés en hypéricine 0,18% et hyperforine 3,38%.

Posologie

posologiePar voie orale : Sommités fleuries

posologie600 - 900 mg

duration2 - mois

formulationTeinture mère, Extrait standardisé


Troubles du déficit de l'attention
✪✪✪✪✪

Une petite étude ouverte montre que la prise de 30 mg de millepertuis par jour pendant 4 semaines améliore l'inattention, l'immaturité et l'hyperactivité chez les adolescents atteints de TDAH. Cependant, d'autres recherches cliniques montrent que la prise d'un extrait spécifique de millepertuis standardisé à 0,3 % d'hypéricine, à raison de 300 mg trois fois par jour pendant 8 semaines, n'améliore pas de manière significative les symptômes du TDAH par rapport au placebo chez les enfants âgés de 6 à 17 ans. D'autres études sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Posologie

posologiePar voie orale : Sommités fleuries

posologie30 mg

duration4 - semaines

populationAdolescents

formulationTeinture mère, Extrait standardisé


Anxiété
✪✪✪✪✪

Le millepertuis pourrait aider à soulager le trouble d'anxiété. La prise d'un complexe contenant 100 mg de millepertuis et 50 mg de racine de valériane pendant deux semaines, réduit l'anxiété modérée à sévère chez plus de patients que le diazépam 2 mg.

Posologie

posologiePar voie orale : Sommités fleuries

posologie200 - 900 mg

duration2 - semaines

formulationTeinture mère, Extrait standardisé

Synergies

Valériane

Sevrage tabagique
✪✪✪✪✪

Dans une étude ouverte sur le millepertuis, menée auprès de 24 fumeurs, l prise de 900 mg par jour pendant 3 mois a été associé à un taux d'abstinence tabagique de 24 % à la fin du traitement. Cependant d'autres preuves préliminaires montrent que la prise d'un extrait de millepertuis à raison de 300 mg une ou deux fois par jour à partir d'une semaine avant et pendant trois mois après l'arrêt du tabac n'améliore pas le taux d'abstinence continue par rapport au placebo. Les propriétés GABAergiques du millepertuis expliquent son utilisation pour le sevrage dans les situations d’addiction (tabac, alcool), mais plus d'études sont nécessaires pour pouvoir conclure.

Posologie

posologiePar voie orale : Sommités fleuries

posologie600 - 900 mg

duration3 - mois

formulationTeinture mère, Extrait standardisé


Psoriasis
✪✪✪✪✪

Des recherches cliniques préliminaires montrent que l'application d'une pommade contenant un extrait de millepertuis à 5 % deux fois par jour pendant 4 semaines diminue la gravité, la taille, l'épaisseur et le degré d'érythème des plaques de psoriasis par rapport au placebo ou l'absence de traitement. Par ailleurs l'EMA préconise le millepertuis dans le traitement symptomatique d'inflammations mineures de la peau et comme aide à la cicatrisation de blessures mineures.

Posologie

posologiePar voie cutanée : Sommités fleuries

duration1 - semaines

formulationpommade, crème, Huile


Herpès
✪✪✪✪✪

Des recherches préliminaires montrent que l'application d'une dose unique d'un produit topique qui contient du millepertuis à 0,10% et du sulfate de cuivre pentahydraté à 5%, aide à réduire les symptômes tels que les picotements et les brûlures, l'érythème et la douleur chez les patients atteints du virus herpès simplex 1 (HSV-1) ou 2 (HSV-2). En fait, le produit combiné semble réduire l'érythème, les démangeaisons et la douleur chez plus de patients que l'Acyclovir 5% appliqué cinq fois par jour pendant 7 jours. L'Acyclovir est un médicament antiviral, actif sur les virus du groupe de l'herpès, recommandé pour les boutons de fièvre et herpès génital.

Posologie

posologiePar voie cutanée : Sommités fleuries

duration1 - semaines

formulationpommade, crème, Huile

Synergies

Cuivre

Troubles de digestion
✪✪✪✪

Le millepertuis est traditionnellement recommandé pour le soulagement symptomatique de légers malaises gastro-intestinaux. En tisane : 2 g de la substance végétale broyée dans 150 ml d'eau bouillante en infusion, 2 fois par jour.

Posologie

posologiePar voie orale : Sommités fleuries

posologie2 g

duration1 - semaines

formulationTisane/Thé/Infusion


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 12 an(s) : 180 mg - 1000 mg

L’efficacité du millepertuis est dose-dépendante et progressive. Il est déconseillé d’interrompre brutalement un traitement par le millepertuis, il faut diminuer graduellement les doses pendant une à deux semaines pour éviter le syndrome de sevrage.

Enfant de 6 jusqu’à 12 an(s) : 30 mg - 900 mg

Enfants de 6 à 12 ans sous contrôle médical uniquement.


Interactions

Médicaments

Triptans : interaction modérée

L'utilisation conjointe de millepertuis et d'agonistes de la sérotonines pourrait augmenter les effets sérotoninergiques. L'usage concomitant est à éviter.

Alprazolam : interaction forte

Le millepertuis pourrait diminuer l'effet de l'alprazolam. L'alprazolam, qui est utilisé comme sonde pour l'activité du cytochrome P450 3A4 (CYP3A4), a une clairance deux fois plus élevée lorsqu'il est administré avec du millepertuis. Le millepertuis réduit la demi-vie de l'alprazolam de 12,4 heures à 6 heures.

Acide aminolévulinique : interaction modérée

L'utilisation concomitante avec l'extrait de millepertuis peut provoquer une phototoxicité synergique. L'acide delta-aminolévulinique (un médicament expérimental utilisé dans les procédures de diagnostic oncologique) peut provoquer une éruption érythémateuse brûlante et un gonflement important du visage, du cou et des mains lorsqu'il est pris avec du millepertuis.

Antidépresseur : interaction modérée

L'usage simultané peut entraîner une augmentation de la production de sérotonine et engendrer le syndrome de la sérotonine.

Sédatifs : interaction modérée

Le millepertuis peut réduire le temps d'effet (sommeil) généré par l'utilisation de barbituriques.

Substrat des cytochromes P450 : interaction forte

Le millepertuis, inducteur enzymatique hépatique, agit au niveau du cytochrome P450, et par induction de la glycoprotéine P40,41, provoquant des interactions médicamenteuses avec certains médicaments comme la ciclosporine, des anti-cancéreux (dont les inhibiteurs de protéase), la digoxine, la nifédipine, la simvastatine, le midazolam, anti-migraineux, des bronchodilatateurs.

Contraceptifs oraux : interaction forte

Le millepertuis peut réduire les niveaux de noréthindrone et d'éthinylestradiol de 13 à 15 %, ce qui entraîne des saignements importants, des saignements menstruels irréguliers ou une grossesse non planifiée. Les saignements irréguliers surviennent généralement dans la semaine qui suit le début du traitement au millepertuis et les cycles réguliers reviennent généralement lorsque le traitement au millepertuis est interrompu. Une grossesse non planifiée s'est produite lors de l'utilisation simultanée de contraceptifs oraux et d'extrait de millepertuis.

Ciclosporine : interaction forte

L'utilisation concomitante peut réduire les niveaux de cyclosporine dans le plasma de 30 à 70 %. L'utilisation de millepertuis avec de la cyclosporine chez les patients ayant subi une transplantation cardiaque, rénale ou hépatique peut provoquer des niveaux de cyclosporine sous-thérapeutiques et un rejet aigu de la greffe. Cette interaction s'est produite avec un extrait de millepertuis standardisé à 0,3 % d'hypéricine et dosé à 300-600 mg par jour. Le retrait du millepertuis peut entraîner une augmentation de 64 % des taux de cyclosporine. Le millepertuis induit le cytochrome P450 3A4 (CYP3A4) ce qui augmente la clairance de la cyclosporine.

Digoxine : interaction forte

Le millepertuis peut réduire la biodisponibilité, les niveaux sériques et les effets thérapeutiques de la digoxine, ce qui nécessite des ajustements de dosage lorsque le millepertuis est commencé ou arrêté. La prise orale d'un extrait de millepertuis, 900 mg contenant de l'hyperforine 7,5 mg ou plus par jour pendant 10-14 jours, peut réduire les niveaux de digoxine sérique de 25% chez les personnes en bonne santé. On pense que le millepertuis affecte le transporteur multi-médicaments, la P-glycoprotéine, qui intervient dans l'absorption et l'élimination de la digoxine et d'autres médicaments. Les produits à base de millepertuis fournissant moins de 7,5 mg d'hyperforine par jour ne semblent pas affecter les niveaux de digoxine.

Docétaxel : interaction forte

La recherche clinique montre que la prise d'un produit spécifique à base de millepertuis à raison de 300 mg trois fois par jour pendant 14 jours augmente la clairance du docétaxel d'environ 14 %, ce qui entraîne une diminution de la concentration plasmatique de docétaxel chez les patients cancéreux. Ceci est très probablement dû à l'effet inducteur du millepertuis sur le cytochrome P450 3A4 (CYP3A4). La prise de millepertuis avec du docétaxel peut réduire l'efficacité du docétaxel dans le traitement du cancer.

Fenfluramine : interaction forte

L'utilisation concomitante du millepertuis peut augmenter le risque d'effets secondaires sérotoninergiques et de symptômes semblables au syndrome sérotoninergique. L'administration de 600 mg de millepertuis par jour avec de la fenfluramine peut provoquer des nausées, des maux de tête et de l'anxiété.

Fexofénadine : interaction modérée

Le millepertuis réduit l’élimination du Fexofénadine.

Gliclazide : interaction modérée

Le millepertuis accélère l'élimination du Gliclazide, l'action hypoglycémiante du Gliclazide serait diminuée.

Statines : interaction modérée

Le millepertuis accélère l’élimination des statines et diminue ainsi leurs effets.

Mépéridine : interaction modérée

L'usage conjoint augmenterait les effets sérotoninergiques.

Méthadone : interaction modérée

Le millepertuis réduit l'efficacité de la méthadone en réduisant sa concentration dans le sang.

Imatinib : interaction forte

La prise de 900 mg de millepertuis par jour pendant 2 semaines réduit la biodisponibilité et la demi-vie d'une dose unique d'Imatinib et diminue son taux sérique de 30 % chez les volontaires sains. Ceci est très probablement dû à l'effet inducteur du millepertuis sur le cytochrome P450 3A4 (CYP3A4), qui augmente la clairance de l'Imatinib. Conseillez aux patients de ne pas prendre de millepertuis s'ils prennent de l'imatinib.

Irinotecan : interaction forte

L'utilisation concomitante avec le millepertuis peut réduire l'efficacité de l'irinotécan. Le millepertuis, à raison de 900 mg par jour pendant 18 jours, réduit les taux sériques d'irinotécan d'au moins 50 %.

Kétamine : interaction forte

La prise de 300 mg de millepertuis trois fois par jour pendant 14 jours peut réduire de manière significative les niveaux sériques maximums de kétamine d'environ 66%. Ceci est très probablement dû à l'effet inducteur du millepertuis sur le cytochrome P450 3A4 (CYP3A4). Théoriquement, la prise de millepertuis avec de la kétamine pourrait réduire les effets analgésiques de la kétamine.

Inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse : interaction forte

L'utilisation concomitante peut réduire les taux sériques d'INNTI. Le millepertuis peut augmenter la clairance orale de la névirapine de 35%. Les concentrations sous-thérapeutiques sont associées à un échec thérapeutique, au développement d'une résistance virale et au développement d'une résistance de la classe de médicament. Le millepertuis induit le cytochrome intestinal et hépatique P450 3A4 (CYP3A4) et la P-glycoprotéine intestinale /MDR-1, un transporteur de médicaments. Les autres INNTI comprennent l'étravirine, la délavirdine et l'éfavirenz.

Omeprazole : interaction forte

La prise de millepertuis, 300 mg par voie orale trois fois par jour pendant 14 jours, réduit les concentrations sériques d'oméprazole en induisant son métabolisme via les cytochromes P450 2C19 et 3A4 (CYP2C19, CYP3A4). L'ampleur de la réduction des concentrations sériques d'oméprazole dépend du génotype CYP2C19 de la personne ; elle peut atteindre 50 % dans les métaboliseurs importants et 38 % dans les métaboliseurs faibles

Oxycodone : interaction forte

Le millepertuis peut augmenter le métabolisme de l'oxycodone en induisant le cytochrome P450 3A4 (CYP3A4), en réduisant les niveaux plasmatiques et l'activité analgésique.

Substrat de P-GLYCOPROTEIN : interaction forte

Le millepertuis induit la P-glycoprotéine. La P-glycoprotéine est un mécanisme porteur responsable du transport de médicaments et d'autres substances à travers les membranes cellulaires. Lorsque la P-glycoprotéine est induite dans le tractus gastro-intestinal, elle peut empêcher l'absorption de certains médicaments. De plus, l'induction de la p-glycoprotéine peut diminuer l'entrée des médicaments dans le système nerveux central (SNC) et réduire l'accès à d'autres sites d'action. Parmi les médicaments susceptibles d'être affectés, on trouve certains agents chimiothérapeutiques (étoposide, paclitaxel, vinblastine, vincristine, vindésine), des antifongiques (kétoconazole, itraconazole), des inhibiteurs de protéase (amprénavir, indinavir, nelfinavir, saquinavir), Antagonistes H2 (cimétidine, ranitidine), certains inhibiteurs des canaux calciques (diltiazem, vérapamil), corticostéroïdes, érythromycine, cisapride (Propulsid), fexofénadine (Allegra), cyclosporine, lopéramide (Imodium), quinidine, et autres .

Phénobarbital : interaction forte

Le millepertuis peut augmenter le métabolisme du phénobarbital, entraînant une perte de contrôle des crises. Les concentrations plasmatiques de phénobarbital doivent être surveillées attentivement. Il peut être nécessaire d'augmenter la dose de phénobarbital lorsque le millepertuis est commencé et de la diminuer lorsqu'il est arrêté.

Antiagrégants plaquettaires/Anticoagulant : interaction forte

Inhibiteur de protéase : interaction forte

L'utilisation concomitante peut réduire les concentrations sériques de IP. Théoriquement, le millepertuis pourrait également affecter d'autres médicaments antirétroviraux de type IP, notamment l'amprénavir, le nelfinavir, le ritonavir et le saquinavir. Le millepertuis induit également la P-glycoprotéine, ce qui peut entraîner une diminution des concentrations d'inhibiteurs de protéase intracellulaire et une augmentation de l'élimination.

Tacrolimus : interaction forte

La prise d'un extrait de millepertuis à raison de 600 mg par jour diminue considérablement les niveaux de sérum de tacrolimus. Une augmentation de la dose de 60 % peut être nécessaire pour maintenir les niveaux thérapeutiques de tacrolimus chez les patients qui prennent du millepertuis en même temps. On pense que le millepertuis abaisse les niveaux de tacrolimus en induisant les enzymes du cytochrome P450 3A4 (CYP3A4).

Warfarine : interaction forte

Le millepertuis peut diminuer les effets thérapeutiques de la warfarine. La prise de millepertuis augmente considérablement la clairance de la warfarine. Prendre de la warfarine en même temps que du millepertuis pourrait réduire la biodisponibilité de la warfarine.

Antiépileptiques : interaction forte

Photosensibilisants : interaction modérée

Le millepertuis pourrait augmenter les réactions de photosensibilité en raison de sa teneur en hypéricine. Théoriquement, le millepertuis pourrait augmenter la possibilité de réactions de photosensibilité lorsqu'il est utilisé en combinaison avec des médicaments photosensibilisants. Parmi les médicaments photosensibilisants, on trouve le naproxène, l'amiodarone, l'amitriptyline, la ciprofloxacine, la lévofloxacine, moxifloxacine, triméthoprime/sulfaméthoxazole, tétracycline, méthoxsalène, glipizide, lamotrigine, et autres.

Plantes ou autres actifs

Millepertuis : interaction faible

Le millepertuis réduirait théoriquement l'absorption du fer.

Millepertuis : interaction faible

Millepertuis : interaction faible

Parmi les médicaments dont l’action ou la toxicité est modifiée par le millepertuis, il y a la plupart des médicaments des troubles cardiaques. Théoriquement, l'aubépine est concernée.

Millepertuis : interaction faible

Millepertuis : interaction faible


Précautions

Alzheimer : utiliser avec prudence

Le millepertuis pourrait induire une psychose chez les patients atteints de démence d'Alzheimer. Un cas de délire psychotique a été rapporté après trois semaines suivant le début de l'administration d'une faible dose (75 mg par jour) d'extrait de millepertuis standardisé à 0,3 % d'hypéricine. Les symptômes ont disparu plusieurs jours après l'arrêt du millepertuis et le début du traitement de la maladie d'Alzheimer. Le millepertuis pourrait contribuer à aggraver la démence chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer.

Bipolarité : éviter

Le millepertuis peut provoquer une hypomanie ou une manie lorsqu'il est utilisé chez des patients souffrant de troubles bipolaires ou chez des patients déprimés souffrant de troubles bipolaires. Dans certains cas, la crise maniaque est apparue après deux à huit semaines de traitement au millepertuis et a été gérée efficacement en diminuant la dose de millepertuis et en augmentant la dose de stabilisateurs de l'humeur tels que le lithium.

Infertilité : utiliser avec prudence

Des preuves préliminaires suggèrent que le millepertuis pourrait inhiber la fécondation des ovocytes et altérer l'ADN des spermatozoïdes. Cet effet n'a pas encore été démontré chez l'homme, et des études sur les animaux suggèrent que le millepertuis n'a pas d'effet négatif sur la fertilité ou la gestation. Toutefois, il est essentiel d'être prudent lors de son utilisation par les couples qui essaient de devenir parents, voire de l'éviter complètement chez ceux qui rencontrent des problèmes de conception.

Intervention chirurgicale : éviter

Le millepertuis peut provoquer un collapsus cardiovasculaire pendant l'anesthésie. Le millepertuis, utilisé de façon chronique pendant six mois, semble être la cause d'une hypotension grave après l'induction de l'anesthésie chez un patient par ailleurs en bonne santé. Théoriquement, le millepertuis pourrait interférer avec les procédures chirurgicales en raison des effets sérotoninergiques sur le système nerveux central ou sur le système vasculaire. Il est recommandé d'arrêter de consommer du millepertuis au moins deux semaines avant les procédures chirurgicales.

Schizophrénie : éviter

Le millepertuis pourrait induire une psychose chez les patients atteints de schizophrénie. Il existe deux cas de rechute chez des patients schizophrènes non médicamenteux en rémission qui ont commencé à prendre du millepertuis. Les symptômes psychotiques se sont résolus avec l'administration d'antipsychotiques et l'arrêt de la prise de millepertuis

Exposition aux UV : utiliser avec prudence

L'utilisation topique et l'utilisation orale chronique du millepertuis peuvent toutes deux provoquer une photodermatose importante. Les femmes semblent présenter un risque plus élevé de photosensibilité. Les symptômes ont été signalés comme étant légers à modérés et atténués après 12-16 jours après l'arrêt du traitement. Les personnes à la peau claire doivent prendre des mesures de protection contre les rayons directs du soleil lorsqu'elles utilisent du millepertuis par voie topique ou orale.


Contre-indications

Femme enceinte : interdit

Le millepertuis peut avoir une action utérotonique (de l’huile essentielle). D'autres recherches sur des modèles animaux montrent que les constituants du millepertuis pourraient avoir des effets tératogènes.

Femme allaitante : interdit

Les nourrissons des mères qui prennent du millepertuis ont davantage tendance à souffrir de coliques, de somnolence et de léthargie (l’hyperforine est excrétée dans le lait maternel).