Mélatonine : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

La mélatonine est une hormone produite par la glande pinéale (dans le cerveau). La production de mélatonine est stimulée par l'obscurité et l'absence de lumière. Le rôle principal de la mélatonine semble être la régulation du rythme circadien de l'organisme, des sécrétions endocrines et des habitudes de sommeil. La mélatonine endogène est également impliquée dans plusieurs autres fonctions, notamment la sécrétion de l'hormone de croissance et la maturation sexuelle, le contrôle de la douleur, l'équilibre et l'activité sexuelle.

Nom(s) scientifique(s)

N-Acetyl-5-Methoxytryptamine.

Famille ou groupe : 

Hormones


Propriétés


Antioxydant

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

Les propriétés antioxydantes, ou la propriété de piégeage des radicaux libres de la mélatonine ont été démontrées en laboratoire et par des recherches humaines contre les espèces réactives de l'oxygène et de l'azote. La mélatonine peut réduire les dommages oxydatifs dans diverses conditions dans lesquelles on pense qu'une génération excessive de radicaux libres est impliquée, y compris dans la protection contre les dommages neurologiques induits par un accident vasculaire cérébral, dans la protection contre l'érythème ou d'autres dommages induits par les UV, ou une protection contre d'autres toxines, y compris les métaux lourds et les radiations. Dans la recherche humaine, les autres effets antioxydants potentiels de la mélatonine comprennent une augmentation de l'activité des enzymes antioxydantes, de la glutathion peroxydase et de la glutathion réductase. En conséquence, la mélatonine a été proposée comme complément pour prévenir ou traiter de nombreuses affections associées aux dommages oxydatifs.

Usages associés

Exposition aux UV

Analgésique

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Certaines preuves cliniques montrent que la mélatonine peut réduire la douleur associée à des affections telles que l'endométriose, la fibromyalgie, le reflux gastro-œsophagien, le syndrome du côlon irritable et les migraines. L'activité antinociceptive de la mélatonine peut être liée à l'activation des récepteurs MT1 et MT2 (récepteurs mélatoninergiques), qui réduit la formation d'AMP cyclique et atténue la douleur ; à l'ouverture des canaux potassiques ; à l'inhibition de l'expression de la 5-lipoxygénase et de la cyclooxygénase-2 ; et à l'activation indirecte des récepteurs opioïdes. Cependant, il ne semble pas y avoir de relation claire entre la perception de la douleur et les concentrations urinaires des métabolites de la mélatonine.

Usages associés

Endométriose, Fibromyalgie

Anti-âge

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Des preuves issues de la recherche animale suggèrent que la mélatonine pourrait réduire la neurodégénérescence liée à l'âge en réduisant les troubles liés au stress oxydatif et l'apoptose qui se produisent dans le cerveau pendant le processus de vieillissement. D'autres recherches sur les animaux ont indiqué que la mélatonine pourrait améliorer la longévité (cellulaire et autre) en prévenant les troubles mitochondriaux liés à l'âge, en maintenant une activité rythmique jeune, en améliorant la neurotransmission monoaminergique et en inversant l'immunosénescence.

Usages associés

Bien-vieillir, Déclin cognitif, DMLA

Cardiovasculaires

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Des recherches cliniques préliminaires montrent que les niveaux de mélatonine sérique pendant la nuit sont cinq fois plus bas chez les patients atteints de maladies coronariennes que chez les témoins sains. Les effets cardioprotecteurs potentiels de la mélatonine ont été démontrés par des recherches sur l'homme et l'animal. Chez l'homme, l'inclusion de la mélatonine dans le traitement combiné des maladies cardiovasculaires a entraîné des effets anti-ischémiques et antiangineux. La mélatonine semble agir directement sur le système cardiovasculaire plutôt que de moduler l'activité cardiaque autonome. Concernant les effets de la mélatonine sur la pression artérielle, il existe des preuves contradictoires. Chez les animaux et les humains, certaines recherches ont montré que la mélatonine peut augmenter ou diminuer la pression artérielle. Cependant, d'autres recherches montrent que la mélatonine n'altère pas la pression sanguine chez les animaux ou les humains. D'autres recherches montrent que la mélatonine a des effets mixtes sur la pression artérielle, avec des baisses la nuit. Des mécanismes d'action potentiels ont été suggérés. Chez l'homme, la mélatonine agit peut-être par des effets directs sur l'hypothalamus, par une activité antioxydante, en diminuant les niveaux des catécholamines, en relaxant les muscles lisses de la paroi de l'aorte et/ou en augmentant le tonus vagal cardiaque.

Usages associés

Hypertension artérielle

Métabolisme hormonal

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Dans les études cliniques et de laboratoire, la mélatonine semble avoir des effets hormonaux variables. Ces effets incluent des changements dans les niveaux de cortisol dans certaines études, de progestérone, d'estradiol, d'hormones thyroïdiennes (T4 et T3). De plus, la mélatonine est un régulateur négatif indirect de la testostérone dans les testicules. Malgré les mécanismes de régulation négative, la mélatonine ne semble pas influencer réellement les niveaux de testostérone chez les hommes en bonne santé. D'autre part, une supplémentation en mélatonine est capable d'augmenter de manière aiguë les niveaux d'hormone de croissance chez des jeunes au repos, en bonne santé. Cet effet est dû à la capacité de la mélatonine à sensibiliser l'hypophyse aux effets de la GHRH (Growth Hormon Releasing Hormon, stimule la production et la libération de l'hormone de croissance) plutôt qu'à un effet stimulant direct. La mélatonine semble avoir des effets sur d'autres hormones tel que la prolactine, l'ocytocine et vasopressine, l'hormone adrénocorticotrophique, l'hormone de stimulation de la thyroïde (TSH) et l'hormone inhibitrice de la gonadotrophine.

Usages associés

Ménopause

Immuno-modulateur

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Les chercheurs ont noté une augmentation du nombre de plaquettes après l'utilisation de la mélatonine chez des patients dont le nombre de plaquettes avait diminué après une chimiothérapie anticancéreuse. Bien que cela ne soit pas clairement démontré, des études ont indiqué une possible stimulation de la production des plaquettes (thrombopoïèse). D'autre part, l'activation des récepteurs de la mélatonine a été associée à la libération de cytokines par les cellules auxiliaires T de type 1 (Th1), dont l'interféron gamma (gamma-IFN) et l'IL-2, ainsi que de nouvelles cytokines opioïdes. Il existe des preuves indirectes que la mélatonine pourrait amplifier l'effet immunostimulateur de l'IL-2 chez les patients cancéreux. D'après des recherches en laboratoire, la mélatonine pourrait également moduler le système immunitaire par d'autres mécanismes, dont la suppression du TNF-alpha, de l'IL-1 bêta et de l'IL-6; la stimulation de la production d'anticorps et la stimulation de la production des cellules mononucléaires.


Effet digestif

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Chez les patients atteints de reflux gastro-intestinal (RGO), un supplément contenant de la mélatonine a inhibé la sécrétion d'acide gastrique et la synthèse d'oxyde nitrique; l'oxyde nitrique affecte la relaxation du sphincter inférieur de l'œsophage qui est le mécanisme majeur du RGO. La mélatonine peut également réguler la sécrétion pancréatique et maintenir l'intégrité du pancréas, réduire les contractions intestinales induites par la sérotonine et inhiber la prolifération de l'épithélium. Les effets protecteurs de la mélatonine dans le tractus gastro-intestinal peuvent être dus à ses effets sur les prostaglandines et son activité de piégeage des radicaux libres.

Usages associés

Reflux gastro-œsophagien, Ulcère gastrique, Syndrome de l’intestin irritable

Sédatif

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

La mélatonine, administrée le jour ou la nuit, à des doses supérieures à la dose physiologique, semble provoquer un effet hypnotique. Diverses études ont été menées chez l'homme. Par exemple, la mélatonine exogène a exercé des effets hypnotiques principalement lorsque les niveaux de mélatonine endogène dans la circulation étaient faibles et même de très faibles doses peuvent provoquer un sommeil lorsqu'elles sont ingérées avant l'apparition de la mélatonine endogène. De plus, il a été démontré que la mélatonine diminue la quantité d'anesthésie nécessaire pendant une opération, potentialise les effets de l'acide gamma-aminobutyrique (GABA) et des benzodiazépines, et améliore la qualité du sommeil en association avec les benzodiazépines. La mélatonine peut interagir directement avec le canal ionique GABA-benzodiazépine chlorure comme le suggèrent les recherches sur l'homme et l'animal, mais pas avec le récepteur des benzodiazépines. Dans la recherche humaine, la mélatonine exogène est capable de modifier les rythmes circadiens, ainsi que la sécrétion de mélatonine endogène et la température corporelle centrale.

Usages associés

Troubles du sommeil, Décalage horaire

Anticancer

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

On a constaté que les femmes atteintes d'un cancer de l'endomètre ont des taux plasmatiques de mélatonine six fois inférieurs à ceux des témoins non atteints de tumeurs. Les femmes ménopausées atteintes d'un cancer du sein présentent également des taux de mélatonine inférieurs à ceux des témoins non atteints de cancer. Il existe des preuves cliniques que la prise de mélatonine à forte dose combinée à une chimiothérapie conventionnelle ou à l'interleukine-2 (IL-2) pourrait améliorer le taux de régression tumorale chez les patients atteints d'un cancer du sein, du poumon, du rein, du foie, du pancréas, de l'estomac ou du colon. Les effets anticancéreux de la mélatonine ne sont pas tout à fait clairs. Dans les modèles animaux, la mélatonine semble protéger contre la formation de tumeurs mammaires. In vitro, à des concentrations pharmacologiques, la mélatonine présente une activité cytotoxique dans les cellules cancéreuses. La mélatonine inhibe la prolifération et induit l'apoptose de divers types de cellules cancéreuses. À des concentrations physiologiques et pharmacologiques, la mélatonine agit comme un agent de différenciation dans certaines cellules cancéreuses et réduit leurs capacités invasives et métastatiques par des altérations des molécules d'adhésion. Dans d'autres types de cellules cancéreuses, la mélatonine, seule ou en combinaison avec d'autres agents, provoque la mort des cellules apoptotiques.

Usages associés

Cancer

Anti-inflammatoire

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Dans la recherche animale, il a été rapporté que la mélatonine réduit les lésions inflammatoires cardiaques induites par l'exercice physique aigu. Dans la recherche sur l'homme et en laboratoire, la mélatonine semble diminuer les niveaux de cytokines pro-inflammatoires. Les mécanismes d'action potentiels peuvent inclure l'inhibition de la production d'oxyde nitrique et de malondialdéhyde (qui est naurellement présent dans les tissus et il est une manifestation du stress oxydant) ou une augmentation des niveaux de glutathion; l'inhibition de la phospholipase A2 ou NF-kappaB (protéine impliquée dans la réponse immunitaire et la réponse au stress cellulaire); ou la régulation des mastocytes. Cependant, certaines preuves contradictoires issues de la recherche clinique montrent que la mélatonine pourrait ne pas avoir d'effets anti-inflammatoires. Chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, la mélatonine a induit une réponse pro-inflammatoire, augmentant les niveaux de certaines cytokines inflammatoires.

Usages associés

Endométriose

Neurologique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Il a été proposé que la mélatonine puisse réduire les dommages neurologiques secondaires à un accident vasculaire cérébral, en raison de ses propriétés antioxydantes. D'autre part, la mélatonine semble efficace dans la maladie d'Alzheimer. Des études en laboratoire montrent qu'elle atténuait la phosphorylation de la protéine tau (un peptide dont l'agrégation est un signe de la maladie d'Alzheimer), prévenait la neuroinflammation, et atténuait le dysfonctionnement mitochondrial médié par la bêta-amyloïde (protéine présente dans les neurones et dont l'agrégation est un signe de la maladie d'Alzheimer) . De plus, des preuves in vitro suggèrent que la mélatonine pourrait inhiber les processus biochimiques impliqués dans le développement des plaques myéloïdes trouvées dans le cerveau des patients atteints de la maladie d'Alzheimer ; cependant, la signification clinique n'est pas claire. La mélatonine semble également efficace pour diminuer les céphalées. Selon une étude, plusieurs mécanismes sont possibles dont l'élimination des radicaux libres toxiques, la réduction des cytokines pro-inflammatoires, l'activité de l'oxyde nitrique synthase et l'inhibition de la libération de dopamine, la stabilisation de la membrane, la potentialisation du GABA et de l'analgésie opioïde et la protection de la neurotoxicité du glutamate.

Usages associés

Sevrage tabagique, Migraine, Déclin cognitif

Hypocholestérolémiant

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Dans la recherche humaine et animale, la mélatonine a réduit le taux de cholestérol. Cependant, il existe des preuves dans la recherche humaine que la mélatonine peut augmenter les niveaux de cholestérol, des lipoprotéines de très basse densité (VLDL) et de triglycérides.


Hépato-protecteur

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Chez les patients atteints de stéatohépatite non alcoolique, la mélatonine a réduit les niveaux de cytokines pro-inflammatoires, de triglycérides et de GGTP ( gamma-glutamyltranspeptidase : enzyme hépatique). De plus, une diminution des transaminases a été démontrée après une résection du foie.

Usages associés

Stéatose hépatique


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Troubles du sommeil
✪✪✪✪✪

La mélatonine est le médicament de référence pour le traitement de l'insomnie, et semble être très efficace à une dose de 3 mg (formulation à libération prolongée) ou à des concentrations plus faibles lorsqu'elle est prise avant le sommeil. La plupart des recherches cliniques montrent que la prise orale de mélatonine à raison de 0,3 mg à 5 mg par jour pendant une période allant jusqu'à 4 semaines, réduit le temps d'endormissement chez les jeunes adultes et les enfants souffrant de trouble d'endormissement, de plus qu'elle améliore la qualité de vie telles que la santé mentale, la vitalité et la douleur corporelle. D'autre part, la prise orale de mélatonine permet d'améliorer les troubles du rythme circadien du sommeil chez les enfants et les adultes aveugles. La mélatonine a été utilisée à raison de 0,5 à 4 mg par jour chez les enfants et de 0,5 à 10 mg par jour chez les adultes pendant une période allant jusqu'à 6 ans. Certaines preuves montrent que la prise orale de mélatonine pourrait être plus bénéfique chez les patients âgés souffrant d'insomnie et qui pourraient être déficients en mélatonine. La prise de préparations de mélatonine à libération prolongée à raison de 2 mg par jour semble améliorer la durée et la qualité de sommeil chez ces personnes âgées, tandis que les préparations à libération immédiate semblent diminuer la latence du sommeil. Les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) ont estimé que la mélatonine peut réduire le temps nécessaire à l’endormissement, à condition de délivrer 1 mg de mélatonine par portion et d’être pris avant le coucher.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie1 - 5 mg

duration4 - semaines


Décalage horaire
✪✪✪✪✪

La majorité des preuves montrent que la mélatonine peut améliorer certains symptômes du décalage horaire tels que la vigilance et les performances psychomotrices. La mélatonine semble également améliorer, dans une moindre mesure, d'autres symptômes du décalage horaire tels que la somnolence et la fatigue diurnes La mélatonine semble plus efficace lors de voyages vers l’Est à travers plus de cinq fuseaux horaires, avec une dose de 2 à 3 mg de mélatonine, à libération lente ou rapide, prise à l'heure du coucher le jour d'arrivée et pendant les 2 à 5 nuits qui suivent. Les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) ont estimé que la mélatonine peut soulager les effets subjectifs du décalage horaire, à condition de délivrer 0,5 mg de mélatonine par portion et d’être pris avant le coucher, le jour du départ et les jours suivant l’arrivée à destination

Posologie

posologiePar voie orale

posologie2 - 3 mg


Ulcère gastrique
✪✪✪✪

Un effet protecteur notable contre l'aspirine et l'ulcération de l'estomac induite par l'héliobacter pylori est observé avec la mélatonine seule ou avec d'autres agents (tels que l'oméprazole). Chez des patients atteints d'ulcères d'estomac dont le test Heliobactor pylori est positif , une administration de 5 mg de mélatonine 2 fois par jour, pendant 21 jours (associée à l'oméprazole), a donné une guérison complète des ulcères. Par ailleurs, dans le groupe témoin ne recevant que de l'oméprazole, seuls 3 des 7 patients ont connu une guérison complète.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie10 mg

duration21 - jours


Cancer
✪✪✪✪✪

Il existe des preuves que la prise de mélatonine à forte dose, associée à une chimiothérapie conventionnelle ou à l'interleukine-2 (IL-2) pourrait améliorer le taux de régression des tumeurs chez les patients atteints de cancer du sein, du poumon, du rein, du foie, du pancréas, de l'estomac ou du colon. La mélatonine associée à la chimiothérapie chez les patients atteints de tumeurs solides métastatiques semble augmenter le taux de régression et le taux de survie à un an d'environ 40 à 50 % par rapport à la chimiothérapie seule. L'ajout de mélatonine semble également contribuer à réduire les effets toxiques de la chimiothérapie, notamment les complications hématologiques, la cachexie, l'asthénie et la neuropathie. La mélatonine a été utilisée à raison de 10 à 40 mg par jour, pendant des durées variables selon l'état de santé, et généralement en association avec la chimiothérapie ou d'autres traitements.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie10 - 40 mg


Hypertension artérielle
✪✪✪✪✪

La prise de mélatonine à libération prolongée à raison de 2 à 3 mg avant le coucher et pendant une période pouvant aller jusqu'à 4 semaines, semble faire baisser la pression artérielle systolique et la pression artérielle diastolique chez les personnes souffrant d'hypertension essentielle ou de tension artérielle élevée pendant la nuit. Certaines données montrent que la mélatonine à libération immédiate n'a pas cet effet.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie2 - 3 mg

duration4 - semaines


Migraine
✪✪✪✪✪

Certaines recherches montrent que la production de mélatonine pourrait être altérée chez les personnes souffrant de migraines. Il existe des preuves que les patients souffrant de céphalées migraineuses épisodiques qui prennent de la mélatonine à titre prophylactique, 3 à 4 mg chaque soir avant de se coucher, ont réduit de manière significative la fréquence des migraines, leur intensité et leur durée.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie3 - 4 mg


Syndrome de l’intestin irritable
✪✪✪✪✪

Certaines recherches cliniques montrent que la prise de mélatonine à raison de 3 mg au coucher pendant 8 semaines semble diminuer la gravité et la fréquence de la douleur, diminuer les ballonnements, diminuer les autres symptômes associés tels que maux de tête, sensation de brûlures d'estomac et nausées, et semble améliorer la qualité de vie globale des patients atteints du syndrome du côlon irritable.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie3 mg

duration8 - semaines


Bien-vieillir
✪✪✪✪✪

Des preuves issues de la recherche animale suggèrent que la mélatonine pourrait réduire la neurodégénérescence liée à l'âge en réduisant les troubles liés au stress oxydatif et l'apoptose qui se produisent dans le cerveau pendant le processus de vieillissement. D'autres recherches sur les animaux ont indiqué que la mélatonine pourrait améliorer la longévité (cellulaire et autre) en prévenant les troubles mitochondriaux liés à l'âge, en maintenant une activité rythmique jeune, en améliorant la neurotransmission monoaminergique et en inversant l'immunosénescence.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie2 mg


DMLA
✪✪✪✪✪

Les preuves cliniques montrent que la prise de mélatonine à raison de 3 mg par jour pendant 3 à 6 mois peut retarder la perte de vision claire chez les personnes atteintes de dégénérescence maculaire liée à l'âge.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie3 mg

duration6 - mois


Reflux gastro-œsophagien
✪✪✪✪✪

La prise de mélatonine à raison de 3 mg par jour au coucher pendant 8 semaines peut améliorer les symptômes du reflux gastro-œsophagien , notamment les sensations de brûlures et les douleurs épigastriques.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie3 mg

duration8 - semaines


Fibromyalgie
✪✪✪✪✪

La mélatonine peut diminuer l'intensité de la douleur et de la raideur, ainsi que le nombre des articulations douloureuses, chez les personnes atteintes de fibromyalgie. La mélatonine a été utilisée à raison de 3 mg à 5 mg par jour pendant 60 jours.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie3 - 5 mg

duration60 - jours


Sevrage tabagique
✪✪✪✪✪

Une dose orale unique de 0,3 mg de mélatonine prise 3,5 heures après le sevrage tabagique chez les fumeurs semble réduire les symptômes subjectifs d'anxiété, d'agitation, d'irritabilité, de dépression et d'envie de cigarettes au cours des 10 heures suivantes

Posologie

posologiePar voie orale

posologie0.3 mg


Stéatose hépatique
✪✪✪✪✪

Certaines preuves cliniques montrent que la prise de 5 mg de mélatonine deux fois par jour pendant 12 semaines réduit les niveaux d'enzymes hépatiques chez les patients atteints de stéato-hépatite non alcoolique.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie10 mg

duration12 - semaines


Ménopause
✪✪✪✪✪

Certaines preuves cliniques montrent que la prise de mélatonine à raison de 3 mg par nuit pendant 6 mois peut améliorer les symptômes physiques de la ménopause par rapport au placebo mais n'améliore pas la densité osseuse ou les symptômes psychologiques associés.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie3 mg

duration6 - mois


Endométriose
✪✪✪✪✪

La recherche clinique montre que la prise quotidienne de 10 mg de mélatonine pendant 8 semaines réduit la douleur de 39,3 % et l'utilisation d'analgésiques d'environ 46 %, par rapport au placebo, chez les adultes atteints d'endométriose.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie10 mg

duration8 - semaines


Déclin cognitif
✪✪✪✪✪

Une étude sur des personnes âgées (86+/-6 ans) souffrant de troubles cognitifs légers, auxquelles on a administré un supplément combiné de mélatonine (5 mg), de phospholipides de soja (160 mg), de L-tryptophane (95 mg) et d'huile de poisson (720 mg DHA, 286 mg EPA, vitamine E à 16 mg) a noté que l'ingestion nocturne pendant 12 semaines réduisait significativement le score du MMSE et du MNA (indicatif d'une amélioration cognitive) sans influencer les paramètres de la mémoire à court ou à long terme.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie5 mg

Synergies

L-Tryptophane, Soja, Huile de poisson


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 2 mg

Dans des essais cliniques de plus de 12 mois, des doses de 5 mg par jour de mélatonine ont été administrées sans qu'il y ait eu de changement significatif de la nature des effets indésirables rapportés. De plus, la mélatonine a été utilisée en toute sécurité à une dose de 10 mg par jour pendant 2 mois. En France, la réglementation autorise la commercialisation de compléments alimentaires apportant moins de 2 mg de mélatonine par jour.


Interactions

Médicaments

Antiagrégants plaquettaires/Anticoagulant : interaction modérée

L'association de la mélatonine et d'anticoagulant tels que la warfarine ont généré des saignements et une diminution des agents coagulants.

Anticonvulsifs : interaction modérée

La mélatonine pourrait augmenter le risques de crise convulsive en particulier chez l’enfant.

Antidiabétique : interaction modérée

Des études suggèrent que la mélatonine peut affecter l'utilisation du glucose et augmenter la résistance à l'insuline.

Antihypertenseur : interaction modérée

Certaines preuves cliniques suggèrent que la prise de mélatonine diminue la pression artérielle chez des adultes en bonne santé et qu'elle semble abaisser la pression artérielle systolique et diastolique chez les personnes souffrant d'hypertension artérielle essentielle non traitée. Cependant, la mélatonine semble diminuer d'avantage la pression artérielle chez les patients qui prennent des médicaments antihypertenseurs avec un risque d'hypotension.

Benzodiazépines : interaction modérée

Les benzodiazépines inhibent la synthèse et la libération de mélatonine. Théoriquement, l'administration chronique de benzodiazépines pourrait diminuer les niveaux de mélatonine endogène.

Dépresseurs du système nerveux central : interaction modérée

L'utilisation de la mélatonine en même temps que l'alcool, les benzodiazépines et d'autres sédatifs, pourrait aggraver la sédation.

Contraceptifs oraux : interaction modérée

Les contraceptifs peuvent augmenter les niveaux de mélatonine endogène. Théoriquement, ces médicaments peuvent augmenter les effets indésirables de la mélatonine prise par voie orale.

Substrat des cytochromes P450 : interaction modérée

La mélatonine est métabolisée par les cytochromes P450. La prise de mélatonine avec d'autres substrats des cytochromes P450 pourrait altérer son métabolisme.

Immunosuppresseur : interaction modérée

La mélatonine peut stimuler la fonction immunitaire et pourrait interférer avec les traitements immunosuppresseurs.


Précautions

Epilepsie : éviter

La mélatonine exogène peut augmenter l'incidence des crises.

Dépression : éviter

La mélatonine peut aggraver la dysphorie chez certaines personnes souffrant de dépression.

Maladies auto-immunes : éviter


Contre-indications

Femme enceinte : interdit

En l'absence de données cliniques, il est déconseillé d'utiliser la mélatonine chez la femme enceinte ou qui désire le devenir.

Femme allaitante : interdit

De la mélatonine endogène a été retrouvée dans le lait maternel et, de ce fait, la mélatonine exogène est probablement sécrétée dans le lait maternel humain. Des données obtenues de modèles animaux indiquent que la mélatonine passe de la mère au fœtus par voie placentaire ou lors de l'allaitement. De ce fait, l'allaitement est déconseillé chez la femme traitée par la mélatonine.