Lécithine : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

La lécithine est un mélange de lipides naturels composé à plus de 50 % de phospholipides, principalement la phosphatidylcholine, la phosphatidyléthanolamine, la phosphatidylsérine et le phosphatidylinositol, et de quantités variables d'autres substances telles que des triglycérides, des acides gras et des glucides, selon la source. On la trouve dans le jaune d'œuf, le soja, le poisson, les abats et d'autres végétaux comme le tournesol ou le colza. Sa composition précise dépend de la source. Par exemple, la lécithine d'œuf contient 69 % de phosphatidylcholine et 24 % de phosphatidyléthanolamine, tandis que la lécithine de soja contient 24 % de phosphatidylcholine, 22 % de phosphatidyléthanolamine et 19 % de phosphatidylinositol. Les acides gras contenus dans la lécithine sont principalement des acides gras oméga-6 et une petite quantité d'acides gras oméga-3. Au contraire des lécithines d’origine animale, la phosphatidylsérine est très peu présente dans les lécithines végétales. Les lécithines sont d’excellents émulsifiants, couramment utilisés par l’industrie agro-alimentaire sous le code « E322 ». Les lécithines végétales sont des sources importantes de phospholipides et ont une capacité à augmenter la biodisponibilité et l’incorporation des acides gras dans certains tissus cibles (cerveau, foie, muscles, . . .). On sait déjà que les phospholipides d’origine marine sont des vecteurs préférentiels d’acides gras polyinsaturés (AGPI) n-3 ou oméga 3, comparativement à des triglycérides apportant les mêmes AGPI. Quelques études tendent à confirmer ces propriétés sur les lécithines végétales qui peuvent constituer des vecteurs d’acides gras spécifiques, tels l’acide alpha-linolénique (ALA), précurseur principal des oméga 3. Les lécithines en tant que suppléments, aident à moduler le métabolisme des lipides, à augmenter la biodisponibilité des acides gras qu’elles contiennent et exercer des effets lipo-régulateurs, anti-inflammatoires et antioxydants.

Autre(s) nom(s) 

Lécithine de soja, Lécithine de tournesol

Famille ou groupe : 

Acides Gras

Principes actifs :

Phosphatidylsérine

Phosphatidylcholine


Propriétés


Hypocholestérolémiant

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Les phospholipides exercent un effet hypocholestérolémiant. Ainsi, chez des patients souffrants d’hypercholestérolémie, la supplémentation de lécithine de soja réduit significativement le taux de cholestérol plasmatique. Chez le hamster et le lapin hypercholestérolémiques, la supplémentation en phospholipides de soja permet d’augmenter le taux de cholestérol HDL et de réduire le rapport LDL/HDL, qui est un facteur de risque connu de maladies métaboliques. Ces effets seraient dus au fait que les phospholipides sont capables de diminuer l’activité de la HMG-CoA réductase microsomale (enzyme impliquée dans la voie de biosynthèse du cholestérol) et l’absorption entérocytaire du cholestérol. Ils augmentent également l’excrétion du cholestérol biliaire, la beta-oxydation des lipides et la concentration plasmatique en ApoA1 (Apolipoprotéines A1 est la principale composante protéique des lipoprotéines de densité élevée HDL qui sont antiathérogènes).

Usages associés

Hypercholestérolémie

Métabolique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Une étude menée chez des rats a démontré que la lécithine de colza, riche en acide alpha-linolénique (ALA), ajoutée sans pré-émulsification préalable, était capable d’induire une augmentation dose-dépendante de l’apparition des lipides et de l’ALA dans la lymphe, qui serait associée à une augmentation de la sécrétion et de la taille des chylomicrons (particules lipidiques transportant des triglycérides après digestion). De ce fait, la vectorisation de l’ALA sous forme de phospholipides via la lécithine de colza permettrait d’augmenter sa biodisponibilité, par rapport à sa vectorisation sous forme de triglycérides dans une huile. Cependant, l’étude démontre que l’effet bénéfique de la lécithine de colza sur l’absorption lipidique ne devient significatif qu’à des doses de supplémentation (30 % des lipides totaux), bien plus élevées que celles retrouvées dans les aliments, qui n’excèdent jamais 10 %. Ces données valident un effet dose dépendant des lécithines végétales sur l’absorption des lipides. Indépendamment de leur dose, les deux lécithines ont engendré des modifications du microbiote intestinal chez ces souris, en augmentant l’abondance fécale de Clostridium Leptum, un groupe bactérien décrit comme étant anti-inflammatoire. La lécithine de colza aurait par ailleurs un effet spécifique sur le métabolisme des acides biliaires favorisant l’élimination des acides biliaires, dont l’accumulation peut être toxique. Ces données précliniques démontrent ainsi que l’utilisation de lécithines végétales en tant qu’ingrédient dans un régime équilibré n’induit aucun effet néfaste sur le métabolisme lipidique. Les lécithines de soja et de tournesol seraient parmi les seuls émulsifiants à n’engendrer aucun impact délétère majeur sur la composition et le potentiel pro-inflammatoire du microbiote intestinal.

Usages associés

Hypercholestérolémie

Hépato-protecteur

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Les résultats de la recherche sur les animaux suggèrent que la lécithine peut protéger contre les lésions hépatiques induites par l'alcool.  Par ailleurs, le foie possède un rôle central dans le métabolisme et l’homéostasie des lipides. Plusieurs études précliniques ont démontré que le remplacement d’une fraction des triglycérides alimentaires par des lécithines végétales était associé à une amélioration du profil lipidique dans le foie avec une réduction des triglycérides hépatiques.


Neurologique

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

La prise de lécithine par voie orale peut augmenter le taux de choline sérique, qui est un précurseur de l'acétylcholine. En tant que source de choline, on pensait que la lécithine pourrait contribuer à atténuer les symptômes des maladies cholinergiques telles que la maladie d'Alzheimer et la dyskinésie tardive. Cependant, la prise de lécithine par voie orale ne semble pas affecter la fonction neuronale cholinergique.


Anti-inflammatoire

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Une supplémentation en phosphatidylcholine, a permis une réduction significative du développement de l'arthrite chez des rats, potentiellement due à une inhibition de la réaction inflammatoire médiée par les leucocytes neutrophiles. La phosphatidylcholine de soja peut limiter le processus inflammatoire des articulations dans un modèle murin chronique de polyarthrite rhumatoïde (arthrite induite par le collagène) lorsqu'elle est administrée pendant le début de la maladie. Le prétraitement empêchait efficacement l'adhésion des leucocytes à la couche endothéliale et diminuait l'expression de l'oxyde nitrique synthase inductible (iNOS), réduisant ainsi le degré d'angiogenèse synoviale. Les lécithines donc pourraient se révéler efficaces pour réduire les réactions inflammatoires dans l'arthrite et les processus inflammatoires similaires.

Usages associés

Rectocolite hémorragique


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Rectocolite hémorragique
✪✪✪✪✪

La recherche clinique suggère que la prise de phospholipides riches en phosphatidylcholine à libération lente améliore les symptômes et le taux de rémission chez les patients atteints de colite ulcéreuse. Trois essais contrôlés randomisés monocentriques avec une lécithine contenant 30 % de phosphatidylcholine ont donné des résultats positifs, tandis qu'un essai avec une lécithine contenant >94 % de phosphatidylcholine ne semble pas concluant. La consommation de phosphatidylcholine pendant 3 mois a augmenté le taux de rémission clinique et amélioré les symptômes cliniques par rapport au placebo. Elle a également diminué le besoin de stéroïdes, entraînant un arrêt complet de la corticothérapie sans exacerbation de la maladie chez 80 % des patients. Des recherches supplémentaires dans un groupe de patients difficiles à traiter suggèrent que la dose efficace de cette préparation phospholipidique riche en phosphatidylcholine à libération lente est d'au moins 1 g/jour lorsqu'elle est prise en quatre doses divisées pendant 12 semaines ; cependant, la prise de 3 à 4 g par jour semble être plus efficace. Une rémission est survenue chez 50 % et 60 % des patients prenant 3 g ou 4 g par jour, respectivement, contre 30 % chez les patients prenant 1 g par jour et 0 % chez les patients prenant la dose témoin de 0,5 gramme par jour. De plus, la réponse clinique dans les trois groupes de traitement était de 70 %, contre 0 % dans le groupe témoin.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie10 g

Synergies

Phosphatidylcholine

Hypercholestérolémie
✪✪✪✪✪

Certaines recherches cliniques montrent que la prise quotidienne de 500 mg à 30 g de lécithine pendant une période allant jusqu'à 11 mois réduit le taux de cholestérol chez les personnes en bonne santé ou diagnostiqués avec une hypercholestérolémie. Cependant, deux recherches cliniques n'ont pas réussi à montrer un effet de la lécithine sur le cholestérol à lipoprotéines de basse densité LDL ou sur le taux de cholestérol total chez les personnes souffrant d'hyperlipidémie.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie500 - 30 mg


Dosage de sécurité

Adulte : 1.5 g - 30 g

La lécithine a été utilisée en toute sécurité à des doses allant jusqu'à 30 grammes par jour pendant 6 semaines maximum.


Précautions

Femme enceinte : éviter

Il n'existe pas suffisamment d'informations fiables sur la sécurité da la lécithine à des quantités médicinales pendant la grossesse.

Femme allaitante : éviter

Il n'existe pas suffisamment d'informations fiables sur la sécurité da la lécithine à des quantités médicinales pendant l'allaitement

Allergies : utiliser avec prudence

La lécithine peut provoquer des réactions allergiques chez les personnes allergiques aux œufs ou au soja.