Iode : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

L’iode, de symbole chimique I, est un élément assez rare dans la nature. L’organisme en contient de 152 à 200 mg. C’est un oligoélément essentiel, composant indispensable des hormones thyroïdiennes qui régulent de nombreuses réactions métaboliques de l’organisme. Les réserves se trouvent essentiellement dans les océans. C’est dans l’eau de mer et les végétaux marins (algues marines, notamment) qu’il est le plus abondant. Les principales sources sont les poissons, les fruits de mer, l’huile de foie de morue, les œufs, les viandes, les épinards et le cresson. Le sel de table enrichi en iode constitue souvent une source complémentaire. La carence ou l'excès en iode entraînent un tableau d'insuffisance thyroïdienne. L'iode contribue au métabolisme énergétique normal, aux fonctions intellectuelles normales, au fonctionnement normal du système nerveux, à la santé normale de la peau, au fonctionnement normal de la thyroïde et à la croissance normale des enfants.

Autre(s) nom(s) 

I

Famille ou groupe : 

Minéraux et oligo-éléments


Propriétés


Essentiel

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

L'Iode est indispensable à la synthèse des hormones thyroïdiennes. En effet, la glande thyroïde chez l'homme concentre environ 30% de l'iode de l'organisme pour la synthèse des hormones thyroïdiennes. Des quantités moindres d'iode se trouvent dans les glandes salivaires, les seins, le plexus choroïde et les muqueuses gastriques. L'iode est un composant indispensable des hormones thyroïdiennes (thyroxine (T4) et triiodothyronine (T3)) qui contrôlent de nombreuses réactions biochimiques, notamment la synthèse des protéines et les processus enzymatiques, et sont responsables de la myélinisation du système nerveux central en développement. Chez les personnes souffrant d'hyperthyroïdie, l'iode inhibe la libération et la synthèse de l'hormone thyroïdienne. La carence ou l'excès en iode entraînent un tableau d'insuffisance thyroïdienne. Une importante carence en iode pendant la vie intra-utérine entraîne une anomalie de la croissance cérébrale et de la maturation, donnant un tableau de crétinisme. A ce titre, l'iode est l'oligoélément dont le déficit affecte le plus la vie de l'homme.

Usages associés

Carence en iode, Equilibre thyroïdien, Développement des enfants, Développement fœtal, Performances cognitives

Antibactérien

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

L’iode est utilisé, par voie topique, comme antiseptique, dans l’alcool (teinture d’iode) ou sous forme de polyvidone iodée (Bétadine®). Il est capable d'oxyder les substrats organiques et tuer les micro-organismes.

Usages associés

Ulcère de jambe, Plaie

Métabolisme hormonal

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Chez les euthyroïdiens (dont la fonction thyroïdienne est normale), les doses normales d'iode n'ont pas d'effet significatif, alors que les doses pharmacologiques plus élevées semblent avoir un effet suppressif transitoire. En effet, 500 µg d'iode ou plus (en plus du régime alimentaire) semblent avoir un léger effet inhibiteur de la fonction thyroïdienne chez des personnes par ailleurs en bonne santé, et par conséquent une diminution de T3 et T4 (hormones thyroïdienne) avec une augmentation de l'hormone stimulant la thyroïde (TSH).

Usages associés

Equilibre thyroïdien

Neurologique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L'hormone thyroïdienne est responsable de la myélinisation du système nerveux central en développement. Par conséquent, la carence en iode est associée à une déficience intellectuelle qui, dans certains cas, peut être grave.

Usages associés

Performances cognitives

Antioxydant

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Dans certains tissus, l’iode peut avoir un effet antioxydant. On pense qu'en présence de peroxyde d'hydrogène, de peroxydase et de certains acides gras insaturés, l'iode donne un électron, réduisant ainsi les dommages causés par les radicaux libres d'oxygène.

Usages associés


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Carence en iode
✪✪✪✪✪

Le moindre déficit en iode entraîne de graves anomalies fonctionnelles par perturbation du métabolisme de base, en raison d’une diminution des hormones thyroïdiennes (hypothyroïdie) : fatigue, tendance à la frilosité, légère prise de poids, cheveux fins et cassants. La carence en iode se manifeste par l’apparition d’un goitre thyroïdien, un retard de croissance, des troubles mentaux (crétinisme) et un ralentissement du développement cérébral, surtout chez l’enfant avant l’âge de 2 ans. Cette carence peut aussi provoquer une diminution de la fertilité ainsi qu’une augmentation des avortements et de la mortalité périnatale. La dose journalière recommandée selon l'EFSA varie selon l'âge, de 70 µg/jour jusqu'à un maximum de 600 µg/jour.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie150 - 600 µg

formulationiodure de potassium


Equilibre thyroïdien
✪✪✪✪✪

L'iode contribue à la production normale d’hormones thyroïdiennes et au fonctionnement normal de la thyroïde. En effet, la glande thyroïde chez l'homme concentre environ 30% de l'iode de l'organisme pour la synthèse des hormones thyroïdiennes. L'iode est un composant indispensable des hormones thyroïdiennes (thyroxine (T4) et triiodothyronine (T3)) qui contrôlent de nombreuses réactions biochimiques. La carence ou l'excès en iode entraînent un tableau d'insuffisance thyroïdienne.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie150 - 600 µg

populationAdultes


Développement des enfants
✪✪✪✪✪

L'iode contribue aux fonctions intellectuelles normales, au fonctionnement normal du système nerveux ainsi qu'à la croissance normale des enfants. En effet, une carence en iode entraîne un retard de croissance, des troubles mentaux (crétinisme) et un ralentissement du développement cérébral, surtout chez l’enfant avant l’âge de 2 ans.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie70 - 500 µg

populationEnfants


Performances cognitives
✪✪✪✪✪

Il a été suggéré que la carence en iode, principalement chez les enfants et les jeunes adultes, entraîne une régulation négative de certaines protéines cérébrales dans certaines régions du cerveau, une réduction de l'expression de l'ARNm des axones de la commissure antérieure et une modification de la taille des dendrites, ce qui peut entraîner une apoptose cellulaire prématurée. En outre, la carence en iode peut entraîner une réduction de la taille des cellules cérébelleuses et une diminution de la myélinisation dans l'ensemble du système nerveux central, et peut donc être liée à l'atrophie du cerveau et aux lésions de la substance blanche. Une étude a mis en évidence un lien intéressant entre une faible consommation d'iode et l'atrophie de l'intérieur du cerveau, représentée par des ventricules de grande taille. L'OMS décrit un large éventail de troubles dus à la carence en iode, notamment un retard de développement mental et physique chez les enfants et les adolescents, ainsi qu'une altération des fonctions mentales et une réduction des capacités cognitives chez les personnes de tous âges.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie150 µg


Ulcère de jambe
✪✪✪✪

L'analyse des études cliniques suggère que l'application de cadexomère d'iode aux ulcères veineux de jambe pendant 4 à 6 semaines, associée à une compression, augmente le taux de guérison complète par rapport au traitement standard.  Cependant, l'utilisation d'iode de cadexomère était associée à plus d'effets indésirables que les soins standard.

Posologie

posologiePar voie cutanée

duration6 - semaines

formulationcadexomère d'iode, povidone-iode


Plaie
✪✪✪✪

L'iode a été utilisée pendant plus qu'un siècle comme un antiseptique topique dans le traitement des plaies superficielles et il est encore largement utilisé pour cette indication. C'est un moyen très efficace de désinfection de la peau intacte et des blessures mineures. Les préparations de povidone-iode ont remplacé les solutions d'iode plus anciennes et sont maintenant la forme la plus couramment utilisée. Les résultats d'une revue systématique de 27 essais cliniques randomisés concernant les soins des plaies lors des maladies chroniques et aiguës, ont montré que l'iode a des avantages équivalents ou supérieurs aux autres types de pansements (pansements à la paraffine, dextranomère ou pâte de zinc) et d'autres agents antiseptiques (crème à la sulfadiazine d'argent ou pansements à la chlorhexidine). Les études ont également noté que l'utilisation d'iode topique n'a pas affecté la fonction thyroïdienne, n'a pas donné des réactions allergiques et n'a pas réduit la vitesse de cicatrisation des plaies.

Posologie

posologiePar voie cutanée

formulationpovidone-iode


Mastalgie
✪✪✪✪✪

Un essai contrôlé par placebo, a montré que la prise de l'iode moléculaire à raison de 3 à 6 mg par jour pendant 5 mois, diminue significativement la douleur et la sensibilité mammaire, chez les femmes atteintes de mastalgie cyclique.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie3 - 6 mg

duration5 - mois

populationFemmes

formulationiode moléculaire


Maladie fibrokystique du sein
✪✪✪✪✪

La recherche clinique montre que la prise d'iode améliore considérablement les symptômes subjectifs et objectifs de la maladie fibrokystique du sein, y compris la douleur et la fibrose. L'iode moléculaire semble être plus efficace et mieux toléré que les autres formes. L'iode moléculaire a été utilisé a une dose de 70-90 mcg / kg par jour pendant 4-18 mois. 

Posologie

posologiePar voie orale

posologie4.9 - 6 mg

duration18 - mois

populationFemmes

formulationiode moléculaire


Dosage de sécurité

Nourrisson de 7 jusqu’à 11 mois : 70 µg

Enfant de 1 jusqu’à 3 an(s) : 90 µg - 200 µg

Enfant de 4 jusqu’à 6 an(s) : 90 µg - 250 µg

Enfant de 7 jusqu’à 10 an(s) : 90 µg - 300 µg

Enfant de 11 jusqu’à 14 an(s) : 120 µg - 450 µg

Enfant de 15 jusqu’à 17 an(s) : 130 µg - 500 µg

Adulte à partir de 18 an(s) : 150 µg - 600 µg

Femme enceinte à partir de 18 an(s) : 200 µg - 600 µg

Femme allaitante à partir de 18 an(s) : 200 µg - 600 µg


Interactions

Médicaments

Antithyroïdien : interaction forte

L'utilisation concomitante d'antithyroïdiens et d'iode peut majorer l'effet antithyroïdien et entraîner une hypothyroïdie.

Antihypertenseur : interaction modérée

Les antihypertenseurs qui appartiennent à la famille des inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC) et à la famille des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II (ARAII) peuvent augmenter les niveaux de potassium. L'utilisation concomitante de ces médicaments et d'iodure de potassium augmente le risque d'hyperkaliémie.

Diurétiques : interaction modérée

Les diurétiques d'épargne potassique peuvent augmenter le taux de potassium. L'utilisation concomitante de ces médicaments et d'iodure de potassium augmente le risque d'hyperkaliémie.

Amiodarone : interaction modérée

L'Amiodarone contient de l'iode. L'utilisation concomitante d'iode et d'Amiodarone peut augmenter le taux d'iode et entraîner une altération de la fonction thyroïdienne.

Lithium : interaction modérée

Le lithium peut inhiber la fonction thyroïdienne. L'utilisation concomitante d'iode et de lithium peut avoir des effets hypothyroïdiens synergiques.