Harpagophytum : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

L'Harpagophytum, ou griffe du diable, est une plante herbacée vivace originaire de Namibie. Son nom botanique Harpagophytum signifie en grec « Plante à crochet ». La griffe du diable doit son nom à l’aspect particulier de son fruit. Ce dernier, qui est recouvert de petits crochets acérés, parvient à propager ses graines en s’agrippant aux pattes, aux poils et à la peau des êtres vivants qui s’y frottent. La racine et le tubercule de la plante sont utilisés en phytothérapie. Les peuples indigènes du sud de l’Afrique utilisent cette plante pour soulager les douleurs rhumatismales, les troubles digestifs et la fièvre. L’harpagophytum contient de nombreux principes actifs : des glucosides monoterpènes (dont l'harpagoside), des flavonoïdes (lutéoline et kaempférol), des phytostérols (sitostérine, stigmastérine), des phénols, des minéraux essentiels (calcium, magnésium, fer, ...), des vitamines (bêta-carotène, vitamine C, vitamines B). Cette plante est utilisée dans la fibromyalgie, les douleurs articulaires, la tendinite, les douleurs thoraciques, les brûlures d’estomac, et les migraines.

Autre(s) nom(s) 

Harpagophyton ; Griffe du Diable ; Uncaria procumbens

Nom(s) scientifique(s)

Harpagophytum procumbens

Famille ou groupe : 

Plantes


Propriétés


Anti-inflammatoire

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

La racine de l'harpagophytum est riche en composés bioactifs nommés harpagosides. Ces composés sont reconnus pour leurs effets anti-inflammatoires potentiels. Les recherches ont révélé que les harpagosides agissent en inhibant les voies inflammatoires associées à deux enzymes clés : la cyclooxygénase (COX) et la lipoxygénase. Ces voies sont cruciales dans le processus inflammatoire, impliquant notamment la COX-2 et la synthétase de l'oxyde nitrique, des modulateurs connus de l'inflammation. Des études préliminaires suggèrent que l'harpagoside peut moduler l'inflammation en interférant avec ces enzymes. Cependant, les résultats chez l'homme sont mixtes : certaines études n'ont pas trouvé d'effet significatif de l'harpagophytum sur le métabolisme de l'acide arachidonique, un acide gras polyinsaturé impliqué dans les réponses inflammatoires. Par contre, des études in vitro indiquent que l'extrait d'harpagophytum, ou des harpagosides isolés, peuvent inhiber les voies métaboliques de l'acide arachidonique, notamment en réduisant l'expression et/ou l'activité de l'enzyme COX-2. Un autre aspect intéressant de l'action de l'harpagophytum est sa capacité à réduire la synthèse de cytokines pro-inflammatoires. Ces cytokines sont des messagers cellulaires qui jouent un rôle vital dans l'initiation et la maintenance de l'inflammation. L'extrait de la plante a également été observé pour supprimer l'activité des métalloprotéinases matricielles, des enzymes qui dégradent divers composants de la matrice extracellulaire et peuvent contribuer à l'inflammation et à la dégradation tissulaire.

Usages associés

Arthrose, Douleurs articulaires, Arthrite

Analgésique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Chez l’animal, l’administration d’extraits d’harpagophytum a fait la preuve d’un effet analgésique. Cet effet serait similaire à celui d’un anti-inflammatoire non stéroïdien. Ces recherches montrent que l'administration d'harpagoside à 20 mg/kg produit un effet analgésique similaire à celui de la Phénylbutazone (un anti-inflammatoire non stéroïdien) à 50 mg/kg.

Usages associés

Douleurs lombaires, Douleurs articulaires, Arthrite

Cholérétique

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Les effets de l’harpagophytum sur la digestion n’ont pas fait l’objet d’études convaincantes. Son usage dans cette indication repose sur le fait que, comme les autres plantes amères, l’harpagophyton stimule la production de bile.

Usages associés

Troubles de digestion


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Arthrose
✪✪✪✪

La prise de l'hapagophytum par voie orale, seule ou en association avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), semble contribuer à réduire la douleur liée à l'arthrose. Les patients qui prennent de la griffe du diable semblent également être en mesure de diminuer l'utilisation des AINS pour le soulagement de la douleur. Ces études ont utilisé un extrait à base de racine d'hapagophytum contenant 2 % du constituant harpagoside (9,5 mg/gélule) et 3 % de glycosides iridoïdes totaux (14,5 mg par gélule). Un autre extrait 2400 mg par jour fournissant 60 mg du constituant harpagoside a également été utilisé. Quelques synergies possibles : des études ont pu évalué d'autres combinaisons ; 300 mg d'harpagophytum, 200 mg de curcuma et 150 mg de bromélaïne par gélule, prise sous forme de deux ou trois gélules trois fois par jour pendant deux mois, améliore significativement la douleur aiguë et chronique chez les patients souffrant d'arthrose. La combinaison harpagophytum, ortie, églantier et vitamine D pris par voie orale quotidiennement pendant 12 semaines améliore les symptômes généraux de 28 % supplémentaires et les scores de douleur de 32,7 % supplémentaires par rapport au placebo chez les adultes souffrant d'arthrose du genou.

Posologie

posologiePar voie orale : Racine

posologie900 - 2700 mg

duration2 - mois

populationAdultes

formulationExtrait standardisé, Extrait éthanolique, Extrait sec

Synergies

Ortie piquante, Eglantier, Bromélaïne, Curcuma, Vitamine D -

Douleurs articulaires
✪✪✪✪

L'EMA reconnait l'usage traditionnel de l'harpagophytum pour le soulagement des douleurs articulaires mineures. Par ailleurs, plusieurs études cliniques ont démontré l'intérêt de l'hapargophytum dans le soulagement des personnes souffrant d'arthrite grâce notamment à ses propriétés analgésiques et anti-inflammatoires.

Posologie

posologiePar voie orale : Racine

posologie600 - 2.4 mg

populationAdultes

formulationExtrait standardisé, Extrait éthanolique, Extrait sec


Arthrite
✪✪✪✪

La majorité des études cliniques indiquent que l’harpagophytum est un analgésique et anti-inflammatoire intéressant dans les situations d’inflammation aiguë ou chronique, permettant de soulager la douleur et d’améliorer la mobilité dans diverses pathologies rhumatologiques.

Posologie

posologiePar voie orale : Racine

posologie900 mg

populationAdultes

formulationExtrait standardisé, Extrait éthanolique, Extrait sec


Troubles de digestion
✪✪✪✪

Les effets de l’harpagophytum sur la digestion n’ont pas fait l’objet d’études solides. Son usage dans cette indication repose sur le fait que, comme les autres plantes amères, l’harpagophyton stimule la production de bile (effet cholérétique). Par ailleurs, l'EMA reconnait son usage traditionnel pour soulager les troubles digestifs légers tels que les ballonnements et les flatulences, et en cas de perte d'appétit.

Posologie

posologiePar voie orale : Racine

posologie200 - 960 mg

populationAdultes

formulationExtrait standardisé, Extrait éthanolique, Extrait sec


Stimuler l'appétit
✪✪✪✪

L’EMA indique que l'harpagophytum est recommandé dans le cas des troubles mineurs de digestion tels que les ballonnements, les flatulences et la perte d’appétit temporaire. L’EMA recommande une durée maximale de traitement de deux semaines.

Posologie

posologiePar voie orale : Racine

posologie200 - 960 mg

populationAdultes

formulationExtrait standardisé, Extrait éthanolique, Extrait sec


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 200 mg - 2400 mg (Poudre, Extrait sec)

L'harpagophytum semble être bien toléré. Toutefois, l'EMA recommande de ne pas dépasser 4 semaines. Si les douleurs articulaires sont accompagnées d'un gonflement des articulations, de rougeurs ou de fièvre, elles doivent être examinées par un médecin.


Interactions

Médicaments

Cytochrome P450 2C19 : interaction modérée

Il existe des preuves préliminaires que l'hapagophytum pourrait inhiber le cytochrome P450 2C19 (CYP2C19). Jusqu'à présent, cette interaction n'a pas été rapportée chez l'homme. Cependant, veillez à une augmentation des taux de médicaments métabolisés par le CYP2C19 chez les patients prenant des suppléments à base d'harpagophytum. Certains médicaments métabolisés par le CYP2C19 comprennent les inhibiteurs de la pompe à protons, notamment l'oméprazole (Prilosec), le lansoprazole (Prevacid) et le pantoprazole (Protonix) ; le diazépam (Valium) ; le carisoprodol (Soma) ; le nelfinavir (Viracept) ; et d'autres.

Cytochrome P450 2C9 : interaction modérée

Il existe des preuves préliminaires que l'harpagophytum pourrait inhiber le cytochrome P450 2C9 (CYP2C9). Jusqu'à présent, cette interaction n'a pas été rapportée chez l'homme. Certains médicaments métabolisés par le CYP2C9 comprennent les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que le diclofénac (Cataflam, Voltaren), l'ibuprofène (Motrin), le méloxicam (Mobic) et le piroxicam (Feldène); le célécoxib (Celebrex); l'amitriptyline (Elavil); la warfarine (Coumadin); le glipizide (Glucotrol); le losartan (Cozaar); et d'autres. Utilisez la griffe du diable avec prudence ou évitez chez les patients prenant ces médicaments.

Cytochrome 450 3A4 : interaction modérée

Il existe des preuves préliminaires que l'harpagophytum pourrait inhiber l'enzyme cytochrome P450 3A4 (CYP3A4). Jusqu'à présent, cette interaction n'a pas été rapportée chez l'homme. Cependant, veillez à une augmentation des taux de médicaments métabolisés par le CYP3A4 chez les patients prenant l'harpagophytum. Certains médicaments métabolisés par le CYP3A4 comprennent la lovastatine (Mevacor), le kétoconazole (Nizoral), l’itraconazole (Sporanox), la fexofénadine (Allegra), le triazolam (Halcion) et de nombreux autres. Utilisez la griffe du diable avec prudence ou évitez chez les patients prenant ces médicaments.

Anti-histaminiques H2 : interaction faible

Théoriquement, l'harpagophytum peut augmenter l'acide gastrique. Ainsi, la plante pourrait diminuer l'efficacité des anti-histaminiques H2. Les agents anti-H2 comprennent la cimétidine (Tagamet), la ranitidine (Zantac), la nizatidine (Axid) et la famotidine (Pepcid).

Substrat de P-GLYCOPROTEIN : interaction faible

Des recherches préliminaires in vitro suggèrent que l'harpagophytum peut inhiber la protéine de transport de médicaments multiples, la glycoprotéine P. Certains médicaments transportés par la glycoprotéine incluent etopos, paclitax, vinblastine, vincristine, vindésine, kétoconazole, itraconazole, amprénavir), cyclosporine, lopéramide (Imodium), quinidine et autres.

Inhibiteur de la pompe à protons : interaction faible

Théoriquement, l'harapagophytum peut augmenter l'acide gastrique. Ainsi, elle pourrait diminuer l'efficacité des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), qui comprennent l'oméprazole (Prilosec), le lansoprazole (Prevacid), le rabéprazole (Aciphex), le pantoprazole (Protonix) et l'ésoméprazole (Nexium).

Warfarine : interaction faible

L'harpagophytum doit être évité ou utilisé avec prudence chez les patients prenant de la warfarine. En effet, une telle association peut provoquer des troubles de coagulations.

Digoxine : interaction faible

Attention en cas de traitement par des anti-arythmiques ou de la digoxine car l’harpagophyton peut affecter le rythme et la force des contractions cardiaques.


Précautions

Femme allaitante : éviter

Pour les femmes allaitantes, cette plante est déconseillée par manque d'informations.

Enfant jusqu’à 18 an(s) : éviter

L'harpagophytum est à éviter par insuffisance d'informations fiables.

Calculs biliaires : éviter

Les patients atteints de calculs biliaires doivent consulter un médecin avant d'utiliser l'harpagophytum

Maladies cardiovasculaires : utiliser avec prudence

Étant donné que l'harpagophytum peut affecter le rythme cardiaque, la contractilité du cœur et la pression artérielle, il pourrait avoir des effets néfastes sur les personnes souffrant d'affections cardiovasculaires. Utiliser avec prudence.

Diabète type 2 : utiliser avec prudence

L'harpagophytum peut diminuer la glycémie et avoir des effets additifs avec les médicaments antidiabétiques. Des ajustements de dose peuvent être nécessaires.

Ulcère gastrique : éviter

L'harpagophytum pourrait augmenter la sécrétion d'acide gastrique et pourrait affecter les personnes atteintes d'un ulcère gastrique ou duodénal. Éviter d'utiliser la plante dans ce cas.


Contre-indications

Femme enceinte : interdit

Des preuves anecdotiques suggèrent que l'harpagophytum a des effets ocytociques chez la femme. En outre, des recherches in vitro ont montré que des doses modérées à fortes induisent des contractions du muscle utérin isolé chez des rates enceintes et non enceintes.