Griffe du chat : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

La griffe de chat est une plante grimpante de la famille des Rubiacées qui ressemble à des vignes ligneuses originaires d'Amazonie et forêts tropicales d'Amérique centrale et Amérique du sud. Uncaria tomentosa et Uncaria guianensis sont les deux espèces essentiellement utilisées en phytothérapie. Elle doit son nom à ses épines en forme de griffes situées à la base des feuilles, qui l'aident à s'accrocher aux arbres. Les produits sont fabriqués à partir de la racine et l'écorce. La griffe de chat se présente sous deux chémotypes différents produisant des constituants alcaloïdes différents. Les oxindoles pentacycliques se trouvent dans les racines d'un type, tandis que les oxindoles tétracycliques sont présents dans le second type. L'uncarine C et l'uncarine E sont deux stéréoisomères des oxindoles pentacycliques. D'autres alcaloïdes des oxindoles tétracycliques présents dans la griffe de chat comprennent la rhynchophylline, la mitraphylline et l'isorhynchophylline. La griffe de chat contient également des glycosides d'acide quinovique et des tanins. L'écorce de griffe de chat contient de l'acide ursolique, de l'acide oléanolique, du bêta-sitostérol, du stigmastérol, du campestérol et trois triterpènes polyhydroxylés. La griffe de chat a été utilisée longtemps par les Indiens du centre du Pérou comme plante médicinale contre l'asthme, les douleurs articulaires et l'inflammation de l'estomac. En clinique, elle est utilisée en cas de maladie inflammatoire immuno-dépendante : rhumatismes, rectocolite hémorragique, maladie de Crohn. En cancérologie, elle pourrait aider à améliorer l'état des cancéreux.

Autre(s) nom(s) 

Liane du Pérou

Nom(s) scientifique(s)

Uncaria tomentosa

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Alcaloïde oxindoliques


Propriétés


Anti-inflammatoire

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Selon des recherches in vitro et cliniques, les propriétés anti-inflammatoires de la griffe de chat peuvent résulter de leur capacité à inhiber la production de TNF-alpha et, dans une moindre mesure, de prostaglandine E2 (PGE2). In vitro, la griffe de chat est un puissant inhibiteur de la production de TNF-alpha. Dans la recherche animale, l'extrait de griffe de chat (U. tomentosa) protège les souris contre l'inflammation pulmonaire induite par l'ozone. Une étude in vivo comparant l'efficacité d'un extrait hydroalcoolique séché par pulvérisation à celle d'un extrait lyophilisé aqueux chez la souris montre que l'activité anti-inflammatoire était significativement plus élevée avec l'extrait hydroalcoolique. Les extraits ont également montré une faible activité inhibitrice contre la cyclooxygénase-1 ou -2. Des recherches pharmacologiques préliminaires montrent que les stérols (bêta-sitostérol, stigmastérol et campestérol) de la griffe de chat (U. tomentosa) semblent contribuer à l'activité anti-inflammatoire. Dans les recherches sur les animaux, les glycosides d'acide quinovique des alcaloïdes de la griffe du chat (U. tomentosa) présentent des propriétés anti-inflammatoires et inhibent le facteur nucléaire kappaB (NF-kappaB).

Usages associés

Arthrose, Douleurs articulaires

Immuno-modulateur

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Des recherches in vitro utilisant des alcaloïdes oxindoles pentacycliques extraits de la griffe de chat montrent une fonction immunitaire accrue, tandis que les alcaloïdes oxindoles tétracycliques inhibent cette immunostimulation induite. Dans la recherche animale, les extraits de griffe de chat (U. tomentosa) modulent indirectement l'activité immunitaire et induisent une réserve plus élevée de progéniteurs myéloïdes dans la moelle osseuse en raison de la libération de cytokines biologiquement actives (CSFs, IL-1 et IL-6). Les alcaloïdes de la griffe de chat renforcent la phagocytose des macrophages. L'alcaloïde pentacyclique induit la libération du facteur de régulation de prolifération leucocytaire des cellules endothéliales. Plusieurs études ont démontré l'effet immunomodulateur de la griffe de chat (U. tomentosa) en inhibant les cytokines pro-inflammatoires induites. Dans une étude sur l'activités immunomodulatrices et antivirales d'Uncaria tomentosa sur des monocytes humains infectés par le virus de la dengue-2, les alcaloïdes oxindoliques pentacycliques de U. tomentosa réduisent significativement l'expression du virus dans les monocytes ainsi que la production de TNF-α, IFN-α et IL-10 en culture après infection.

Usages associés

Polyarthrite rhumatoïde, Maladie de Crohn, Rectocolite hémorragique

Anticancer

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L'acide quinique qui est un composant biologiquement actif de l'extrait d'eau chaude de l'écorce de griffe de chat (U. tomentosa), inhibe la prolifération des cellules tumorales et les réponses inflammatoires, selon des recherches in vitro. Cependant, l'extrait n'interfère pas avec la production d'IL-2 ou la signalisation du récepteur d'IL-2. Dans la recherche animale, l'extrait induit un arrêt de la prolifération cellulaire et inhibe l'activation du régulateur de transcription NF-kappaB in vitro. Selon des recherches in vitro, les extraits et fractions de griffe de chat exercent une activité antiproliférative directe sur plusieurs lignées cellulaires, y compris le cancer du sein, le gliome, le neuroblastome, la leucémie pré-myélocytaire et la leucémie lymphoblastique aiguë. In vitro, la griffe de chat démontre des effets antiprolifératifs et proapoptotiques dans les cellules de carcinome médullaire de la thyroïde humaine en inhibant la croissance cellulaire. L'alcaloïde mitraphylline de l'écorce de la griffe du chat montre des effets antiprolifératifs et cytotoxiques sur les lignées cellulaires du sarcome d'Ewing et du cancer du sein en inhibant la croissance. La griffe de chat a montré également une activité anticancéreuse contre le carcinome pulmonaire de Lewis, le carcinome cervical, l'adénocarcinome du côlon et le carcinome du sein par l'inhibition des cycles cellulaires des cellules tumorales. Chez les animaux, la griffe de chat a donné une apoptose des cellules néoplasiques, une prolifération des cellules progénitrices myéloïdes et une augmentation du nombre de neutrophiles. En outre, la griffe de chat peut induire la mort des cellules tumorales (apoptose), peut avoir une activité antimutagène, et inhibe la prolifération des cellules de leucémie et de lymphome. La griffe de chat ne semble pas être cytotoxique pour les cellules normales.

Usages associés

Cancer

Neurologique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

La mitraphylline isolée de la griffe du chat (U. tomentosa) présente une liaison significative avec la bêta-amyloïde. Selon des recherches sur les animaux, la ptéropodine et l'isoptéropodine (composants alcaloïdes oxindoliques de type hétérohimbine de la griffe de chat (U. tomentosa)) peuvent avoir un effet bénéfique sur la perte de mémoire causée par un dysfonctionnement cholinergique. Ces alcaloïdes semblent améliorer la transmission cholinergique centrale en augmentant les niveaux d'acétylcholine ou en affectant les systèmes dopaminergiques qui peuvent améliorer la fonction cholinergique. Un autre constituant, l'uncarine E, pourrait également affecter le système du glutamate, qui pourrait jouer un rôle critique dans la mémoire et la cognition. Les alcaloïdes oxindoliques tétracycliques affecteraient le système nerveux central. Des recherches sur les animaux montrent que la fraction alcaloïde de la griffe du chat (U. tomentosa) atténue l'effet amnésique de la scopolamine. Les alcaloïdes oxindoles uncarine E, uncarine C, mitraphylline, rhynchophylline, et isorhynchophylline peuvent être au moins partiellement responsables de cet effet. L'hirsutine et l'hirsuteine extraites de la griffe de chat présentent des propriétés anticonvulsivantes chez la souris. In vivo, l'isorhynchophylline et la rhynchophylline démontrent des effets dans des conditions du système nerveux central telles que la sédation, la démence vasculaire, les crises d'épilepsie, la toxicomanie, l'ischémie cérébrale et l'amnésie, probablement en modulant les canaux ioniques du calcium, en protégeant les cellules neurales et neurogliales contre la neurotoxicité induite par la bêta-amyloïde (25-35) et en induisant l'autophagie. In vivo, l'isorhynchophylline a des effets thérapeutiques dans les maladies neurologiques telles que la maladie de Parkinson en dégradant l'alpha-synucléine et en induisant l'autophagie dans les lignées cellulaires neuronales.

Usages associés

Alzheimer

Métabolisme hormonal

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Selon des recherches sur les animaux, les taux sériques d'estradiol et de progestérone peuvent être réduits après une ingestion chronique de griffe de chat. Selon des recherches in vitro, l'extrait de griffe de chat peut inhiber la progestérone de manière dose-dépendante. In vitro, un extrait aqueux de griffe de chat (U. tomentosa) empêche l'œstrogène de se lier aux récepteurs d'œstrogène sur les cellules du cancer du sein.


Effets musculo-squelettiques

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Un produit combiné contenant de la griffe de chat (U. tomentosa) démontre des effets anti-inflammatoires dans l'ostéoarthrite sur les chondrocytes et le cartilage par une forte inhibition des synthases d'oxyde nitrique inductibles (iNOS), de l'expression de la métalloprotéinase matricielle-9 (MMP-9) et de la MMP-13, et de la production d'oxyde nitrique (NO) dans les chondrocytes stimulés par l'interleukine-1beta. De plus, la libération de glycosaminoglycanes est bloquée, l'agrécane et le collagène de type II sont augmentés, et l'activation de NF-kappaB est inhibée.

Usages associés

Arthrose, Polyarthrite rhumatoïde, Douleurs articulaires


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Arthrose
✪✪✪✪✪

Un petit essai clinique montre que la prise d'un extrait lyophilisé de griffe de chat (Uncaria guianensis) à raison de 100 mg par jour par voie orale soulage la douleur du genou liée à l'activité physique dans la semaine suivant le traitement, mais ne diminue pas la douleur au repos ni le gonflement du genou. D'autres recherches cliniques montrent que la prise d'une combinaison de suppléments 1800 mg deux fois par jour pendant 8 semaines peut réduire la douleur et la raideur, améliorer la fonction et réduire la nécessité d'utiliser des médicaments de manière similaire au sulfate de glucosamine. Ce supplément de combinaison spécifique contient de la griffe de chat 300 mg et de la maca 1500 mg par dose.

Posologie

posologiePar voie orale : écorce

posologie100 - 300 mg

formulationPoudre, Infusion, Décoction aqueuse, Extrait sec


Polyarthrite rhumatoïde
✪✪✪✪✪

Un étude clinique a été mené pour évaluer le rôle de la griffe de chat dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Dans cet essai, 40 participants atteints de la maladie et suivant tous un traitement conventionnel à la sulfasalazine ou à l'hydroxychloroquine ont été répartis au hasard pour recevoir soit des comprimés de griffe de chat (60 mg d'Uncariae tomentosae), soit des comprimés placebo une fois par jour pendant 24 semaines (phase A). Les participants des deux groupes de traitement ont ensuite été invités à prendre de la griffe de chat pendant 28 semaines supplémentaires (phase B). Tous les participants des deux phases ont été invités à poursuivre leur traitement habituel pendant les deux phases de l'essai. - 53 % des participants ayant reçu de la griffe de chat pendant la phase A ont signalé une réduction significative du nombre d'articulations douloureuses, contre seulement 24 % des participants ayant pris des comprimés placebo pendant la même phase. - Il n'y a pas eu de différences entre les deux groupes concernant la souplesse des articulations ou le nombre d'articulations douloureuses ou gonflées pendant cette période. - Des effets bénéfiques significatifs sur tous les aspects cliniques ont été observés chez les participants qui ont reçu de la griffe de chat pendant un total de 52 semaines, par rapport au groupe placebo de la phase A.

Posologie

posologiePar voie orale : écorce

posologie60 - 300 mg

formulationPoudre, Infusion, Décoction aqueuse, Extrait sec


Douleurs articulaires
✪✪✪✪✪

La griffe de chat possède des propriétés anti-inflammatoires en particulier dans l'arthrite, seule et en complément des thérapies conventionnelles pour réduire la douleur, la raideur et le gonflement.  De plus elle accroît la régénération du cartilage. La griffe de chat peut également diminuer la fréquence d'utilisation des thérapies conventionnelles.

Posologie

posologiePar voie orale : écorce

posologie60 - 300 mg

formulationPoudre, Infusion, Décoction aqueuse, Extrait sec


Cancer
✪✪✪✪✪

L'action antinéoplasique de la griffe de chat a été largement étudiée. Plusieurs études, utilisant des méthodes et des régimes d'administration variables, ont été menées sur des lignées de cellules tumorales in vivo et in vitro, et elles ont donné des résultats très prometteurs. Une étude a évalué son effet sur les personnes atteintes de cancers avancés qui n'avaient pas d'autres options de traitement. Les participants de l'étude avaient une meilleure qualité de vie globale, une réduction de la fatigue et une stabilisation du poids corporel. Dans une autre étude, des patients atteints de cancer du sein ont reçu une chimiothérapie adjuvante avec fluorouracil, doxorubicine et cyclophosphamide. La neutropénie induite par la chimiothérapie a diminué dans le groupe traité avec la griffe de chat. Des études contrôlées par placebo sont nécessaires pour confirmer ces résultats, pour évaluer de manière plus approfondie l'action antinéoplasique de la griffe de chat et pour améliorer la compréhension de son effet sur la survie des patients.

Posologie

posologiePar voie orale : écorce

posologie300 mg

formulationPoudre, Infusion, Décoction aqueuse, Extrait sec


Alzheimer
✪✪✪✪

De part sa teneur en alcaloïdes oxindoles, polyphénols (flavonoïdes, proanthocyanidines et tanins), glycosides, alcaloïdes pentacycliques et stérols, la griffe de chat est connue pour ses effets immunomodulateurs et anti-inflammatoires et pour son rôle de piégeur de radicaux libres. En utilisant un modèle de souris transgénique de la maladie d'Alzheimer, une réduction significative de la charge en bêta-amyloïde (Aβ) de 59% et du nombre de plaques de 78% dans l'hippocampe et le cortex a été observée après avoir traité des souris de 8 mois avec l'extrait de griffe de chat pendant 14 jours. L'extrait a également entraîné une réduction significative de l'astrocytose et de la microgliose, et a amélioré la mémoire dépendante de l'hippocampe. Certains des composants de l'extrait de griffe de chat ont traversé la barrière hémato-encéphalique et ont pénétré dans le parenchyme cérébral après une injection intraveineuse. Sur la base d'études précliniques, la griffe de chat pourrait être efficace pour la perte de mémoire et le déclin cognitif associés à la maladie d'alzheimer, bien qu'aucune étude n'ait été réalisée chez l'homme.

Posologie

posologiePar voie orale : écorce

posologie300 - 900 mg

formulationPoudre, Infusion, Décoction aqueuse, Extrait sec


Maladie de Crohn
✪✪✪✪

Usage traditionnel basé sur son activité anti-inflammatoire et immunomodulatrice.

Posologie

posologiePar voie orale : écorce

posologie300 - 900 mg

formulationPoudre, Infusion, Décoction aqueuse, Extrait sec


Rectocolite hémorragique
✪✪✪✪

Usage traditionnel basé sur son activité anti-inflammatoire et immunomodulatrice.

Posologie

posologiePar voie orale : écorce

posologie300 - 900 mg

formulationPoudre, Infusion, Décoction aqueuse, Extrait sec


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 300 mg - 1000 mg

Dose maximale en alcaloïdes : 10 à 30 mg par jour. - Décoction : 30 g de poudre de racine dans 800 ml d'eau. - Teinture : 2-4 ml, 2 fois par jour - Extrait sec : 300 mg, 3 fois par jour.


Interactions

Médicaments

Antiagrégants plaquettaires/Anticoagulant : interaction faible

La griffe de chat contient de la rhynchophylline et de l'isorhynchophylline. Des recherches sur les animaux suggèrent que ces alcaloïdes peuvent inhiber l'agrégation plaquettaire. Cette interaction n'a pas été rapportée chez l'homme.

Antihypertenseur : interaction faible

La griffe de chat contient de la rhynchophylline. Des recherches in vitro et sur des animaux suggèrent que la rhynchophylline peut abaisser la pression artérielle. Cette interaction n'a pas été rapportée chez l'homme.

Oestrogènes : interaction faible

Selon des recherches sur les animaux, les taux sériques d'estradiol et de progestérone peuvent être réduits après une ingestion chronique de griffe de chat. Selon des recherches in vitro, l'extrait de griffe de chat peut inhiber la progestérone de manière dose-dépendante

Immunosuppresseur : interaction faible

Théoriquement, la griffe de chat pourrait interférer avec un traitement immunosuppresseur. Des recherches menées chez l'homme et en laboratoire ont montré que la griffe de chat a une activité immunostimulante. Elle stimule la phagocytose et augmente l'activité cellulaire respiratoire et la mobilité des leucocytes. Théoriquement, cela pourrait interférer avec l'activité des médicaments immunosuppresseurs.

Inhibiteur calcique : interaction faible

La griffe de chat contient divers alcaloïdes, dont la rhynchophylline, l'isorhynchophylline, la corynoxeine et l'isocorynoxiène. Des recherches sur les animaux suggèrent que ces alcaloïdes peuvent abaisser la tension artérielle en agissant comme des bloqueurs de canaux calciques. Cette interaction n'a pas été rapportée chez l'homme.


Précautions

Maladies auto-immunes : éviter

Théoriquement, la griffe de chat pourrait exacerber certaines maladies auto-immunes en stimulant l'activité de la maladie ; évitez de l'utiliser chez les patients atteints de maladies auto-immunes telles que la sclérose en plaques, le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde ou autres.

Parkinson : utiliser avec prudence

Théoriquement, la griffe de chat pourrait aggraver les symptômes de la maladie de Parkinson ; à utiliser avec prudence chez ces patients. Il existe un rapport de cas d'aggravation des symptômes moteurs, comme le tremblement et l'hypokinésie, chez un patient atteint de la maladie de Parkinson qui prenait de la griffe de chat.

Greffe : éviter

Eviter en cas d'opération de transplantation d'organe, en particulier la moelle osseuse.


Contre-indications

Femme enceinte : interdit

La griffe de chat pourrait être dangereuse en raison de son utilisation traditionnelle comme contraceptif.

Femme allaitante : interdit

Eviter l'utilisation par manque d'informations fiables.

Enfant jusqu’à 4 an(s) : interdit

Interdit aux enfants de moins de 4 ans.