Gingembre : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

Le gingembre une plante tropicale herbacée vivace de la famille des zingibéracées, qui pousse dans les régions ensoleillées et humides de la Chine, l'Afrique de l'Ouest et des Caraïbes. Le gingembre est largement employé dans la cuisine asiatique et africaine comme épice pour ses qualités tant gustatives et digestive. Le gingembre est également populaire dans la pratique de la phytothérapie, en particulier dans la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Il est utilisé traiter divers troubles gastro-intestinaux et comme agent chauffant stimulant. De nombreuses publications récentes confirment ses propriétés antiémétiques (anti vomissement et nausées). La préparation à base de plantes est extraite du rhizome, qui fait partie de la tige de la plante. Les constituants actifs du gingembre comprennent le gingérol, le gingembredione, le shogaol et les huiles volatiles sesquiterpéniques et monoterpéniques. Le gingembre contient également des salicylates, qui sont transformés par l'organisme en une substance chimique appelée acide salicylique. L'acide salicylique inhibe la production de certaines prostaglandines. L'ESCOP indique l’usage du gingembre dans la prévention des nausées et des vomissements du mal des transports ou de la grossesse (sous contrôle médical) ; ou encore dans les interventions chirurgicales en postopératoire. Le gingembre est également utilisé dans le traitement des troubles digestifs, et comme analgésique dans les douleurs articulaires ou les règles douloureuses.

Nom(s) scientifique(s)

Zingiber officinale

Famille ou groupe : 

Plantes


Propriétés


Effet digestif

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

Les constituants du gingembre, les gingérols et les shogaols, pourraient avoir des effets antiémétiques. Des recherches précliniques ont montré que le constituant 6-gingérol peut inhiber les récepteurs de la neurokinine-1, de la sérotonine et de la dopamine. Cela pourrait être l'un des mécanismes par lesquels le gingembre réduit les nausées et les vomissements. D'autres constituants du gingembre tels que le 6-shogaol et la galanolactone semblent agir sur les récepteurs sérotoninergiques et muscariniques du tractus gastro-intestinal. La galanolactone semble agir principalement sur les récepteurs 5-HT3 dans l'iléon, qui sont les mêmes récepteurs ciblée par certains médicaments tels que l'ondansétron.  Une autre action du gingembre est sa capacité à améliorer simultanément la motilité gastrique et à exercer des effets antispasmodiques. Cette action justifie son utilisation comme tonique gastro-intestinal. Divers composants liposolubles du gingembre, tels que la galanolactone, ont un effet antagoniste sur les récepteurs sérotoninergiques. Ce mécanisme pourrait être responsable des effets antispasmodiques du gingembre sur les muscles lisses viscéraux et vasculaires.

Usages associés

Nausée et vomissements, Troubles de digestion

Anti-inflammatoire

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Les chercheurs supposent que certains constituants du gingembre inhibent les voies de la cyclooxygénase (COX) et de la lipoxygénase, ainsi que les leucotriènes.  Dans la recherche humaine et en laboratoire, le gingembre a inhibé la production de cytokines inflammatoires, éventuellement via l'inhibition de la voie NF kappa B et la stimulation des récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes (PPAR). Il semble également inhiber la synthèse de la prostaglandine-E2 (PGE2) et du thromboxane B2 (TXB2), qui médient l'inflammation.

Usages associés

Rhumatismes, Troubles biliaires, Dysménorrhée

Antiagrégants plaquettaires/Anticoagulant

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Le gingembre, comme l'ail et les oignons, est un inhibiteur de l'agrégation plaquettaire. Cependant, les effets du gingembre peuvent être beaucoup plus puissants. Il a été démontré qu'un extrait aqueux de gingembre exerce des effets inhibiteurs plus importants sur l'agrégation plaquettaire que les extraits aqueux d'ail et d'oignon. Il a été démontré que le gingembre inhibe la formation de thromboxane et des prostaglandines proagrégantes. Le gingembre réduit également de manière significative la formation de peroxyde lipidique plaquettaire. Dans un autre modèle, les composés de gingérol et leurs dérivés étaient des agents antiplaquettaires plus puissants que l'aspirine.


Gastroprotecteur

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

 Le gingembre est traditionnellement utilisé pour soigner les maux d'estomac et les troubles gastro-intestinaux. Les effets gastroprotecteurs du gingembre ont été démontrés dans divers modèles animaux. Des recherches montrent que les effets gastroprotecteurs du gingembre pourraient être dus à une augmentation des niveaux de prostaglandines protectrices dans la paroi intestinale. Dans un modèle animal de colite ulcéreuse, un extrait de gingembre a amélioré les niveaux de cytokines inflammatoires et les effets antioxydants, ce qui suggère que ces voies peuvent jouer un rôle. La recherche s'est concentrée sur les gingérols et shoagols qui pourraient jouer un rôle clé dans la gastro-protection et l’accélération de la vidange gastrique. Les gingérols inhibent la croissance de différentes souches d’Helicobacter pylori et de plus, le 6-gingérol inhibe la formation de lésions gastriques induites. Le 6-shogaol, administré par voie orale améliore la motilité gastro-intestinale et pourrait prévenir un retard de vidange gastrique. Chez les patients souffrant de dyspepsie fonctionnelle, une dose unique de gingembre a également augmenté la vidange gastrique. 

Usages associés

Gastrite

Analgésique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Le gingembre a démontré des effets analgésiques dans des études expérimentales sur des animaux. On pense que cet effet est le résultat de l'inhibition par le shogaol de la libération de la substance P, qui est un neuropeptide associé à l'inflammation et à la douleur. Un autre mécanisme d'action possible est l'inhibition de la synthèse des prostaglandines par les gingérols et les shogaols.

Usages associés

Rhumatismes, Dysménorrhée

Antioxydant

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

 Des recherches in vitro, animales et cliniques ont montré que le gingembre et ses constituants, notamment le 6-, 8- et 10-gingérol et le 6-shogaol, ont des effets antioxydants tels que l'augmentation de l'activité de la glutathion peroxydase et la capacité antioxydante totale.


Hypolipémiant

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Il a été démontré chez l'animal que le gingembre réduit de manière significative les taux de cholestérol sérique et hépatique en altérant l'absorption du cholestérol et en stimulant la cholestérol-7-alpha-hydroxylase, l'enzyme limitant la vitesse de synthèse des acides biliaires.

Usages associés

Dyslipidémie

Hypotenseur

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

L'extrait de gingembre frais semble avoir des effets hypotenseurs. En effet, il semble avoir un effet bloquant des canaux calciques et stimulant des récepteurs muscariniques.  


Antibactérien

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Il a été démontré que le gingembre, le shogaol et la zingérone étaient fortement inhibiteurs de Salmonella typhi, Vibrio cholerae et Trichophyton violaceum, tandis que des extraits aqueux à des concentrations de 2,5 %, 5 % et 25 % étaient efficaces contre Trichomonas vaginalis. In vitro, un extrait de gingembre a inhibé la croissance d'Helicobacter pylori et de Campylobacter jejuni, des bactéries qui jouent un rôle dans les symptômes gastro-intestinaux. 

Usages associés

Gastrite


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Rhumatismes
✪✪✪✪

Le gingembre est décrit dans les systèmes de médecine ayurvédique et médecine traditionnelle arabe comme étant utile en cas d'inflammation et de rhumatisme. Cette utilisation traditionnelle est soutenue par des études modernes démontrant l'activité anti-inflammatoire du gingembre. La plupart des recherches cliniques montrent que la prise d'extrait de gingembre par voie orale améliore la douleur chez certains patients souffrant d'arthrose. En effet, des méta-analyses montrent que la prise quotidienne d'extrait de gingembre de 500 à 1 000 mg pendant 3 à 12 semaines peut légèrement améliorer la douleur par rapport à un placebo chez certains patients souffrant d'arthrose du genou ou de la hanche. De même, 250 mg d'extrait de gingembre pris quatre fois par jour pendant 6 mois ont été significativement plus efficaces que le placebo pour réduire la douleur et l'incapacité chez 29 patients atteints d'arthrose dans une étude croisée en double aveugle, contrôlée par placebo. Ces études sont corroborées par une étude rétrospective ouverte portant sur 56 patients (28 atteints de polyarthrite rhumatoïde, 18 d'arthrose, 10 de gêne musculaire) qui a révélé que plus des trois quarts d'entre eux ont ressenti, à des degrés divers, un soulagement de la douleur et du gonflement suite à l'utilisation à long terme de gingembre en poudre. Les études comparant le gingembre aux AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) apportent un soutien supplémentaire. Dans un ECR en double aveugle portant sur 120 patients, 30 mg d'un extrait éthanolique de gingembre équivalent à 1 g de gingembre et préparé à partir de gingembre frais se sont révélés significativement plus efficaces que le placebo et aussi efficaces que 1,2 g d'ibuprofène dans le traitement symptomatique de l'arthrose. Le gingembre topique, seul ou en association avec d'autres ingrédients, a également été étudié pour l'arthrose du genou. Bien qu'une méta-analyse de deux essais cliniques randomisés ne montre aucune preuve d'un bénéfice du gingembre topique sur la douleur et l'invalidité par rapport au placebo ou au traitement standard, certains bénéfices ont été montrés dans des études préliminaires individuelles. Ces essais ont utilisé un gel spécifique contenant du gingembre, une pommade composée de gingembre, de cannelle, de mastic et d'huile de sésame deux fois par jour pendant 6 semaines, ou un gramme d'extrait de gingembre 5% (standardisé à 11. 18% de 6-gingérol) dans un support lipidique à nanostructure trois fois par jour pendant un maximum de 12 semaines sur le genou affecté. Certaines études ont utilisé l'huile essentielle de gingembre dans une huile de massage, seule ou avec l'huile essentielle d'orange douce ou la thérapie standard, deux fois par semaine pendant 3 ou 6 semaines.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

posologie500 - 1000 mg

duration12 - semaines

formulationPoudre, Extrait standardisé, Extrait sec

An experimental study on the effectiveness of massage with aromatic ginger and orange essential oil for moderate-to-severe knee pain among the elderly in Hong Kong
The effect of ginger supplementation on some immunity and inflammation intermediate genes expression in patients with active Rheumatoid Arthritis
Effects of Self-Knee Massage With Ginger Oil in Patients With Osteoarthritis: An Experimental Study
Influence of a specific ginger combination on gastropathy conditions in patients with osteoarthritis of the knee or hip
Effects of a ginger extract on knee pain in patients with osteoarthritis
The use of ginger (Zingiber officinale) for the treatment of pain: a systematic review of clinical trials.
Efficacy and safety of ginger in osteoarthritis patients: a meta-analysis of randomized placebo-controlled trials.
Ayurvedic medicine offers a good alternative to glucosamine and celecoxib in the treatment of symptomatic knee osteoarthritis: a randomized, double-blind, controlled equivalence drug trial
Comparing analgesic effects of a topical herbal mixed medicine with salicylate in patients with knee osteoarthritis
A randomized, placebo-controlled, cross-over study of ginger extracts and ibuprofen in osteoarthritis
Ginger (Zingiber officinale) in rheumatism and musculoskeletal disorders
Effectiveness of Ginger on Pain and Function in Knee Osteoarthritis: A PRISMA Systematic Review and Meta-Analysis
Prospective, Multicenter Evaluation of a Polyherbal Supplement alongside Standard-of-Care Treatment for Mild Knee Osteoarthritis
The clinical effectiveness of ginger (Zingiber officinale) in adults with osteoarthritis.

Dysménorrhée
✪✪✪✪

Le gingembre a été utilisé par voie orale pour traiter la dysménorrhée et semble être efficace selon les données disponibles. En raison de sa capacité à inhiber la thromboxane synthétase et à activer les récepteurs des endorphines, l'utilisation du gingembre a été suggérée dans le traitement de la dysménorrhée. Des recherches cliniques menées chez des personnes âgées d'au moins 15 ans montrent que le gingembre peut réduire les douleurs liées à la dysménorrhée. Les études cliniques montrent que la prise quotidienne de 500 à 2000 mg de poudre de gingembre, généralement pendant les 3 ou 4 premiers jours du cycle menstruel, réduit modestement l'intensité de la douleur. Cependant, une méta-analyse de la recherche clinique montre que la prise de gingembre ne semble pas réduire la durée de la douleur par rapport au placebo. La prise d'un extrait de gingembre 250 mg quatre fois par jour pendant 3 jours au début de la période menstruelle ou jusqu'au soulagement de la douleur améliore les symptômes de manière similaire à l'ibuprofène ou à l'acide méfénamique. De même, la prise d'un extrait de gingembre à 200 mg quatre fois par jour pendant 3-4 jours au début de la douleur est aussi efficace que la prise de Novafen, une combinaison d'acétaminophène, de caféine et d'ibuprofène. Le gingembre semble également améliorer la douleur lorsqu'il est administré en complément d'agents anti-inflammatoires. Une petite étude clinique menée chez des jeunes femmes souffrant de dysménorrhée montre que l'ajout de 500 mg de gingembre par jour à 250 mg d'acide méfénamique deux fois par jour pendant 5 jours réduit davantage la douleur par rapport à la prise d'acide méfénamique seul.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

posologie500 - 2000 mg

duration4 - jours

populationFemmes

formulationPoudre


Nausée et vomissements
✪✪✪✪

Le gingembre est connu comme "plante du tube digestif très efficace dans les cas de mal des transports, nausées et vomissement du 1er trimestre de la grossesse, nausées et vomissement induits par la chimiothérapie et post-chirurgicaux. L’OMS reconnaît comme «cliniquement justifié» l’usage du gingembre dans la prévention des nausées et des vomissements dus au mal des transports et au mal de mer,ainsi que ceux liés à la grossesse. Elle reconnaît comme« traditionnel» son usage dans le traitement des troubles digestifs et de la perte d’appétit. Enfin, de nombreuses études ont confirmé l’action du gingembre dans la réduction de la fréquence des vomissements et de l’intensité des nausées chez la femme enceinte, dans le mal des transports et la réduction de la sévérité des nausées aiguës en cas de chimiothérapie. Des études cliniques montrent que la prise de 500 mg de gingembre deux fois par jour, 30 minutes avant chaque dose d'antirétroviral pendant 14 jours, réduit la probabilité relative de nausées et de vomissements, par rapport au placebo chez les patients séropositifs.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

posologie1 - 1.5 g

formulationPoudre, Extrait standardisé, Extrait sec, Jus


Dyslipidémie
✪✪✪✪✪

Un essai clinique contrôlé en double aveugle sur 85 volontaires souffrant d'hyperlipidémie a montré que le traitement au gingembre (3 g/jour) produisait un effet hypolipidémiant significatif par rapport aux témoins. La mesure des concentrations lipidiques avant et après 45 jours de traitement a montré des changements moyens significativement plus élevés des niveaux de triglycérides et de cholestérol pour le gingembre par rapport au contrôle, ainsi qu'une réduction moyenne significative du niveau de LDL et une augmentation des niveaux de HDL par rapport aux contrôles. Cette première étude montre des résultats prometteurs ; cependant, d'autres essais contrôlés sur l'homme sont nécessaires pour prouver l'efficacité.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

posologie3 g

formulationPoudre, Extrait standardisé, Extrait sec, Jus


Troubles hépatiques
✪✪✪✪✪

Des modèles expérimentaux de lésions hépatiques induites par l'alcool ont montré que le gingembre a des effets hépatoprotecteurs significatifs comparables à ceux de la silymarine. Cet effet semble être médié par un mécanisme antioxydant. L'utilisation d'un extrait méthanolique, qui a entraîné une réduction des enzymes inflammatoires que sont la phosphatase alcaline et la gamma-glutamyl transpeptidase (GGT) chez le rat. L'extrait éthanolique de gingembre a augmenté de manière significative les niveaux de glutathion, de superoxyde dismutase et de protéines en plus de réduire les niveaux d'aspartate et d'alanine amintransférases (AST et ALT), de GGT et de bilirubine et a réduit de manière marquée la nécrose et la fibrose de dépôt de collagène. Une petite étude clinique menée chez des patients atteints de stéatose hépatique non alcoolique montre que la prise de 1500 mg de racine de gingembre par jour pendant 12 semaines réduit le taux de cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL) et la glycémie à jeun, mais n'a pas d'effet sur les triglycérides, le cholestérol à lipoprotéines de haute densité (HDL), la résistance à l'insuline, la pression artérielle ou l'indice de stéatose hépatique, par rapport à un placebo. Le gingembre est également recommandé en cas de congestion hépatobiliaire, hépatite...

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

posologie1500 mg

formulationPoudre, Extrait standardisé, Extrait sec, Jus


Troubles de digestion
✪✪✪✪✪

Le gingembre stimule le flux de salive, de bile et de sécrétions gastriques et est donc traditionnellement utilisé pour stimuler l'appétit, réduire les flatulences et les coliques, les spasmes gastro-intestinaux et, d'une manière générale, comme aide à la digestion. La Commission E approuve l'utilisation de la racine de gingembre pour le traitement de la dyspepsie. L'EMA indique également que le gingembre est indiqué pour le traitement symptomatique des troubles gastro-intestinaux légers et spasmodiques, y compris les ballonnements et les flatulences.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

posologie500 mg

formulationPoudre, Extrait sec, Jus


Troubles biliaires
✪✪✪✪

Le gingembre (le gingérol) est cholagogue, c'est à dire il stimule la sécrétion biliaire. Il est recommandé en cas d'insuffisance biliaire.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

formulationPoudre, Extrait standardisé, Extrait sec, Jus


Gastrite
✪✪✪✪

Le gingembre et ses molécules actives (gingérols et shoagols) présentent des propriétés préventives vis-à-vis des ulcérations gastriques induites chez l’animal. Les gingérols inhibent la croissance de plusieurs souches d’Helicobacter pylori. In vivo, l’utilisation de gingembre permet de prévenir les lésions gastriques induites par la bactérie. Ces propriétés confirment l'usage traditionnelle du gingembre en cas de gastrite et entérocolite.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, rhizome

formulationPoudre, Extrait standardisé, Extrait sec, Jus


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 500 mg - 2000 mg

- Infusion : 0,5 à 1 g de poudre pour 150 ml d'eau chaude. Infuser 5 minutes - Poudre : 0,5 à 1,5 g par jour - TM : 1,2 à 7,8 g par jour - HE: 2 à 4 gouttes avant le repas. - Extrait sec : 180 mg, 3 fois par jour.

Enfant de 6 jusqu’à 12 an(s) : 250 mg - 500 mg


Interactions

Médicaments

Antiagrégants plaquettaires/Anticoagulant : interaction modérée

Le gingembre à des propriétés anticoagulantes, il convient donc de ne pas l'associer à des médicaments et actifs anticoagulants.

Antidiabétique : interaction faible

Les études suggèrent que le gingembre pourrait avoir des propriétés hypoglycémiantes. Son action pourrait s'accumuler à celles de médicaments antidiabétiques.

Warfarine : interaction modérée

Le gingembre à des propriétés anticoagulantes, il convient donc de ne pas l'associer à des médicaments et actifs anticoagulants.

Nifedipine : interaction modérée

La recherche clinique montre que le traitement combiné avec 1 gramme de gingembre et 10 mg de nifédipine inhibe significativement l'agrégation plaquettaire par rapport à la nifédipine ou au gingembre seuls.


Précautions

Femme allaitante : éviter

Le gingembre est sans risque lorsqu'il est consommé dans les quantités généralement présentes dans les aliments. Il n’existe pas suffisamment d’informations fiables sur la sécurité du gingembre lorsqu’il est utilisé à des fins médicinales.

Troubles cardiaques : éviter

En théorie, des doses excessives de gingembre pourraient aggraver certains troubles cardiaques. Des recherches en laboratoire suggèrent que le gingembre a une activité inotrope et chronotrope négative.

Intervention chirurgicale : éviter

En théorie, le gingembre pourrait augmenter le risque de saignement. Le gingembre pourrait inhiber la thromboxane synthétase et diminuer l'agrégation plaquettaire. 


Contre-indications

Femme enceinte : interdit

Le gingembre est sans risque lorsqu'il est consommé dans les quantités généralement présentes dans les aliments. Il peut présenter des problèmes lorsqu'il est utilisé à des fins médicinales. Quelques rapports précoces d'effets indésirables et une étude d'observation suggèrent que la prise de gingembre séché et d'autres compléments à base de plantes pendant les 20 premières semaines de la grossesse augmenterait marginalement le risque de mortalité foetale. L'utilisation du gingembre a été associée à une augmentation des saignements vaginaux non sévères, après la 17e semaine de grossesse.