Echinacée : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

Echinacea (les échinacées, terme dérivé du grec echino, « épine », à cause du disque central épineux de la fleur) est un genre de plantes de la famille des Astéracées, originaire d'Amérique du Nord, qui est actuellement aussi cultivée en Europe. L’échinacée est une plante vivace à tiges dressées mesurant de 60 à 120 cm de hauteur. On peut la rapprocher aux tournesols ou encore aux marguerites. L'échinacée était utilisée dans la médecine traditionnelle par les Amérindiens de la région des Grandes Plaines pour traiter des affections variées comme les plaies externes ou morsures de serpent. Elle a ensuite été adoptée par les colons, qui ont commencé à l'utiliser comme médicament anti-infectieux à partir de 1800. Introduite en Europe en 1895, l'échinacée était présente sur la liste des médicaments à base de plantes aux États-Unis et produite par les entreprises pharmaceutiques, avant d'être supplantée par l'arrivée des antibiotiques sur le marché en 1940. Les parties des trois espèces d'échinacées utilisées en thérapeutique (Echinacea purpurea, Echinacea angustifolia et Echinacea pallida) sont les parties aériennes et les racines. L'échinacée contient des polysaccharides, des alkylamides, des dérivés phénolés (des dérivés de l'acide caféique, acide chlorogénique, acide chicorique, échinacoside), des huiles essentielles ainsi qu'une série de vitamines, de minéraux, d'acides gras, de résines, de glycoprotéines et de stérols. L'échinacée est utilisée par voie orale comme immunostimulant pour lutter contre diverses infections, pour traiter et prévenir le rhume, la toux, la grippe et d'autres infections des voies respiratoires supérieures.

Nom(s) scientifique(s)

Echinacea angustifolia, Echinacea purpurea, Brauneria angustifolia, Echinacea pallida

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Échinacoside

Acide cichorique

Acide caféique

Alkylamides

Cynarine


Propriétés


Immunostimulant

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

Les propriétés immunostimulantes de l'échinacée semblent cibler à la fois la fonction immunitaire non spécifique et spécifique. Les effets non spécifiques comprennent l'augmentation de la prolifération des macrophages et de la phagocytose, ainsi que la sécrétion de l'interféron bêta-2, du facteur de nécrose tumorale (TNF) et de l'interleukine-1 (IL-1). Les constituants de l'échinacée qui seraient impliqués dans la stimulation de réponses immunitaires non spécifiques comprennent des polysaccharides de haut poids moléculaire tels que l'hétéroxylane et l'arabinogalactane, et des composés de plus faible poids moléculaire, comme les alkylamides, l'acide chicorique et les échinacosides. Les réponses immunitaires spécifiques comprennent l'activation d'autres composants de la voie du complément et l'augmentation des niveaux et de l'activité des lymphocytes T, des neutrophiles et des cellules tueuses naturelles (NK). Ces effets peuvent être dus aux polysaccharides présents dans l'échinacée.

Usages associés

Renforcement immunitaire, Rhume, Infections urinaires, Infections respiratoires

Antiviral

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

L'échinacée peut présenter une activité antivirale contre le virus de la grippe, le virus de l'estomac vésiculaire et les virus de l'herpès simplex (HSV-1 et HSV-2). Des recherches préliminaires utilisant des virus provenant de sécrétions nasales suggèrent que l'échinacée purpurea pourrait inhiber les virus enveloppés tels que les virus corona, de la grippe, du parainfluenza, les virus respiratoires syncytiaux et les métapneumovirus. L'échinacée renforce la résistance aux infections des voies aériennes supérieures par les rhinovirus. Elle renforce aussi la résistance aux infections lors des traitements des verrues cutanées. L’acide caféique et l’acide chicorique possèdent in vitro une activité antivirale (d’une durée de 24 à 48 heures).

Usages associés

Pharyngite, Rhume, Infections respiratoires

Antibactérien

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L’échinacoside possède une action dose-dépendante anti-bactérienne inhibitrice in vitro sur la croissance de certains germes. Cette activité est plus spécifique de Staphylococcus aureus, de Streptococcus pyogenes, du colibacille et du pathogène de l’acné Propionibacterium acnes. Une activité anti-adhérence aux cellules intestinales a également été observée face au pathogène Campylobacter jejuni responsable de la diarrhée.

Usages associés

Pharyngite, Infections urinaires, Gingivite, Cicatrisation de la peau

Antifongique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L’activité a été démontrée sur Candida albicans. Elle est corroborée par des résultats cliniques, en particulier sur la prévention des infections uro-génitales de la femme. Les composés polyacétyléniques de l'échinacée, y compris les cétoalcènes et les cétoalcynes, semblent être responsables de l'activité antifongique, notamment contre la levure Candida, y compris Candida albicans.

Usages associés

Infections vaginales

Anti-inflammatoire

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Les études sur l'échinacée ont révélé que les extraits d'alcool, issus des trois espèces (E. angustifolia, E. purpurea, et E. pallida) ont des propriétés anti-inflammatoires. Les composés actifs responsables sont : - Alkamides : inhibent l'enzyme iNOS, qui joue un rôle dans la production d'oxyde nitrique, un médiateur de l'inflammation. - Acide Caféique : augmente l'activité de l'arginase, une enzyme qui aide à réduire l'inflammation. - Alkylamides des racines d'E. Purpurea : inhibent partiellement les enzymes COX-1 et COX-2, qui sont impliquées dans la production de prostaglandines, des composés qui contribuent à l'inflammation et à la douleur.


Cicatrisant

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Les recherches sur les animaux suggèrent que les extraits d'échinacée peuvent accélérer la cicatrisation des plaies, améliorer l'épithélialisation et réduire l'inflammation. Le constituant échinacoside semble protéger le collagène de type III des dommages causés par les radicaux libres, et pourrait avoir une activité contre l'hyaluronidase bactérienne, qui est nécessaire pour que les bactéries se propagent à travers la peau et les muqueuses. Plusieurs études cliniques non contrôlées soutiennent l'utilisation topique de l'échinacée pour améliorer la cicatrisation des plaies. Un essai portant sur 4598 personnes a étudié les effets d'une préparation composée du jus des parties aériennes d'E. purpurea sur diverses plaies, brûlures, infections cutanées et affections inflammatoires de la peau. L'application topique d'échinacée a produit un taux de réussite global de 85 %, et le principal composant responsable de l'amélioration de la cicatrisation des plaies semble être l'échinacoside comme souligné plus haut.

Usages associés

Cicatrisation de la peau


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Renforcement immunitaire
✪✪✪✪

L'échinacée exerce une action immunostimulante. Son action sur le système immunitaire a été vérifiée in vitro et in vivo. Dans le cadre d'un essai randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo, le nombre total de symptômes quotidiens (du rhume) était plus faible avec l'échinacée qu'avec le placebo, et la différence était statistiquement significative après le troisième jour. On a également constaté une augmentation du nombre total de leucocytes, de monocytes et de neutrophiles, mais pas de lymphocytes, et de la capacité d'éclatement respiratoire des neutrophiles, tandis qu'on a observé une diminution des unités érythrocytaires de superoxyde dismutase pendant le traitement à l'échinacée.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, parties aériennes

posologie1500 - 2400 mg

duration1 - mois

populationAdultes

formulationextrait standardisé, extrait sec


Rhume
✪✪✪✪

La réduction du taux d'infections ORL observée avec l'échinacée comme supplément quotidien semble très efficace dans certains cas, mais soumise à un degré élevé de variabilité. Des méta-analyses montrent une réduction modeste du risque de développer un rhume lors de la prise de différents produits d'échinacée. Une grande étude clinique menée avec Echinaforce (A. Vogel) montre que les adultes qui prennent 0,9 ml trois fois par jour (donnant 2 400 mg d'échinacée par jour) pendant 4 mois, ou 0,9 ml cinq fois par jour (4 g d'échinacée par jour) au premier signe de rhume, ont moins d'épisodes et durée de rhume que ceux qui prennent un placebo. Dans l'ensemble, les données confirment une efficacité faible à modérée. L'EMA indique l'échinacée comme médicament à base de plantes pour la prévention et le traitement à court terme du rhume.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, parties aériennes

posologie900 - 4000 mg

duration4 - mois

formulationextrait standardisé, extrait sec

Echinacea for treating the common cold: a randomized trial.
Echinacea purpurea for prevention of experimental rhinovirus colds.
Randomised, double blind, placebo-controlled trial of echinacea supplementation in air travellers.
Echinacea for the prevention and treatment of upper respiratory tract infections: A systematic review and meta-analysis.
Echinacea in the prevention of induced rhinovirus colds: a meta-analysis.
Use of a standardized extract from Echinacea angustifolia (Polinacea) for the prevention of respiratory tract infections.
Safety and Efficacy Profile of Echinacea purpurea to Prevent Common Cold Episodes: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial.
Echinacea for preventing and treating the common cold.
Effects of echinacea on the frequency of upper respiratory tract symptoms: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial.
Echinacea purpurea and mucosal immunity
European Union herbal monograph on Echinacea purpurea (L.) Moench, radix
Echinaforce and other Echinacea fresh plant preparations in the treatment of the common cold. A randomized, placebo controlled, double-blind clinical trial.
An evaluation of Echinacea angustifolia in experimental rhinovirus infections.
A randomized controlled trial of the effect of fluid extract of Echinacea purpurea on the incidence and severity of colds and respiratory infections.
Evaluation of echinacea for the prevention and treatment of the common cold: a meta-analysis
Efficacy and safety of echinacea in treating upper respiratory tract infections in children: a randomized controlled trial.
Ineffectiveness of echinacea for prevention of experimental rhinovirus colds.
Echinacea root extracts for the prevention of upper respiratory tract infections: a double-blind, placebo-controlled randomized trial.

Infections respiratoires
✪✪✪✪✪

L'échinacée peut présenter une activité antivirale contre le virus de la grippe, les rhinovirus et les virus de l'herpès simplex (HSV-1 et HSV-2). Des recherches préliminaires utilisant des virus provenant de sécrétions nasales suggèrent que l'échinacée purpurea pourrait inhiber les virus enveloppés tels que les virus corona, de la grippe, du parainfluenza, les virus respiratoires syncytiaux et les métapneumovirus. Côté clinique, une analyse systématique des revues Cochrane récente indique sur l'efficacité de l'échinacée pourrait être supérieure au placebo pour réduire l'incidence de la grippe, suggérant son utilité potentielle comme intervention préventive. Une autre grande étude menée chez des adultes souffrant d'infections respiratoires montre que la prise quotidienne pendant 5 jours d'une combinaison contenant 1100 à 2200 mg d'échinacée, du zinc et de la vitamine C réduit le délai de guérison ; sans effet majeur cependant sur la gravité des symptômes par rapport au placebo.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, parties aériennes

posologie900 - 2200 mg

duration5 - jours

populationAdultes, Enfants

formulationextrait standardisé, extrait sec

Synergies

Zinc, Vitamine C

Pharyngite
✪✪✪✪✪

Grâce à son action antivirale et antibactérienne, l'échinacée peut-être utilisée en cas de pharyngite et même bronchite. Une étude observationnelle a pu examiné l'efficacité d'une pastille d'Echinacée et de Sauge dans le traitement d'une pharyngite. L'étude a montré une réduction significative de la charge virale et des symptômes, tels que la douleur de la gorge. Cependant, il n'y a pas eu de groupe de contrôle, ce qui limite la validité de ces résultats. La pastille Echinacée/Sauge contenait 800 mg d'extrait hydro-éthanolique d'Echinacea purpurea (95% parties aériennes et 5% racine, Echinaforce®) et 378,5 mg d'extrait hydro-éthanolique de feuilles de Salvia officinalis (rapport d'extraction du médicament 1:17).

Posologie

posologiePar voie orale : racine, parties aériennes

posologie4000 mg

duration1 - jours

formulationextrait standardisé, extrait sec

Synergies

Sauge

Infections urinaires
✪✪✪✪✪

Grâce à ses propriétés immunostimulantes et antibactériennes, l'échinacée est indiquée dans les cystites. L'ESCOP l'indique comme thérapie adjuvante et préventive des infections récurrentes de l'appareil urogénital.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, parties aériennes

posologie1500 - 2400 mg

formulationextrait standardisé, extrait sec


Gingivite
✪✪✪✪✪

Des recherches cliniques préliminaires montrent que l'utilisation d'un rince-bouche contenant de l'échinacée, du gotu kola et du sureau 15 ml trois fois par jour pendant 14 jours pourrait prévenir l'aggravation de la gingivite par rapport à un rince-bouche placebo, mais il ne produit qu'une amélioration minime des symptômes. L'application d'un patch parodontal contenant de l'échinacée, du gotu kola et du sureau, soit en une seule dose, soit trois fois par jour pendant 1 jour puis une fois par jour pendant 2 jours semble réduire certaines mesures de l'inflammation et de la gingivite à certains moments, mais les effets manquent de cohérence.

Posologie

posologiePar voie buccale : racine, parties aériennes

posologie1500 - 2400 mg

duration14 - jours

formulationextrait standardisé, extrait sec

Synergies

Sureau, Centella asiatica

Infections vaginales
✪✪✪✪✪

Des résultats cliniques sur la prévention des infections uro-génitales (mycoses, candidoses, herpès) de la femme semblent mitigés, malgré les résultats prometteurs en laboratoire. Un essai en double aveugle, contrôlé par placebo mené pendant un an, a étudié les effets d'un extrait de la plante et de la racine d'E. purpurea (Echinaforce 800 mg deux fois par jour) sur l'incidence et la sévérité des poussées d'herpès génital chez 50 patients. L'étude n'a pas révélé un avantage statistiquement significatif par rapport au placebo après 6 mois de traitement.

Posologie

posologiePar voie orale : racine, parties aériennes

posologie1600 - 2400 mg

formulationextrait standardisé, extrait sec


Cicatrisation de la peau
✪✪✪✪

Sur les plaies, les extraits d’échinacée semblent agir en inhibant la prolifération des bactéries et en favorisant la cicatrisation par stimulation de la synthèse de collagène. L'EMA reconnait l'échinacée comme médicament traditionnel à base de plantes pour le traitement des petites blessures superficielles mais aussi pour soulager les taches et les boutons dus à l'acné légère. La Commission E approuve l'usage externe de l'herbe E. purpurea pour les plaies mal cicatrisées et les ulcérations chroniques.

Posologie

posologiePar voie cutanée : racine, parties aériennes

posologie1500 - 2400 mg

formulationextrait standardisé, extrait sec


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 900 mg - 4000 mg (poudre)

La dose journalière recommandée pour un adulte est de 900 mg (équivalent matière brute). Dans les études, des doses allant jusqu'à 4 g par jour ont été utilisées. En extrait sec : 360 mg/jour En TM (teinture mère) : 15 à 30 gouttes, 3 fois par jour.

Enfant de 4 jusqu’à 18 an(s) : 900 mL - 2000 mL (poudre)

Dosage selon laboratoire, jusqu'à 2 g équivalent plante fraîche par jour en phase aigue. En TM (teinture mère) à partir de 12 ans : 1 goutte/Kg/jour, en trois prises.


Interactions

Médicaments

Cyclophosphamide : interaction modérée

L'échinacée semble augmenter l'effet immunostimulant du cyclophosphamide à faible dose, ce qui peut impacter les maladies auto-immunes.

Cyclosporine : interaction modérée

L'échinacée pourrait inhiber l'effet de la ciclosporine.

Immunosuppresseur : interaction modérée

Théoriquement, l'échinacée peut interférer avec le traitement immunosuppresseur en raison de son activité immunostimulante. Les médicaments immunosuppresseurs comprennent l'azathioprine, le basiliximab, la cyclosporine, le daclizumab, le muromonab-CD3, mycophénolate, tacrolimus, sirolimus, prednisone, et autres corticostéroïdes.

Plantes ou autres actifs

Echinacée : interaction modérée

L'échinacée semble augmenter les concentrations plasmatiques de caféine de 30 %. Ceci est probablement dû à l'inhibition du cytochrome P450 1A2 (CYP1A2) par l'échinacée.


Précautions

Femme enceinte : utiliser avec prudence

Il existe des preuves préliminaires que les mères peuvent utiliser sans danger l'échinacée (Echinacea purpurea ou Echinacea angustifolia), de 250 mg à 1000 mg par jour, ou de teintures, jusqu'à 30 gouttes par jour pendant 5 à 7 jours au cours du premier trimestre de la grossesse sans nuire au fœtus. Il est conseillé aux femmes enceintes de rester prudentes et de de demander conseil à leur médecin.

Femme allaitante : utiliser avec prudence

Pas de donnés disponibles.

Maladies auto-immunes : utiliser avec prudence

L'échinacée semble stimuler la fonction immunitaire. Théoriquement, l'échinacée pourrait exacerber les maladies auto-immunes en stimulant l'activité de la maladie. Utiliser avec prudence chez les sujets atteints de maladies auto-immunes telles que la sclérose en plaques, le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde ou autres d'éviter ou d'utiliser l'échinacée avec prudence.

Atopie : éviter

Les personnes atteintes d'atopie (une tendance génétique aux affections allergiques) peuvent être plus susceptibles d'avoir une réaction allergique lorsqu'elles prennent de l'échinacée. Les rapports de cas décrivent plusieurs cas de réactions allergiques à l'échinacée compatibles avec une hypersensibilité à médiation IgE. 34% des réactions ont été observées chez des patients atteints d'atopie.

Hémochromatose : utiliser avec prudence

En cas d'hémochromatose, la prise d'échinacée est à surveiller.