Courge : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

Les graines de courge proviennent de la courge, une plante potagère de la famille des Curcubitacées qui compte plusieurs espèces réparties pour la plupart dans les régions chaudes et tempérées, notamment sur le continent sud-américain et africain. On utilise en thérapeutique les graines séchées et mûres ainsi que leur huile. Les graines sont une source d'énergie importante. Elles sont riches en acides gras (jusqu'à 50%), dont 47% d'acide linoléique, 29% d'acide oléique, 14% d'acide palmitique et 8% d'acide stéarique, en protéines (38%) et en glucides (37 %), selon les conditions de culture et de transformation. Les pépins de courge sont également riches en cucurbitine et en caroténoïdes, dont la lutéine, le carotène, le bêta-carotène et des phytostérols. Les phytostérols dominants sont les dela-7-stérols, contrairement à la plupart des huiles végétales, suivis par le sitostérol. L'huile est également riche en vitamine E, notamment en gamma-tocophérol et en alpha-tocophérol (3 mg/100 grammes). Les pépins de courge sont traditionnellement utilisés contre les vers intestinaux. Il sont utilisés en clinique pour le soulagement des symptômes des voies urinaires inférieures liés à l'hypertrophie bénigne de la prostate ou liés à une vessie hyperactive.

Autre(s) nom(s) 

Pépins de courge, Graines de courge

Nom(s) scientifique(s)

Cucurbita pepo L., semen

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Vitamine E

Bêta carotène

Acide linoléique

Phytostérols

Acide oléique

Lutéine


Propriétés


Antiandrogénique

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

Il a été suggéré que les actions de l'huile des graines de courge sont dues aux phytostérols, qui sont connus pour inhiber la 5-alpha-réductase et pour avoir des effets antiandrogènes chez les rats. L'enzyme 5-alpha réductase est responsable de la transformation de la testostérone en dihydrotestostérone (DHT), une forme plus active de l'hormone. Les graines de courge peuvent réduire les niveaux de DHT par l'inhibition de cette enzyme, ce qui est bénéfique dans le traitement de l'hyperplasie bénigne de la prostate, une condition souvent liée à un excès d'activité androgénique.

Usages associés

Chute de cheveux, Hypertrophie bénigne de la prostate

Antiparasitaire

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Les extraits de pépins de courge peuvent être utilisés pour lutter contre les infections par les nématodes gastro-intestinaux et contre l'hymenolepis nana (ténia nain) d'après quelques études in vivo et in vitro. Les graines de courge présentent des propriétés anthelminthiques, principalement dues à la présence d'un composé nommé cucurbitine. La cucurbitine est un acide aminé non protéique efficace contre plusieurs types de parasites intestinaux. Des études ont montré que les extraits de graines de courge sont efficaces contre des parasites tels que les schistosomes et les ténias. Ces propriétés anthelminthiques s'expliquent par l'action de la cucurbitine, qui inhibe la croissance de ces parasites. La cucurbitine possède une structure chimique similaire à celle de l'acide kainique (connu pour ses propriétés neuroexcitatoires, peut agir en perturbant le système nerveux des vers parasites), ce qui pourrait expliquer son mode d'action en tant qu'anthelminthique.


Diurétique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L'huile de pépins de courge semble avoir un effet diurétique, qui peut soulager la gêne vésicale. On pense que les constituants du phytostérol affectent le flux urinaire. Les delta-7 stérols, que l'on pense être les principaux responsables de ces effets, ne sont détectés cependant que dans certaines variétés de citrouille.

Usages associés

Troubles urinaires

Anticancer

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

La recherche in vitro montre que l'extrait de pépins de courge ou cucurbitine peut inhiber la croissance de divers types de cellules cancéreuses. Lors d'une étude in vitro, l'extrait de pépins de courge a inhibé la croissance cellulaire des lignées cellulaires cancéreuses : les lignées cellulaires de cancer de la prostate, la lignée cellulaire de cancer du sein. Cet effet n'était pas dû à la cucurbitine. L'inhibition de la croissance a également été observée dans la lignée cellulaire hyperplasique mais non cancérigène, qui provient du tissu d'hyperplasie bénigne de la prostate. Toutefois, l'étude conclut que ces effets ne sont pas médiés par les récepteurs des hormones stéroïdes sexuelles.

Usages associés

Hypertrophie bénigne de la prostate


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Hypertrophie bénigne de la prostate
✪✪✪✪

L'EMA reconnait l'usage traditionnel des extraits de pépins de courge pour le soulagement des symptômes des voies urinaires inférieures liés à l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) ou liés à une vessie hyperactive. L'ESCOP l'indique dans le traitement symptomatique des troubles de la miction (tels que dysurie, pollakiurie, nycturie, rétention d'urine et hésitation) dans l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) aux stades I et II selon la définition d'Alken ou aux stades II et III selon la définition de Vahlensieck. Plusieurs études de bonne qualité, confortent ces usages traditionnels. Dans un essai randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo, mené auprès de 47 patients atteints d'hyperplasie bénigne de la prostate, le score international des symptômes de la prostate (IPSS) a été réduit par un traitement de 3 mois à l'huile de pépins de courge, mais l'antigène spécifique de la prostate et le volume de la prostate n'ont pas été réduits. L'IPSS est un questionnaire standardisé qui est utilisé pour évaluer les symptômes de l'hyperplasie bénigne de la prostate. Un autre essai clinique avec 2245 patients atteints d'hyperplasie bénigne de la prostate, qui ont reçu pendant 3 mois un extrait de pépins de courge, a également permis une amélioration des symptômes de l'HBP, en particulier aux premiers stades, qui a été mesurée par une diminution de l'IPSS. L'huile de pépins de courge a également été comparée à la tamsulosine (médicament de référence pour traiter les symptômes de l'HBP). Une étude clinique comparant l'huile de pépins de courge 360 mg deux fois par jour à la tamsulosine 0,4 mg une fois par nuit pendant 3 mois montre que les deux groupes de traitement rapportent des améliorations des symptômes de l'HBP et de la qualité de vie par rapport à la ligne de base, bien que l'amélioration semble plus importante dans le groupe tamsulosine, en particulier lorsqu'elle est mesurée à 1 mois et à 3 mois. Dans le groupe de l'huile de pépins de courge, aucun effet indésirable n'a été signalé, contre 15 % des patients prenant de la tamsulosine.

Posologie

posologiePar voie orale : graine

posologie720 - 1200 mg

duration12 - mois

populationHommes

formulationHuile

Synergies

Palmier nain
Effects of pumpkin seed in men with lower urinary tract symptoms due to benign prostatic hyperplasia in the one-year, randomized, placebo-controlled GRANU study.
Community herbal monograph on Cucurbita pepo L., semen
A phase II randomised double-blind placebo-controlled clinical trial investigating the efficacy and safety of ProstateEZE Max: a herbal medicine preparation for the management of symptoms of benign prostatic hypertrophy.
Pumpkin Seed Extract: Cell Growth Inhibition of Hyperplastic and Cancer Cells, Independent of Steroid Hormone Receptors
A phase II randomised double-blind placebo-controlled clinical trial investigating the efficacy and safety of ProstateEZE Max: a herbal medicine preparation for the management of symptoms of benign prostatic hypertrophy.
Treatment of benign prostatic hyperplasia with phytosterols.
Pumpkin seed oil (Cucurbita pepo) versus tamsulosin for benign prostatic hyperplasia symptom relief: a single-blind randomized clinical trial
Inhibition of Testosterone-Induced Hyperplasia of the Prostate of Sprague-Dawley Rats by Pumpkin Seed Oil
Effects of Pumpkin Seed Oil and Saw Palmetto Oil in Korean Men With Symptomatic Benign Prostatic Hyperplasia
[Prosta Fink Forte capsules in the treatment of benign prostatic hyperplasia. Multicentric surveillance study in 2245 patients].
[Prosta Fink Forte capsules in the treatment of benign prostatic hyperplasia. Multicentric surveillance study in 2245 patients].
Pumpkin seed oil (prostafit) or prazosin? Which one is better in the treatment of symptomatic benign prostatic hyperplasia.

Chute de cheveux
✪✪✪✪✪

Des recherches cliniques suggèrent que la prise d'huile de pépins de courge à raison de 400 mg par jour pendant 24 semaines augmente la masse capillaire de 30 % par rapport au placebo chez les hommes présentant une chute de cheveux légère à modérée. Une autre étude plus récente a examiné l'efficacité de l'huile de pépin de courge -appliquée sur le cuir chevelu- dans le traitement de la perte de cheveux chez les femmes. L'étude a comparé l'huile de pépin de courge au minoxidil à 5%. Dans l'étude, 60 femmes souffrant d'alopécie androgénétique ont été divisées en deux groupes : l'un traité avec de l'huile de pépin de courge, et l'autre avec du minoxidil. Les traitements ont été appliqués une fois par jour pendant trois mois. L'efficacité a été évaluée en observant des changements dans la diversité et la repousse des cheveux. Les résultats ont montré une amélioration significative dans les deux groupes, mais le minoxidil a montré une efficacité supérieure par rapport à l'huile de pépin de courge. Les auteurs concluent l'huile de pépins de courge appliqué sur le cuir chevelu améliore la repousse des cheveux de la même manière que le minoxidil 5 % en mousse, à raison de 1 ml par jour.

Posologie

posologiePar voie cutanée, orale : graine

posologie400 mg

duration3 - mois

populationAdultes

formulationHuile


Troubles urinaires
✪✪✪✪✪

L'ESCOP indique l'usage des pépins de courge en cas d'incontinence urinaire ou vessie irritable chez les hommes et les femmes. Une étude enrôlant 45 sujets a permis de valider cet usage. Un extrait d'huile de pépins de courge de C. maxima (10 g d'huile/jour) a été administré par voie orale pendant 12 semaines. Après 6 et 12 semaines, la fonction urinaire a été évaluée à l'aide de l'OABSS (Overactive Bladder Symptom Score). L'huile de pépins de courge de C. maxima a réduit de manière significative le degré d'OABSS chez les sujets.

Posologie

posologiePar voie orale : graine

posologie10 g

duration12 - semaines

populationAdultes

formulationHuile


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 300 mg - 900 mg (Extrait sec)

Extrait sec : dose de 105 mg, 3 fois par jour ; ou 152 mg, 2 fois par jour.

Adulte à partir de 18 an(s) : 300 mg - 1200 mg (Huile)

Huile : 300 - 1200 mg, par jour.

Adulte à partir de 18 an(s) : 5 g - 15 g (Poudre)

Poudre : 2,5 - 7,5 g, 2 fois par jour.


Plantes ou autres actifs

Courge : interaction faible

En raison de ces effets diurétiques potentiels, la courge pourrait réduire l’excrétion et augmenter les taux de lithium.

Précautions

Femme enceinte : éviter

L’huile de pépin de courge est très bien tolérée par l’organisme. Un avis médical est toutefois recommandé pour les jeunes enfants, les femmes enceintes et les femmes allaitantes.

Femme allaitante : éviter

L’huile de pépin de courge est très bien tolérée par l’organisme. Un avis médical est toutefois recommandé pour les jeunes enfants, les femmes enceintes et les femmes allaitantes.

Enfant jusqu’à 18 an(s) : éviter

L’huile de pépin de courge est très bien tolérée par l’organisme. Un avis médical est toutefois recommandé pour les jeunes enfants, les femmes enceintes et les femmes allaitantes.