CBD : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

Le cannabidiol (CBD) est un constituant non psychoactif du Cannabis sativa. Plus de 80 constituants, appelés cannabinoïdes, ont été identifiés à partir du Cannabis sativa, dont le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) qui est le principal composé psychoactif. Le CBD représente environ 40 % des extraits de cannabis. Il est généralement dérivé du chanvre. Le CBD peut également être dérivé d'autres sources comme les pelures d'orange par un processus appelé assemblage cyclique de terpènes. Il est moléculairement identique au cannabidiol dérivé de sources typiques, mais sans les traces de THC. Le CBD est une molécule lipophile qui présente une faible solubilité dans l'eau. Sa formulation a donc un impact sur son absorption gastro-intestinale et ses concentrations plasmatiques ultérieures. Les premiers travaux sur le CBD ont débuté dans les années 1970. Les premiers indices montraient que le CBD pourrait supprimer les épisodes épileptiques. Quarante ans après, de vastes essais cliniques contrôlés randomisés ont montré que le CBD peut être bénéfique pour les enfants atteints de certains troubles épileptiques.  Le CBD agit sur les récepteurs qui médient la signalisation de la douleur et l'inflammation, ainsi que sur au moins un récepteur du neurotransmetteur sérotonine, ce qui a pour effet une action comparable aux médicaments inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, utilisés pour traiter la dépression. Le seul produit CBD autorisé en Europe est Epidyolex, qui est un médicament utilisé dans le cadre du traitement des crises d'épilepsie. Les autres produits à base de CBD extrait des graines de Chanvre sont autorisés à condition qu'ils ne contiennent pas plus de 0,3% de THC et la teneur en CBD n'excède pas celle présente naturellement dans la plante. Les extraits ayant une teneur CBD supérieure à la teneur naturelle sont considérés comme Novel Food.

Nom(s) scientifique(s)

cannabidiol

Famille ou groupe : 

Phytosubstances


Propriétés


Neurologique

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

Des recherches cliniques suggèrent que le CBD a des effets : - Antiépileptiques Un certain nombre d'essais sur l'homme ont démontré des effets antiépileptiques dans une variété de syndromes, y compris Dravet, Lennox-Gastaut, Sturge-Weber et le complexe de sclérose tubéreuse. Cependant le mécanisme d'action n'est pas clair. Dans l'ensemble, les effets thérapeutiques du CBD pourraient s'expliquer par une combinaison de facteurs : Il augmente les niveaux du traitement antiépileptique "clobazam", affecte les récepteurs de l'acide gamma-aminobutyrique (GABA)-A, et affecte potentiellement les voies anticonvulsives complémentaires. - Antipsychotiques Le mécanisme exact des effets antipsychotiques du CBD n'est pas clair. Les effets antipsychotiques du CBD ont été évalués dans plusieurs modèles animaux de psychose. Chez l'homme, une petite étude clinique menée chez des adultes en bonne santé montre qu'une dose unique de CBD augmente le flux sanguin dans l'hippocampe, ce qui pourrait théoriquement avoir un impact dans la schizophrénie. Dans une autre étude clinique, l'amélioration des symptômes psychotiques avec le CBD était associée à des niveaux d'anandamide plus élevés (un neurotransmetteur cannabinoïde endogène présent dans l'organisme). Il a été proposé que l'anandamide s'oppose à l'activité des récepteurs de la dopamine-2. Ainsi, l'administration de CBD pourraient empêcher la suractivation des récepteurs dopamine-2 dans les troubles psychotiques. - Neuroprotecteurs Des recherches in vivo et in vitro suggèrent que le CBD pourrait avoir des effets neuroprotecteurs dans les maladies neurodégénératives, telles que la maladie d'Alzheimer et la maladie de Huntington. Bien que le mécanisme de ces effets ne soit pas encore clair, on pense qu'il est lié aux effets anti-inflammatoires et antioxydants. D'autres recherches cliniques préliminaires suggèrent que la prise de CBD réduit les niveaux d'acide gamma-aminobutyrique (GABA) et affecte les résultats de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle chez les patients atteints de troubles du spectre autistique.

Usages associés

Epilepsie, Addictions, Schizophrénie

Anxiolytique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Des études animales montrent que le CBD a une activité anxiolytique dans des modèles animaux de trouble anxieux généralisé, de trouble panique, de trouble de stress post-traumatique et de trouble obsessionnel-compulsif. Selon certaines recherches sur les animaux, les effets anxiolytiques du CBD pourraient suivre une courbe en forme de U inverse, les doses très élevées (plus de 20 mg/kg chez les rats) étant inefficaces. Des études d'imagerie du cerveau montrent que le CBD influence l'activité cérébrale dans les zones liées aux processus émotionnels. Des recherches in vivo suggèrent que les mécanismes suivants peuvent expliquer les effets anxiolytiques du CBD : - Activation des récepteurs 5HT1A - Facilitation du système endocannabinoïde - Amélioration de la neurogenèse hippocampique, et/ou activation des canaux TRP. Cependant, une petite étude sur des volontaires sains a montré que la consommation d'huile de chanvre sans cannabidiol tout en étant informé qu'elle contient du cannabidiol semble réduire le stress anticipé, mais ne réduit pas les autres mesures de stress et d'anxiété, ce qui suggère aussi un effet placebo.

Usages associés

Anxiété

Analgésique

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

Des revues formelles rapportent qu'il existe des preuves concluantes que le cannabis ou les cannabinoïdes sont efficaces pour le traitement de la douleur chronique chez les adultes. Le soulagement de la douleur semble être dû à de multiples mécanismes qui comprennent l'analgésie directe, l'activité anti-inflammatoire et la modulation des neurotransmetteurs et des opioïdes endogènes.


Antidépresseur

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Des modèles animaux de dépression montrent que le CBD a certains effets antidépresseurs. Ces effets peuvent s'expliquer par la facilitation de l'activité endocannabinoïde par le CBD, la facilitation de l'activité des récepteurs 5HT1A (un récepteur du neurotransmetteur sérotonine) et/ou la facilitation de la neurogenèse hippocampique.


Anti-inflammatoire

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Il a été démontré que le CBD modulait le facteur de nécrose tumorale (TNF)-alpha, l'interleukine (IL)-1 et l'interféron (IFN)-gamma et supprimait la production de chimiokines. Dans un modèle murin d'arthrite rhumatoïde, le CBD a amélioré les symptômes de l'arthrite et a bloqué la progression de la maladie. Le CBD pourrait agir indirectement en agissant sur les récepteurs CB1 et CB2. L'activation du CB2 entraîne une diminution des ROS et des niveaux de TNF-α, ce qui réduit le stress oxydatif et l'inflammation. Toutefois, des recherches cliniques menées chez des adultes atteints de diabète de type 2 montrent que la prise quotidienne de CBD pendant 13 semaines ne modifie pas les taux plasmatiques de protéine C-réactive (CRP), de TNF-alpha ou d'IL-6. Une autre étude clinique menée sur des adultes atteints de la maladie de Crohn montre que la prise quotidienne de CBD pendant 8 semaines ne modifie pas les taux plasmatiques de CRP et ne réduit pas l'activité de la maladie.


Anticancer

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

Le cannabis est fréquemment utilisé par les patients atteints de cancer, à la fois pour atténuer les symptômes associés à la maladie, tels que la perte d'appétit, les nausées induites par la chimiothérapie, la dépression, l'insomnie et la douleur, ainsi que pour tenter de réduire la croissance tumorale. Les effets anti-tumoraux du CBD ont été étudiés in vitro et in vivo sur le cancer du sein, le cancer du côlon, le gliome, la leucémie, le cancer du poumon, le lymphome et le cancer de la thyroïde. Les recherches in vitro et in vivo montrent que le CBD inhibe la prolifération des cellules du cancer du sein, interfère avec l'invasion et les métastases des cellules du cancer du sein et diminue la masse tumorale. De plus, la mort des cellules cancéreuses du sein en fonction de la concentration a été démontrée avec la CBD in vitro. Les mécanismes présumés de l'autophagie et de l'apoptose des cellules du cancer du sein dues au CBD comprennent l'induction d'un stress du réticulum endoplasmique, l'inhibition de la signalisation Akt, mTOR et 4EBP1, la production d'espèces réactives de l'oxygène (ROS) et la réduction du potentiel de la membrane mitochondriale, ce qui conduit finalement à l'activation de la voie apoptotique intrinsèque. Un modèle animal de cancer du côlon montre que le CBD réduit les polypes et la formation de tumeurs in vivo. Des recherches in vitro montrent que le CBD inhibe la prolifération, l'invasion et la migration des cellules de gliome, et des recherches in vivo montrent que le CBD réduit la croissance des tumeurs de gliome. Certaines preuves in vitro et in vivo montrent également que le CBD induit l'apoptose et inhibe la prolifération des lignées cellulaires de leucémie et de lymphome, probablement via la production de ROS et l'activité des récepteurs CB2, ainsi que les cellules cancéreuses de la thyroïde.


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Epilepsie
✪✪✪✪

La recherche sur l'utilisation du cannabidiol pour le traitement de l'épilepsie a principalement été menée avec une solution spécifique à base d'huile, Epidiolex. Ce produit est approuvé par la FDA pour le traitement des crises associées au syndrome de Lennox-Gastaut, au syndrome de Dravet ou au complexe de sclérose tubéreuse chez les patients âgés d'un an et plus. Le cannabidiol sur ordonnance est généralement utilisé comme traitement d'appoint aux médicaments antiépileptiques conventionnels tels que le clobazam, l'acide valproïque, la lamotrigine, le lévétiracétam et le rufinamide. 

Posologie

posologiePar voie orale

posologie200 mg

formulationEpidiolex


Addictions
✪✪✪✪✪

Une étude d'observation menée auprès de personnes souffrant de troubles de la consommation d'alcool a révélé que le fait de fumer 1 à 3 g de fleur de cannabis contenant environ 24 % de cannabidiol (CBD) et 1 % de tétrahydrocannabinol (THC) pendant 5 jours est associé à une réduction de la consommation d'alcool par rapport au fait de fumer du cannabis contenant des parts égales de CBD (10 %) et de THC (9 %) ou un taux de THC (24 %) supérieur à celui du CBD (1 %). Une petite étude clinique menée chez des patients souffrant d'un trouble modéré de la consommation de cannabis montre que la prise d'huile synthétique de cannabidiol à raison de 400 mg ou 800 mg en deux prises par jour pendant 4 semaines semble réduire la consommation globale de cannabis, mesurée par les taux urinaires de 11-nor-9-carboxy-tétrahydrocannabinol (THC-COOH), par rapport au placebo. Une petite étude clinique menée chez des adultes toxicomanes souffrant d'un trouble de l'usage de l'héroïne montre que la prise d'une solution spécifique à base d'huile de cannabidiol à raison de 400 ou 800 mg par jour pendant 3 jours réduit le besoin impérieux de drogue et l'anxiété, pendant 7 jours après la dernière dose de cannabidiol, par rapport au placebo. Une petite étude clinique menée chez des fumeurs de cigarettes qui souhaitent un sevrage tabagique, suggère que l'inhalation d'une pulvérisation de cannabidiol à raison de 400 mcg lors d'une envie de cigarette, réduit le nombre de cigarettes fumées pendant une semaine de 40% par rapport à la quantité initiale.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie400 µg

formulationHuile


Schizophrénie
✪✪✪✪✪

Un petit essai clinique chez des patients souffrant de schizophrénie paranoïde aiguë ou de psychose schizophréniforme montre que la prise de 400 mg de CBD quatre fois par jour pendant 4 semaines améliore modestement les symptômes psychotiques et la cognition par rapport à la ligne de base et ne semble pas être meilleure que la prise de l'antipsychotique amisulpride. Un autre petit essai clinique chez des patients atteints de schizophrénie montre que l'ajout de 1000 mg de CBD par jour (sous forme de 10 ml d'une solution de 100 mg/ml) pendant 6 semaines au traitement standard améliore modestement les symptômes positifs et le bien-être par rapport à l'ajout d'un placebo au traitement standard.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie1000 - 1600 mg

formulationHuile


Anxiété
✪✪✪✪✪

Une petite étude clinique chez des adolescents souffrant de troubles de l'anxiété sociale a montré que la prise de 300 mg de CBD par jour pendant 4 semaines améliore l'anxiété par rapport au placebo. D'autres petites études cliniques démontrent que la prise de 300-600 mg de CBD en une seule dose tend à réduire l'anxiété globale, mais pour certaines personnes, la réduction de l'anxiété n'a été constatée qu'avant ou après, et non pendant le discours. Ces différences peuvent être dues à la petite taille des études, aux différences d'anxiété au départ et à l'utilisation de produits non standardisés. De plus, le cannabidiol ne semble pas réduire l'anxiété liée à la parole chez les patients présentant un risque élevé de complications psychiatriques.

Posologie

posologiePar voie orale

posologie300 - 600 mg

formulationHuile


Dermatoses
✪✪✪✪✪

Une petite étude d'observation menée chez des adultes atteints d'eczéma a révélé que l'application d'un gel contenant du CBD à 1 % avec le diméthicone et la polysilicone-11 pendant 14 jours réduit modestement les symptômes généraux et la gravité du prurit par rapport à l'état initial.

Posologie

posologiePar voie cutanée

formulationgel, Huile


Neuropathie diabétique
✪✪✪✪✪

Une petite étude clinique menée chez des adultes atteints de neuropathie périphérique d'étiologies diverses montre que l'application d'un produit à base d'huile contenant du cannabidiol, du camphre et de l'huile de feuille d'eucalyptus sur les zones symptomatiques pendant 4 semaines améliore modestement la douleur intense, la douleur aiguë et les sensations de froid et de démangeaison par rapport à une huile placebo. Il est possible que tout bénéfice de ce produit soit dû au camphre. Le camphre est approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour une utilisation topique comme analgésique et anesthésique.

Posologie

posologiePar voie cutanée

formulationHuile

Synergies

Camphre, Eucalyptus


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 18 an(s) : 200 mg

Des doses de cannabidiol allant jusqu'à 200 mg par jour ont été utilisées avec une sécurité apparente jusqu'à 13 semaines, tandis que des doses plus élevées de 700 mg par jour jusqu'à 6 semaines et de 1200 mg par jour jusqu'à 4 semaines ont été utilisées avec une sécurité apparente. Une huile de cannabidiol délivrée sur ordonnance (Epidiolex) a été utilisée en toute sécurité à des doses de 10-25 mg/kg par jour, ajustées en fonction de la réponse et de la tolérance.

Enfant à partir de 1 an(s) : 2 mg/kg - 25 mg/kg

A été utilisé sous forme de huile de cannabidiol délivrée sur ordonnance (Epidiolex) par voie orale. Ce produit à base de cannabidiol a été utilisé en toute sécurité dans des recherches cliniques à des doses de 2 à 50 mg/kg par jour chez des enfants âgés de 1 an et plus. Cependant, la dose maximale recommandée de ce produit est de 12,5 mg/kg deux fois par jour (25 mg/kg/jour) ; des doses plus élevées semblent comporter un risque plus élevé d'effets indésirables. Epidiolex est titré en fonction de la réponse et de la tolérance. Il n'y a pas suffisamment d'informations fiables disponibles sur la sécurité d'autres formes de cannabidiol chez les enfants.


Interactions

Médicaments

Citalopram : interaction modérée

Une petite étude en ouvert menée chez de jeunes adultes stabilisés sous citalopram ou escitalopram montre que la prise de cannabidiol à raison de 200-800 mg par jour pendant 12 semaines augmente les concentrations plasmatiques de citalopram.

CLOBAZAM : interaction modérée

Dans les études cliniques, l'administration concomitante de cannabidiol et de clobazam est associée à une augmentation jusqu'à 60 % des taux sériques de N-desméthylclobazam, le principal métabolite actif du clobazam.

ÉVÉROLIMUS : interaction modérée

L'évérolimus est un substrat des enzymes CYP3A4. Il a été démontré que le cannabidiol inhibe le CYP3A4.

Anticonvulsifs : interaction modérée

- Deux études pharmacocinétiques cliniques chez des patients stabilisés sous Stiripentol montrent que l'ajout de cannabidiol à raison de 750 mg deux fois par jour pendant 3 à 10 jours ou jusqu'à 20 mg/kg par jour pendant 24 jours, augmente la concentration maximale moyenne de Stiripentol de 17 % à 28 %. - Dans la recherche clinique, l'administration concomitante de cannabidiol et de rufinamide est associée à une légère augmentation des taux plasmatiques de rufinamide. Le mécanisme de cette interaction est inconnu. - Le brivaracétam est un substrat du CYP2C19. La recherche clinique montre que le cannabidiol inhibe le CYP2C19. - Dans la recherche clinique, l'administration concomitante de cannabidiol et de topiramate, un substrat du CYP2C9 et du CYP2C19, est associée à une légère augmentation des taux plasmatiques de topiramate. - Dans la recherche clinique, l'administration concomitante d'acide valproïque et de cannabidiol est associée à une élévation des transaminases hépatiques et à de rares cas de thrombocytopénie. - Dans la recherche clinique, l'administration concomitante de cannabidiol et de zonisamide, un substrat du cytochrome P450 3A4 (CYP3A4), est associée à une légère augmentation des taux plasmatiques de zonisamide.

Immunosuppresseur : interaction modérée

Le sirolimus et le tacrolimus sont des substrats des enzymes du cytochrome P450 3A4 (CYP3A4). Il a été démontré que le cannabidiol inhibe les enzymes CYP3A4.

Plantes ou autres actifs

CBD : interaction modérée

Une étude pharmacocinétique chez des adultes en bonne santé montre que la prise de cannabidiol par voie orale, en commençant à 250 mg une fois par jour et en titrant jusqu'à 750 mg deux fois par jour pendant 24 jours, augmente le pic sérique de caféine de 15 %.


Précautions

Parkinson : éviter

En théorie, le cannabidiol peut aggraver les symptômes de la maladie de Parkinson chez certains patients. Une série de cas portant sur 5 patients atteints de la maladie de Parkinson a révélé que la prise de 300 mg ou plus de cannabidiol par jour exacerbait l'hypokinésie et le tremblement au repos chez 2 patients.

Troubles hépatiques : éviter

Chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée et sévère, une dose initiale de cannabidiol plus faible et une titration plus lente sont nécessaires. Une étude clinique menée chez des patients présentant une insuffisance hépatique légère à sévère montre que la prise d'une solution huileuse spécifique de cannabidiol (Epidiolex) 200 mg entraîne des taux sanguins plus élevés de cannabidiol par rapport aux patients présentant une fonction hépatique normale. 


Contre-indications

Femme enceinte : interdit

Les produits à base de cannabidiol peuvent contenir du tétrahydrocannabinol (THC) ou d'autres contaminants qui peuvent être dangereux pour le bébé. En outre, des recherches sur les animaux montrent que des niveaux élevés de cannabidiol peuvent endommager le système reproducteur des bébés de sexe masculin.

Femme allaitante : interdit

Les produits à base de cannabidiol peuvent contenir du tétrahydrocannabinol (THC) ou d'autres contaminants qui peuvent être dangereux pour le bébé. En outre, des recherches sur les animaux montrent que des niveaux élevés de cannabidiol peuvent endommager le système reproducteur des bébés de sexe masculin.