Eleuthérocoque : bienfaits, posologie, contre-indications

Mis à jour le

L’éleuthérocoque (Eleutherococcus senticosus), connu aussi sous le nom de ginseng sibérien, est une plante cultivée essentiellement en Chine, en Corée, au Japon et en Sibérie. C'est un arbuste épineux de 2 à 3 mètres. Il possède de longues tiges avec des feuilles palmées, et développe de petites fleurs réunies en ombelles globuleuses. Les fleurs mâles sont violettes tandis que les fleurs femelles sont jaunes. Les fruits de l’éleuthérocoque sont des baies noires. Ses racines sont utilisées en thérapeutique et -plus rarement- les baies. L’éleuthérocoque est utilisé depuis plus de 2000 ans dans la médecine traditionnelle chinoise, où il est appelé ci wu jia. Il était utilisé pour prévenir les rhumes et les grippes et pour augmenter la vitalité et l'énergie. Plus récemment, il a été utilisé par les cosmonautes russes pour améliorer la vigilance et l'énergie et pour aider à l'adaptation aux stress de la vie dans l'espace. Ses racines contiennent des éleuthérosides responsables de son caractère adaptogène, c’est-à-dire qui aide l’organisme à s'adapter au stress et à rétablir l'équilibre normal de ses fonctions. Les autres composants bioactifs incluent l'isofraxidine, la syringine (un glucoside phénylpropanoïde) et des nutriments. Les nutriments comprennent le magnésium, manganèse, les vitamines A et E. L'éleuthérocoque a la réputation de stimuler les défenses immunitaires, d'améliorer la résistance au stress et de booster la performance physique pendant les périodes difficiles. L'EMA le recommande comme médicament traditionnel à base de plantes pour les symptômes de l'asthénie tels que la fatigue et la faiblesse.

Autre(s) nom(s) 

Ginseng Sibérien, Ciwujia

Nom(s) scientifique(s)

Eleutherococcus Senticosus, Acanthopanax senticosus, Acanthopanacis senticosi

Famille ou groupe : 

Plantes

Principes actifs :

Coumarines

Saponines

Lignanes

Eleutherosides


Propriétés


Adaptogène

full-leaffull-leaffull-leaffull-leaf

Le ginseng sibérien semble modifier les niveaux des différents neurotransmetteurs et hormones impliqués dans la réponse au stress, principalement au niveau de l'axe HPA (axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien). Divers mécanismes ont été proposés, dont l'inhibition de la catéchol-O méthyltransférase, qui inactive les catécholamines. En conséquence, les niveaux de catécholamines ne s'épuise pas, et la libération de nouvelles catécholamines par les synapses nerveuses diminue. Théoriquement, cet effet réduit le risque d'épuisement des réponses adaptatives de l’organisme face au stress. De plus, il a été démontré que les éleuthérosides améliorent le métabolisme des glucides et l'apport énergétique et augmentent la synthèse des protéines et des acides nucléiques, bien que les cibles moléculaires directes responsables de cette réponse adaptative restent inconnues. Il a été également rapporté in vitro que les éleuthérosides se lient aux sites récepteurs des progestatifs, des oestrogènes, des minéralocorticoïdes et des glucocorticoïdes et peuvent donc théoriquement exercer de nombreuses actions pharmacologiques importantes lors de la réponse de l'organisme au stress. Ainsi, l'action globale de l'herbe a été décrite comme "adaptogène". Bien que le mécanisme d'action responsable ne soit toujours pas clair, plusieurs théories ont été proposées pour expliquer l'effet du ginseng sibérien sur les systèmes allostatiques. En effet, la recherche a montré que le ginseng sibérien peut agir de différentes manières, selon le stade de la réponse au stress, pour soutenir le «système de stress». La recherche suggère qu'il existe un seuil de stress en dessous duquel l'herbe augmente la réponse au stress et au-dessus duquel il diminue la réponse au stress.

Usages associés

Stress, Fatigue

Neurologique

full-leaffull-leaffull-leafempty-leaf

L'éleuthérocoque protège les neurones et inhibe l'apoptose des cellules cérébrales. Dans la recherche animale, un extrait aqueux d'éleuthérocoque a inhibé l'inflammation et l'activation microgliale dans l'ischémie cérébrale. Dans des neurones corticaux de rats en culture, il a été démontré que des extraits d'éleuthérocoque avaient des effets protecteurs sur la régénération des neurites et la reconstruction des synapses dans des neurones corticaux de rats en culture endommagés par la bêta-amyloïde. Cet effet serait dû, au moins en partie, à l'éleuthéroside B. Chez les souris, l'éleuthéroside E de a empêché les troubles du comportement induits par la privation de sommeil, notamment la réduction de la latence d'entrée dans une chambre noire et de la locomotion, ainsi que l'augmentation des monoamines (sérotonine et dopamine) dans l'hippocampe, ce qui suggère que ce composant de l'éleuthérocoque pourrait être précieux pour le stress éprouvé par l'insomnie chronique.

Usages associés

Stress

Cardiovasculaires

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L'éleuthérocoque, lorsqu'il est administré par voie orale à des rats (à raison de 1 ml/kg pendant 8 jours), a montré des effets protecteurs sur le cœur. Ces bénéfices, qui incluent la protection contre les troubles du rythme cardiaque (antiarythmiques), semblent être dus à une augmentation des niveaux de peptides opioïdes naturels dans le corps. En laboratoire, l'éleuthérocoque présente également un effet de relaxation des vaisseaux sanguins. Cet effet pourrait être causé par plusieurs mécanismes, comme l'augmentation de la production d'oxyde nitrique (un gaz qui détend les vaisseaux sanguins), l'activation des récepteurs muscariniques (des récepteurs impliqués dans le contrôle du système nerveux), ou encore par l'influence sur certains canaux dans les cellules qui régulent le passage des ions potassium. Dans une étude menée sur des cellules cardiaques de rats nouveau-nés en culture, un composant spécifique de l'éleuthérocoque, l'acanthopanax senticoside B (qui fait partie des saponines de la plante), a protégé ces cellules contre les dommages causés par le stress oxydatif. Il a accompli cela en réduisant la peroxydation des lipides (un type de dommage cellulaire) et en augmentant l'activité des mécanismes de défense antioxydants du corps.


Hypoglycémiant

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L'éleuthérocoque, possède des propriétés hypoglycémiantes observées dans des études réalisées en laboratoire (in vitro) et sur des animaux (in vivo). - Il réduit l'absorption du glucose en inhibant une enzyme appelée alpha-glucosidase, limitant ainsi la quantité de glucose qui entre dans la circulation sanguine. - Les éleuthérosides, des composants de l'éleuthérocoque, en particulier les éleuthérosides E et B, permettent au glucose de pénétrer dans les cellules sans dépendre de l'insuline, l'hormone habituellement nécessaire pour ce processus. - L'éleuthérocoque peut contrer les obstacles au transfert de glucose causés par certaines protéines (β-lipoprotéines) dans les membranes cellulaires. - La syringine, un composant, améliore l'utilisation du glucose et peut abaisser les niveaux de glucose dans le sang. Cela peut être dû à une augmentation de la libération d'acétylcholine, qui stimule la libération d'insuline, ou à une promotion de la sécrétion de bêta-endorphine, ce qui entraîne une baisse du glucose dans le sang.

Usages associés

Diabète type 2

Immuno-modulateur

full-leaffull-leafempty-leafempty-leaf

L'extrait d'éleuthérocoque a démontré des effets immuno-modulateurs, y compris l'augmentation de l'activité cellulaire et humorale, l'activation et la prolifération des cellules immunocompétentes, et la stimulation et l'inhibition de la synthèse des cytokines, dans des recherches humaines, animales et in vitro. Selon une revue, les polysaccharides ou saponines immunomodulateurs isolés de l'eleutherocoque ont stimulé les macrophages, favorisé la formation d'anticorps, activé le complément et augmenté la prolifération des lymphocytes T. Chez les lapins, l'extrait d'eleutherocoque a eu un effet immunostimulant durable et a augmenté l'activité phagocytaire. In vitro, la syringine, un constituant de la racine d'éleuthérocoque, a stimulé la phagocytose des macrophages sanguins du rat (cellules du système immunitaire qui aident à lutter contre les infections). Aussi, l'éleuthérocoque a réduit l'apparition des réactions allergiques. La libération d'histamine par les mastocytes péritonéaux de rat, ainsi que la sécrétion du facteur de nécrose tumorale (TNF)-alpha et de l'interleukine (IL)-6, ont également été inhibées. Des résultats similaires ont été observés dans d'autres études animales, ce qui suggère un effet anti-allergique de l'éleuthérocoque.

Usages associés

Herpès, Infections respiratoires

Antiviral

full-leafempty-leafempty-leafempty-leaf

in vitro, un extrait liquide d'éleuthérocoque a inhibé la réplication productive des virus à ARN, le rhinovirus humain, le virus respiratoire syncytial et le virus de la grippe A. Cependant, il ne semble pas avoir d'effet sur les virus à ADN tels que l'adénovirus ou le virus de l'herpès simplex de type 1.

Usages associés

Rhume, Herpès, Infections respiratoires


Indications

Méthodologie de notation

Approbation de l'EFSA.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions constamment positives pour l'indication.

Plusieurs essais cliniques (> 2) randomisés contrôlés avec double aveugle, et incluant un nombre significatif de patients (>100) avec des conclusions positives pour l'indication.

Une ou plusieurs études randomisées ou plusieurs cohortes ou études épidémiologiques avec des conclusions positives pour l'indication.

Des études cliniques existent mais sont non contrôlées, avec des conclusions qui peuvent être positives ou contradictoires.

Absence d'études cliniques à date pouvant démontrer l'indication.


Fatigue
✪✪✪✪✪

L'éleuthérocoque est indiqué en cas de diminution des capacités mentales et physiques telles que la faiblesse, l'épuisement, la fatigue et la perte de concentration, ainsi que pendant la convalescence, d'après l'ESCOP (Coopération scientifique européenne en phytothérapie) et l'EMA (Agence européenne des médicaments). Plusieurs études cliniques viennent confirmer ces indications. Un essai randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo, de 300 mg / jour (extrait sec) pendant 8 semaines a évalué les scores de qualité de vie liés à la santé chez 20 personnes âgées. Des améliorations ont été observées dans le fonctionnement social après 4 semaines de traitement, mais n'ont pas persisté jusqu'à 8 semaines. Il semblerait que les améliorations diminuent avec l'utilisation continue, ce qui peut aider à expliquer la pratique de donner l'éleuthérocoque pendant 6 semaines avec une pause de 2 semaines avant de recommencer. Dans une autre étude clinique randomisée et contrôlée par placebo, menée sur 76 personnes atteintes de fatigue chronique n'a pas démontré une réduction statistiquement significative de la fatigue, cependant, des résultats intéressants ont été notés chez certains sous-groupes. Par exemple, chez les sujets souffrant de fatigue modérée, une amélioration significative a été observée au bout de 2 mois chez ceux qui ont pris de l'éleuthérocoque par rapport à ceux sous placebo. Le produit utilisé donnait 2,24 mg d'éleutherosides sur 2 g d'extrait consommé au total par jour. La capacité du ginseng sibérien à augmenter les niveaux de noradrénaline, sérotonine, adrénaline et cortisol fournit une base théorique pour son utilisation dans des situations de fatigue. Cependant, les études contrôlées restent limitées.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie300 - 2000 mg

duration6 - semaines

formulationextrait alcoolique, Extrait sec


Herpès
✪✪✪✪✪

 Une étude clinique menée chez des hommes souffrant d'infections récurrentes d'herpès génital montre que la prise d'un extrait spécifique d'éleuthérocoque (Elagen), normalisé pour contenir 0,3 % d'éleuthérosides, réduit la fréquence, la gravité et la durée des poussées. Plus récemment, la formulation Elagen est au moins 2 g d'équivalent de racine séchée dans chaque capsule d'extrait concentré d'Eleutherococcus Senticosus standardisé autour de 0,4 % d'éleuthéroside B et 0,5 % d'éleuthéroside E.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie2000 mg

formulationExtrait standardisé


Rhume
✪✪✪✪✪

Certaines recherches cliniques montrent que la prise par voie orale d'une combinaison contenant de l'éleuthérocoque et de l'andrographis (Kan Jang) améliore les symptômes du rhume lorsqu'elle est démarrée dans les 72 heures suivant l'apparition des symptômes. Certains symptômes peuvent s'améliorer après 2 jours de traitement ; cependant, il faut généralement 4 à 5 jours de traitement pour obtenir un soulagement maximal des symptômes. L'association d'éleutherocoque et d'andrographis soulage les symptômes du rhume mieux que l'échinacée ou le placebo chez les enfants, d'après des études.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie400 - 1200 mg

duration5 - jours

formulationExtrait standardisé, Extrait sec

Synergies

Andrographis

Diabète type 2
✪✪✪✪✪

Une étude clinique menée chez des adultes atteints de diabète de type 2 montre que la prise d'un extrait spécifique d'éleutherocoque, normalisé pour contenir des eleutherosides E et B à 1,12 %, à raison de 480 mg par jour pendant 3 mois, diminue les taux de glycémie à jeun et postprandiale, réduit l'hémoglobine glyquée (HbA1c) et diminue les taux de triglycérides et de cholestérol total par rapport au placebo.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie480 mg

duration3 - mois

formulationExtrait standardisé


Infections respiratoires
✪✪✪✪✪

En raison de sa capacité à moduler directement et indirectement les réponses immunitaires, l'éléuthérocoque est utilisé pour augmenter la résistance aux infections. En pratique, l'éleuthérocoque est généralement utilisé en prévention. Quelques études à ce sujet existent (pneumonie, grippe, infections des voies respiratoires supérieures), mais les résultats sur mitigés et l'éleuthérocoque a été utilisé en combinaison avec d'autres plantes.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie400 mg

formulationExtrait standardisé, Extrait sec

Synergies

Andrographis

Stress
✪✪✪✪✪

Dans une étude randomisée et contrôlée sur 144 participants souffrant d'asthénie et de capacité de travail réduite liée au stress chronique, l'éleuthérocoque a amélioré les paramètres au fil du temps et une différence significative a été trouvée dans la fatigue mentale et l'agitation, en faveur de la supplémentation en éleuthérocoque, par rapport à une formation professionnelle de gestion du stress de 2 jours. Une étude contrôlée contre placebo menée sur 6 semaines a examiné les effets d'un extrait éthanolique d'éleuthérocoque (8 ml / jour, équivalent à 4 g / jour de racine séchée) chez des sportifs. Dans l'étude, le traitement a entraîné une augmentation des niveaux de cortisol, ce qui peut être cohérent avec la recherche animale, suggérant un seuil de stress en dessous duquel l'éleuthérocoque augmente la réponse au stress et au-dessus duquel il diminue la réponse au stress. Enfin, une petite étude clinique menée chez des femmes en bonne santé âgées de 20 à 68 ans qui ont subi un stress pendant une période prolongée montre que la prise d'une dose unique de 270 mg d'une formulation (ADAPT-232) contenant de l'éleutherocoque, de la rhodiola et de la schisandra améliore l'attention ainsi que la vitesse et la précision cognitives par rapport au placebo.

Posologie

posologiePar voie orale : racine

posologie120 mg

duration6 - semaines

formulationextrait alcoolique, ADAPT 232, Extrait sec

Synergies

Schisandra, Rhodiola


Dosage de sécurité

Adulte à partir de 17 an(s) : 200 mg - 1000 mg (Extrait sec)

- Décoction de racine : 0.5 à 4 g de racines séchée dans 150 ml d'eau bouillante, à raison de 1 à 2 tasses par jour. - Teinture mère : jusqu'à 4 ml par jour en 2 ou 3 prises - Gélules ou comprimés : jusqu'à 1 g de poudre de racine par jour en 2 ou 3 prises, ce qui correspond à 200 mg d'extrait sec par gélule. Les extraits sont généralement standardisés pour fournir 0,1 % d'éleuthéroside E (diglucoside de syringarésinol) et 0,5 % d'éleuthéroside B (syringine). Il est conseillé de ne pas dépasser 6 semaines.


Interactions

Médicaments

Antiagrégants plaquettaires/Anticoagulant : interaction modérée

L'éleuthérocoque à des effets anticoagulants, théoriquement la supplémentation de l'éleuthérocoque en parallèle d'un traitement anticoagulant augmente les risques de saignement.

Antidiabétique : interaction modérée

Chez les individus sains, la supplémentation en éleuthérocoque augmente la glycémie postprandiale mais a une action hypoglycémiante chez les patients atteints de diabète. En combinaison avec des médicaments antidiabétiques, la supplémentation en éleuthérocoque pourraient interférer avec le traitement.

Dépresseurs du système nerveux central : interaction faible

Certaines études présentent les propriétés sédatives de d'éleuthérocoque donc son utilisation concomitante avec des sédatifs pourrait avoir des effets additionnels et des effets secondaires.

Substrat des cytochromes P450 : interaction faible

La supplémentation en éleuthérocoque semble interagir avec la médication par substrats des cytochromes P450. Inhibant les cytochromes P450 1A2, 2C9, 2D6 et 3A4, la prise d'éleuthérocoque interfère avec le métabolisme des substances dégradées par les enzymes des cytochromes P450. Exemples: Clozapine, Théophylline, Diclofénac, Tamoxifène, Métoprolol, Statines, Cyclosporine et autres.

Immunosuppresseur : interaction faible

De part ses propriétés immuno-stimulantes, l'éleuthérocoque interfère avec les traitements immunosuppresseurs.

Plantes ou autres actifs

Antiagrégants plaquettaires/Anticoagulant : interaction modérée

L'éleuthérocoque à des effets anticoagulants, théoriquement la supplémentation de l'éleuthérocoque en parallèle d'un traitement anticoagulant augmente les risques de saignement.

Sédatif : interaction faible

Certaines études présentent les propriétés sédatives de d'éleuthérocoque, donc son utilisation concomitante avec des sédatifs pourrait avoir des effets additionnels et des effets secondaires. Exemple: Ashwagandha, Mélisse, Aubépine, Camomille et autres.


Précautions

Enfant de 12 jusqu’à 17 an(s) : utiliser avec prudence

La supplémentation en éleuthérocoque est possible chez les adolescents de 12 à 16 ans mais les dosages ne sont pas disponibles.

Femme enceinte : éviter

L'utilisation n'est pas conseillée par manque d'informations fiables et suffisantes.

Femme allaitante : éviter

L'utilisation n'est pas conseillée par manque d'informations fiables et suffisantes.

Enfant jusqu’à 12 an(s) : éviter

L'utilisation chez les enfants de moins de 12 ans n'a pas été établie en raison du manque de données adéquates.


Contre-indications

Hypertension artérielle : interdit

L'éleuthérocoque est contre-indiqué chez les personnes dont la tension artérielle dépasse 180/90. L'éleuthérocoque peut potentiellement exacerber l'hypertension.

Maladies cardiovasculaires : interdit

L'éleuthérocoque peut provoquer des palpitations, de la tachycardie et de l'hypertension et doit être utilisé avec précaution chez les patients souffrant de troubles cardiovasculaires (par exemple, une cardiopathie athérosclérotique ou rhumatismale). Il peut également provoquer des maux de tête et des douleurs péricardiques chez les patients atteints de cardiopathie rhumatismale.