Ginseng bio : tout ce qu’il faut savoir

Le ginseng est l’une des plantes phares de la médecine chinoise. Il est utilisé depuis des millénaires en Asie comme stimulant et remède naturel à de nombreux petits maux. Comme tous les végétaux, il est préférable de consommer du ginseng bio. On vous explique pourquoi.

Le ginseng, la racine tonifiante

Le ginseng est une plante dont on consomme la racine, ou plus exactement le rhizome. Cette racine peut prendre des formes biscornues surprenantes et ressemble parfois à un être humain. Son nom vient d’ailleurs du chinois renshen, qui signifie littéralement « racine-homme ».  

Propriétés du ginseng

Vous connaissez la théorie des signatures ? Celle-ci veut qu’à chaque organe corresponde un aliment qui lui ressemble. La noix est par exemple particulièrement bonne pour le fonctionnement du cerveau. Ainsi, la racine de ginseng, qui peut ressembler étrangement à un être humain, est bonne pour le corps humain dans son ensemble. C’est pour cela que le nom latin du ginseng est « Panax ginseng », Panax signifiant panacée, autrement dit « le remède universel ».

Le ginseng fait partie de la médecine traditionnelle chinoise

Le ginseng est donc un excellent tonique général. Il combat la fatigue physique et intellectuelle, et il stimule le système immunitaire. Une étude menée par exemple auprès de 227 personnes a montré que celles ayant consommé du ginseng de façon régulière avaient nettement diminué le risque de contracter une infection respiratoire par rapport aux personnes ayant pris un placebo.

Il permet aux personnes affaiblies ou convalescentes de se redynamiser. La racine de ginseng est également un bon aphrodisiaque. Enfin, il permettrait de lutter contre le diabète en stabilisant le taux de sucre dans le sang, même si cette vertu n’a pas été prouvée scientifiquement.

La culture du ginseng

Le ginseng pousse traditionnellement dans les sous-bois montagneux. C’est pourquoi sa culture nécessite de l’ombre et une relative fraîcheur. L’importante demande a amené les Asiatiques à cultiver la plante plutôt qu’à la cueillir à l’état sauvage ; aujourd’hui, un rhizome de ginseng sauvage peut atteindre des prix qui dépassent ceux de la truffe ! Le cycle de culture du ginseng est assez long puisqu’environ six ans sont nécessaires pour que la racine atteigne sa pleine maturité.

La culture du ginseng nécessite également un taux d’humidité important, ce qui amène le développement de maladies et de champignons, qui pousse les cultivateurs de ginseng asiatiques à utiliser de nombreux produits phytosanitaires, parfois interdits en Europe. C’est pourquoi il est préférable de consommer du ginseng bio qui ne contiendra pas de résidus d’engrais ou de pesticides chimiques.

Les principaux producteurs de ginseng sont la Chine et la Corée. Le ginseng poussait également à l’état sauvage en Amérique du Nord, où il est encore cultivé : les Etats-Unis et le Canada sont aussi de gros producteurs de ginseng.

Le ginseng asiatique et le ginseng américain sont deux espèces très semblables, aux propriétés relativement similaires. Toutefois, elles ne doivent pas être confondues et il est préférable de demander conseil à un herboriste ou à un naturopathe pour savoir quel type de ginseng il est préférable de consommer.

Pourquoi consommer du ginseng bio ?

Le ginseng se trouve sous forme de gélules, en ampoules ou sous forme de poudre. Dans les pays asiatiques, il est cuisiné comme un aliment ou consommé sous forme de thé. On peut trouver la racine séchée entière, mais il convient de connaître avec précision sa provenance et de faire confiance au revendeur car de nombreuses contrefaçons existent.

Préférer le ginseng biologique

On se tournera de préférence vers le ginseng bio car, comme indiqué plus haut, sa culture peut nécessiter l’utilisation de pesticides et de fongicides potentiellement nocifs pour la santé et l’environnement.

En outre, s’agissant d’une racine, le ginseng aura tendance à absorber davantage les polluants contenus dans le sol.

Pour acheter du ginseng bio, on guette donc le logo de la feuille verte européenne qui garantit que la production est certifiée biologique, donc sans pesticides ni engrais chimiques de synthèse. De plus, les conservateurs sont interdits lors du processus de transformation en bio, ainsi que certains adjuvants. Acheter du ginseng bio assure ainsi une certaine qualité et une traçabilité du produit.

Racine de ginseng fraîche – Wikimedia Commons

Il est préférable d’acheter le ginseng dans des magasins bio spécialisés ou en herboristerie, qui contrôlent la bonne qualité de la racine ; on évite l’achat sur Internet, surtout sur des sites étrangers, qui peuvent vendre du ginseng de mauvaise qualité ou coupé avec d’autres produits inutiles voire même nocifs pour la santé.

Du ginseng français

La culture du ginseng n’est pas réservée qu’aux pays asiatiques. Un ancien rugbyman, adepte de la racine, a eu la bonne idée d’essayer de le cultiver dans les environs de Toulouse.

Ce producteur a réussi à cultiver le premier ginseng Made in France. Les phytothérapeutes s’arrachent ses racines de ginseng fraîches.

Comment consommer le ginseng bio ?

Le ginseng se consomme ponctuellement, en cas de coup de fatigue ou lors d’une convalescence, ou bien sous forme de cure de deux semaines à un mois. Le ginseng est idéal pour tonifier et fortifier l’organisme lors d’un changement de saison par exemple.

Dans la médecine traditionnelle chinoise, il n’est pas indiqué de durée maximale pour la consommation du ginseng, cependant il est préférable de ne pas en consommer plus de trois mois consécutifs pour éviter un épuisement de l’organisme.

On consommera la racine de ginseng idéalement le matin, pour éviter les insomnies. S’il s’agit de la racine séchée, on peut en consommer 0,5 à 2 grammes par jour. Les compléments alimentaires à base de ginseng ne doivent pas dépasser la dose quotidienne de 400 mg. En respectant ces doses, aucun effet indésirable n’est à signaler. Si les doses conseillées sont dépassées, le ginseng pourrait provoquer des troubles du sommeil, une augmentation de la pression artérielle ou des palpitations.

Il est préférable d’éviter de consommer le ginseng en trop fortes quantités avec d’autres aliments stimulants comme le café, le thé, le guarana ou le gingembre pour éviter un effet « cocktail » indésirable.


Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur twitter
Un dossier réalisé par