Harpagophytum, la racine anti-inflammatoire

La racine de l’harpagophytum cible l’inflammation pour soulager les douleurs articulaires. Elle est aussi antioxydante et stimule l’appétit.
harpagophytum

BIENFAITS DE L’HARPAGOPHYTUM
✓ Réduit l’inflammation
✓ Soulage les douleurs articulaires
✓ Antioxydant
✓ Stimule l’appétit

Qu’est-ce que l’harpagophytum ?

L’harpagophytum (Harpagophytum procumbens) est une plante originaire d’Afrique du sud. On le retrouve dans les régions semi-désertiques et dans le désert du Kalahari.

Il produit une racine centrale puis des racines secondaires bulbeuses (tubercules) qui lui permettent de stocker l’eau. Ainsi, il est capable de résister à de longues périodes de sécheresse.

La plante est surnommée « griffe du diable » en référence à ses fruits épineux aux crochets recourbés. Grâce à ces épines, le fruit peut s’accrocher au pelage des animaux pour être transporté et ainsi disséminé dans la nature.

Comme le montre cette revue, l’harpagophytum occupe une place importante dans la médecine traditionnelle africaine. Il est indiqué pour soulager les indigestions, la fièvre ou encore les rhumatismes comme le rapporte cette revue.

Ce sont les tubercules qui sont utilisés car ils renferment les principaux actifs dont les harpagosides. Une fois récoltés, ils sont séchés puis coupés en rondelles avant d’être consommés.

Aujourd’hui, la plante est utilisée en phytothérapie moderne. Les recherches ont mis en évidence son action anti-inflammatoire qui permet de soulager les douleurs articulaires. Elle est aussi antioxydante et capable de stimuler l’appétit.

Composition nutritionnelle

  • Acides aminés
  • Vitamines : provitamine A, C, B1, B2, B3, B5, B9, B12
  • Minéraux et oligo-éléments : fer, potassium, cuivre, magnésium, silice, phosphore, calcium 
  • Actifs antioxydants : flavonoïdes, phénols
  • Acides organiques : acide cinnamique, acide chlorogénique
  • Harpagosides
Harpagophytum bio
Harpagophytum dans le désert du Kalahari au Botswana

Les bienfaits de l’harpagophytum


🔥 Réduit l’inflammation

Les tubercules renferment des composés naturels, appelés « glycosides iridoïdes », qui participent à la régulation de l’inflammation. Parmi eux, les harpagosides sont les plus importants.

Ils ciblent directement l’inflammation et les molécules impliquées au sein de l’organisme. Ainsi, ils empêchent la libération du TNF-α (facteur de nécrose tumorale alpha), une cytokine pro-inflammatoire.

De plus, ils inhibent l’activité des interleukines IL-6 qui peuvent engendrer une réponse inflammatoire excessive.

Ainsi, l’harpagophytum est intéressant en cas d’inflammations aiguës ou chroniques des sphères ostéo-articulaire et musculo-tendineuse : arthrite, arthrose, tendinite

Cette étude de l’université de Caen Normandie (France), réalisée sur des cellules humaines, montre ses effets bénéfiques sur l’inflammation en cas d’arthrose.


🏃🏻‍♂️ Soulage les douleurs articulaires

Les harpagosides ont une action antalgique c’est-à-dire qu’ils atténuent voire suppriment la douleur. Ainsi, en plus de réduire l’inflammation, ils soulagent les douleurs qu’elle provoque.

Ils permettent notamment d’atténuer les rhumatismes et les douleurs articulaires liées à l’arthrite ou à l’arthrose. Ils agissent également sur la mobilité et les raideurs pour retrouver un confort articulaire.

Enfin, on indique la plante en cas de maux de dos, de lumbago, de douleurs lombaires, de sciatique ou de torticolis.

Cette étude de l’université Queen Margaret d’Édimbourg (Écosse), menée sur des patients atteints de troubles rhumatismales, montre son efficacité dans le soulagement de l’arthrite.


🥝 Antioxydant

Les racines de l’harpagophytum renferment des composés antioxydants. On y retrouve notamment des flavonoïdes, des phénols et une petite quantité de vitamine C.

Tous luttent contre les radicaux libres qui endommagent les cellules, favorisent les maladies cardio-vasculaires et l’apparition de cancers.

Cette étude de l’université nationale des sciences et de la technologie du Zimbabwe, réalisée en laboratoire, montre l’activité antioxydante de la plante.


🍽 Stimule l’appétit

Comme le pissenlit ou le fenugrec, l’harpagophytum favorise l’appétit. Il convient donc en cas de perte d’appétit ou d’asthénie (fatigue générale qui s’accompagne d’une perte d’appétit et d’un amaigrissement).

Il renferme des composés amers qui stimulent les papilles gustatives, favorisent la sécrétion de sucs gastriques et soutiennent les fonctions biliaires.

De plus, en incitant l’estomac à produire des sucs gastriques, il facilite la digestion et soulage la dyspepsie (ballonnements, douleurs abdominales, flatulences…).

Des études sont encore nécessaires pour comprendre son action sur l’appétit.

L’harpagophytum soulage les douleurs articulaires

Comment le consommer ?

En gélules ou comprimés

Les gélules et comprimés sont élaborés à partir de poudre de racines. Ce format est pratique, facile à prendre et a l’avantage de ne pas avoir de goût.

En effet, la poudre d’harpagophytum pure est amère. Son goût ne plaît donc pas forcément à tous.

Pour une plus grande efficacité, les gélules doivent être suffisamment dosées en harpagosides, les principaux actifs de la plante.

Choisissez un complément offrant une concentration élevée d’au moins 30 % d’harpagosides.

En poudre

La poudre se mélange facilement à de l’eau, un jus de fruits, du lait végétal ou une boisson santé.

Mais elle possède un goût relativement prononcé et amer.

De plus, elle n’offre pas la meilleure concentration en harpagosides.

En solution liquide

Il est possible de trouver de l’harpagophytum en préparation liquide, sous forme de teinture-mère ou d’ampoules buvables. 

Ces formats sont riches en actifs et conviennent bien pour une cure de plusieurs jours.

Attention : la teinture-mère contient de l’alcool. On la déconseille aux femmes enceintes, aux enfants ou aux personnes souffrant de certaines pathologies.

L’harpagophytum se rencontre souvent en teinture mère

En racines séchées

Les racines séchées se préparent en tisane ou en décoction.

Il suffit de les faire tremper dans de l’eau bouillante pendant 5 à 10 minutes.

Vous pouvez adoucir l’amertume de la boisson en ajoutant du miel ou de la poudre de lucuma.

Privilégiez l’harpagophytum bio

Si vous le pouvez, privilégiez de l’harpagophytum cultivé en agriculture biologique. Cela vous garantit un produit exempt de résidus de pesticides et une culture respectueuse de l’environnement.

Il existe aussi des filières équitables qui soutiennent le travail des petits producteurs en Namibie, principal producteur d’harpagophytum.

Posologie

La posologie moyenne recommandée est de 600 à 1200 mg par jour.

Contre-indications et effets secondaires

Sa consommation présente certaines contre-indications :

  • Par mesure de précaution, on déconseille l’harpagophytum aux femmes enceintes et allaitantes et aux jeunes enfants ;
  • Les personnes souffrant de calculs biliaires ou d’ulcères doivent éviter d’en consommer ;
  • L’harpagophytum peut interagir avec certains médicaments. Demandez conseil à votre médecin si vous suivez un traitement.

Sa consommation présente certains effets indésirables :

  • Troubles digestifs
  • Nausées
  • Diarrhée
  • Maux de tête
  • Vertiges

Si vous ressentez des effets secondaires, stoppez votre consommation et consultez un médecin.


Sources et études scientifiques

Sibonokuhle F Ncube, Lyndy J McGaw, Emmanuel Mfotie Njoya, Hilton G T Ndagurwa, Peter J Mundy, Samson Sibanda, 2021. The benefit of combining curcumin, bromelain and harpagophytum to reduce inflammation in osteoarthritic synovial cells.

Mary Warnock, Douglas McBean, Andreas Suter, Jen Tan, Patricia Whittaker, 2007. Effectiveness and safety of Devil’s Claw tablets in patients with general rheumatic disorders.

Thomas Brendler, 2021. From Bush Medicine to Modern Phytopharmaceutical: A Bibliographic Review of Devil’s Claw ( Harpagophytum spp.).

Luigi Menghini, Lucia Recinella, Sheila Leone, Annalisa Chiavaroli, Carla Cicala, Luigi Brunetti, Sanda Vladimir-Knežević, Giustino Orlando, Claudio Ferrante, 2017. Devil’s claw (Harpagophytum procumbens) and chronic inflammatory diseases: A concise overview on preclinical and clinical data.

Facebook
Email
Twitter